Revenus étudiants : de fortes disparités liées à la diversité des parcours

Jeunesses : études et synthèses n°11


Olivier Galland présente les résultats d’une enquête de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE). Soutien parental, bourses, revenus du travail sont passés au crible de l’analyse.
Les revenus étudiants varient de un à vingt. Cette disparité ne s’explique pas seulement par les origines sociales des étudiants, mais aussi par les effets du cycle de vie. C’est ce que révèle une enquête de l’Observatoire national de la vie étudiante.

En savoir plus

Menée par Olivier Galland, directeur de recherche au CNRS, directeur du GEMASS-CNRS et président du conseil scientifique de l’INJEP, l’enquête dont est issu ce numéro de Jeunesses études et synthèses, explique la grande variabilité des revenus étudiants, notamment, par les transformations du mode de vie au fur et à mesure de l’avancée dans l’âge et de la progression dans les études. Elle relève également un très fort écart de revenus entre les étudiants selon qu’ils vivent ou pas chez leurs parents, qu’ils travaillent, ou non, durant l’année ou sont bénéficiaires d’une bourse d’études, une fois valorisé l’apport que consiste le fait de vivre chez ses parents.

Pour Olivier Galland,  « l’effet du cycle de vie est nettement plus important dans la variation du revenu étudiant que l’effet de « statut » qui tient à la position de l’étudiant dans l’espace social ». Autrement dit, même si le statut social des parents reste déterminant, c’est la progression dans les études associée à l’entrée progressive dans la vie active qui explique avant tout les écarts de revenus entre étudiants. Pour autant, l’étude montre aussi que l’aide des parents constitue, en moyenne, près de la moitié des revenus étudiants.

En savoir plus sur l'auteur

Olivier Galland, directeur de recherche au CNRS, directeur du GEMASS-CNRS, président du conseil scientifique de l’INJEP