Etat des lieux de l’offre de loisirs des 11-17 ans en Seine-Saint-Denis


L’étude après le rappel de quelques éléments de problématique générale autour de l’offre de loisir et des données concernant la jeunesse de Seine-Saint-Denis commence par un état des lieux quant à l’offre de loisirs sur le département (volet 1). Elle constate l’état souvent « piteux » des locaux dans lesquels les jeunes sont accueillis, la désaffection en règle générale des plus jeunes et toute l’importance de développer l’initiative et la participation des jeunes à partir de quelques réussites. Le volet 2 met en évidence l’importance des loisirs dans la lutte contre les inégalités en matière d’accès au sport et à la culture. Le volet 3 pointe un certain nombre de démarches adaptées aux adolescents. Le volet 4 revient sur l’urgence de la mise en oeuvre d’une politique systématique de qualifications des professionnels comme priorité absolue.

En savoir plus

Contexte de l’étude
Constatant un faible taux d’occupation des lieux d’accueil destinés aux 11-17 ans, la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) de Seine Saint-Denis pointait dans ses premières analyses une pénurie d’animateurs qualifiés pour développer des loisirs qui, à la fois, attirent des jeunes et leur permettent de s’ouvrir culturellement. C’est dans ce contexte qu’elle a demandé à l’INJEP d’établir un état des lieux de l’existant et des pistes d’actions en matière de loisirs, pour réduire les inégalités et assurer ainsi la cohésion sociale.

Méthodologie et problématique
Synthèse à la fois de la littérature existante, analyse des données disponibles ou mobilisable à la DDCS, enquête qualitative sur quatre territoires (Aubervilliers, Villetaneuse, Sevran, Noisy-le-Sec) sous forme d’entretiens avec des acteurs jeunesse. Au-delà des activités de loisir stricto sensu, partant de la commande de la DDCS, l’enquête a été élargie à l’ensemble des activités sportives et culturelles des 11-17 ans.

En savoir plus sur l'auteur

Cécile Ensellem, sociologue, consultante sous la direction de Jean-Claude Richez, coordonnateur de la mission observation, évaluation de l’INJEP.