Le rapport des jeunes au travail

Les jeunes ont-ils un rapport spécifique au travail ? Dans quelles conditions s’opère leur entrée dans le monde du travail ? Les perceptions de l’emploi ne sont-elles pas plurielles à l’image de la diversité des jeunes ? Quid des situations de celles et ceux en situation de handicap dans les dispositifs d’insertion ? Suivant les préoccupations des pouvoirs publics, les travaux de l’INJEP sur la perception qu’ont les jeunes du travail et de l’emploi se sont multipliés. Comme nombre de travaux en sciences sociales qui se sont penchés sur la question, ils nuancent l’idée d’une opposition générationnelle, et plus particulièrement d’une spécificité des jeunes générations. Les écarts de perception et d’attitude entre les groupes d’âge sont en réalité limités et, loin des préjugés sur la perte de la valeur travail, les jeunes, de même que leurs aînés, manifestent au contraire un fort attachement au travail.

En revanche, le rapport des jeunes au travail porte la marque d’un contexte économique et social caractérisé, notamment, par la dégradation du marché de l’emploi et la massification scolaire. Paradoxalement, si les jeunes sont davantage diplômés que leurs aînés, ils sont aussi davantage confrontés à la précarité de l’emploi.

C’est surtout entre les différentes catégories sociales qui composent la jeunesse de ce pays, et en fonction du genre, ou du niveau de diplôme, que s’observent des visions et des aspirations différentes vis-à-vis du travail. Enfin, la place des jeunes en situation de handicap, dans les dispositifs d’insertion interroge les acteurs publics sur leur capacité à produire des réponses cohérentes, fluides et adaptées. Ce dossier fait le point sur l’ensemble des questions évoquées. S’il n’épuise pas le sujet, gageons qu’il permettra aux lectrices et aux lecteurs de nourrir leur action par des travaux solides et circonstanciés.