Le poids économique du sport – Édition 2017

En 2014, la dépense sportive nationale à prix courant progresse de 0,4 % pour, atteindre 36,9 Md€ en valeur, soit 1,73 % du produit intérieur brut (PIB) à prix courants.

Cette croissance provient essentiellement du dynamisme de la consommation des ménages en biens et services sportifs. Celle-ci constitue près de la moitié de la dépense sportive nationale (17,3 Md€ en valeur en 2014) et progresse de 3,9 % en valeur. Les vêtements de sports, les chaussures de sports et les vélos sont les postes qui connaissent la plus forte croissance en 2014 (+ 10,4 %, + 9,3 % et + 7,4 % respectivement). Seule la consommation en voiliers et autres bateaux de plaisance, en baisse depuis 2011, affiche encore un repli marqué en 2014 (- 10,3 %).

En revanche, la dépense sportive des administrations publiques, en baisse de 3,7 %, pèse sur la dépense sportive nationale. Cette baisse est imputable au secteur communal, premier financeur des dépenses sportives des administrations publiques, qui a réduit ses dépenses de 7,5 % en 2014. Cette évolution résulte principalement du cycle électoral sur l’investissement local. En effet, l’investissement des administrations publiques locales marque traditionnellement le pas au moment des élections locales, avant le lancement des nouveaux projets d’investissement.

Malgré la croissance des exportations (2,3 Md€ en 2014, +5,1 %), le solde commercial en biens sportifs continue de se creuser en 2014 (- 811 M€ après – 665 M€ en 2013) en raison de la forte progression des importations de biens sportifs (+ 9,1 %, 3,1Md€ en 2014) soutenues par la demande intérieure.

Près de 241 000 personnes travaillent dans un secteur d’activité sportif en 2014, contre 236 000 un an auparavant (soit une hausse de + 2,3 %). Malgré un léger ralentissement, l’emploi sportif dans le secteur public continue de progresser en 2014 (+ 0,6 % en 2014 après +1,9 %). L’emploi salarié dans le secteur privé reste, quant à lui, très dynamique en 2014 (+ 4,3 % en 2014 après +4,8 % en 2013). Ce dynamisme de l’emploi sportif ne se vérifie pas chez les travailleurs indépendants dont le nombre a baissé de 1,3 % en 2014. En 2014, le principal pourvoyeur d’emplois salariés dans le secteur sportif reste le secteur des clubs de sport qui emploie près de 81 000 personnes, soit presque 68 % des emplois sportifs dans le privé.

Alice BERGONZONI