Près d’un jeune sur deux (49 %) considère que la pandémie a été une période particulièrement pénible à vivre