47 % des lycéens dont les parents sont originaires du Maghreb déclarent ressentir une discrimination ethnique, religieuse ou de quartier dans un lycée socialement mixte