La participation politique en ligne des jeunes à travers le prisme des inégalités socioculturelles


Le numérique et les médias sociaux apparaissent aujourd’hui comme les principaux supports et vecteurs de la participation politique des jeunes. Signer une pétition en ligne, participer à des groupes de discussion politiques sur les réseaux sociaux ou encore partager des vidéos de candidats apparaissent comme autant de modalités participatives plébiscitées par la jeunesse. Loin de se désengager de la vie de la cité, les jeunes semblent ainsi continuellement renouveler les formes de leur engagement au gré des avancées technologiques. Plus ou moins « conventionnelles », plus ou moins chronophages, plus ou moins assumées, ces nouvelles formes de participation sont néanmoins loin de former un tout homogène. Ce rapport propose d’éclairer ces différentes facettes de la participation en ligne, en les articulant aux profils des jeunes qui y ont recours. À cette fin, l’auteur a mené une enquête multi-méthode (questionnaire, entretiens et observation de comptes en ligne) auprès d’un millier de jeunes, aux origines sociales et aux parcours scolaires diversifiés. Catégorie sociale composite et hétérogène, la jeunesse est en effet traversée par de nombreuses inégalités que le numérique n’a pas fait disparaître. Qu’ils soient décrocheurs scolaires ou étudiants de grandes écoles, les jeunes interrogés apparaissent tous comme hyper connectés. Pour autant, tous ne développent pas les mêmes usages sociaux et politiques du numérique. Il apparaît alors que le rapport à la participation en ligne dépend très étroitement de l’acquisition de ressources très inégalement distribuées au sein de la jeunesse (capital culturel des parents, capital scolaire, etc.). À partir des résultats d’une analyse multivariée, le rapport établit plus précisément une typologie de quatre grands rapports à la participation numérique. Une typologie qui permet de rendre compte de toute la diversité de cette participation, mais aussi des inégalités qui la structurent.