Conseils de jeunes et participation : étude auprès des collectivités et de jeunes engagés


En tant qu’outils de participation des jeunes à la vie locale, les conseils de jeunes sont de plus en plus mobilisés par les collectivités territoriales. Leur importance a été reconnue par le projet de loi Égalité et citoyenneté adopté en 2016. Ce rapport dresse un panorama de ces conseils en France et fournit des résultats sur les jeunes qui y participent.

Pour cela, une première enquête a été conduite auprès des collectivités (communes, départements et régions) permettant de s’intéresser aux pratiques de fonctionnement, à la structure et à l’utilité du dispositif. Deux enquêtes ont ensuite été menées auprès de jeunes conseillères et conseillers : une enquête quantitative permettant de dresser le profil des jeunes engagés dans les conseils de jeunes et informant sur leur participation politique et citoyenne en général, et des entretiens qualitatifs permettant d’appréhender le sens que les jeunes mettent dans cet engagement, les compétences qu’ils peuvent en tirer ainsi que leur perception de ce dispositif et de son fonctionnement

L’enquête auprès des collectivités a permis de d’obtenir des informations sur 1 486 conseils de jeunes : 1 454 au niveau communal, 23 pour les départements et 9 pour les régions. Elle montre que les modalités d’organisation, les moyens dédiés et la capacité politique diffèrent fortement d’un niveau de territoire à un autre.

Par ailleurs, ce rapport indique que la population des conseiller·ère·s se démarque de la population jeune en général : niveau de formation élevé, parents souvent diplômés du supérieur, engagement participatif précoce, résidant plutôt dans les villes, et faible proportion de jeunes issus des minorités. Si l’expression au sein du conseil de jeunes est libre, ce dernier n’est pas le lieu de discussions politiques. La connexion avec les conseillers municipaux et la teneur décisionnelle des avis rendus sont faibles. Toutefois, l’expérience de conseiller·ère semble bien constituer un tremplin dans la construction d’un engagement politique ou associatif.