Analyse des protocoles de suivi et d’évaluation des « cités éducatives »


« Visant à intensifier les prises en charges éducatives des enfants et des jeunes, de 0 à 25 ans, avant, pendant, autour et après le cadre scolaire », les cités éducatives ont été mises en œuvre en 2019 au sein de quartiers prioritaires de la politique de la ville. Elles doivent prévoir leur évaluation comme indiqué dans la convention-cadre qui formalise les engagements de l’État et de la collectivité porteuse. Cette note fait état de la diversité des démarches d’évaluation envisagées par les cités éducatives à travers l’analyse de 51 protocoles de suivi et d’évaluation mis à disposition de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP).

Bien que les protocoles témoignent de la volonté d’engager une vraie réflexion sur ce que les cités éducatives produisent et qu’une partie d’entre eux soient particulièrement aboutis, ils révèlent aussi les difficultés rencontrées par la majorité des cités éducatives dans la mise au point de leur démarche d’évaluation. Partant de ce constat, cette note revient sur les différentes étapes d’une démarche d’évaluation et propose des exemples et des orientations pour chacune d’entre elles.

Au-delà de considérations méthodologiques, elle propose un regard plus analytique sur les protocoles et identifie ce qu’ils disent des cités éducatives, de la conception qu’elles ont de leur rôle et de la démarche d’évaluation. De manière logique, il apparait que les dimensions les plus investies dans les protocoles d’évaluation sont celles relatives à l’école (orientation, réussite scolaire, climat scolaire, etc.). À l’inverse, certaines thématiques sont peu considérées dans les évaluations bien qu’elles soient présentes dans les plans d’action : l’égalité filles/garçons, le sport, la santé, la culture ou encore la mobilité font peu l’objet de questions évaluatives globales ; enfin, les enfants en bas-âge ou le public des 16-25 ans y sont rarement ciblés comme publics prioritaires.