Baromètre DJEPVA Jeunesse 2017

La seconde vague du baromètre DJEPVA sur la jeunesse s’inscrit dans la volonté de proposer aux pouvoirs publics, aux corps associatifs, et plus généralement à tous les acteurs mobilisés par la jeunesse, des indicateurs récurrents sur les conditions de vie, les modes de vie, aspirations et attentes des jeunes.

À la demande de la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) et avec l’appui de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) le CRÉDOC a réalisé la seconde édition du baromètre DJEPVA sur la jeunesse, une enquête nationale auprès de 4 500 jeunes âgés de 18 à 30 ans. En 2017, le dispositif d’enquête a été étendu aux territoires ultramarins (La Réunion, la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique).

Ce dispositif est adossé à l’enquête permanente du CRÉDOC sur les Conditions de vie et Aspirations des Français, qui existe depuis 1978 et permet de resituer les analyses portant sur les jeunes sur des données de contexte général, et de comparer certains des résultats à ceux observés dans d’autres tranches d’âge.

Plusieurs thèmes ont été abordés dans cette étude, dont plusieurs avaient déjà fait l’objet de mesure en 2016, permettant des comparaisons dans le temps :

  • Les aspirations : l’état d’esprit actuel, la satisfaction vis-à-vis de la vie actuelle et les perspectives futures.
 
  • La participation citoyenne (nouvelle thématique introduite en 2017) : la forme de participation à la vie publique jugée la plus efficace pour que les choses bougent, participation à une manifestation ou à une grève, signature d’une pétition, l’intention de vote au premier tour des prochaines élections présidentielles, les raisons du vote et de l’abstention à ce premier tour, l’opinion quant à différentes pistes de renouvellement du système politique français.
 
  • L’engagement associatif : l’adhésion associative, l’engagement bénévole, les freins et leviers à l’engagement bénévole.
 
  • L’opinion sur le service civique : la connaissance du dispositif et l’envie de s’engager.
 
  • La mobilité et l’expérience internationale : les départs à l’étranger (hors vacances) au cours des cinq dernières années, les motifs de départs, les apports et freins d’une expérience internationale, la reconnaissance des acquis de l’expérience de mobilité.
 
  • La mobilité quotidienne (nouvelle thématique introduite en 2017) : l’équipement en véhicule motorisé, la proximité de transports en commun, le moyen de transport utilisé pour les trajets quotidiens, le vécu vis-à-vis des déplacements, les renoncements pour causes de difficultés de transport et les pistes prioritaires d’amélioration pour les trajets quotidiens.
 
  • L’accès aux droits sociaux et aux soins : le non-recours aux droits sociaux, les motifs de non-recours, la connaissance des dispositifs sociaux et les attentes d’aides des pouvoirs publics.

L’enquête a été réalisée en ligne, du 19 janvier au 9 février 2017, auprès d’un échantillon représentatif de 4 541 jeunes âgés de 18 à 30 ans résidants en France (y compris en outre-mer), sélectionnés selon la méthode des quotas. Afin de pouvoir réaliser des analyses régionales130, certaines régions métropolitaines ont été surreprésentées afin de disposer d’un effectif minimum de 200 répondants sur chacune des régions. Les DOM ont également été surreprésentés.

Les jeunes ont été sélectionnés pour participer à l’enquête selon la méthode des quotas. Les quotas nationaux (région, taille d’agglomération, âge, sexe, niveau de diplôme, situation d’activité) et régionaux (sexe, âge, niveau de diplôme, situation d’activité) ont été calculés d’après les résultats du dernier recensement général de la population (Insee, Recensement de la population, 2013). Un redressement régional puis national a été effectué pour assurer la représentativité de l’échantillon par rapport à la population nationale des jeunes âgés de 18 ans à 30 ans intégrant l’ensemble des variables de quotas, toujours à partir des dernières données du recensements (voir tableau ci-après).

Le taux de départ à l’étranger des jeunes de 18 à 30 ans a également été intégré comme variable de redressement. L’approche méthodologique en ligne adoptée avait conduit à surreprésenter les jeunes mobiles. Le redressement a été réalisé à partir des résultats de l’enquête Conditions de vie et Aspirations du CRÉDOC réalisée en face à face en juin 2016. La même question a été posée en face à face à un échantillon représentatif de 2 010 personnes dont 395 jeunes âgés de 18 à 30 ans.

En 2017, le dispositif d’enquête a été étendu aux territoires ultramarins (La Réunion, la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique). Le suivi des quotas ainsi que le redressement sur cet échantillon ultramarin ont été légèrement différents. Les tailles d’unité urbaine ont été adaptées comme la situation d’activité.