Base ELISA

Créé par la loi du 10 mars 2010, l’engagement de Service Civique permet aux jeunes de 16 à 25 ans (et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap) de s’engager en faveur d’un projet collectif en effectuant une mission indemnisée d’intérêt général en France ou à l’étranger, auprès d’une personne morale agréée (associations, collectivités, établissements publics, services de l’État…). La base de données Elisa (Agence de services et de paiements) donne des informations individuelles sur les bénéficiaires et les missions. La base de données Oscar (Agence du Service Civique) renseigne sur les organismes agréés et leur statut juridique.

A partir de ces données servant à la gestion administrative des contrats de Service Civique, la MEDES produit des statistiques annuelles sur les volontaires en service civique. Ces statistiques, mises en ligne sur le site de l’INJEP, donnent des informations sur l’évolution du dispositif sur le nombre de mission, les profils des volontaires, les types d’organismes, les domaines des missions, la répartition géographique et les durées des missions.

Ces données fournissent des informations sur l’évolution du dispositif sur le nombre de mission, les profils des volontaires, les types d’organismes, les domaines des missions, la répartition géographique et les durées des missions. Elles sont issues de la base ELISA, qui sert à la gestion administrative des contrats de Service Civique.

De la création du dispositif en 2010 à l’année 2019, 426 000 volontaires ont effectué une mission de Service Civique. De 2010 à 2018, le nombre d’entrées en missions de Service Civique a progressé chaque année, et cette augmentation a été particulièrement forte entre 2014 à 2017 (+ 58 000 entrées de plus en 3 ans). En 2019, pour la première fois depuis la création du dispositif, le nombre d’entrées en mission a légèrement reculé pour atteindre 81 000 (après 84 000 missions en 2018).

L’augmentation du nombre de missions à partir de 2015 est en partie liée à l’offre de missions dans le secteur public (collectivités territoriales, établissements publics, services de l’Etat). De 2 600 missions proposées en 2014, ces organismes sont passés à 28 000 en 2019, soit 35 % des missions de cette année.

La part des volontaires dont le plus haut niveau de diplôme est le baccalauréat était de 43 % en 2019, et 33 % des volontaires détenaient un diplôme de l’enseignement supérieur. 24 % des volontaires avaient un niveau de formation inférieur au baccalauréat, avec 17 % ayant le brevet des collèges ou alors pas de diplôme et 7 % un CAP ou un BEP. La proportion de femmes est en légère augmentation, avec 61 % en 2019 contre 58 % en 2015.