Rubrique Veille & Actus : Les chiffres-clés

Ouvrir/Fermer tout

Enquête sur les difficultés de recrutement. Les métiers en tension et les besoins dans l’Éducation populaire - Héxopée / FONJEP

Héxopée / FONJEP - Novembre 2022, 25 p.

L’enquête 2021 pointait de multiples raisons aux difficultés de recrutement : manque de reconnaissance des métiers, d’accessibilité des formations professionnelles, problème de l’organisation du temps de travail. Celle de 2022 illustre comment l’inflation percute le marché de l’emploi dans les associations employeuses. 74 % placent la rémunération au centre des freins à l’embauche et 57 %, la question du temps partiel. La formation des salariés (55 %), l’engagement qui leur est demandé (48%) et les amplitudes horaires (47 %) arrivent ensuite.

Voir le site

Les effectifs d’étudiants étrangers en mobilité internationale pendant la pandémie et un an après - SIES

Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Note d'information du SIES n°11 - BODELIN, Louis ; VINET, Louise ; NDAO, Guirane - Décembre 2022, 2 p.

En 2021-2022, près de 303 000 étudiants étrangers en mobilité internationale sont inscrits dans l’enseignement supérieur. Ils représentent 11 % de l’ensemble des étudiants de l’enseignement supérieur.

Voir le site

Les jeunes à Paris et dans la Métropole du Grand Paris - Portrait social et démographique. 4e édition - APUR

Atelier parisien d’urbanisme (APUR) - LATOURNERIE, Frédérique ; MOREAU, Émilie (Dir.) - Novembre 2022, 112 p.

La population jeune représente près d’un million de personnes à l’échelle du Grand Paris sur un total de 7,1 millions d’habitants. La majorité des 16-25 ans poursuit ses études (69 % à Paris et 65 % dans la Métropole du Grand Paris). Près d’un quart d’entre eux (22 %) exerce une activité professionnelle et une plus faible proportion n’est ni en études, ni en formation, ni en emploi (9% à Paris et 13% dans la Métropole du Grand Paris). Au-delà des jeunes résidents, la population des jeunes présente en journée, pour travailler ou étudier, est encore plus nombreuse. Ces flux quotidiens entraînent un doublement du nombre de jeunes à Paris, se traduisant par une forte intensité d’usages et une pression sur certains équipements ou espaces publics. Cette étude souligne l’enjeu du logement qui demeure central avec des difficultés de décohabitation qui se renforcent, particulièrement pour les jeunes natifs ou natives du Grand Paris. Près de la moitié des jeunes de 25 ans né·e·s à Paris (46 %) habitent encore chez leurs parents en 2018, alors qu’ils n’étaient qu’un tiers (32 %) en 1999.

Voir le site

Les six manières dont les collégiens occupent leur temps libre - DEPP

DEPP ; INJEP - Note d'Information n° 22.35, novembre 2022, - BARHOUMI, Meriam ; CAILLE, Jean-Paul - Novembre 2022, 4 p.

À 13 ou 14 ans, les collégiens occupent leur temps libre par des activités fortement fédératrices : sport, écoute de la musique, jeux vidéo, sans oublier les devoirs.

Voir le site

L'impact économique des étudiants internationaux en France - Campus France

Campus France - Novembre 2022, 12 p.

Campus France, en partenariat avec l’institut Kantar Public, a mené une enquête auprès de 10 000 étudiants internationaux afin de mieux connaître leurs ressources, dépenses et conditions de vie. Cette étude permet d’évaluer l’impact économique de leur présence en France : leur apport se monte à 5 milliards d’euros pour le pays, soit un solde positif net de 1,35 milliard d’euros en tenant compte des dépenses publiques liées. L’enquête permet aussi d’évaluer l’impact positif de long terme sur l’image de la France à l’international.

Voir le site

Le baromètre du mécénat d'entreprise en France - Admical

IFOP pour Admical - Novembre 2022, 109 p.

Le dernier baromètre du mécénat d’entreprise en France montre que les dons des entreprises ont progressé entre 2019 et 2021 pour atteindre 3,6 milliards (contre 3,5 en 2019). Néanmoins, un tiers des entreprises mécènes considèrent que la crise sanitaire a eu un impact sur leur politique de mécénat. Pour la moitié d’entre elles, cela correspond à une réduction du budget (notamment chez les PME et ETI), mais l’autre moitié évoque aussi l’opportunité d’avoir redéfini ses axes d’intervention ou d’avoir amplifié ses actions.

Voir le site

France portrait social. Edition 2022 - INSEE

INSEE - Novembre 2022, 228 p.

L'édition 2022 de France Portrait social dresse un panorama complet des pratiques sportives et culturelles en France. A noter les contributions de l'INJEP pour les articles suivants : "Deux tiers des 15 ans ou plus ont une activité physique ou sportive régulière en 2020" par Mathilde Didier (INJEP-MEDES), Brice Lefèvre (Université Claude Bernard-Lyon 1), Valérie Raffin (INJEP-MEDES), "Au-delà de la pratique, le sport comme une expérience culturelle" par Cédric Zimmer (INJEP-MEDES) et "Loisirs des villes, loisirs des champs : territoires et caractéristiques sociales des personnes influent sur leurs loisirs sportifs et culturels" par Edwige Millery, Philippe Lombardo (DEPS) ; Cédric Zimmer (INJEP-MEDES).

Voir le site

169 milliards d’euros consacrés à l’éducation en 2021 : 6,8 % du PIB - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 22.34 - DREGOIR, Mélanie ; ROUSSEAU, Sylvie, - Novembre 2022, 4 p.

En 2021, la France a consacré 168,8 milliards d’euros à son système éducatif, soit une hausse de 8,3 milliards d’euros par rapport à 2020. Ce rebond succède à une année marquée par la crise sanitaire et bénéficie à tous les niveaux de formation, du préélémentaire au supérieur. Le poids des dépenses d’éducation dans le PIB est globalement stable par rapport à 2020 (6,8 %).

Voir le site

Vingt ans de participation électorale : en 2022, les écarts selon l’âge et le diplôme continuent de se creuser - INSEE

INSEE - INSEE Première, n°1929 - ALGAVA, Élisabeth ; BLOCH, Kilian - Novembre 2022, 4 p.

Les écarts de participation selon l’âge, déjà très marqués en 2002, se sont accrus en vingt ans, surtout pour les législatives. Seuls 28 % des moins 30 ans ont voté au second tour des législatives en 2022, contre 59 % des 65 ans ou plus, soit 31 points d’écart. C’était 25 points en 2002 (45 % contre 70 %).

Voir le site

Les jeunes et l’entreprise : résultats du Baromètre. 2ème édition - Fondation Jean-Jaurès / Macif

BVA pour la Fondation Jean-Jaurès / Macif - Novembre 2022, 3 p + 9 p.

Selon le baromètre de la Fondation Jean-Jaurès / Macif, depuis la crise sanitaire : 56 % des jeunes sont en recherche de sens et d’engagement dans leur vie professionnelle et dans leurs études, plus d’un tiers des jeunes déplore le manque de prise en compte de la voix des salariés dans l’entreprise (34 %) et plus d'un tiers des jeunes considèrent que la préservation de l’environnement est un sujet prioritaire dans l’engagement des entreprises.

Voir le site

Les bacheliers 2008 et 2014 : une comparaison en termes de caractéristiques, de diplomation et de poursuite d’études - DARES

Note d'Information du SIES n° 22.09 - KLIPFEL, Justine - Novembre 2022, 6 p.

Entre 2008 et 2014, les profils, l’orientation, les parcours et la réussite des bacheliers entrés dans les principales formations de l’enseignement supérieur directement après leur baccalauréat ont évolué. Ils sont plus souvent titulaires d’un baccalauréat avec mention (31 % de mentions « Bien » ou « Très Bien » en 2014 contre 19 % en 2008) et d’un baccalauréat professionnel (13 % en 2014 contre 8 % en 2008). La mise en place de la plateforme APB a amélioré la qualité de l’orientation : les bacheliers 2014 sont plus fréquemment inscrits dans la formation qu’ils souhaitaient (93 % en 2014 contre 88 % en 2008). Ils se déclarent aussi plus souvent satisfaits de leur première année d’études que les bacheliers 2008 même si leurs résultats sont un peu moins bons. Les bacheliers 2014 sortis de l’enseignement supérieur au cours des six années suivant leur baccalauréat sont un peu plus souvent titulaires d’un diplôme que les bacheliers 2008 (80 % contre 78 %). Quelle que soit la cohorte, un peu moins d’un tiers d’entre eux (29 %) ont quitté l’enseignement supérieur avec un diplôme de niveau bac + 5.

Voir le site

Les 10-15 ans et le harcèlement - CSA pour Milan Presse

CSA pour Milan Presse - Novembre 2022, 9 p.

Dans le cadre de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, CSA a réalisé une étude pour Milan Presse auprès des 10-15 ans. Ainsi, 60 % des 10-15 ans pensent qu’ils pourraient être victimes de harcèlement tandis qu’un peu plus de la moitié pensent qu’ils pourraient être victimes de cyberharcèlement. 48 % pensent qu’ils sont suffisamment informés pour se protéger du harcèlement et du cyberharcèlement, alors que la quasi-totalité des répondants a déjà été sensibilisée au sujet (96 %), que ce soit par ses parents (80 %), un professeur (65 %) ou par ses amis (35 %).

Voir le site

Baromètre de confiance en l’avenir des Jeunes. 5ème Vague - BVA/L'Etudiant

BVA pour l'Etudiant - Novembre 2022, 23 p.

Depuis 2020, le niveau de stress des jeunes ne fait qu’augmenter. Cette année, plus des deux tiers d’entre eux déclarent qu’ils sont stressés dans leurs études (67 %). Un résultat qui progresse de trois points par rapport à la mesure de 2021 (64 %) et même de six points par rapport à 2020. Paradoxalement, les jeunes se sentent aussi plus épanouis que l’an passé (48 %, +4 pts), même si ce sentiment n’est toujours partagé que par une minorité de répondants. De manière comparable à 2021, 67 % des jeunes se disent motivés dans leurs études (+1 pt). S’agissant de leur avenir, les jeunes se disent majoritairement optimistes (67 %). Un résultat qui enregistrait l’an passé une baisse notable par rapport à 2020 (-4 pts) et qui se stabilise cette année.

Voir le site

Activité physique et sédentarité de l’enfant et de l’adolescent. Report Card 2022 - ONAPS

ONAPS - Octobre 2022, 63 p.

Les indicateurs évalués dans le cadre du RC2022 s’inscrivent dans la lignée de ceux déjà présents dans notre RC2020. Ainsi, le Niveau d’Activité Physique, les Comportements Sédentaires, les Transports Actifs, les Jeux Actifs, la Condition Physique, la Place de l’Ecole et de l’Education Physique, le Rôle des Fédérations Sportives, les Espaces de Jeux et l’Urbanisation, l’Environnement Familial et Social, et l’Implication Gouvernementale et Institutionnelle ont été évalués dans notre RC, tout comme dans le RC de près de 60 autres pays. Au-delà de ces indicateurs, le RC2022 propose une nouvelle analyse, comme en 2020, dédiée aux potentiels effets induits par les restrictions sanitaires imposées dans le cadre de la COVID-19, sur le niveau d’activité physique et de sédentarité de nos enfants et adolescents français. A l’aide de l’ensemble des indicateurs du RC, une analyse préliminaire de l’activité physique et de la sédentarité des enfants et adolescents en situation handicap est également disponible.

Voir le site

Dépenses d’enseignement supérieur : quelles disparités selon le genre des étudiants ? - IPP

Institut des politiques publiques (IPP) - Note IPP n°83 - BONNEAU, Cécile - Octobre 2022, 8 p.

Cette note documente les disparités de dépenses d’enseignement supérieur selon le genre. En raison d’une forte sous-représentation des femmes dans les filières bénéficiant des ressources les plus importantes (classes préparatoires aux grandes écoles, instituts universitaires de technologie, grandes écoles, etc.) ainsi que dans les disciplines scientifiques – plus coûteuses en raison de taux d’encadrement plus élevés, les dépenses d’enseignement supérieur consacrées aux étudiantes sont inférieures de 18 % à celles allouées à leurs homologues masculins. Ces disparités ne s’expliquent pas par des durées d’études différentes mais par des choix d’orientation différenciés en termes de filières et de spécialités disciplinaires

Voir le site

Baromètre des violences éducatives ordinaires - Fondation pour l'Enfance

IFOP pour la Fondation pour l'enfance - Octobre 2022, 26 p.

Mené par l’IFOP auprès 1 314 parents d’enfants de 0 à 10 ans, les chiffres relevés sont inquiétants : près de 8 parents sur 10 déclarent avoir recours à une violence éducative ordinaire, qu’elle soit physique ou morale.

Voir le site

Baromètre Jeunesse & Confiance 2022 - OpinionWay / Vers le haut

OpinionWay / Vers le haut - Octobre 2022, 81 p. + 12 p.

Malgré leur sentiment d'inquiétude face à l'avenir, le degré de satisfaction globale reste élevé, puisque les 3/4 des jeunes considèrent que leur vie correspond à leurs attentes (76 %), un des plus hauts niveaux depuis 2015. Les moins de 20 ans sont les plus nombreux à être satisfaits de leur vie actuelle : ils sont 80 % à dire que leur vie correspond à leurs attentes, contre 70 % des 23-25 ans. Ce qui confirme une tendance déjà observée les années précédentes, sans doute liée aux difficultés d'insertion sur le marché du travail auxquelles sont confrontés les plus de 20 ans.

Voir le site

+ 88 %, c'est l'augmentation du nombre de Sociétés Coopératives d'Intérêt Collectif (SCIC) en 5 ans - ESS France

ESS France - Octobre 2022

20 ans après la création de ce statut juridique, il existe en 2021 1211 Sociétés coopératives d'intérêt collectif (Scic) en France. Le succès de ce statut coopératif original s’est particulièrement confirmé ces dernières années : + 88% de leur nombre en 5 ans, et atteignent 13 190 salariés à fin 2021, soit une augmentation de 160% depuis 2016.

Voir le site

Les jeunes Mosellans sont davantage touchés par la pauvreté et la précarité - INSEE

INSEE ANALYSES GRAND EST, n° 148 - HORODENCIUC, Laura ; VILLAUME, Sophie - Octobre 2022, 4 p.

En Moselle, plus de la moitié des 175 500 jeunes âgés de 15 à 29 ans résident encore chez leurs parents, et près d’un jeune sur dix chez des parents au chômage ou inactifs. Un jeune sur six n’est ni en emploi, ni en études et un sur dix est peu ou pas diplômé. En 2019, dans les ménages dont le référent fiscal a moins de 30 ans, une personne sur quatre vit sous le seuil de pauvreté. C’est dix points de pourcentage de plus que pour l’ensemble des ménages fiscaux du département. En conséquence, les jeunes Mosellans sont plus souvent bénéficiaires des prestations sociales ou familiales que le reste de la population.

Voir le site

L'état de l'école : édition 2022 - Ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse

Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse - DEPP - Octobre 2022, 112 p.

L'état de l'école propose des données sous la forme de fiches. Scolarité des élèves, investissements, climat scolaire, formation des personnels, acquis des élèves, parcours, orientation et insertion professionnelle. Toutes ces dimensions sont abordées à travers 36 fiches synthétiques illustrées par des graphiques, cartes ou tableaux. Des indicateurs internationaux permettent d’établir des comparaisons et de situer la France parmi d’autres pays. Certaines fiches rendent compte des inégalités sociales, des différences de genre et des disparités territoriales. L’ensemble des analyses et indicateurs de ce numéro ainsi que des données complémentaires sont disponibles en téléchargement.

Voir le site

Démissions précoces de cadres : un processus qui vient compliquer des recrutements déjà difficiles - APEC

APEC (Association pour l'emploi des cadres) - Direction Données études (DDE) - Focus - Octobre 2022, 4 p. (Collection Trajectoires)

Au cours des 10 dernières années, 22 % des cadres ont déjà démissionné d’un poste en CDI au cours des deux années suivant la prise de poste. Aussi, 12 % l’ont déjà fait au cours de la période d’essai. Sans surprise, les démissions précoces sont nettement plus présentes chez les cadres de moins de 35 ans. Ainsi, au cours des 10 dernières années, 42 % d’entre eux ont démissionné d’un CDI dans les 2 ans après leur prise de poste contre 19 % des 35-54 ans et 6 % des 55 ans et plus.

Voir le site

Tous les pays du monde (2022) - INED

INED - Population et Sociétés n° 603 - PISON, Gilles ; COUPPIE, Etienne ; CAPORALI, Arianna - Septembre 2022, 8 p.

Tous les deux ou trois ans, Population & Sociétés publie un numéro intitulé Tous les pays du monde présentant un tableau de la population mondiale. Celle-ci compte 8 milliards d’habitants en 2022. Elle a été multipliée par huit depuis deux siècles, et devrait continuer à croître jusqu’à atteindre peut-être 10 milliards à la fin du XXIe siècle

Voir le site

Le bonheur au travail vu par les jeunes - Baromètre BVA/Groupe ISC Paris

BVA/Groupe ISC Paris - Octobre 2022, 35 p.

Dans le cadre du déploiement de sa nouvelle raison d’être, le Groupe ISC Paris présente la 1ère édition de son baromètre sur le bonheur au travail vu par les jeunes de 18-24 ans, réalisé avec BVA. Ce baromètre analyse notamment leur perception de l’utilité d’une formation pour atteindre leurs objectifs professionnels, les facteurs qui influent le plus sur leur bien-être au travail et la définition de leurs « jobs de rêves ». Pour établir cette enquête, les réponses d’un échantillon représentatif de 1102 jeunes, dont 557 étudiants ont été analysées.

Voir le site

Parcoursup 2021 - vœux de poursuite d'études et de réorientation dans l'enseignement supérieur et réponses des établissements - MESR

Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - 2022

Ce jeu de données présente les vœux de poursuite d’études et de réorientation dans l’enseignement supérieur ainsi que les propositions des établissements pour chaque formation – hors apprentissage – à la fin du processus d’affectation de la plateforme Parcoursup pour la session 2021 (du 20 janvier au 16 septembre 2021). Les données sont tirées de la plateforme Parcoursup 2021 et prennent en compte l’ensemble de la campagne jusqu’à la date du 16 septembre 2021. Elles sont disponibles sous forme de base de données à télécharger et sous forme de visualisation graphique « dataviz ».

Voir le site

Pendant le pic estival, près de 800 000 postes sont occupés par des saisonniers - INSEE

INSEE Première n°1924 - SENECHAL, Marie-Laure - Septembre 2022, 4 p.

En France hors Mayotte, l’emploi saisonnier, destiné à répondre à un accroissement local et temporaire de l’activité économique, représente plus de 4 millions de postes en 2017, soit 11 % des postes du privé, mais seulement 1,4 % en équivalent temps plein. Pris dans leur ensemble, les postes saisonniers sont concentrés sur la période estivale mais, à l’échelle d’un secteur d’activité ou d’un territoire, le recours à la main-d’œuvre saisonnière fluctue tout au long de l’année. Un poste saisonnier sur deux est un contrat intérimaire. Une particularité des saisonniers est la surreprésentation des jeunes : 44 % ont moins de 26 ans, alors qu’ils ne représentent que 18,8 % des salariés du privé. Ce recours à de la main-d’œuvre jeune est très marqué dans le commerce ainsi que dans l’hébergement et la restauration. Pour des étudiants, il s’agit souvent de « jobs d’été » et d’un revenu d’appoint. Pour d’autres, ces emplois saisonniers peuvent représenter une première expérience professionnelle, un choix de vie ou avoir été acceptés faute de trouver un emploi stable. L’amélioration de la situation du marché du travail peut ainsi conduire à réduire fortement l’offre de travail saisonnier issu de cette catégorie.

Voir le site

Les boursiers sur critères sociaux en 2021-2022 - SIES

Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Note Flash du SIES n°23 - FOURRÉ, Marie - Septembre 2022, 2 p.

Durant l’année universitaire 2021-2022, 720 000 étudiants ont perçu une bourse sur critères sociaux (BCS) du MESR, soit une baisse de 3,9% en un an. La part de boursiers au sein des formations ouvrant droit aux bourses a, quant à elle, diminué de 0,7 point pour atteindre 37,7 %. Ces deux baisses marquent un retour aux effectifs antérieurs à 2020-2021, année qui avait connu, avec la crise sanitaire, une très forte hausse du nombre et de la part de boursiers. La baisse des effectifs de boursiers est en partie liée à l’augmentation de l’apprentissage, notamment dans les formations courtes. Comme depuis plusieurs années, les proportions de boursiers dans les filières sélectives (CPGE, école de commerce, formation d’ingénieur) sont en baisse.

Voir le site

Interruptions volontaires de grossesse : la baisse des taux de recours se poursuit chez les plus jeunes en 2021 - DREES

DREES - Études et Résultats, n° 1241 - VILAIN, Annick ; FRESSON, Jeanne (Collab.) ; REY, Sylvie (Collab.) - Septembre 2022, 7 p.

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie une étude sur le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) réalisés en 2021 et le compare à la situation en 2020 dans un contexte de crise sanitaire, et aux évolutions par rapport aux années précédentes. C’est parmi les femmes âgées de 20 à 29 ans que les IVG restent les plus fréquentes : le taux de recours s’élève à 24,8 ‰ parmi les jeunes femmes âgées de 20-24 ans et atteint 27,2 ‰ pour celles âgées de 25-29 ans. En 2021, les taux de recours diminuent pour toutes les femmes âgées de moins de 30 ans, tandis qu’ils augmentent légèrement pour celles de 30 ans ou plus.

Voir le site

Regain d’optimisme des jeunes en 2022 après deux ans de pandémie - INJEP

INJEP Analyses et Synthèses, n° 60 - HOIBIAN, Sandra ; MÜLLER, Jörg – Septembre 2022, 4 p.

La jeunesse a été durement éprouvée par les deux ans de pandémie : insertion professionnelle ralentie, perte de liens sociaux dans une période de la vie où ceux-ci sont essentiels, dégradation de la santé psychique. En mars 2022, alors que le virus semble moins menaçant, mais que débute la guerre en Ukraine, le moral des 18-30 ans s’améliore. Les jeunes Français se montrent ainsi plus positifs sur leur vie actuelle et leurs perspectives.

Voir le site

Percevoir un bas salaire dans le secteur privé : seule une petite majorité s’en est sortie quatre ans plus tard - INSEE

INSEE Première n° 1923- GODET, Fanny ; SUEUR, Éléonore - Septembre 2022, 4 p.

Percevoir un bas salaire est plus fréquent parmi les jeunes : un salarié à bas salaire sur quatre a moins de 26 ans, contre un sur dix de l’ensemble des salariés du privé. D’une part, les salariés de cette tranche d’âge ont en moyenne moins d’expérience professionnelle que leurs aînés, ce qui explique des salaires inférieurs. Egalement, les peu ou pas diplômés, en moyenne moins rémunérés, y sont surreprésentés car sortis plus tôt du système scolaire, contrairement aux jeunes poursuivant leurs études.

Voir le site

Regain d’optimisme des jeunes en 2022 après deux ans de pandémie - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n° 60 - HOIBIAN, Sandra ; MULLER, Jörg - Septembre 2022, 4 p.

La jeunesse a été durement éprouvée par les deux ans de pandémie : insertion professionnelle ralentie, perte de liens sociaux dans une période de la vie où ceux-ci sont essentiels, dégradation de la santé psychique. En mars 2022, alors que le virus semble moins menaçant, mais que débute la guerre en Ukraine, le moral des 18-30 ans s’améliore. Les jeunes Français se montrent ainsi plus positifs sur leur vie actuelle et leurs perspectives. Au-delà de l’effet du retour à la vie normale, la reprise du marché du travail semble nourrir ce regain d’optimisme. Quelques stigmates de la période subsistent toutefois : des sentiments de solitude épisodiques plus fréquents et, chez les jeunes femmes, une part d’états d’esprit positifs en retrait de 6 points par rapport à la période pré-crise.

Voir le site

Le panel Trajectoires des jeunes appariées aux mesures actives du marché du travail (Trajam) 2010-2015. Présentation et conseils d'utilisation - DARES

DARES - BOREL, Marie ; HERVELIN, Jérémy ; KACY, Meddy ; REIST, Cindy - Document d'études 262 - Septembre 2022, 123 p.

Le panel TRAjectoires des Jeunes Appariés aux Mesures actives du marché du travail (Trajam) initié par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), du Ministère du travail, vise à mieux suivre les trajectoires professionnelles des jeunes et leur participation à des mesures actives du marché du travail (subventions à l’emploi, accompagnement à la recherche d’emploi, formations professionnelles…) en France, en procédant à des appariements de fichiers administratifs. Ce document a pour but de présenter cette nouvelle base de données, les principes de sa constitution et de sa structure, ainsi que des exemples d’usages pour les études relatives aux questions d’emploi et d’insertion des jeunes.

Voir le site

Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. Sortants du supérieur : le niveau de diplôme ne résume pas les trajectoires d'insertion - CEREQ

CEREQ Bref, n°426 - MERLIN, Fanette ; WIERUP, Emmelie Louise - Septembre 2022, 4 p.

Le début de carrière des jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2017 ne déroge pas à la règle : il est d'autant plus favorable que leur niveau d’études est élevé. Il varie néanmoins selon la spécificité de chaque diplôme, celle de la formation suivie et les caractéristiques des publics concernés. Pour la Génération 2017, les débuts dans la vie active se heurtent également au premier confinement, dont les effets varient alors davantage en fonction des segments d'emploi que du niveau de diplôme.

Voir le site

Les étudiants en apprentissage dans l’enseignement supérieur : effectif, profil et réussite - SIES

Note d'Information du SIES n° 22.07 - BROUILLAUD, Aurélien ; NDAO, Guirane - Août 2022, 8 p.

En 2020-2021, 323 300 étudiants sont inscrits en apprentissage dans l’enseignement supérieur en France métropolitaine et dans les départements et régions d’outre-mer, soit une hausse de 80 % en deux ans.

Voir le site

Bilan 2022 de l’emploi associatif sanitaire et social - UNIOPSS / Recherches & Solidarités

UNIOPSS ; Recherches & Solidarités - Septembre 2022, 16 p.

L’Uniopss et l’association Recherches & Solidarités publient l’édition 2022 du bilan de l’emploi associatif sanitaire et social, un secteur qui compte 1,13 million de salariés en 2021. Le secteur sanitaire et social privé non lucratif regroupe 1,13 million de salarié∙es dans 36 570 établissements employeurs. Ce document en présente les chiffres et évolutions clés en s’appuyant sur les déclarations d’employeurs auprès de URSSAF Caisse nationale pour le régime général et de la MSA pour le régime agricole. Ce bilan national est complété par 17 bilans régionaux synthétiques.

Voir le site

Le contrat de professionnalisation en 2021 - DARES

DARES - EL HAIMER, Kawtar - DARES RESULTATS n° 43 - Septembre 2022, 4 p.

En 2021, les entrées en contrat de professionnalisation s’établissent à 120 600 et augmentent pour la première fois depuis 2019 (+7 % sur un an). Le nombre de personnes en contrat de professionnalisation, 136 500 fin 2021, continue quant à lui de diminuer (-18 % sur un an) sous l’effet de la forte baisse des entrées en 2020.

Voir le site

L’apprentissage en 2021 - DARES

DARES - FAUCHON, Alexandre - DARES RESULTATS n° 42 - Septembre 2022, 4 p.

733 200 nouveaux contrats d’apprentissage débutent en 2021, soit 38 % de plus qu’en 2020. Cette hausse fait suite à une augmentation, déjà forte, en 2020 (+44 % par rapport à 2019). Cette dynamique est surtout portée par les apprentis de l’enseignement supérieur, du secteur tertiaire et employés par les entreprises de 10 salariés ou plus.

Voir le site

Lancement du baromètre “enfants à la rue” 2022 - UNICEF France / Fédération des acteurs de la solidarité

UNICEF France ; Fédération des acteurs de la solidarité - Septembre 2022, 10 p.

Ce document recense le nombre de familles qui n’ont pas pu être accueillies dans des structures d’hébergement adaptées malgré leur demande auprès du 115, le numéro d’appel d’urgence pour les sans-abri. 1 658 enfants sans solution d’hébergement avant la rentrée scolaire. Le baromètre détaille la situation des personnes en famille : les couples ou groupes avec enfants ainsi que les familles monoparentales.

Voir le site

Quels liens les jeunes décrocheurs entretiennent-ils avec le Service public de l’emploi ? - DARES

DARES - REIST, Cindy - DARES ANALYSES n°41 - Août 2022, 4 p.

En 2014, 5 % des jeunes ayant réalisé leur Journée défense et citoyenneté (JDC) sont identifiés comme décrocheurs, c’est-à-dire qu’ils ne sont ni scolarisés ni en emploi, et ont au plus le brevet des collèges.

Voir le site

Profils et parcours des personnes logées focus sur les moins de trente ans - UNAFO

Union professionnelle du logement accompagné (Unafo) - Août 2022, 16 p.

Plus de 50 % des personnes ayant emménagé en 2021 dans un dispositif de logement accompagné ont moins de 30 ans : un focus particulier pour souligner notamment les liens entre logement accompagné et insertion socio-professionnelle et l’apport du secteur aux politiques publiques de la jeunesse et du logement. Les données concernant les jeunes de moins de 30 ans sont extraites de l'enquête annuelle de l'UNAFO sur les personnes logées, portant sur les résidents ayant emménagé (entrées) ou ayant quitté (sorties) leur logement entre le 1er janvier et le 31 décembre 2021.

Voir le site

Repères et références statistiques 2022. Enseignements, formation, recherche - DEPP / SIES

DEPP ; SIES - Août 2022, 406 p.

Cet ouvrage de référence apporte une information riche et pertinente sur le fonctionnement et les résultats du système éducatif français avec une profondeur historique illustrée par des séries temporelles longues. À travers 177 fiches, les différentes thématiques abordent les établissements, mais également ceux qui les fréquentent : les élèves du premier et du second degré, les apprentis et les étudiants. D’autres thématiques sont consacrées aux résultats, aux personnels, au budget et à l’enseignement en outre-mer.

Voir le site

L'Éducation nationale en chiffres. Édition 2022 - DEPP

direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) - Août 2022, 13 p.

Cette synthèse des caractéristiques et des tendances du système éducatif français présente les principaux chiffres clés pour l’année scolaire en cours : population scolaire, effectifs d’enseignants, coût de l’éducation, part des secteurs public et privé, diplômes délivrés, insertion professionnelle des jeunes.

Voir le site

Le service civique en chiffres, mise à jour 2022 - INJEP

INJEP - Fiches repères n° 41 - VENET, Thomas - Mise à jour : août 2022, 2 p.

Créé par la loi du 10 mars 2010, le service civique propose à des jeunes de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, de s’engager dans une mission d’intérêt général auprès d’associations ou d’institutions publiques. Le dispositif a pris une place croissante dans les politiques de jeunesse : entre 2017 et 2021, environ 80 000 jeunes ont commencé une mission chaque année, soit quatre fois plus qu’en 2014. Durant cette période, la population des volontaires a représenté environ 10 % de la classe d’âge des 16-25 ans. Cette fiche détaille l’évolution du service civique et le profil des volontaires.

Voir le site

Le poids économique du sport, mise à jour 2022 - INJEP

INJEP - Fiches repères n° 52 - DIETSCH, Bruno - Mise à jour : août 2022, 4 p.

Après plusieurs années de hausse, la dépense sportive des ménages a brutalement baissé en raison de la crise du COVID. Cette diminution est particulièrement marquée pour les services sportifs, les inscriptions aux clubs de sport ou l’achat de billets pour les événements sportifs. Elle s’avère néanmoins moins forte pour les biens sportifs (-4,5 %). Seuls les achats de bicyclettes progressent (+25 %).

Voir le site

À La Réunion, un quart des jeunes ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation en 2021 - INSEE

INSEE Analyses Réunion n° 72 - JONZO, Anne ; SEGUIN, Sébastien - Juin 2022, 4 p.

En 2021, à La Réunion, 41 000 jeunes de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (NEET). Ils représentent 26 % de cette classe d’âge, soit deux fois plus qu’au niveau national. Leur part diminue en 2021, grâce au dynamisme récent de l’emploi des jeunes lié au développement du recours à l’apprentissage, après cinq années de quasi-stabilité. La part de NEET culmine entre 24 et 29 ans, avec près d’un jeune sur deux dans cette situation. En 2021, les jeunes hommes sont un peu plus souvent concernés que les femmes, alors que c’était le contraire en 2015. Parmi les jeunes NEET, les trois quarts souhaitent travailler. Les non-diplômés sont surreprésentés parmi les NEET : ils représentent quatre jeunes NEET sur dix.

Voir le site

Évolution de la mixité sociale des collèges - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 22.26 - GUILLERM, Marine ; MONSO, Olivier - Juillet 2022, 4 p.

Dans les collèges, des écarts de composition sociale existent au sein des secteurs publics et privés, mais aussi entre ces deux secteurs. Cependant, ces écarts se creusent entre les secteurs publics et privés puisque ces derniers scolarisent de plus en plus d’élèves de milieu favorisé. La ségrégation varie selon les départements : elle est plus forte dans les départements les plus urbains (dans les Hauts-de-Seine, Bouches-du-Rhône et à Paris). Entre 2014 et 2021, la ségrégation a diminué dans une vingtaine de départements situés dans le nord et l’ouest.

Voir le site

Nouvelle hausse sensible des effectifs inscrits dans l’enseignement supérieur en 2021-2022 - SIES

Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Note Flash du SIES n°20, juillet 2022 - 2 p.

En 2021-2022, 2,97 millions d’étudiants (y compris apprentis en BTS) se sont inscrits dans l’enseignement supérieur. En augmentation depuis 2008 et après une forte croissance liée à la démographie en 2018, puis un taux de réussite exceptionnel au baccalauréat en 2020, cet effectif progresse de nouveau fortement (+ 2,5 %). Une année marquée par une diminution du nombre de bacheliers, mais de fortes augmentations d’effectifs en apprentissage. La hausse d’effectif est particulièrement prononcée dans les écoles de commerce et en formations d’ingénieurs. L’enseignement privé accueille 24,8 % des étudiants, soit 1,7 point de plus qu’en 2020.

Voir le site

L’insertion professionnelle des apprentis de niveau CAP à BTS deux ans après leur sortie d’études en 2019 - DARES

DARES - ANTOINE, Robin ; FAUCHON, Alexandre - DARES RESULTATS n° 30 - Juin 2022, 4 p.

Parmi les apprentis de niveau CAP à BTS sortant d’études en 2019, 72 % occupent un emploi salarié dans le secteur privé deux ans après leur sortie d’études, en juillet 2021, soit une part plus élevée que pour la génération précédente (67 %). 68 % des emplois occupés sont en CDI, contre 56 % 6 mois après la sortie d’études.

Voir le site

Les fiches régionales de la jeunesse 2021 - INJEP / CREDOC

INJEP ; CREDOC - Juillet 2022, 14 fiches

Le baromètre DJEPVA sur la jeunesse est une enquête nationale réalisée en ligne auprès de 4 600 jeunes de métropole et d’outre-mer âgés de 18 à 30 ans Il vise à améliorer la connaissance sur les conditions et modes de vie des jeunes. La 6e édition de ce baromètre annuel aborde plusieurs thématiques telles que les aspirations des jeunes, l’accès aux droits sociaux, la mobilité quotidienne, l’engagement citoyen, les projets d’avenir et l’emploi, et la mobilité et l’expérience internationale. L’exploitation territoriale des résultats permet d’éditer en complément des fiches régionales qui présentent les indicateurs clés et les spécificités des régions.

Voir le site

2000-2020 : un aperçu statistique du traitement pénal des mineurs - Ministère de la Justice

Ministère de la Justice - Infostat Justice n°186 - MARHRAOUI, Asmae ; TARAYOUN, Tedjani - Juin 2022, 8 p.

Entre 2000 et 2010, le parquet a joué un rôle de plus en plus important dans la justice pénale des mineurs, comme dans celle des majeurs. A l’origine, le parquet choisissait entre la mise en œuvre de poursuites et le classement d’une affaire. Depuis une vingtaine d’années, de nombreuses mesures alternatives aux poursuites ont été développées, permettant à la fois d’accroitre la réponse pénale et de soulager les juridictions des infractions les moins graves. Les alternatives aux poursuites constituent ainsi plus de 50 % de la réponse pénale à l’encontre des auteurs mineurs depuis 2004 et 63 % en 2020 contre 46 % pour les auteurs majeurs.

Voir le site

Trajectoires d’emploi des éducateurs sportifs salariés en France : des profils variés pour des parcours diversifiés - INSEE

INSEE Analyses Bretagne n°110 - BOVI, Hervé ; CROS, Lucile ; MAILLOCHO, Alain - Juillet 2022, 4 p.

En France, les salariés occupant des postes d’éducateurs sportifs sont plus jeunes que l’ensemble des salariés et sont majoritairement des hommes. Il est possible de déterminer cinq groupes en fonction de leurs parcours professionnels entre 2009 et 2018. Pour 17 % d’entre eux, ce métier constitue leur activité principale de manière durable.

Voir le site

Le baccalauréat 2022. Session de juin - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 22.23 - THOMAS, Fanny - Juillet 2022, 4 p.

91,1 % des candidats au baccalauréat 2022 ont obtenu leur diplôme, soit 2,8 % de moins que lors de la session précédente.

Voir le site

Malgré une baisse de fréquentation, les séjours collectifs gardent une bonne image - CREDOC

CREDOC - Consommation et Mode de vie, n° 325 - BERHUET, Solen - Juin 2022, 4 p.

Pour la deuxième fois, l’Observatoire des Vacances et des Loisirs des Enfants et des Jeunes (Ovlej) s’est intéressé aux départs en vacances des enfants et des jeunes de 5 à 19 ans, via l’enquête du CRÉDOC, "Conditions de vie et Aspirations des Français". Les résultats montrent que 55 % des enfants de cette classe d’âge sont partis en vacances en 2021, contre 64 % deux ans auparavant, à la veille de la crise sanitaire. Les trois quarts sont partis avec leurs parents et 17 % ont profité de séjours collectifs. Si les inscriptions dans les séjours collectifs ont reculé, cette baisse ne traduit pas un désintérêt des Français pour ces modes de vacances. Au contraire, plus des trois quarts considèrent que les séjours collectifs représentent une chance, notamment pour les jeunes entre 11 et 14 ans. Dans le contexte inédit de baisse générale des départs, les vacances en famille ont été privilégiées au détriment des séjours collectifs.

Voir le site

La diversité des origines et la mixité des unions progressent au fil des générations - INSEE

INSEE Première n° 1910 - LÊ, Jérôme ; SIMON, Patrick ; COULMONT, Baptiste - Juillet 2022, 4 p.

En 2019-2020, parmi les personnes vivant en logement ordinaire en France métropolitaine, 9 % sont immigrées, 12 % sont descendantes d’immigrés de 2e génération et, parmi celles de moins de 60 ans, 10 % sont descendantes d’immigrés de 3e génération. Le profil migratoire de la population reflète avec décalage les flux d’immigration successifs. Parmi les descendants d’immigrés de 2e génération, les plus jeunes sont majoritairement originaires d’Afrique, alors que les plus âgés sont originaires d’Europe. Au sein des actuels descendants d’immigrés de 3e génération, la part des origines européennes se réduit au fil du temps mais demeure prépondérante. La diversité des origines résulte également d’une mixité croissante des unions à chaque génération : si 27 % des immigrés sont en couple avec un conjoint sans ascendance migratoire directe, c’est le cas de 66 % des descendants de 2e génération. À la 3e génération, neuf petits-enfants d’immigrés sur dix de moins de 60 ans n’ont qu’un ou deux grands-parents immigrés.

Voir le site

Familles immigrées : le niveau d’éducation progresse sur trois générations mais les inégalités sociales persistent - INED

INED - Population et Sociétés n° 602 - BEAUCHEMIN, Cris ; ICHOU, Mathieu ; SIMON, Patrick - Juin 2022, 4 p.

Le niveau d’éducation augmente d’une génération à l’autre ; progresse-t-il autant dans les familles issues de l’immigration que dans les autres ? Cris Beauchemin, Mathieu Ichou et Patrick Simon examinent la question en s’appuyant sur la deuxième édition de l’enquête Trajectoires et Origines (TeO2) et analysent les différences de progression au sein des familles selon leur origine géographique et le sexe des enfants.

Voir le site

L’apprentissage au 31 décembre 2021 - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 22.22 - DEMONGEOT, Aurélie ; LOMBARD, Fabienne - Juillet 2022, 4 p.

Au 31 décembre 2021, les centres de formation d’apprentis accueillent 834 100 apprentis, soit une augmentation de 32,5 % par rapport à 2020, après 31,5 % l’année d’avant, une hausse historique depuis le début des années 2000. 7,2 % des 16-29 ans sont en apprentissage. Les effectifs d’apprentis dans l’enseignement secondaire continuent d’augmenter (+ 15,7 % après + 11,4 % l’an dernier), et la croissance de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur est encore à un niveau très élevé (+ 48,3 % après + 58,6 % en 2020). Après une troisième, un élève sur vingt s’oriente vers une formation professionnelle sous apprentissage. Près d’un apprenti sur quinze est accueilli dans un EPLE (établissement public local d’enseignement).

Voir le site

L'insertion professionnelle des lycéens professionnels de niveau CAP à BTS deux ans après leur sortie d’études en 2019 - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 22.20 - ANTOINE, Robin ; FAUCHON, Alexandre - Juin 2022, 4 p.

Le taux d’emploi des lycéens de niveau CAP à BTS sortant d’études en 2019 atteint 56 % en juillet 2021, 24 mois après leur sortie, niveau plus élevé que la génération sortie 12 mois avant (+5 points). Ce taux varie selon le niveau de diplôme, les plus diplômés ayant un taux plus élevé.

Voir le site

Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. La crise sanitaire suffit-elle à expliquer les souhaits de réorientation des jeunes ? - CEREQ

CEREQ Bref, n°424 - JUGNOT, Stéphane ; VIGNALE, Mélanie - Juin 2022, 4 p.

Trois ans après leur entrée dans la vie active, les jeunes de la Génération 2017 ont vu leurs débuts professionnels bousculés par le confinement. Interrogés quelques mois après, un tiers d’entre eux déclarent que la crise les a conduits à repenser leur projet professionnel. Est-elle vraiment un facteur déterminant de ce désir de réorientation ? En quoi le confinement a-t-il modifié la situation et les conditions d’emploi de ces jeunes, dans quelle mesure ont-ils été affectés par le chômage partiel et les arrêts d’activité ? L’enquête Génération apporte les premiers éléments de réponse.

Voir le site

Panorama de l'ESS : Ce que l'ESS apporte à la société - ESS France

ESS France - Mai 2022, 36 p.

L’économie sociale et solidaire représente une très grande variété d’organisations et de modèles d’entreprises qui façonnent notre quotidien. Ce panorama de l’économie sociale et solidaire française se veut une représentation fidèle et synthétique de la diversité de ses contributions à la société d’aujourd’hui, comme celle à venir. Il présente au travers de nombreux indicateurs le poids des différentes familles juridiques de l’ESS (associations, coopératives, mutuelles, fondations, sociétés commerciales de l’ESS), les 20 activités et filières majeures dans lesquelles elles s’illustrent, leur ancrage dans les territoires et les conditions dans lesquelles on y travaille.

Voir le site

Santé mentale : une amélioration chez les jeunes en juillet 2021 par rapport à 2020 mais des inégalités sociales persistantes - DREES

DREES - Études et Résultats, n° 1233 - Collectif - Juin 2022, 8 p.

En juillet 2021, les syndromes anxieux ou dépressifs concernent 16 % de la population âgée de 16 ans ou plus, 12 % des hommes et 19 % des femmes. Après avoir cru durant la crise sanitaire, le total des taux de syndromes dépressifs mineurs et majeurs est revenu au niveau de 2019. Ils concernent 11 % de la population âgée de 16 ans ou plus, 12 % des femmes et 9 % des hommes. En revanche, les syndromes dépressifs majeurs, les plus sévères, se maintiennent à des niveaux supérieurs à ceux de 2019, 6 % des femmes et 4 % des hommes sont concernés.

Voir le site

Les filles moins confiantes que les garçons concernant l’année à venir et leurs performances, notamment en mathématiques - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 22.17 - CHABANON, Léa - Juin 2022, 4 p.

Plus de 1,5 million d’élèves scolarisés en classe de sixième, de seconde ou de première année de CAP ont été interrogés par la DEPP à la rentrée 2021 sur leurs conditions de travail, leur confiance en eux et leurs orientations futures. Il s’agissait d’un questionnaire adossé aux évaluations exhaustives. Les résultats font apparaître des différences entre filles et garçons.

Voir le site

La fécondité des filles de moins de 15 ans dans le monde - INED

INED - Population et Sociétés n° 601 - SCHOUMAKER, Bruno ; David A., SANCHEZ-PAEZ - Juin 2021

On compterait autour de 400 000 naissances de mères de moins de 15 ans chaque année dans le monde dans les années 2010, soit un taux de fécondité de 13 naissances par an pour 10 000 filles de 10-14 ans. Plus de la moitié surviennent en Afrique subsaharienne où on observe 40 naissances annuelles pour 10 000 filles de 10-14 ans. Le taux de fécondité entre 10 et 14 ans a été divisé par environ six dans le monde depuis le début des années 1970. Dans les pays du Sud, une majorité de ces naissances ont lieu au sein d’unions (mariage ou cohabitation sans mariage).

Voir le site

Bilan économique 2021 - Guyane. Chômage et politiques de l’emploi - Un recours plus important aux aides à l’emploi des jeunes - INSEE

INSEE Conjoncture Guyane, n° 19 - MEVEL, Eric - Juin 2022

En Guyane, au sens du BIT, le taux de chômage s’établit à 14,6 % de la population active en 2021. Il est en baisse par rapport à 2020 (16 %) mais également par rapport à 2019 (20 %). La moitié des chômeurs le sont depuis au moins un an. Le taux de chômage est de 13,3 % pour les hommes et de 15,9 % pour les femmes. Le taux de chômage le plus élevé se trouve chez les jeunes de 15 à 29 ans : 27,6 % contre 12,8 % pour les 30 à 49 ans et 9,6 % pour les 50 ans et plus.

Voir le site

Investisseurs étrangers en Ligue 1 : entre gain de compétitivité sportive et perte de culture des clubs - Odexa

Odexa pour Keneo et RTL - Juin 2022, 12 p.

Selon le résultat du sondage réalisé par Odexa pour Kenéo et RTL, pour 59 % des amateurs de football interrogés, il n’y a pas assez de propriétaires de clubs et d’investisseurs français dans les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2. De plus, 66 % des Français et 52 % des amateurs de football considèrent comme une mauvaise chose que de nombreux investisseurs étrangers aient pris la direction de clubs de football français. Les amateurs de football voient bien les avantages de l’arrivée de ces investisseurs étrangers : les clubs disposent de moyens plus importants ( 89 % ) et la Ligue 1 peut concurrencer les grands championnats européens ( 74 % ) mais cela a des contreparties négatives : les investisseurs étrangers utilisent le football avant tout comme un outil marketing ou de communication ( 87 % ) et les rachats entraînent souvent une rupture avec l’histoire des clubs et leurs supporters ( 70 % ).

Voir le site

Baromètre des addictions et de leurs conséquences chez les jeunes - Macif

Ipsos pour la Macif, juin 2022, 48 p.

Si la consommation de substances par les jeunes âgés de 16 à 30 ans évolue peu dans le cadre de cette deuxième édition, elle n’en demeure pas moins préoccupante : l’alcool et le tabac sont toujours plus répandus et la consommation de drogues demeure élevée. 58 % des jeunes ont déjà perdu le contrôle d’eux-mêmes au moins une fois du fait de leur consommation de substances (alcool, tabac, cannabis, autres drogues) et 70 % après avoir passé du temps devant un écran (tendances à la hausse par rapport à 2021).

Voir le site

L'évolution de l’engagement bénévole associatif en France, de 2010 à 2022 - France Bénévolat

France Bénévolat avec l’IFOP, le soutien du Crédit Mutuel et l’appui de Recherches & Solidarités - Mai 2022 - Synthèse : 4 p. + La Note : 28 p.

Cette cinquième édition montre que le taux d’engagement bénévole continue à se tasser, notamment dans les associations et « autres organisations » (politiques, syndicales, municipales). En revanche, le bénévolat « direct » progresse au détriment, semble-t-il, du bénévolat en organisation (notamment en association). On peut penser que les nouveaux bénévoles se sont engagés plutôt dans un bénévolat direct et que certains bénévoles qui étaient auparavant dans le bénévolat direct et en même temps dans l’associatif ont pu cesser leur bénévolat en association mais le poursuivre dans le « direct » (comme par exemple auprès de son voisinage).

Voir le site

Une nouvelle mesure de la mobilité intergénérationnelle des revenus en France - INSEE

INSEE Analyses n° 73 - ABBAS, Hicham ; SICSIC, Michaël - Mai 2021, 4 p.

La mobilité intergénérationnelle des revenus, qui constitue un indicateur de la capacité d’une société à assurer une égalité des chances, est pour la première fois mesurée en reliant directement les revenus des parents à ceux de leurs enfants de 28 ans. Les enfants de familles aisées ont trois fois plus de chances d’être parmi les 20 % les plus aisés que ceux issus de familles modestes : les inégalités se reproduisent donc en partie d’une génération à l’autre. Cependant, pour un même niveau de revenu des parents, les revenus des enfants varient fortement. En 2018, parmi les jeunes issus des familles les 20 % les plus modestes, 12 % sont parmi les 20 % les plus aisés de leur classe d’âge.

Voir le site

Baromètre de confiance en l’avenir : l'orientation des jeunes - BVA / L'Etudiant

BVA pour l'Etudiant - Mai 2022, 34 p.

Plus de 1 800 jeunes dont le niveau d’études est compris entre la seconde et le bac+2 ont été interrogés sur leurs choix d’orientation, les impacts de la crise sanitaire ou encore leur vision de Parcoursup. Les résultats de cette nouvelle édition, mis en parallèle avec ceux d’avril 2021 mettent en avant plusieurs éléments. Le choix de l’orientation génère toujours de l’inquiétude chez les jeunes, le sentiment d’un manque d’accompagnement est éprouvé pour un jeune sur deux. Les effets de la crise sanitaire et ses impacts négatifs s’amenuisent mais restent forts.

Voir le site

Les jeunes éloignés du sport n’y sont pas hostiles mais sont freinés par trop de contraintes - CREDOC

CREDOC - Consommations et Modes de vie, n° 323 - MULLER, Jörg - Mai 2022, 4 p.

Près de neuf jeunes sur dix pensent que les loisirs sportifs permettent d’être en bonne santé et de mieux vivre au quotidien. Pourtant, les précédentes vagues du baromètre de la pratique sportive réalisé par le CRÉDOC et l’UCPA (Union des centres sportifs de plein air) ont mis en évidence qu’un quart des 16-25 ans font peu ou pas du tout de sport.

Voir le site

Taux de chômage chez les jeunes - INSEE

INSEE - Mai 2022

Le taux de chômage des jeunes est nettement supérieur à celui du reste de la population. En 2021, il atteint 18,9 % en moyenne sur l'année chez les 15-24 ans, contre 7,1 % chez les 25-49 ans et 5,7 % chez les 50 ans ou plus. Le taux de chômage est calculé au sein des seuls actifs. Or, avant 25 ans, la plupart des jeunes sont encore en études et peu sont donc actifs. Rapportée à la population totale, la part des chômeurs parmi les 15-24 ans (7,5 %) se rapproche de celle mesurée parmi les 15-64 ans (5,8 %).

Voir le site

L’Observatoire territorial de la mobilité des étudiants et des chercheurs - Campus France

Campus France - Mai 2022, 56 p.

La France figure parmi les grands pays d’accueil de la mobilité des étudiants et des chercheurs. Elle compte 370 000 étudiants en mobilité, et ce succès repose beaucoup sur l’engagement des régions et des métropoles. En moyenne nationale, ce chiffre a progressé de 23 % depuis 2014. Sur cette période, la mobilité étudiante internationale a progressé dans toutes les régions, la région Sud et Grand Est connaissant les plus fortes croissances (respectivement, 35 % et 28 %). Au niveau des académies, les plus fortes progressions ont eu lieu à Reims (+ 46 %) et à Nice (+ 39 %). A l’inverse, la Normandie, la Bourgogne-Franche-Comté progressent, mais plus modérément (+14 %).

Voir le site

Fréquentation des accueils collectifs de mineurs (accueils de loisirs, colonies de vacances, scoutisme…) - INJEP

INJEP - Fiche repère n°56 - FOIRIEN, Renaud - Mise à jour : mai 2022, 2 p.

Après la chute historique observée au printemps et à l’été 2020, le nombre de places en accueil de loisirs retrouve un niveau globalement assez proche de celui d’avant la crise sanitaire. Ce n’est pas le cas pour les colonies et autres séjours de vacances dont la fréquentation rebondit en 2020-2021 mais sans retrouver son niveau d’avant-crise : après 670 000 départs d’enfants ou d’adolescents en 2019-2020, 900 000 sont comptabilisés en 2020-2021, encore loin des 1,44 million de départs enregistrés en 2018-2019.

Voir le site

Le vote des jeunes : clé des prochaines élections législatives ? - Fondation Jean-Jaurès

Fondation Jean Jaurès - BRISTIELLE, Antoine - Mai 2022

Dans la perspective des prochaines élections législatives, un fort taux d’abstention est attendu. La jeunesse, en particulier, est réputée plus abstentionniste que le reste de la population. L'auteur de cette note, directeur de l’Observatoire de l’opinion de la Fondation, analyse les enjeux du vote des jeunes.

Voir le site

25 000 jeunes accompagnés par les structures pour enfants et adolescents handicapés sont bénéficiaires de l’aide sociale à l’enfance - DREES

DREES - Études et Résultats, n° 1230 - BELLAMY, Vanessa - Mai 2022, 6 p.

Fin 2018, 25 400 jeunes accompagnés par les structures médicosociales pour enfants ou adolescents handicapés bénéficient d’une mesure d’aide sociale à l’enfance (ASE), soit 15 % de l’ensemble des jeunes accompagnés par ces structures. 9 % d’entre eux font l’objet d’une mesure de placement et 5 % d’une action éducative.

Voir le site

En Nouvelle-Aquitaine, davantage de jeunes diplômés qu’en Europe mais une insertion professionnelle plus difficile - INSEE

Insee Flash Nouvelle-Aquitaine, n°75 - GUEDDAR, Sabrina - Mai 2022

Les jeunes néo-aquitains obtiennent plus souvent un diplôme, et notamment du supérieur, avant de quitter le système scolaire, que leurs homologues européens. Ils commencent aussi l’école dès l’âge de trois ans. La Nouvelle-Aquitaine se positionne ainsi parmi les régions les plus avancées au vu des objectifs de l’Union européenne en éducation et formation pour 2030. Néanmoins, les jeunes y rencontrent plus de difficultés à s’insérer sur le marché du travail.

Voir le site

Baromètre des temps et activités péri et extrascolaires 2021 - CNAF

CNAF - L'Essentiel, n°207- CREPIN, Arnaud ; ENSELLEM, Cécile - 2022, 4 p.

Depuis 2014, la Caisse nationale des Allocations familiales (CNAF) interroge à intervalles réguliers les parents d’enfants âgés de 3 à 10 ans scolarisés en maternelle ou en élémentaire sur leurs opinions concernant l’accueil périscolaire, le centre de loisirs et les activités encadrées en club ou en association. La quatrième édition de ce baromètre, conduite entre mi-mars et mi-avril 2021, est marquée par le contexte de la pandémie de la Covid-19 : mesures sanitaires visant au freinage de la maladie, modification de l’offre proposée et probable transformation de la demande de certaines familles, liée au télétravail et à l’activité partielle. Ce sont les activités extrascolaires (sport, musique…) qui ont été le plus impactées : un peu plus d’un enfant sur trois a pu en pratiquer, contre près de 60 % en 2019. Leur fréquence hebdomadaire s’est réduite. La plupart des parents qui n’inscrivent pas leur enfant au centre de loisirs ou au périscolaire déclarent ne pas en avoir besoin. Une famille sur cinq renonce à inscrire son enfant au centre de loisirs ou à des activités extrascolaires pour des raisons de coût. La satisfaction globale des parents reste bonne et n’a pas baissé par rapport à 2019. Cependant, certains besoins restent insuffisamment couverts. Près de 10 % des familles utilisatrices du périscolaire, en particulier celles à horaires atypiques et les familles monoparentales, souhaitent un élargissement des horaires.

Voir le site

Un tiers des adultes ont renoncé à effectuer une démarche administrative en ligne en 2021 - INSEE

INSEE FOCUS n°267 - GLEIZES, F. ; NOUGARET, A. ; PLA, A. ; VIARD-GUILLOT L.- Mai 2022

En 2021, 67 % des personnes de 18 ans ou plus résidant en France métropolitaine déclarent avoir effectué au moins une démarche administrative en ligne au cours des douze derniers mois. Cette proportion a doublé en dix ans. Par ailleurs, une personne sur trois déclare avoir renoncé au moins une fois à une démarche en ligne au cours de l’année, notamment les plus âgés et les plus modestes. Les jeunes de 18 à 29 ans sont surreprésentés parmi les personnes ayant rencontré des difficultés : ils représentent 20 % d’entre elles, alors qu’ils ne sont que 16 % de la population.

Voir le site

Parcoursup 2022 : les vœux des lycéens à l’entrée dans l’enseignement supérieur - SIES

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (MENSRI) - Note d'Information du SIES, n°2022-10 - BOULET, Pierre - Mai 2022, 10 p.

En 2022, 627 000 lycéens scolarisés en France se sont inscrits sur Parcoursup, soit 14 000 candidats de moins qu'en 2021. Comme l’an dernier, 96,7 % d’entre eux ont confirmé au moins un vœu hors apprentissage. En moyenne, un candidat a confirmé 13 vœux ou sous-vœux. La licence et les BTS sont les deux formations les plus demandées (respectivement 69 % et 47 %). Les terminales technologiques demandent plus souvent les BUT et moins souvent les BTS qu’en 2021. Alors que la part des candidats boursiers (26 %) est la même qu’en 2021, celle de ceux ayant confirmé au moins un vœu hors de l’académie (67 %) connaît une légère hausse (+1 point).

Voir le site

1ers résultats Génération. Des parcours contrastés, une insertion plus favorable, jusqu'à.... - CEREQ

CEREQ Bref, n°422 -COUPPIÉ, Thomas ; GAUBERT, Emilie ; PERSONNAZ, Elsa - Mai 2022, 4 p.

Plus diplômée que les précédentes, la Génération 2017 est aussi mieux lotie en termes d'insertion professionnelle. Taux d'emploi, accès au CDI, salaires, les indicateurs virent au vert jusqu'au coup d'arrêt, temporaire, imposé par la crise sanitaire. Pour autant, les parcours restent difficiles – voire chaotiques – pour plus d'un tiers des jeunes, et surtout pour les non-diplômés souvent cantonnés aux marges de l'emploi. Des conditions de la scolarité à la situation des jeunes pendant et après le confinement du printemps 2020, en passant par leurs premiers pas sur le marché du travail, ce Céreq Bref offre un tour d’horizon des résultats fournis par l’enquête Génération 2017.

Voir le site

Eurobaromètre flash : Youth and Democracy in the European Year of Youth - Commission européenne

Commission européenne - Mai 2022 - Série Future of Europe - Young People (en anglais)

La Commission a publié son Eurobaromètre Flash sur la jeunesse et la démocratie, réalisé du 22 février au 4 mars 2022. Cette nouvelle enquête Eurobaromètre indique un engagement croissant des jeunes : aujourd'hui, une majorité (58 %) des jeunes gens sont actifs au sein de la société dans laquelle ils vivent et ont participé à une ou plusieurs organisations de jeunesse au cours des 12 derniers mois. Cela représente une augmentation de 17 points de pourcentage depuis le dernier Eurobaromètre de 2019.

Voir le site

Objectifs éducation et formation 2030 de l’UE : où en est la France ? - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 22.13 - FOURNIER, Yann ; RAKOCEVIC, Robert - Mai 2022, 4 p.

En 2021, l’Union européenne s’est fixé sept objectifs à l’horizon 2030 en matière d’éducation et de formation, dont cinq font l’objet d’un suivi statistique à ce jour. Par rapport à ces objectifs mais aussi en comparaison avec les résultats des pays de l’Union, la France présente davantage de jeunes enfants en éducation, moins de sorties précoces de formation et un accès plus élevé à des diplômes du supérieur. Elle a par ailleurs déjà dépassé les cibles collectives dans ces domaines. Toutefois, en matière de compétences des jeunes, la France, comme la quasi-majorité des pays de l’Union, est en retard sur les objectifs communs pour 2030.

Voir le site

Alcool et soirées chez les adolescents et les jeunes majeurs - OFDT

Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) - Tendances n° 149 - DOUCHET, Marc-Antoine ; NEYBOURGERR, Paul - Avril 2022, 8 p.

En 2017 se concluait la première enquête sur les Attitudes, représentations, aspirations et motivations lors de l’initiation aux substances psychoactives (ARAMIS), mettant en lumière la méconnaissance des risques sanitaires et l’ambiguïté récurrente entre messages de prévention et publicité d’alcool chez les adolescents et jeunes majeurs. L’OFDT publie les résultats d’une deuxième enquête ARAMIS menée sous l’angle des contextes de consommation. L'enquête, financée par le Fonds de lutte contre les addictions, a été coordonnée par l’OFDT avec le concours de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) et de l’Université Paris-Cité. Les résultats de cette enquête montrent comment les consommations sont traversées par des enjeux de différenciation sociale et de genre. Si les risques sanitaires de long terme associés à l’alcool sont encore largement méconnus, les risques immédiats font l’objet de régulations individuelles et collectives très codifiées.

Voir le site

Dispositifs d'accompagnement des jeunes - DARES

DARES - Avril 2022

Mise à jour des entrées et nombre de bénéficiaires en Parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA), en Garantie jeunes (GJ) et en Contrat d'insertion dans la vie sociale (CIVIS).

Voir le site

Pratique sportive et état de santé - INJEP

INJEP - Fiches repères n°59 - PELE, Tino - Mai 2022, 2 p.

Cette fiche présente un tour d’horizon des liens entre pratique sportive et santé : la santé comme motivation à la pratique, l’état de santé physique et psychologique des sportifs, et enfin les problèmes de sommeil et d’addictions chez les sportifs et non-sportifs.

Voir le site

Projections des effectifs dans l'enseignement supérieur pour les rentrées de 2021 à 2030 - SIES

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (MENSRI) - Note d'Information du SIES, n°2022-04 - BAUDRY, Mathieu - Avril 2022, 10 p.

Les inscriptions dans l’enseignement supérieur auraient augmenté de 1,6 % à la rentrée 2021, soit de 45 600 étudiants en un an. L’enseignement supérieur pourrait compter 2,99 millions d’étudiants en 2025 (+ 3,3 % par rapport à 2020) et plus de 3 millions en 2030 (+ 3,7 %), essentiellement du fait de la forte croissance de l’apprentissage en STS et du dynamisme des écoles de commerce et d’ingénieur.

Voir le site

Le service civique en chiffres - INJEP

INJEP - Fiches repères n° 46 - VENET, Thomas - Mise à jour, avril 2022, 2 p.

Créé par la loi du 10 mars 2010, le service civique est un dispositif proposant à des jeunes âgés de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, de s’engager dans une mission d’intérêt général auprès d’associations ou d’institutions publiques. Le dispositif a pris une place croissante dans les politiques de jeunesse : entre 2017 et 2020, environ 80 000 jeunes ont commencé une mission chaque année, ce qui est presque quatre fois plus qu’en 2014. Durant cette période, la population des volontaires a représenté environ 10 % de la classe d’âge des 16-25 ans. Cette fiche détaille l’évolution du service civique et le profil des volontaires.

Voir le site

Présidentielle 2022. Profil des abstentionnistes et sociologie des électorats - Ipsos et Sopra Steria pour France tv et Radio France

Ipsos et Sopra Steria pour France TV et Radio France - Avril 2022, 33 p.

Qui a voté pour qui ? L'enquête réalisée auprès de 4000 personnes inscrites sur les listes électorales interrogées du 6 au 9 avril détaille le profil des abstentionnistes et la sociologie des différents électorats. 26 % des personnes inscrites sur les listes électorales ne se sont pas rendues aux urnes ce dimanche. Si la proportion d'hommes (27 %) et de femmes (25 %) est sensiblement la même, on mesure un différentiel de mobilisation plus net en fonction de l'âge des électeurs. Près de la moitié des 18-24 ans (42 %) et des 25-34 ans (46 %) ne sont pas allés voter, pour 22 % des 35-49 ans, 20 % des 50-59 ans, 12 % des 60-69 ans et 23 % des plus de 70 ans.

Voir le site

Orientation scolaire, insertion professionnelle : quel est le vécu des jeunes en situation de handicap ? - IFOP pour Tremplin Handicap

IFOP pour Tremplin Handicap - Avril 2022, 30 p. + 4 p.

La crise du Coronavirus a donné lieu à des travaux multiples sur la jeunesse, mais peu d’études ont été consacrées aux jeunes en situation de handicap. L’association Tremplin Handicap – spécialisée dans l’accompagnement à l’orientation et à l’insertion professionnelle des jeunes en situation de handicap – a missionné l’IFOP pour réaliser une grande étude destinée à objectiver le vécu des jeunes handicapés en matière d’orientation scolaire et d’accès à l’emploi. Cette étude s’inscrit dans une logique d’enquête miroir et vise à comparer le vécu des jeunes en situation de handicap en matière d’orientation scolaire avec celui de l’ensemble de la population française âgée de 15 à 30 ans.

Voir le site

Les 7-25 ans s’adonnent davantage à la lecture qu’en 2016 - IPSOS pour le CNL

IPSOS pour le Centre National du livre - Mars 2022, 92 p.

Dans une enquête du Centre National du livre, confiée à Ipsos, du 27 janvier au 6 février dernier, 1 500 jeunes français âgés de 7 à 25 ans ont été interrogés sur leur rapport à la lecture. Les résultats sont en hausse par rapport à 2016. 83 % des 7-19 ans lisent dans le cadre des loisirs, soit 5 % de plus qu’il y a six ans. Sur l’ensemble des jeunes sondés, 81 % lisent aussi par goût personnel.

Voir le site

Baromètre 2022 de l’insertion des jeunes diplômé.e.s - APEC

APEC (Association pour l'emploi des cadres) - Direction Données études (DDE) - Avril 2022, 13 p. (Collection Trajectoires)

Cette 6e vague du baromètre APEC de l’insertion des jeunes diplômé.e.s repose sur l’interrogation de 760 jeunes diplômé·e·s de niveau Bac +5 et plus et de 470 jeunes diplômé·e·s de niveau Bac +3/4, âgé·e·s de 20 à 30 ans au moment de l’enquête, ayant obtenu leur diplôme en 2020 et résidant en France métropolitaine.

Voir le site

Observatoire National du Premier Emploi – Ipsos pour My Job Glasses

Ipsos pour My Job Glasses - Mars 2022

Dans un contexte de sortie de crise COVID marquée par plusieurs confinements, les jeunes interrogés ont un regard très acéré sur ce qu’ils attendent de la vie active, leur entrée sur le marché du travail et les efforts que doivent accomplir les entreprises pour bien les intégrer. Cette étude vise à mieux cerner la perception qu’ont les jeunes français entre 18 et 30 ans de leur première expérience professionnelle. Même si la part de jeunes quittant leur premier emploi la première année chute de 46 % à 42 % entre 2020 et 2022, les résultats révèlent que les jeunes se sentent toujours mal préparés et accompagnés à leur entrée dans la vie active. Les rencontres avec des professionnels sont la solution plébiscitée pour mieux ancrer les jeunes dans la réalité du monde de l’entreprise.

Voir le site

Prévision des effectifs du second degré pour les années 2022 à 2026 - DEPP

Note d'Information n° 22.12 - MICONNET, Nicolas - Mars 2022, 4 p.

Les effectifs du second degré devraient rester relativement stables jusqu’en 2023 puis diminuer à partir de 2024. Plus précisément, en 2022 et 2023, des variations minimes sont attendues, avec 3 000 élèves supplémentaires en 2022 et une légère baisse de 5 000 élèves en 2023. En revanche, à partir de 2024 une diminution sensible est attendue, de l’ordre de 23 000 élèves en 2024 puis 24 000 en 2025, cette baisse s’accentuerait en 2026 avec 42 000 élèves de moins. Ces évolutions sont liées à la démographie, les générations nées entre 2011 et 2015 qui entreront dans le second degré entre les rentrées 2022 et 2026 sont d’une taille de plus en plus faible alors que celles qui le quitteront sont de plus en plus importantes.

Voir le site

Quelle proximité entre le Service public de l’emploi et les jeunes en dispositifs d’insertion professionnelle ? - DARES

DARES - BOREL, Marie - DARES ANALYSES n°15 - Mars 2022, 4 p.

Plus de 8 jeunes sur 10 passés par un contrat aidé, une école de la deuxième chance ou un établissement pour l’insertion dans l’emploi entre 2013 et 2015, sont en contact avec l’un ou l’autre des deux opérateurs du SPE, que ce soit avant ou après leur passage dans le dispositif.

Voir le site

Synthèse. Baromètre France Bénévolat / IFOP 2022

France Bénévolat ; IFOP - Mars 2022, 4 p.

Quel est l’impact de la pandémie ? Les bénévoles vont-ils revenir ? Le bénévolat associatif, quelles tendances aujourd’hui ? La cinquième édition du baromètre montre que la diminution du bénévolat qui s’esquisse depuis 2016 a été fortement accentuée par la pandémie (le taux d’engagement bénévole associatif passe de 24 % en 2019 à 20 % en 2022). Toutes les générations sont concernées, surtout les plus âgées, et les femmes plus que les hommes. Pour les générations plus âgées, il s’agit d’un retrait du bénévolat ; pour les plus jeunes, c’est plutôt une réorientation vers le bénévolat direct, informel.

Voir le site

Les atteintes à caractère raciste, xénophobe ou antireligieux en 2021. Analyse d’un phénomène peu déclaré aux forces de sécurité - SSMSI

Service statistique de la sécurité intérieure - Interstats Analyse n°45 - Mars 2022, 10 p.

En 2021, dans le contexte du prolongement de la crise sanitaire, les services de police et de gendarmerie nationales ont enregistré 12 500 infractions à caractère raciste, xénophobe ou antireligieux sur l’ensemble du territoire français : 6 300 crimes ou délits et 6 200 contraventions. Quatre crimes, délits ou contraventions « à caractère raciste » sur cinq enregistrés par les forces de sécurité sont des injures, provocations ou diffamations publiques. Les jeunes sont sous-représentés : 35 % ont moins de 35 ans contre 64 % de l’ensemble des mis en cause pour crime ou délit. A contrario, les seniors sont trois fois plus nombreux : 25 % des mis en cause pour crime ou délit « à caractère raciste » ont 55 ans ou plus contre 7 % de l’ensemble des mis en cause pour crime ou délit. Ainsi, les mis en cause pour crime ou délit « raciste » sont nettement plus âgés (48 ans en moyenne contre 31 ans pour l’ensemble des mis en cause pour crime ou délit en 2021). Cette répartition par âge fait sans doute écho à celle des victimes. On peut raisonnablement penser que si les jeunes victimes portaient davantage plainte, cela pourrait également modifier l’âge moyen des mis en cause (cas des insultes entre lycéens ou étudiants où victimes et auteurs ont souvent le même âge).

Voir le site

Résultats définitifs de la session 2021 du baccalauréat - DEPP

Note d'Information n° 22.10, - THOMAS, Fanny - Mars 2022, 4 p.

Avec 735 200 candidats et 689 000 bacheliers, le taux de réussite au baccalauréat 2021 est de 93,7 %. Il est de 97,5 % dans la voie générale, 93,9 % en technologique et 86,6 % en professionnel. Il est stable dans la voie générale et diminue faiblement dans les séries technologiques. La baisse est la plus notable dans la voie professionnelle dont le taux de réussite perd 3,8 points. Après une session 2020 marquée par des taux de réussite particulièrement élevés, les taux de redoublement ont considérablement diminué à la rentrée 2021 dans les classes de terminales entraînant une baisse des effectifs de candidats au baccalauréat 2021. En 2021, 82,8 % d’une génération est titulaire du baccalauréat, soit 3,6 points de moins qu’en 2020.

Voir le site

Fonds d’aide aux jeunes en 2020 : un nombre de bénéficiaires encore en baisse, mais dont le profil et les besoins ont changé - DREES

DREES - Études et Résultats, n° 1224 - ABDOUNI, Sarah - Mars 2022, 4 p.

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie une étude sur le fonds d’aide aux jeunes (FAJ). Ce dispositif départemental est destiné aux jeunes adultes connaissant des difficultés d’insertion sociale ou professionnelle et disposant de faibles ressources. Cette étude s’appuie sur une enquête exhaustive menée auprès des conseils départementaux et porte sur les montants, les aides individuelles et les bénéficiaires du FAJ. Pour la première fois, des données mensuelles ont été collectées sur les années 2020 et 2021. Elles permettent de décrire plus finement les évolutions des différents indicateurs et en particulier d’observer l’effet de la crise sanitaire sur le recours au FAJ. En complément de l’étude, des données détaillées par département sont publiées en Open data.

Voir le site

L’emploi étudiant à l’heure des plateformes numériques - OVE

Observatoire de la Vie étudiante (OVE) - OVE Infos n°46 - TENRET, Élise ; TRESPEUCH, Marie ; VERLEY, Élise - Mars 2022, 12 p.

Sur les 2,6 millions d’étudiants que compte la France, l’Observatoire national de la vie étudiante établit que 40 % d’entre eux exercent, en parallèle de leurs études, une activité rémunérée (hors stages et alternance). Face à l’allongement du temps des études, la recherche de financements par le biais d’activités rémunérées peut s’avérer cruciale. Dans ce contexte, des plateformes et des applications numériques ont émergé depuis quelques années, promettant un accès facilité à des jobs variés, bien rémunérés et faciles à insérer dans les emplois du temps étudiants. Certains de ces intermédiaires ciblent une population jeune, qualifiée, et censément bien connectée (à l’instar des étudiants), d’autres s’adressent à un public plus large.

Voir le site

Une photographie du marché du travail en 2021. L’emploi augmente fortement, notamment celui des jeunes - INSEE

INSEE Première n° 1896 - Émilie Pénicaud - Mars 2022, 4 p.

En 2021, 67,3 % des personnes âgées de 15 à 64 ans sont en emploi au sens du Bureau international du travail (BIT). En hausse de 1,2 point en moyenne sur l’année, ce taux d’emploi s’établit à son plus haut niveau depuis que l’Insee le mesure (1975). L’emploi augmente fortement pour les jeunes, grâce à un net essor de l’alternance.

Voir le site

Femmes et hommes, l’égalité en question - INSEE

INSEE RÉFÉRENCES - Mars 2022

Cet ouvrage fait le point sur l’égalité entre les femmes et les hommes aujourd’hui en France. Cette édition succède à celle de 2017.

Voir le site

Rapport annuel 2022 sur l’état du sexisme en France - HCE

Haut conseil à l'égalité (HCE) - PIERRE-BROSSOLETTE, S. ; CHAUDOUËT-DELMAS, M. ; LAGAUDE, N. - Mars 2022, 77 p., (Rapport n°2022-03-07-STER-53)

Près de 5 ans après la première vague #MeToo, l’année 2021 semble être marquée par le déferlement d’une deuxième vague de dénonciations d’actes sexistes. Selon le Baromètre, 78 % des Françaises ont vécu personnellement un acte sexiste ou ont été destinataires de propos sexistes. Les indicateurs des violences sexistes et sexuelles sont également alarmants : 13 % des femmes ont subi un viol ou une agression sexuelle - taux qui monte à 20 % pour les 18-34 ans.

Voir le site

Filles et garçons sur le chemin de l'égalité de l'école à l'enseignement supérieur. Édition 2022 - DEPP

Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports - DEPP - ROSENWALD, Fabienne (Dir.) - Mars 2022, 28 p.

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, "Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur" présente sous forme d'infographies et de graphiques des données statistiques sur la réussite comparée des filles et des garçons depuis l’école jusqu’à l’entrée dans la vie active. Cette publication met en évidence des différences selon les genres en matière de parcours et de réussite des jeunes, de choix d’orientation et de poursuite d’études entre filles et garçons, qui auront des incidences ultérieures sur l'insertion dans l'emploi ainsi que sur les inégalités professionnelles et salariales entre les femmes et les hommes.

Voir le site

85 % des adolescentes ont une activité physique insuffisante : l’appel à l’action d’une nouvelle étude de l’OMS - OMS

Oragnisation mondiale de la santé (OMS) - Mars 2022

Les adolescentes ont une activité physique insuffisante. À l’occasion de la Journée mondiale de l’obésité, l’OMS met l’accent sur ce problème qui ne cesse d’empirer dans le monde entier, et peut avoir de graves conséquences pour la santé et le bien-être. Une nouvelle étude intitulée « Barriers and Facilitators of Physical Activity Participation in Adolescent Girls » [Facteurs entravant ou facilitant la participation des adolescentes à une activité physique] est porteuse de bonnes nouvelles : il est tout à fait possible d’intervenir pour changer cette situation.

Voir le site

Le CNOSF dévoile ses 20 propositions pour le sport en France dans le cadre du débat présidentiel - Francs jeux, 07/03/2022

Francs jeux, 7 mars 2022

C’est avec l’ambition forte de faire évoluer la place du sport dans la société française que le mouvement sportif a élaboré ses 20 propositions illustrées par des mesures concrètes. Parmi celles-ci, le CNOSF met notamment en avant sa volonté de programmer une COP du Sport en 2023, de lutter contre la sédentarité des jeunes et rendre accessible 30 minutes d’activités physiques et sportives par jour pour tous, de décliner un « Plan Marshall » du bénévolat sportif, de renforcer le statut des athlètes de haut niveau ou encore de poursuivre une politique volontariste en matière de diplomatie sportive.

Voir le site

La mobilité européenne et internationale des jeunes : enjeux et dispositifs - INJEP

INJEP - Fiches repères n°53 - ZIMMER, Cédric ; PAISLEY, Janaïna - Mars 2022, 2 p.

Instrument d’éducation citoyenne, d’insertion professionnelle et sociale et de coopération internationale, la mobilité à l’international constitue un champ stratégique de l’action publique en direction de la jeunesse. Reconnue par les pouvoirs publics pour ses effets positifs, elle reste un axe important des politiques d’éducation et de jeunesse tout en étant plébiscitée par les jeunes, qui sont nombreux à la considérer comme une expérience incontournable dans leur parcours d’insertion et vers l’autonomie

Voir le site

L’emploi salarié des lycéens professionnels et des apprentis un an après leur sortie du système éducatif en 2020 - DARES

DARES - ANTOINE, Robin ; FAUCHON, Alexandre - DARES FOCUS n°12 - Mars 2022, 2 p.

En juillet 2021, un an après leur sortie d’études, l’insertion professionnelle des apprentis et lycéens professionnels de niveau CAP à BTS s’est nettement améliorée par rapport à leur situation en janvier 2021. L'insertion professionnelle revient comparable à celle observée avant la crise sanitaire.

Voir le site

Élections 2022. Vers une jeunesse oubliée ? - FAGE / IPSOS

Enquête IPSOS pour La Fage, Fédération des associations générales étudiantes - Février 2022, 17 p.

A l’approche de l'élection présidentielle, moment décisif pour le renouveau du paysage politique français, c’est aujourd’hui 8 jeunes sur 10 qui se disent prêt·e·s à aller voter. Pourtant, ces dernier·ère·s et leurs aspirations ont un ressenti négatif et se sentent délaissé·e·s, mis·e·s de côté, tant sur le plan social que politique puisque plus d’un jeune sur deux ( 57 %) estime que ses préoccupations ne sont pas prises en compte dans la campagne actuelle. 

Voir le site

Les sports de nature en France. Points de repère et tendances 2020 - INJEP

INJEP - DIETSCH, Bruno - Février 2022 - 13 p. (Rapports d'étude n°2022/06)

Cette note dresse un état des lieux de la pratique des sports de nature en France, sur la base des deux premières éditions du Baromètre national des pratiques sportives (2018 et 2020). Les sports de nature les plus pratiqués en 2020 demeurent la randonnée, la course à pied et le vélo. Le niveau de pratique apparaît assez stable par rapport à 2018, en dépit de la crise du COVID. Les sports nautiques et d’hiver sont cependant en recul, tout comme la pratique de plusieurs activités par un même pratiquant.

Voir le site

Baromètre annuel 2021 sur le moral des associations de l’Éducation populaire - Hexopée

Hexopée - Février 2022, 38 p.

Hexopée publie son baromètre annuel 2021 sur le moral des associations de l’Éducation populaire et appelle les pouvoirs publics à pérenniser leur modèle économique et social. Cette enquête réalisée par l’organisation représentative d’employeurs est basée sur 1 682 contributions, de la part de structures provenant des secteurs de l’Éducation populaire.

Voir le site

Comment les employeurs recrutent-ils un jeune candidat ? - DARES

DARES Analyses n°10 - LHOMMEAU, Bertrand ; REMY, Véronique - Février 2022, 8 p.

Les recruteurs embauchant un jeune candidat citent plus souvent le dynamisme, la présentation, l’opérationnalité, la motivation, la disponibilité ou encore la formation comme principaux critères ayant motivé leur choix.

Voir le site

Parcours et réussite en master à l’université : les résultats de la session 2020 - MENSRI

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (MENSRI) - Note Flash du SIES, n°2022-07 - MÉNARD, Boris - Février 2022, 2 p.

Près de six étudiants sur dix inscrits pour la première fois en 1ère année de master en 2017 ont obtenu leur diplôme en deux ans, sept sur dix l’ont eu en deux ou trois ans.

Voir le site

À La Réunion, les jeunes hommes peinent à quitter le foyer parental - INSEE

INSEE FLASH Réunion n°221 - SUI-SENG, Sandrine - Février 2022, 2 p.

En 2018, à La Réunion, 61 % des jeunes de 16 à 29 ans vivent chez leurs parents. Cette part est nettement plus élevée qu’en métropole (47 %), en raison notamment de la difficulté des jeunes de l’île à trouver un emploi durable leur permettant d’accéder à un logement indépendant. Lorsqu’ils quittent le foyer familial, ils vivent rarement seuls, la mise en couple ou/et la présence d’enfants étant souvent déterminantes dans le fait de quitter le foyer parental. Les jeunes hommes réunionnais demeurent plus longtemps que les femmes chez leurs parents. Les jeunes femmes partent en moyenne plus tôt, souvent quand elles deviennent mères, qu’elles soient ou non en couple.

Voir le site

Six étudiants ligériens sur dix résident à Nantes ou à Angers - INSEE

INSEE FLASH de La Loire n° 118 - FONTAINE, Maëlle ; HAMZAOUI, Louisa - Février 2022, 2 p.

Parmi les 131 900 étudiants résidant dans les Pays de la Loire en 2018, six sur dix vivent à Nantes Métropole ou dans la communauté urbaine (CU) d’Angers. Les étudiants qui vivent en communauté sont minoritaires (5 %). Quatre étudiants sur dix résident avec leur(s) parent(s), un sur trois vit seul, un sur dix est en colocation et un sur dix vit en couple ou est un adulte d’une famille. Ces derniers sont plus souvent diplômés et en emploi. Six étudiants sur dix étudient dans leur commune de résidence. Les étudiants plus diplômés ou ceux qui vivent en colocation déménagent plus fréquemment.

Voir le site

Le chômage des jeunes fin 2021 - INSEE

INSEE - Février 2022

Sur le quatrième trimestre 2021, le taux de chômage des 15-24 ans diminue fortement (-3,6 points) et atteint 15,9 %, rejoignant ainsi "les plus bas niveaux des cycles précédents à la fin des années 80 et 90". Il baisse de 0,3 point pour les 25-49 ans, à 6,8 %, et il est stable pour les 50 ans ou plus, à 5,8 %. La part des jeunes ni en emploi ni en formation rebondit. Au quatrième trimestre 2021, la part des jeunes de 15 à 29 ans qui ne sont ni en emploi ni en formation (NEET) augmente de 0,5 point à 12,2 %, après une baisse de 1,0 point au trimestre précédent. Cette part retrouve ainsi quasiment son niveau d’avant-crise (–0,1 point par rapport à fin 2019).

Voir le site

Les chiffres de l’apprentissage en 2021 - Ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion

Ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion - Février 2022, 8 p.

718 000, c’est le nombre de contrats d’apprentissage signés dans les secteurs privé et public. Cette hausse des entrées en apprentissage concerne toutes les régions et tous les niveaux de qualification.

Voir le site

Générations : le grand fossé ? - BVA et Grand Récit pour Départements solidaires

Edition Fondation Jean-Jaurès, BVA avec l’agence Grand Récit, pour Départements solidaires - Janvier 2022,

Produit par Grand Récit pour Départements solidaires, ce rapport fait l’état des lieux des perceptions et attitudes des Français sur les relations intergénérationnelles. Il s’appuie sur les données d’une étude conduite par l’institut de sondage BVA auprès de 3 200 Français, dont 1 049 jeunes de dix-huit à vingt-neuf ans et 1 125 seniors âgés de soixante ans et plus en septembre 2021. Les résultats de cette enquête battent en brèche le récit d’un fossé grandissant entre les plus jeunes et les plus âgés. Ils mettent en évidence les écarts de perception et de valeurs qui existent entre classes d’âge, mais montrent que ces divergences ne constituent pas un fossé infranchissable pour autant.

Voir le site

L’insertion professionnelle des diplômés BPJEPS éducateur sportif et animateur socioculturel avant la crise sanitaire - INJEP

INJEP - LOCHET, Jean-François ; DIETSCH, Bruno - Février 2022, 13 p. (Rapports d'étude n°2022/04)

Entre mai 2017 et avril 2018, plus de 12 000 brevets professionnels de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) ont été délivrés (hors équivalences), dont 8 900 dans la spécialité sport (74 %) et 3 100 dans la spécialité animation (26 %). Ces nouveaux diplômés ont été interrogés début 2019 afin de connaître leur situation professionnelle au moins neuf mois après leur sortie de formation dans le cadre d’une collaboration entre l’INJEP, le ministère chargé des sports et les directions régionales de la jeunesse, du sport et de la cohésion sociale (DRJSCS devenues les délégations régionales académiques à la jeunesse, à l’engagement et aux sports [DRAJES] au 1er janvier 2021).

Voir le site

Deuxième rapport dédié au dispositif Olinpe (Observation longitudinale, individuelle et nationale en protection de l’enfance) - ONPE

Observatoire national de la protection de l’enfance, ONPE - Janvier 2022, 58 p.

Le dispositif Olinpe répond à un double objectif : contribuer à une meilleure connaissance de la population des mineurs et jeunes majeurs suivis en protection de l’enfance à travers leurs parcours de protection et faciliter la continuité des actions mises en œuvre au titre de la protection de l’enfance par l’État et les départements. A ce jour, 46 départements sont engagés auprès de l’ONPE dans ce dispositif.

Voir le site

94 % des 15-29 ans ont un smartphone en 2021 - INSEE

INSEE FOCUS n°245 - LEGLEYE, Stéphane ; NOUGARET, Amandine ; VIARD-GUILLOT, Louise - Janvier 2022, 5 p.

En France, plus de 99 % de la population âgée de 15 ans ou plus est équipée d’un téléphone, fixe ou mobile. L’équipement mobile est la norme : 95 % de la population possède un téléphone mobile et 77 % détient plus particulièrement un smartphone. Le smartphone est un incontournable pour les jeunes, 94 % des 15-29 ans en sont équipés, alors qu’il tarde à s’imposer parmi les plus âgés (36 % des 75 ans ou plus en possèdent un). Le taux d’équipement augmente avec le niveau de diplôme et dans une moindre mesure avec le niveau de vie et la taille de l’unité urbaine de résidence.

Voir le site

Pyramide des âges interactive - INSEE

INSEE - Janvier 2022

15,8 millions de jeunes âgés de 15 à 34 ans en France métropolitaine et dans les départements d'outre-mer, soit 24 % de la population en France. Si les données statistiques de l'INSEE sont définitives jusqu'en 2019, la pyramide des âges en ligne permet d'obtenir des données provisoires de 2020 à 2022, ainsi en 2020 et de réaliser des projections de population sur les décennies à venir, dans la France entière ou dans les régions

Voir le site

Baromètre DJEPVA sur la jeunesse 2021 - INJEP / CREDOC

INJEP - BERHUET, Solen ; BRICE MANSENCAL, Lucie ; HOIBIAN, Sandra ; MILLOT, Charlotte ; MÜLLER, Jörg - Janvier 2022, 221 p. (Rapports d'étude n°2022/01)

Ce rapport présente les résultats de la sixième vague du baromètre DJEPVA sur la jeunesse mise en place par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) à la demande de la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) en collaboration avec l’INJEP. Plusieurs thèmes sont abordés : les aspirations, l’accès aux droits sociaux, la mobilité quotidienne; les projets d’avenir et l’emploi, l’engagement citoyen, l’expérience d’inégalités et de discriminations, et , la mobilité et l’expérience internationale.

Voir le site

La satisfaction des boursiers : état des lieux de l'année universitaire 2019-2020 - Campus France

Campus France - Janvier 2022, 12 p.

En 2019-2020, le gouvernement français a octroyé 8 087 bourses d’études ou de courts séjours à des étudiants et chercheurs étrangers, Ces bourses sont gérées par Campus France, l’agence publique chargée de la promotion de l’enseignement supérieur et de l’accueil des étudiants et chercheurs étrangers. La qualité du séjour est au cœur des préoccupations de l’agence qui a transmis un questionnaire de satisfaction a été envoyé aux boursiers du gouvernement français ( présents en France durant l’année universitaire 2019-2020.

Voir le site

Entre ville et campagne, les parcours des enfants qui grandissent en zone rurale - INSEE

INSEE Première n° 1888 - BRUTEL, Chantal - Janvier 2022, 4 p.

Au 1er janvier 2018, 17,7 millions d’enfants, adolescents et jeunes adultes de 3 à 24 ans vivent en France. Parmi eux, 30 % vivent en milieu rural. Compte tenu des mobilités résidentielles, la part des jeunes vivant dans une commune rurale augmente entre 3 et 13 ans, reste quasi stable entre 14 et 17 ans, puis chute de 9,5 points à l’âge de 18 ans. À la majorité, 20 % des jeunes ruraux partent s’installer en ville, principalement pour poursuivre leurs études.

Voir le site

Economie et Statistique : Inégalités et éducation - INSEE

INSEE - Economie et Statistique / Economics and Statistics, n° 528-529 - Décembre 2021, 137 p.

Les articles que l’on trouvera dans ce dossier thématique d’Economie et Statistique / Economics and Statistics ont pour point commun de traiter des politiques éducatives en ce début du XXIe siècle sous l’angle des inégalités sociales d’éducation, en mobilisant de grandes bases de données, capables de fournir une vision objective et précise des tendances du système éducatif français depuis une vingtaine d’années.

Voir le site

Usages d’alcool, de tabac et de cannabis chez les élèves de 3e en 2021 - OFDT

Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) - Tendances n° 148 - SPILKA, Stanislas ; PHILIPPON, Antoine ; LE NEZET, Olivier - Décembre 2021, 4 p.

L'OFDT publie les premiers résultats de l’enquête EnCLASS menée auprès de 2 000 collégiens sur la qualité de vie perçue des élèves de 3e. L’enquête a permis d’interroger les adolescents sur les initiations au tabac, à l’alcool et au cannabis et, sur la base de questions inédites, sur les alcoolisations ponctuelles importantes (API), l’usage problématique de cannabis, les modes d’acquisition du tabac et de l’alcool, l’initiation au protoxyde d’azote et la pratique des jeux d’argent et de hasard.

Voir le site

Les jeunes et l’entreprise : Résultats du Baromètre - Fondation Jean-Jaurès / Macif

BVA pour la MACIF et la Fondation Jean-Jaurès - Décembre 2021, 26 p.

À l’occasion du Parlement des jeunes, le 16 décembre 2021, la Fondation Jean-Jaurès et la Macif ont réalisé avec l’institut BVA une enquête sur « les jeunes et l’entreprise » auprès de 1000 jeunes Français âgés de 18 à 24 ans afin d’observer le rapport au travail de cette génération et notamment auprès de l’entreprise. Quelle image en ont-ils ? À quoi ressemble leur entreprise « idéale » ? Que recherchent-ils auprès d’un manager ?

Voir le site

Vers quel intermédiaire de placement se tournent les jeunes qui recherchent leur premier emploi ? - DARES

DARES Analyses n°1 - ARNOULT, Émilie ; GHRAIRI, Jihène - Janvier 2022, 4 p.

Entre 2015 et 2017, en moyenne chaque année, 440 000 jeunes n’ayant jamais travaillé sont à la recherche d’un premier emploi. 38 % d’entre eux sont inscrits à Pôle emploi. Ce sont le plus souvent des femmes, des jeunes qui résident encore chez leurs parents, ou dont les parents sont nés en France et qui sont d’origine sociale modeste. 27 % privilégient d’autres intermédiaires de placement, publics ou privés, qui comprennent en particulier les missions locales : il s’agit surtout d’hommes, de jeunes dont au moins un des deux parents est né à l’étranger et de résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Finalement, 35 % des jeunes ne sont accompagnés par aucun intermédiaire de placement. C’est le cas de ceux qui résident dans des zones rurales et dans l’agglomération parisienne, des non diplômés et de ceux qui recherchent un emploi depuis moins de 6 mois. Sont également non accompagnés les jeunes d’origine sociale favorisée, qui peuvent mobiliser leurs réseaux personnels et professionnels dans la recherche d’un premier emploi.

Voir le site

En 2020, la crise sanitaire a rendu plus difficile l’accès à l’emploi à la sortie des études - INSEE

INSEE FOCUS n°258 - PENICAUD, Émilie - Janvier 2022, 8 p.

En moyenne sur l’année 2020, 68,3 % des jeunes sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans étaient en emploi. C’est 1,0 point de moins qu’en 2019, alors que le taux d’emploi est resté quasi stable pour les personnes ayant achevé leurs études depuis plus longtemps. Le recul du taux d’emploi des sortants de formation initiale a été particulièrement marqué au 2e trimestre 2020, sous l’effet du premier confinement de la population. Plus souvent en contrat à durée limitée (CDD, intérim), les jeunes sortants ont de fait été plus exposés que leurs aînés. Le recul de l’emploi s’observe sur l’ensemble de l’échelle des diplômes, mais avec des disparités selon les spécialités de formation.

Voir le site

La consommation de cannabis dès l’adolescence serait associée à un risque plus élevé de chômage à l’âge adulte - INSERM

INSERM - Communique du 5 Janvier 2022

La France compte l’un des plus hauts niveaux de consommation de cannabis au monde, près de 40 % des jeunes de 17 ans indiquant une consommation au cours de l’année écoulée. Alors que de précédentes études avaient mis en lumière l’existence d’une éventuelle relation causale entre l’initiation précoce de la consommation de cannabis pendant l’adolescence et le niveau d’étude atteint plus tard, des chercheuses et chercheurs de l’Inserm et Sorbonne Université à l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique se sont penchés sur l’impact de cette expérimentation précoce sur la situation de l’emploi à l’âge adulte. Les résultats de l’étude indiquent que les personnes ayant consommé du cannabis seraient plus susceptibles de connaître une période de chômage par la suite, surtout si l’initiation à cette drogue a eu lieu avant l’âge de 16 ans. Les résultats, qui portent sur le suivi de 1 500 personnes sur neuf ans, sont publiés dans la revue Drug and Alcohol Dependence.

Voir le site

S'installer chez soi, avec quel emploi et quel salaire ? - CEREQ

CEREQ Bref, n°416 - ROBERT, Alexie ; SULZER, Emmanuel - Décembre 2021, 4 p.

La capacité des jeunes à prendre leur indépendance varie selon la durée des études, l'accès plus ou moins rapide à l'emploi, le type de contrat de travail et la rémunération obtenus en début de vie active mais aussi selon le contexte économique ou l'état du marché du logement. Qu'en est-il donc pour les jeunes ayant fini leurs études entre 1998 et 2010 : quand et comment ont-ils décohabité, reviennent-ils chez leurs parents après être partis, quels sont les invariants et les différences entre eux au fil des ans ? Mobilisant trois enquêtes Génération, ce Céreq Bref analyse les parcours d'accès des jeunes à l'autonomie résidentielle et leurs évolutions.

Voir le site

Erasmus+: un succès en 2020 malgré les restrictions - Commission européenne

Commission européenne - Décembre 2021, 122 p. (rapport en anglais)

Le rapport annuel Erasmus+ 2020 publié à la mi-décembre 2021 montre que le programme a favorisé près de 640 000 expériences d'apprentissage à l'étranger l'année dernière et financé 20 400 projets et 126 900 organismes malgré la pandémie de COVID-19. Le passage soudain à l'apprentissage en ligne a démontré l'importance des solutions numériques à distance pour l'enseignement et l'apprentissage.

Voir le site

Dossier thématique : Inégalités et éducation - INSEE

INSEE - Economie et Statistique / Economics and Statistics, n° 528-529 - Décembre 2021

Les articles réunis dans ce dossier thématique ont pour point commun de traiter des politiques éducatives en ce début du XXIe siècle sous l’angle des inégalités sociales d’éducation, en mobilisant de grandes bases de données, capables de fournir une vision objective et précise des tendances du système éducatif français depuis une vingtaine d’années. Ce questionnement sur les inégalités prend appui sur une longue tradition de recherche en éducation, issue notamment de la sociologie.

Voir le site

Insertion des jeunes après la voie professionnelle - DARES

DARES - Décembre 2021

La Dares et la Depp ont rapproché différentes sources administratives existantes pour suivre les parcours des jeunes en voie professionnelle et leur insertion dans l’emploi grâce à de nouvelles données, plus fiables et plus complètes : des données sur la scolarité des jeunes en formation ; des données sur l'insertion professionnelle à partir des Déclarations sociales nominatives (DSN), traitées par la Dares. Le dispositif InserJeunes succède aux enquêtes d’insertion menées par la Depp et les établissements de formation (enquêtes IVA-IPA). Les résultats publiés ici ne sont pas comparables aux résultats de ces enquêtes.

Voir le site

L’engagement dans le cadre du collège : une affaire de bons élèves ? - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n°53 - CAILLE, Jean-Paul ; DIDIER, Mathilde - Juin 2021, 4 p.

À 13 ou 14 ans, plus d’un tiers des élèves se sont engagés dans le cadre du collège, soit comme délégués de classe ou au conseil de vie collégienne, soit en exerçant d’autres fonctions au bureau du foyer socio-éducatif, dans le journal du collège ou comme tuteurs d’autres élèves. Que la fonction soit élective ou non, les meilleurs élèves s’engagent toujours plus que les collégiens aux résultats plus fragiles. Par ailleurs, le fait que l’un des parents soit bénévole d’une association favorise l’implication de l’enfant dans la vie du collège et les filles s’engagent davantage que les garçons. Enfin, les descendants d’immigrés originaires d’Afrique subsaharienne et du Maghreb sont plus fréquemment élus délégués de classe que les collégiens sans parent immigré.

Voir le site

Jeunes ni en emploi, ni en études, ni en formation : moins présents dans la région - INSEE

INSEE ANALYSES PAYS DE LA LOIRE - KAISER, Ophélie - Décembre 2021, n°96, 4 p.

Dans les Pays de la Loire, 10,8 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation. Cette situation est moins fréquente qu’au niveau national. Les réalités rencontrées sont très diverses : des jeunes en échec scolaire et des jeunes peu diplômés, puis l’âge avançant, de plus en plus de jeunes diplômés du supérieur en recherche d’un premier emploi et de jeunes mères.

Voir le site

Effets de la crise sanitaire sur les études et l’emploi des jeunes de 18 à 24 ans en 2020, en France et dans les pays de l’OCDE - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 21.44 - POULET-COULIBAND, Pascale ; MASSON, Luc - Décembre 2021, 4 p.

En 2020, la part des jeunes de 18 à 24 ans qui ne sont pas en études et n’occupent pas d’emploi est stable par rapport à 2019 en France et dans plusieurs pays européens. En revanche, cette part augmente fortement en Amérique du Nord.

Voir le site

À la rentrée 2021, des choix d’enseignements de spécialité en première et en terminale générale proches de ceux de 2020 - DEPP

DEPP - Note d'information n°21.41 - DAUPHIN, Laurence - Décembre 2021, 4 p.

À la rentrée 2021, pour la deuxième rentrée consécutive après la réforme du baccalauréat général, les élèves de terminale générale choisissent de poursuivre deux des trois enseignements de spécialité suivis en première générale l’année précédente. La doublette la plus fréquemment choisie est « mathématiques, physique-chimie », suivie de « HGGSP, SES » et « physique-chimie, SVT ». Mais les choix de doublettes se diversifient plus qu’en 2020. Au total 40 % des élèves de terminale en 2021 suivent une doublette contenant uniquement des enseignements scientifiques. La sous-représentation des filles dans toutes les matières scientifiques, hors SVT, se confirme.

Voir le site

14e baromètre sur la perception des discriminations dans l'emploi - Défenseur des droits

Défenseur des droits - Décembre 2021

A l’occasion de la publication de la 14e édition du baromètre sur la perception des discriminations dans l’emploi, la Défenseure des droits, Claire Hédon, alerte quant à une surexposition de la jeunesse aux discriminations dans l’emploi. D’après l’enquête menée avec l’Organisation internationale du travail (OIT) auprès d’un échantillon représentatif de la population de jeunes actifs de 18 à 34 ans (3 201 personnes), plus d’un jeune sur trois rapporte avoir vécu une situation de discrimination ou de harcèlement discriminatoire dans le cadre de sa recherche d’emploi ou de sa carrière et près d’un jeune sur cinq déclare y avoir été confronté à plusieurs reprises.

Voir le site

Associations culturelles : un automne sous pression - COFAC

3e Baromètre Flash de la COFAC - Décembre 2021

Depuis le début de la crise sanitaire, le Baromètre Flash de la COFAC mesure la pression et sonde les associations culturelles afin de mieux comprendre et anticiper leurs besoins. Ce 3e Baromètre Flash s’est tenu en ligne du 22 octobre au 5 novembre 2021 auprès des responsables d’associations culturelles. Pour beaucoup d’associations culturelles, la période d’automne s’est révélée épineuse sur bien des sujets. Presque deux tiers d’entre elles tournent au ralenti ou sont à l’arrêt, le travail salarié décroit parmi les associations employeuses et les bénévoles se démobilisent.

Voir le site

Les essentiels de la vie associative (édition 2021) - Recherches et Solidarités

Ministère en charge de la vie associative - Recherches et Solidarités - Novembre 2021

Les "Essentiels 2021 de la vie associative dans les départements" sont réalisés par l’association Recherches et Solidarités avec le soutien du ministère chargé de la vie associative. Ils regroupent, sur 4 pages, les principales données chiffrées sur la vie associative de chaque département français : nombre d’associations, de bénévoles, d’employeurs et de salariés, comparaison avec la moyenne nationale et évolution dans le temps…

Voir le site

La générosité des Français face au COVID - Recherche et Solidarité

Recherches et solidarités - 2021, 27 p.

L’édition 2021, la 26ème, dresse un état des lieux chiffré de la générosité des Français face au Covid. Elle s’appuie sur les données 2020 de la Direction générale des Finances publiques, relatives aux dons déclarés dans le cadre de l’impôt sur le revenu et ceux déclarés dans le cadre de l’impôt sur la fortune immobilière. Elle se réfère également aux montants de collecte inscrits sur les comptes d’emploi des ressources de 123 associations et fondations (publiés au Journal officiel).

Voir le site

L'état de l’École 2021 - MENJS

Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports - DEPP - Novembre 2021, n°31 - 94 p.

Véritable panorama du système éducatif français, ce document rassemble les indicateurs statistiques les plus pertinents pour analyser les évolutions et les tendances dans l’éducation. Scolarité des élèves, investissements, climat scolaire, formation des personnels, acquis des élèves, parcours, orientation et insertion professionnelle. Toutes ces dimensions sont abordées à travers 38 fiches synthétiques illustrées par des graphiques, cartes ou tableaux. Des indicateurs internationaux stables permettent d’établir des comparaisons et de situer la France parmi d’autres pays. Certaines fiches rendent compte des inégalités sociales, des différences de genre et des disparités territoriales.

Voir le site

StatErasmus+ - Agence Erasmus+ France / Education Formation

Agence Erasmus+ France / éducation formation

StatErasmus+ est le site de publication des statistiques et données du programme Erasmus+, pour les actions mises en œuvre par l'agence Erasmus+ France / éducation formation. Il propose toutes les données chiffrées et géographiques pour les volets « Education » et « Formation » concernant les projets financés par le programme Erasmus+ en France. Ces informations sont issues des outils de gestion utilisés par l'agence Erasmus+ France / éducation formation.

Voir le site

Projet de loi de finances pour 2022 : Sport, jeunesse et vie associative - Le Sénat

Le Sénat - JEANSANNETAS, Éric (Rapporteur spécial) ; HUSSON, Jean-François (Rapporteur général) - Commission des finances - Novembre, 2021, 65 p. (Rapport général - Tome III - Annexe n°31- 2021-2022)

La mission « Sport, jeunesse et vie associative » poursuit sa montée en puissance en 2022, avec un montant de crédits demandés de 1 485,5 millions d’euros en autorisations d’engagement et de 1 615,3 millions d’euros en crédits de paiement. La progression des crédits par rapport à la LFI 2021 est de 18,8 %.

Voir le site

Résultats de l’enquête Sivis 2020-2021 auprès des écoles publiques et des collèges et lycées publics et privés sous contrat - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 21.39 - FRÉCHOU, Hélène Fréchou - Novembre 2021, 4 p.

Au cours de l’année scolaire 2020-2021, les chefs d’établissement du second degré des secteurs public et privé sous contrat ont déclaré en moyenne 10,2 incidents graves pour 1 000 élèves.

Voir le site

Discrimination à l’embauche des personnes d’origine supposée maghrébine : quels enseignements d’une grande étude par testing ? - DARES

DARES Analyses n°67 - ARNOULT, Émilie ; RUAULT, Marie ; VALAT, Emmanuel ; VILLEDIEU, Pierre ; et al. - Novembre 2021, 8 p.

De nombreuses études montrent que les Français issus de l’immigration maghrébine se heurtent à des difficultés importantes sur le marché du travail, et ce dès la première étape du recrutement. En moyenne, à qualité comparable, les candidatures dont l’identité suggère une origine maghrébine ont 31,5 % de chances de moins d’être contactées par les recruteurs que celles portant un prénom et nom d’origine française. Si les discriminations liées à l’origine supposée sont fortes et persistantes, elles sont plus faibles, sans s’effacer, parmi les salariés les plus qualifiés. Ces résultats ne varient pas sensiblement entre les femmes et les hommes.

Voir le site

Parcours d’insertion des jeunes en 2020 : entre brève pause et difficultés durables. Inégalités et pauvreté dans les Pays de la Loire - INSEE

INSEE Analyse Pays de la Loire n°97 - FONTAINE, Maëlle ; MANCEAU, Christelle ; COMMANDEUR, Barbara - Novembre 2021, 4 p.

En mars 2020, dans les Pays de la Loire, la crise sanitaire occasionne une hausse inédite du nombre de jeunes s’inscrivant à Pôle emploi : + 35 % par rapport à mars 2019. Dans l’ensemble, la crise allonge d’un mois la durée où le jeune reste demandeur d’emploi. Dans le détail, cet effet est souvent circonscrit au printemps 2020 et s’estompe rapidement. Un an après l’inscription, la persistance des jeunes au chômage est au même niveau qu’avant-crise. Les trajectoires des jeunes à la recherche d’un premier emploi sont marquées durablement, tandis que les jeunes venant de l’intérim ou recherchant un emploi dans la construction s’insèrent plus favorablement.

Voir le site

Les freins à la pratique des Français peu ou non sportifs : des situations hétérogènes - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n°52 - LEFEVRE, Brice ; RAFFIN, Valérie - Novembre 2021, 4 p.

En 2020, un quart des personnes âgées de 15 ans et plus résidant en France ont peu ou pas pratiqué d’activité physique ou sportive au cours des douze derniers mois (hors période de confinement liée à la crise sanitaire). Ces personnes, des femmes pour près des deux-tiers, sont plus âgées et moins diplômées que la moyenne. Elles citent de nombreux freins les empêchant de davantage pratiquer une activité physique, que l’on peut regrouper en cinq profils, constituant autant de cibles pouvant faire l’objet de politiques circonstanciées : une santé fragile (26 %), des difficultés de sociabilité (21 %), le cumul de contraintes professionnelles, scolaires et familiales (20 %), le désintérêt pour le sport (20 %), et le coût et l’inadéquation de l’offre sportive (13 %).

Voir le site

161 milliards d’euros consacrés à l’éducation en 2020 : 7,0 % du PIB - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 21.38 - BERETTI, Paul-Antoine ; DREGOIR, Mélanie - Novembre 2021, 4 p.

La crise sanitaire, qui fait de 2020 une année particulière, a des répercussions importantes sur le financement des dépenses d’éducation et en modifie la structure. Le rôle de l’État ainsi que celui des autres administrations publiques sont renforcés par différents dispositifs de soutien mis en place pour affronter la crise. En revanche, les ménages ont supporté de moindres dépenses d’éducation, notamment de cantine et d’internat à la suite de la fermeture des établissements pendant le premier confinement. De même, la contribution des collectivités territoriales a reculé en 2020, année de l’entrée en vigueur de la réforme du financement de l’apprentissage et des élections municipales. La dépense moyenne pour un élève ou un étudiant s’établit à 8 900 euros. Elle croît avec le niveau d’enseignement allant de 6 980 euros pour un écolier, 9 850 euros pour un élève du second degré et 11 580 euros pour un étudiant.

Voir le site

Une année seuls ensemble. Enquête sur les effets de la crise sanitaire sur l'année universitaire 2020-2021 - OVE

Observatoire de la vie étudiante (OVE) - OVE Infos n° 46 - BELGHITH, Feres ; COUTO, Marie-Paule ; FERRY, Odile ; et al. - Novembre 2021, 12 p.

Au confinement strict du printemps 2020 ont succédé des mesures plus souples. Pour les étudiants, l’année scolaire 2020-2021 a été marquée par des modalités du stop and go sanitaire. L’état de la pandémie à la rentrée permettait d’envisager des enseignements sur site, mais la hausse du taux de circulation du virus a conduit à la mise en place de nouveaux confinements, avec une fermeture des établissements d’enseignement supérieur et une généralisation de l’enseignement à distance. Quand d’autres secteurs connaissaient un retour relatif à « la normale », ces transformations des manières d’étudier (et l’isolement associé) ont suscité de nouvelles interrogations quant aux incidences de la pandémie sur la santé mentale et les modes de vie des étudiants. L’enquête La vie d’étudiant en temps de pandémie, administrée en juin et juillet 2021, permet d’interroger la situation des étudiants dans ce contexte renouvelé. Quelles ont été les conséquences de la crise sanitaire sur les conditions de logement, d’emploi et d’études au-delà de la période du premier confinement et comment les étudiants ont-ils vécu cette année ?

Voir le site

En chiffres : 10 ans de mobilité - Campus France

Campus France - Novembre 2021, 25 p.

À l’occasion de ses dix ans d’existence, Campus France retrace les transformations de la mobilité étudiante et de recherche sur la dernière décennie. En dix ans, la population étudiante mondiale a augmenté de 30 % tandis que le nombre d’étudiants mobiles a progressé deux fois plus vite (5,6 millions d’étudiants en mobilité en 2018, soit 2,5 % de la population étudiante). Sur la même période, le nombre d’étudiants étrangers en France a augmenté de 28 %.

Voir le site

En 2020, les contrats aidés remobilisés face à la crise sanitaire - DARES

DARES Résultats n°55 - EUZENAT, Damien - Octobre 2021, 4 p.

Suite à la crise sanitaire, alors que leur prescription était en baisse depuis 2017, les contrats aidés sont de nouveau mobilisés pour lutter contre le chômage des plus jeunes suite à la crise sanitaire. Le ciblage sur les jeunes est accentué à partir de l’été 2020, avec le lancement du plan #1jeune1solution.

Voir le site

Baromètre de discrimination en Seine-Saint-Denis - Département de Seine-Saint-Denis

Département de Seine-Saint-Denis -

Réalisé par Harris Interactive auprès de 1004 habitant.e.s de la Seine-Saint-Denis, ce baromètre montre que près de 6 habitant.e.s sur 10 de la Seine-Saint-Denis (56 %) déclarent avoir été victimes de discrimination durant ces cinq dernières années. Un tiers (33 %) disent avoir eu le sentiment d’être discriminé.e.s spécifiquement parce qu’ils.elles habitent en Seine-Saint-Denis. 42 % des personnes interrogées jugent par ailleurs que les discriminations ont augmenté durant ces cinq dernières années. Plus de 80% des répondant.e.s déclarent que la couleur de peau, la religion, le quartier d’habitation sont des facteurs principaux de discrimination. L’étude menée permet de faire émerger quatre causes de discriminations principales, avec l'orientation sexuelle, perçues ou vécues par les habitant.e.s de la Seine-Saint-Denis. Fait notable, celles-ci sont plus importantes chez les 18-24 ans que dans le reste de la population.

Voir le site

Les jeunes Québécois sans diplôme - Chaire-réseau de recherche sur la jeunesse du Québec

Chaire-réseau de recherche sur la jeunesse du Québec - BOURDON, Sylvain ; BELISLE, Rachel ; LAPOINTE-GARANT, Marie-Pierre - Feuillet statistique "La jeunesse en chiffres", n°8 - Octobre 2021, 6 p.

Inscrite dans une série de feuillets statistiques de la Chaire-réseau de recherche sur la jeunesse du Québec (CRJ) visant à analyser la situation des jeunes au Québec, cette huitième publication fait état de la situation des jeunes âgés de 18 à 34 ans sans diplôme du secondaire. Elle décrit d’abord les principales caractéristiques sociodémographiques de ces jeunes et leur situation sur le marché du travail avant de se pencher sur les services d’orientation dont ils ont bénéficié ou qu’ils souhaiteraient recevoir. Les statistiques présentées dans ce feuillet sont tirées des données du Recensement 2016 de Statistique Canada, et d’une des rares enquêtes sur les besoins d’orientation des adultes sans diplôme, le sondage mené dans le cadre du projet Orientation professionnelle des adultes sans diplôme dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie (Bélisle et Bourdon, 2015).

Voir le site

Baromètre de confiance en l'avenir des jeunes. 3eme vague - BVA pour l'Etudiant

BVA pour l'Etudiant - Novembre 2021, 26 p.

Un an après la publication des résultats de la première vague du baromètre de confiance dans l’avenir, le média l’Etudiant et l’institut de sondages BVA dévoilent la troisième édition de l’enquête. Du 27 septembre au 11 octobre 2021, 2000 jeunes de la 2nde à Bac +2 ont été interrogés sur des thématiques fortes : l’impact de la crise sanitaire, leur niveau d’optimisme dans l’avenir, et leurs attentes concernant leur entrée dans le monde du travail. Après plus d’un an et demi de crise sanitaire, les jeunes de la seconde à Bac +2 ont abordé la rentrée scolaire 2021 avec des sentiments partagés. Si près des deux tiers sont curieux (64 %), ils sont aussi nombreux à ressentir de l’appréhension (61 %) que de l’espoir (61 %).

Voir le site

En Corse, 11 000 jeunes de 16 à 29 ans inactifs ou au chômage - INSEE

INSEE Flash Corse, n°63 - DUBOIS, Thomas ; BRETEL, Antonin ; AGOSTINI, Martine ; GENOVESE, Aude - Novembre 2021, 2 p.

En 2018, 11 000 jeunes de 16 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en formation en Corse, soit un jeune sur quatre de cette tranche d’âge. Parmi ces jeunes inactifs ou au chômage (JIC), les plus âgés sont surreprésentés et le chômage est la situation la plus fréquente. Les femmes sont également plus nombreuses que les hommes car elles se déclarent plus souvent « au foyer » après 24 ans. Les jeunes du sud de l’île sont davantage concernés par ces difficultés d’insertion.

Voir le site

Plus âgés qu’en province, les étudiants d’Île-de-France vivent aussi plus souvent chez leurs parents - INSEE

INSEE Analyse Ile-de-France n°142 - BAYARDIN, Vinciane ; PICHARD, Lynda ; BERNY, Corinne de ; DAVY, Anne-Claire - Octobre 2021, 4 p.

En Île-de-France, plus de six étudiants sur dix vivent chez leurs parents, une part plus importante qu’en province. L’offre d’enseignement supérieur, le réseau de transports en commun mais aussi la cherté des loyers dans la région incitent les jeunes à rester au domicile parental, quitte à effectuer des trajets plus longs ou à vivre dans un logement suroccupé. Parmi les étudiants ayant quitté le domicile familial, les jeunes non natifs de la région et notamment les étrangers sont très fortement représentés. Souvent, ces étudiants « décohabitants » résident à proximité de leur lieu d’études et seuls dans des petits logements du parc privé. En Île-de-France, la colocation concerne 6 % des étudiants contre 9 % en province.

Voir le site

Le coût du logement continue de progresser et inquiète particulièrement les locataires et les jeunes - ODOXA

Sondage Odoxa - Novembre 2021

Selon le baromètre de l'économie 2021 d'Odoxa, 31 % des 18-24 ans sont logés à titre gratuit chez leur parent, alors que cette catégorie représente 7 % de la population. L'enquête tend à montrer un clivage générationnel : entre locataires et propriétaires. Les deux-tiers des 50-64 ans (66 %) et près des trois-quarts des plus de 65 ans (73 %) sont des propriétaires alors que la majorité des 18-24 ans (57 %)et près d’un trentenaire sur deux (44 % des 25-34 ans) sont des locataires. Aussi 65 % des 18-24 et 60 % des 25 - 34 ans se disent inquiets quant au prix de l'immobilier, au contraire des générations les plus âgées.

Voir le site

Participer à l'enquête : Cap Asso, Franchir le cap et embaucher - Sciences Po Grenoble/Chaire ESS

La Chaire ESS de Sciences Po Grenoble et Dédale-l’emploi social et solidaire, avec le soutien de la Fondation du Crédit coopératif, de l’INJEP et de Chorum - Octobre 2021

La recherche Cap Asso lance son enquête en ligne à destination des associations de l’ensemble du territoire national. Elle s’adresse aux associations ayant recruté leur premier salarié entre janvier 2019 et aujourd’hui, et doit être renseignée par les administrateurs ou bénévoles de l’association en place lors de ce premier recrutement. L’échéance pour répondre est celle de la fin du mois de novembre. Cette enquête vise un panel de 3000 répondants.

Voir le site

Motivations, craintes, difficultés… Quelles sont les conditions d’accès à l’emploi des jeunes en situation de handicap ? - IFOP pour Agefiph

Enquête IFOP pour Agefiph - Octobre 2021, 28 p.

Cette étude révèle que les jeunes en situation de handicap partagent les mêmes aspirations que l’ensemble des jeunes mais restent confrontés à des discriminations et des freins à l’embauche importants. Des obstacles persistants nourrissent chez eux des craintes et des censures alors qu’une fois employés, ils occupent des postes en adéquation avec leurs attentes et leurs exigences. Consultez l’intégralité des résultats de l’enquête.

Voir le site

La fonction publique en début de vie active, des chemins diversifiés vers la stabilisation - CEREQ

Céreq Bref, n° 414 - OLIVIER, Joseph - Octobre 2021, 4 p.

La fonction publique a représenté une opportunité d’emploi pour 27 % des jeunes de la Génération 2010 en début de vie active. Pour la moitié d’entre eux, l’emploi public aura prédominé au cours de leurs sept premières années de vie professionnelle. La première expérience dans le secteur est à 80 % sur CDD, devenu la norme des premières embauches, comme dans le privé. La stabilisation statutaire y est en revanche plus lente. Les spécificités de chacun des versants de la fonction publique nuancent ces tendances. Ainsi, la fonction publique d’État recrute plus de diplômés du supérieur et les stabilise davantage. Le versant hospitalier privilégie les CDI alors que dans la territoriale, aux emplois moins qualifiés, le CDD reste dominant.

Voir le site

Le marché du travail des footballeuses : vers la professionnalisation ! - CEET

CEET - Connaissance de l'emploi, n°174 - ARRONDEL, Luc ; DUHAUTOIS, Richard - Octobre 2021, 4 p.

Si le football masculin a atteint un certain régime d’équilibre dans son fonctionnement, au niveau de ses compétitions, tant nationales qu’internationales, et de ses clubs, il n’en est pas de même, pour l’instant, du football féminin : ses structures sont encore en évolution.

Voir le site

Le financement public du sport professionnel - ANDES

ANDES, Association Nationale des Elus en charge du Sport - Octobre 2021, 50 p.

Dans le cadre de sa commission Sport professionnel, Haut-Niveau et Performance, l’ANDES réalise tous les deux ans une étude sur l’accompagnement financier du sport professionnel par les collectivités : modèle juridique et budget des clubs, montants des subventions et des achats de prestations de services, ainsi que des redevances domaniales.

Voir le site

Les 15-25 ans & les youtubers de sciences T.1. Les chiffres clés - Lecture Jeunesse

Lecture Jeunesse, en collaboration avec Ipsos - Octobre 2021, 15 p.

Lecture Jeunesse va voulut observer et analyser le rapport des jeunes aux sciences et aux YouTubers scientifiques. Cette enquête quantitative a pour but d’apporter des repères et des éléments de compréhension sur les usages des jeunes sur YouTube. Elle se concentre sur le public des 15-25 ans.

Voir le site

Données sur les quartiers de la politique de la ville - INSEE

INSEE - Octobre 2021

Au 1er janvier 2018, 5,4 millions d’habitants vivent dans un des 1 436 Quartiers prioritaires de la Politique de la Ville (QPV), soit 8 % de la population résidant en France (France métropolitaine et les 5 départements d’outre-mer). Cette part est stable depuis 2013, au niveau global comme au niveau de chaque département français. La définition des périmètres des quartiers prioritaires de la politique de la ville - en vigueur depuis 2015 - induit de fortes disparités territoriales : 66 % de la population de Mayotte vit en QPV en 2018, contre un peu moins de 3 % en Bretagne.

Voir le site

La France associative en mouvement, 19e édition – Recherches et Solidarités

Recherches et solidarités, avec le soutien d’Hexopée - Octobre 2021

Cette publication annuelle propose des informations détaillées et récentes sur les créations d’associations, sur l’emploi et sur le moral des responsables associatifs. La nouvelle édition dresse le bilan de l’année 2020 et se prolonge jusqu’à la fin du 1er semestre 2021 pour mieux appréhender les effets de la crise sanitaire.

Voir le site

Quatre millions de Français fragilisés par la crise sanitaire - CREDOC

CREDOC - Consommations et Modes de vie, n° 320 - HOIBIAN, Sandra ; CROUTTE, Patricia - Octobre 2021, 4 p.

En mai 2021, alors que l’atmosphère était alors plutôt encourageante sur le front sanitaire, 31 % des Français déclaraient se sentir en situation de vulnérabilité, c’est dix points de plus qu’en 2018. 83 % des « nouveaux vulnérables » sont des actifs occupant très souvent des emplois précaires, dans le secteur privé, avec des revenus modestes, âgés de moins de 40 ans, avec souvent une charge de famille. Un quart des personnes qui s’estiment vulnérables expliquent que la crise de la covid 19 a beaucoup joué dans leur situation. Ramené à l’ensemble de la population, c’est donc 8 % des Français de 15 ans et plus, soit quatre millions de personnes, qui ont basculé dans une situation préoccupante.

Voir le site

How socio-economics plays into students learning on their own Clues to COVID-19 learning losses ? - OCDE

OCDE - PISA in Focus, n°114 - IKEDA, Miyako ; ECHAZARRA, Alfonso - Septembre 2021, 8 p.(en anglais)

Most students have the beliefs and dispositions to help them cope and learn in challenging situations. The current pandemic has been ongoing since early 2020. This has affected ways in which teaching and learning are organised. Schools have had to provide education in different ways from the past. A special survey conducted as a collaborative effort between the OECD, UNESCO, UNICEF and the World Bank showed that upper-secondary schools were fully closed for over 65 days in 2020 on average across OECD countries with available data. The special survey also showed that where school closures were needed many countries made major efforts to mitigate their impact on students, focusing especially on vulnerable students by providing remedial measures to reduce students’ learning gaps. Despite these efforts, recently released studies have shown that learning loss during the pandemic was most pronounced among socio-economically disadvantaged students and schools.

Voir le site

Prévisions des effectifs dans l'enseignement supérieur : rentrées 2021 et 2022 - MESRI-SIES

Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (MESRI) - Systèmes d’information et études statistiques (SIES) - BAUDRY, Mathieu - Note flash n°41, octobre 2021, 2 p.

Au total, 2,95 millions d'étudiants, y compris BTS en apprentissage, devraient être inscrits à la rentrée 2021 dans l'enseignement supérieur, effectif en progression de + 2,1 % par rapport à l'année précédente, soit 59 400 étudiants supplémentaires. Cette forte augmentation est essentiellement due à l'afflux exceptionnel de nouveaux bacheliers aux rentrées 2020 et 2021. À la rentrée 2022, sous l'hypothèse d'un nouveau recul du taux de réussite au baccalauréat, 2,97 millions d'étudiants pourraient être comptabilisés, soit une hausse de + 0,6 % en un an, et 17 100 étudiants additionnels.

Voir le site

Après la pandémie, les jeunes ont changé - Association Prévention Routière et Allianz France

Sondage réalisé par l’institut Opinion Way pour l’association Prévention Routière et Allianz France - Septembre 2021

La pandémie semble avoir eu une incidence sur les jeunes en matière de sécurité routière. Un sondage pour l’association Prévention Routière et Allianz France révèle des besoins nouveaux chez les 18-30 ans. La violence arrive en tête des préoccupations. 36 % des 18-30 ans interrogé par Opinion Way souhaitent que la prévention soit renforcée sur cette thématique. Deuxième sur le podium avec 32 % d’opinions favorables : le besoin de prévention en matière de sécurité routière reste également une priorité forte chez les jeunes. Enfin, 28% des interrogés estiment que la prévention en matière de santé mentale doit être renforcée en priorité.

Voir le site

Satisfaction confirmée des jeunes volontaires. Déploiement du service national universel en 2021 - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n°51 - JAMES, Samuel ; MAUROUX, Amélie ; COUSTEAUX, Anne-Sophie - Octobre 2021, 4 p.

Les premiers résultats de l’évaluation du déploiement du Service national universel (SNU) menée par l’INJEP confirment les constats dressés sur les premiers volontaires en 2019. Les profils et les motivations des jeunes participant au séjour de cohésion sont similaires. Les participants sont largement satisfaits de leur séjour, malgré des éléments restant à améliorer. Ils adhèrent globalement au dispositif et aux objectifs du SNU. Cependant, 10 % des jeunes considèrent que le SNU leur a été imposé, en général par leur famille. Ils sont alors moins satisfaits de leur séjour et moins convaincus par le dispositif. Ces nuances sont à prendre en compte dans le cadre de la généralisation du SNU sous une forme obligatoire.

Voir le site

Les fiches régionales de la vie associative 2021 - INJEP

INJEP - BAZIN, Cécile ; DUROS, Marie ; BEN AYED, Aziz ; FAURITTE, Jacques ; MALET, Jacques - Octobre 2021 - 510 p.

Les tableaux régionaux de la vie associative synthétisent les principaux repères et chiffres-clés relatifs au secteur associatif dans chaque région. Ils ont été réalisés cette année par Recherches & Solidarités avec le soutien de l’INJEP. Ils sont également accessibles sur le site de R&S.

Voir le site

Les jeunes, les chefs d’entreprises et la précarité des jeunes - OpinionWay

OpinionWay pour Wizbii - Juillet 2021, publié en ligne en septembre 2021, 26 p.

Les résultats du sondage d'OpinionWay pour Wizbii dresse le portrait d’une jeunesse qui se sent précarisée et anxieuse pour son avenir professionnel. 71 % des 18-30 interrogés pensent être une génération sacrifiée , 71 % des étudiants interrogés déclarent avoir du mal à «trouver les aides publiques» dont ils peuvent bénéficier, 40 % craignent de perdre leur emploi et 43 % assurent avoir sauté au moins un repas pour faire des économies cette année.

Voir le site

La crise a ralenti la progression salariale des jeunes cadres - APEC

APEC, Direction Données, études, analyses (DDEA) - Septembre 2021, 14 p.

Extrait de son "Baromètre de la rémunération des cadres" , l'APEC observe que la part des moins de 30 ans augmentés en 2020 a fortement chuté par rapport à 2019 (48 %, -14 points en un an) et que la rémunération à l’embauche des jeunes diplômé·e·s sur des postes cadres a, elle aussi, baissé (-1 000 € en brut), contribuant à ce ralentissement.

Voir le site

Le poids économique du sport - INJEP

INJEP - Fiches repères n°52 - DIETSCH, Bruno - Septembre 2021, 2 p.

En 2019, la tendance à la hausse de la dépense sportive des ménages ainsi que celle des administrations publiques s’est accentuée par rapport à l’année précédente. Le déficit du commerce extérieur s’est à nouveau creusé. Cette fiche repère s’attache à donner une description la plus pertinente et la plus fiable possible des flux économiques liés à la pratique d’une activité sportive et ainsi à mesurer l’évolution du poids économique du sport à travers plusieurs dimensions complémentaires.

Voir le site

Baromètre du rapport à l’école des enfants des quartiers populaires. 14e édition - AFEV/Trajectoire Reflex

Association de la Fondation Étudiante pour la Ville - AFEV / Trajectoire Reflex - Septembre 2021, 29 p.

Le confinement n’a pas rebattu les cartes concernant le rapport des enfants à l’école. Les indicateurs du bien-être à l’école restent relativement stables par rapport à 2008 compte tenu de l’élargissement de l’échantillon. 75 % des collégiens interrogés aiment aller à l’école. Cependant un tiers d’entre-eux se plaint d'avoir mal au ventre avant d'aller au collège.

Voir le site

Young People's Voices on Climate Anxiety, Government Betrayal and Moral Injury : A Global Phenomenon - The Lancet

The Lancet - MARKS, Elizabeth ; HICKMAN, Caroline ; PIHKALA, Panu, et al. - September 2021

This study aimed to better understand the feelings, thoughts and functional impacts associated with climate change among young people globally. It explores and discusses the relationships between climate-related distress, perceived government responses, and moral injury.

Voir le site

L'illettrisme chez les jeunes en France - ANLCI

Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme (ANLCI) - Extrait de "Atlas de l’illettrisme en France" - Septembre 2021, 8p.

La sélection et la comparaison de résultats d'enquêtes par l'ANCLI tendent à montrer un lien entre les difficultés scolaires plus fréquentes chez les enfants avec les diplômes et/ou les conditions sociales des parents. 4,6 % des jeunes participants à la journée défense citoyenneté sont en situation d'illettrisme (moyenne métropolitaine + DROM). Ils sont 8,6 % parmi les 16-25 ans sans diplômes et ne poursuivant d'études (moyenne métropolitaine + DROM, hors Mayotte) et 8,8 % des 0-17 ans dont au moins un parent est au chômage de longue durée (moyenne métropolitaine + DROM). Plus globalement, l'illettrisme touche 7 % de la population âgées de 18 à 65 ans de la France métropolitaine soit 2 500 000 personnes.

Voir le site

En Nouvelle-Aquitaine, six étudiants sur dix ne résident pas chez leurs parents - INSEE

INSEE ANALYSES NOUVELLE-AQUITAINE - BIDOUX, Pierre-Émile ; MONERIE, Ghislaine ; FURTADO, Louis - Septembre 2021, 4 p.

En 2017, 200 000 étudiants résident en Nouvelle-Aquitaine. Leur lieu de résidence répond notamment à une logique d’implantation de l’offre d’enseignement supérieur. Ainsi, trois étudiants sur quatre poursuivent leur formation dans les intercommunalités de Bordeaux, Poitiers, Limoges, La Rochelle et Pau, quand deux sur trois y résident. À elle seule, Bordeaux Métropole capte 37 % de la population étudiante résidant dans la région. Poursuivre ses études implique parfois un déménagement. Davantage qu’au niveau national, les étudiants néo-aquitains quittent le foyer parental. Ils vivent alors souvent seuls dans des logements d’une pièce, et n’occupent que rarement un emploi. À mesure de l’avancée en âge et dans leurs études, ils habitent des logements plus grands, qu’ils partagent avec leur propre famille. Ils sont alors plus fréquemment en emploi.

Voir le site

En Centre-Val de Loire, les jeunes sont moins diplômés et en emploi un peu plus tôt - INSEE

INSEE ANALYSES CENTRE-VAL DE LOIRE n° 79 - PIRAUX, Émilie - Septembre 2021, 4 p.

En Centre-Val de Loire, 78 000 jeunes, soit un sur cinq, n'occupent pas d'emploi et ne suivent pas de formation. Plus souvent au chômage qu'inactifs, ce sont autant des hommes que des femmes, mais celles-ci sont plus fréquemment sans emploi. Les jeunes ni en emploi ni en formation possèdent pour la plupart peu ou pas de diplômes, et emménagent en couple plus tôt que les autres jeunes. Ils rencontrent aussi plus de difficultés à poursuivre leurs études ou à trouver un emploi, en particulier à l’arrivée des premiers enfants pour les femmes. Pour beaucoup, leurs parents se heurtent aux mêmes difficultés professionnelles et familiales qu’eux.

Voir le site

Bilan 2021 de l’emploi associatif sanitaire et social - DLA

Dispositif local d'accompagnement (DLA), Solidarités Santé, en partenariat avec Recherches & Solidarités - Septembre 2021, 16 p.

Le Centre de ressources DLA Solidarités - Santé, en partenariat avec Recherches & Solidarités, présente le bilan de l’emploi dans les associations et fondations du secteur sanitaire et social. Le secteur sanitaire et social privé non lucratif regroupe 1,11 million de salarié∙es dans près de 35 900 établissements employeurs. Ce document vous en présente les chiffres et évolutions clés en s’appuyant sur les déclarations d’employeurs auprès de l'URSSAF Caisse nationale pour le régime général et de la MSA pour le régime agricole. Ce bilan national est complété par 17 bilans régionaux synthétiques.

Voir le site

Les femmes sur l’Île de La Réunion fortement exposées aux violences pendant l’enfance et l’adolescence - INED

INED - Population et Sociétés n° 592 - CONDON, Stéphanie ; DAUPHIN, Sandrine ; DUPUIS, Justine - Equipe de l'enquête Virage dans les Outre-Mer- Septembre 2021, 4 p.

À La Réunion, d’après l’enquête Virage dans les Outre-mer, 32 % des femmes et 23 % des hommes déclarent des faits de violence avant 18 ans dans les différentes sphères de vie (études, loisirs, cercle amical, famille, proches). Ces faits se produisent principalement au sein de la famille et de l’entourage proche (26 % des femmes et 20 % des hommes en déclarent dans ce cadre).

Voir le site

Hausse sensible des effectifs inscrits dans l'enseignement supérieur en 2020-2021 - MESRI-SIES

MESRI-SIES - NDAO, Guirane - Note flash du SIES n° 17 - Juillet 2021, 2 p.

En 2020-2021, 2,78 millions d’étudiants se sont inscrits dans l’enseignement supérieur. En augmentation depuis 2008 et après une forte croissance liée à la démographie en 2018, cet effectif progresse à nouveau fortement (+ 2,1 %). Cela fait suite au taux de réussite exceptionnel au baccalauréat 2020, en lien avec les conditions de passation mises en place en raison du contexte de crise sanitaire. La hausse est particulièrement prononcée dans les écoles de commerce et en formations d’ingénieurs. L’enseignement privé accueille 21,3 % des étudiants, soit 0,6 point de plus qu’en 2019.

Voir le site

Fractures françaises - Le Monde / Ipsos-Sopra Steria

Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde, en partenariat avec le Centre d’études de la vie politique française (Cevipof), la Fondation Jean-Jaurès et l’Institut Montaigne, septembre 2021, 140 p.

L’enquête annuelle d’Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde, initiée en 2013, permet de comparer sur de très nombreux indicateurs quel était le climat d’opinion en 2016, à moins d’un an de la présidentielle, et la situation actuelle, à 7 mois du scrutin. Une occasion unique d’identifier les permanences et les évolutions et de tenter de caractériser l’état de la société en ce début de précampagne présidentielle. L'enquête fournit des indicateurs sur l'opinion des moins de 35 ans sur près de 30 indicateurs.

Voir le site

Une personne sur cinq est pauvre en France - INSEE

INSEE FOCUS n°245 - LEGLEYE, Stéphane ; PIA, Anne ; GLEIZES, François - Septembre 2021, 10 p.

En 2019, 49 % des personnes de 16 à 29 ans et 39 % des 30-44 ans en situation de privation matérielle et sociale déclarent rencontrer des difficultés pour payer leur loyer ou leurs factures d’électricité. Ces risques d’impayés sont plus rares parmi les personnes plus âgées : 25 % parmi les 60-74 ans et seulement 9 % parmi les 75 ans ou plus. Inversement, les moins de 30 ans déclarent plus rarement des difficultés à se vêtir ou à se chausser correctement. Les restrictions de pratiques d’activités de loisirs payantes ou l’impossibilité de se réunir avec des amis pour un verre ou un dîner sont également moins souvent citées par les plus jeunes.

Voir le site

Étudiants : quelles conditions de vie ? - Vie Publique

Vie Publique - Août 2021

La condition étudiante cristallise les débats publics sur l'enseignement supérieur. Les étudiants sont plus nombreux mais ils sont aussi en plus grand nombre à rencontrer des difficultés pour financer leurs études ou pour se loger. Le site Vie Publique propose un éclairage en s'appuyant sur les différentes études et enquêtes parues récemment par la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), l'Observatoire national de la vie étudiante (OVE) ou l'Union Nationale des Etudiant∙e∙s de France (UNEF).

Voir le site

La part des jeunes parmi les élus locaux diminue - DGCL

Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) - Bulletin d'information statistiques, BIS, n° 157 - Août 2021, 4 p.

La DGCL du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales publie une étude sur les élus locaux au lendemain des dernières élections. Elle montre qu'il y a moins d’élus jeunes que dans la population. Au 1er janvier 2021, la population française de plus de 18 ans est répartie en trois tiers équivalents entre les personnes de 18 à 40 ans, de 40 à 60 ans et de 60 ans ou plus. Ce n’est pas le cas pour les élus locaux. Ainsi, la part des élus de moins de 40 ans est très inférieure à celle de la population (de 18 ans ou plus) : entre seulement 7 % (des conseillers communautaires) et 18 % (pour les conseillers régionaux ou municipaux).

Voir le site

La participation associative des jeunes - INJEP

INJEP - Fiches repères n°57 - LARDEUX, Laurent ;RENAULT-TINACCI, Mathilde - Juillet 2021, 2 p.

Les différentes données qualitatives et quantitatives disponibles sur la participation associative des nouvelles générations montrent des niveaux d’adhésion et de bénévolat extrêmement stables, qui se différencient peu de ceux des autres catégories d’âge, hormis chez les plus de 65 ans qui restent les plus actifs dans ce domaine. Le secteur associatif constitue de ce point de vue un socle extrêmement solide qui n’a connu que de très faibles variations depuis près de 30 ans. Ces régularités observées au niveau de la pratique associative vont cependant de pair avec la persistance des inégalités d’accès et le maintien depuis plusieurs décennies d’importants clivages sociodémographiques au sein de la jeunesse. Des transformations semblent par ailleurs à l’œuvre avec des aspirations nouvelles des jeunes en termes de participation à la prise de décision au sein des associations, qu’ils souhaitent moins hiérarchisée et plus horizontale.

Voir le site

Les aides au logement en temps réel : évaluation d’impact - IPP

Institut des politiques publiques (IPP) - Rapport IPP n°35, Juillet 2021 - DUTRONC-POSTEL, Paul ; FABRE, Brice ; LALLEMAND, Chloé - Juillet 2021, 123 p.

La réforme des aides au logement entrée en vigueur au 1er janvier 2021. Désormais les aides au logement dépendent des ressources des douze derniers mois glissants. Un tel changement modifie les montants d’aides au logement perçus par les individus, en fonction de la différence entre leurs ressources telles que mesurées dans l’ancien système et leurs ressources mesurées dans le nouveau. A partir de données inédites sur les trajectoires de revenus des individus, ce rapport vise à évaluer les effets redistributifs de cette réforme ainsi que ses effets budgétaires. Les jeunes actifs sont les plus affectés par la réforme, du fait de décalages importants entre leurs ressources courantes et leurs ressources de l’année N-2. 33 % des moins de 25 ans non-étudiants sont perdants et perdent en moyenne 1 067 euros annuels d’aides au logement.

Voir le site

Les jeunes face à la crise sanitaire - DARES

Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) - Ministère du Travail - Dossier, août 2021

Comment les jeunes sont-ils affectés par la crise économique liée à la situation sanitaire ? La DARES propose un dossier sur des données chiffrées sur 2020 : un taux d'emploi en recul ; apprentissage : une baisse de la proportion de mineurs en 2020 ; contrat de professionnalisation : une baisse des embauches en 2020 ; apprentis et des lycéens professionnels : une meilleure insertion 12 mois après leur sortie d'études ; bilan de l'aide à l’embauche des jeunes (AEJ) : quel bilan ? ; Stages en entreprise : une baisse au printemps 2020.

Voir le site

Les Français et l'engagement - Institut BVA avec la Fondation Jean Jaurès

Institut BVA avec la Fondation Jean Jaurès, juillet 2021

63 % des Français se considèrent personnellement comme « engagés », même si 11 % se déclarent en effet « très engagés ». Ce sont les jeunes qui se considèrent comme les plus fortement engagés : 72 % des 18-24 se considèrent engagés, dont 17 % « très engagés ». Ces résultats viennent relativiser certains propos décrivant les jeunes comme massivement désengagés ou indifférents à ce qui les entoure.

Voir le site

Indicateur du coût de la rentrée étudiante 2021 - La FAGE

La Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), août 2021

Comme à chaque rentrée plusieurs associations publient leur rapport sur le coût de la rentrée scolaire pour les étudiants français. Pour la 19ème année consécutive, la FAGE publie pour son indicateur du coût de la rentrée et du coût de la vie pour un·e étudiant·e et observe une hausse de 1,32 % à la fois pour les frais de rentrée et les frais de vie courante. Le coût moyen de la rentée étudiante sera de 2 392 € pour chacun.

Voir le site

Augmentation du coût de la vie étudiante en 2021 - UNEF

Union Nationale des Étudiants de France (UNEF), août 2021

Comme à chaque rentrée plusieurs associations publient leur rapport sur le coût de la rentrée scolaire pour les étudiants français. Pour la 17ème année consécutive, l’UNEF publie son enquête sur le coût de la vie étudiante. Cette année est marquée par le contexte difficile de la crise sanitaire et sociale, Selon les résultats de l'enquête, le coût de la vie étudiante enregistre une hausse moyenne de 2,5 %, notamment en raison de l’augmentation des loyers. Cette hausse représente 247,38 € par an, soit 20,61 € par mois.

Voir le site

Baromètre connaissance, représentations et potentiel d'attractivité du service civique. Edition 2021 - IFOP

IFOP pour l'Agence du service civique - Juillet 2021, 28 p.

Selon les résultats de l’enquête réalisée par l’IFOP en 2021, les jeunes ont très majoritairement (88 %) une bonne image du Service Civique et plus d’un jeune sur deux serait intéressé pour réaliser une mission, particulièrement dans les domaines du sport (19 %), de l’environnement (17 %) et de la culture et des loisirs (13%).

Voir le site

Une très forte augmentation des entrées en contrat d’apprentissage en 2020 - DARES

DARES FOCUS n°38 - CUPILLARD, Emilie - Juillet 2021, 2 p.

En 2020, le nombre d’entrées en apprentissage est estimé à 525 600 et augmente fortement par rapport à l’année précédente (+42 %). Cette hausse est presque entièrement portée par le secteur privé (+44 %), les embauches dans le secteur public n’augmentant que de 5 %.

Voir le site

Les 1 an du Plan « 1 jeune, 1 solution » - Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion

Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion - Juillet 2021

Plus de 2 millions de jeunes ont bénéficié d’une solution du plan depuis son lancement . Le document précise les chiffres clés du dispositif.

Voir le site

Bilan de l’emploi dans l’ESS en 2020 : Les emplois reculent de 0,9% en un an - ESS France

ESS France - L’Observatoire national de l’ESS - Juillet 2021

L’Observatoire national de l’ESS vient de publier le bilan de l’emploi dans l’ESS à la fin de l’année 2020 : les entreprises perdent -0,9% de leurs emplois par rapport à décembre 2019, soit 18 783 postes disparus en un an, un bilan fortement atténué par rapport au premier semestre (-2,4% d’emplois)

Voir le site

Baromètre 2021 des Missions Locales - Le Réseau des missions locales

Réseau des missions locales - Juillet 2021, 12 p.

Les résultats de cette enquête dévoilent que près de 42 % des jeunes interrogés déclarent être "plutôt" ou "très" inquiets en ce qui concerne leur avenir. Un chiffre en évolution puisque cela concernait 33 % des jeunes interrogés en 2020. Le thème de l’emploi concentre par ailleurs les inquiétudes des jeunes. En effet, plus de 77 % déclarent avoir peur de ne pas trouver un emploi à cause de la crise. Ce qui a été le plus anxiogène pour les répondants, au cours de cette année, a été pour 57 % d’entre eux, la difficulté à trouver un emploi, suivi par l’ennui (45 %), les difficultés financières (44 %) ainsi que l’isolement (40 %).

Voir le site

Géographie de l’École. Edition 2021 - DEPP

Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) - Juin 2021, 112 p.

L'ouvrage "Géographie de l’École - édition 2021" décrit le système d’éducation et de formation afin de mettre en lumière les disparités territoriales. Ses 36 fiches thématiques renseignent, sous forme d’indicateurs cartographiés et de courtes analyses, sur l’environnement économique, social et familial des élèves, sur le contexte scolaire, les moyens et ressources humaines mis en œuvre ainsi que sur les parcours scolaires et les résultats.

Voir le site

De 2006 à 2016, une croissance de la population active portée en Île-de-France par les seniors - INSEE

INSEE Analyses Ile-de-France n° 136 - Juin 2021, 4 p.

Entre 2006 et 2016, la population active francilienne croît de 4,7 %, à un rythme un peu moins soutenu qu’en France métropolitaine. En Île-de-France, le nombre d’actifs augmente essentiellement en raison du maintien en activité des générations importantes de baby-boomers. En particulier, le nombre d’actifs âgés de 55 ans ou plus augmente de 40 % au cours de cette période. Ces mécanismes d’accroissement de la population active diffèrent au sein des territoires de l’Île-de-France. Dans les franges est et sud, la progression est surtout portée par l’installation des actifs seniors. Dans l’ouest parisien et les Yvelines, la population active s’accroît plus faiblement, en raison notamment de la présence de jeunes de moins de 25 ans demeurant plus longtemps en études.

Voir le site

Explorer les liens entre mixité et productivité dans les entreprises - France Stratégie

France stratégie - Collectif - Note de synthèse - Juin 2021, 12 p.

Cette recherche mobilise de façon innovante trois approches complémentaires pour évaluer une relation potentielle entre productivité du travail et mixité [4] des ressources humaines au sein des entreprises : 1) l’approche par l’atypisme consiste à estimer l’écart de productivité entre les entreprises dont la composition de la main-d’œuvre se situe aux extrémités de la distribution et les autres entreprises ; 2) l’approche par la diversité consiste à estimer une relation entre productivité des entreprises et écart à une norme de diversité de la main-d’œuvre ; 3) l’approche dite non linéaire consiste à mesurer, au sein de chaque quartile d’entreprises, une relation entre la mixité et la productivité.

Voir le site

Are 15-year-olds prepared to deal with fake news and misinformation? - OCDE

PISA in Focus n° 113 - SUAREZ-ALVAREZ, Javier - May 2021, 8 p.

"Digital technologies have changed how people interact with information. PISA data shows that 15-year-olds increasingly read online to fulfil information needs (e.g. online news versus newspapers). At the same time, technological changes in the digitalisation of communication continue to reshape people’s habits (e.g. chats online versus emails). Fifteen-year-olds’ total online consumption has risen from 21 hours a week in PISA 2012 to 35 hours per week in PISA 2018 – almost the equivalent of an average adult workweek in OECD countries. The massive information flow that characterises the digital era demands that readers be able to distinguish between fact and opinion, and learn strategies to detect biased information and malicious content such as phishing emails or fake news."

Voir le site

Intégration de la dimension de genre dans le budget de l'UE : il est temps de joindre l'acte à la parole - ECA

Cour des comptes européenne - Rapport spécial 10/2021- Mai 2021, 71 p.

L'«intégration de la dimension de genre» consiste à promouvoir activement l'égalité entre les femmes et les hommes à tous les stades, et dans tous les domaines, de l'élaboration des politiques et de leur mise en œuvre. L'Union européenne est tenue par le traité de promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes dans toutes ses activités. Cette obligation pose les fondements de l'intégration de la dimension de genre. Dans le cadre du présent audit, l'évaluation de la dimension de genre dans le budget de l'UE afin de promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes à compter de 2014 montre que la Commission n'avait pas encore respecté cet engagement. Ce rapport formule des recommandations pour améliorer le cadre de la Commission en faveur de l'intégration de la dimension de genre et pour renforcer la prise en considération de l'égalité femmes-hommes dans l'établissement du budget de l'UE.

Voir le site

Les fiches régionales de la jeunesse 2020 - INJEP

INJEP ; CREDOC - Juin 2021, 56 p.

Le baromètre DJEPVA sur la jeunesse est une enquête nationale auprès de 4 500 jeunes de métropole et d’outremer, âgés de 18 à 30 ans. Plusieurs thèmes ont été abordés dans cette cinquième vague : les aspirations, la protection de l’environnement, les colonies de vacances, l’accès aux droits sociaux, l’engagement citoyen, la mobilité et l’expérience internationale.

Voir le site

Nature et niveau de fréquentation des accueils collectifs de mineurs - INJEP

INJEP - Fiches repères n°56 - FOIRIEN, Renaud - Juin 2021, 2 p.

Les accueils collectifs de mineurs (ACM) sont destinés aux enfants et aux jeunes d’âge scolaire, donc âgés de 3 ans (voire 2 ans dans certains cas) à 17 ans inclus, en dehors du temps scolaire. On distingue habituellement les ACM sans hébergement, qui se déroulent principalement au sein des accueils de loisirs, ou plus marginalement au sein des accueils de jeunes, des ACM avec hébergement comme les « colonies de vacances ». Les accueils de scoutisme sont quant à eux comptabilisés à part, du fait d’une activité qui peut se dérouler avec ou sans hébergement, d’une réglementation propre et d’un mode de déclaration spécifique qui en découle. La crise sanitaire est à l’origine d’une baisse historique de la fréquentation des ACM au cours du printemps et de l’été 2020, que ceux-ci aient eu lieu avec ou sans hébergement.

Voir le site

Journée défense et citoyenneté 2020 : près d’un jeune Français sur dix en difficulté de lecture - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 21.27- CHABANON, Léa - juin 2021, 4 p.

En 2020, 9,5 % des jeunes participants à la Journée défense et citoyenneté (JDC) rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture. Le tiers d’entre eux peut être considéré en situation d’illettrisme. Par ailleurs, plus d’un jeune sur dix a une maîtrise fragile de la lecture. Enfin, près de huit sur dix sont des lecteurs efficaces. Les performances en lecture progressent avec le niveau d’études. Elles sont globalement plus élevées chez les filles que chez les garçons. Les résultats des tests de la JDC montrent aussi que d'importantes disparités sont également observées selon les territoires.

Voir le site

Poursuivre le soutien de l'apprentissage dans le supérieur - CPU

La Conférence des présidents d’université (CPU) - Juin 2021, 8 p.

La Conférence des présidents d’université (CPU) a procédé à une enquête flash à l’attention des apprentis et apprenties de l’enseignement supérieur pour mieux connaitre leur profil et leurs attentes. Elle souligne les effets positifs de l’apprentissage pour la démocratisation et pour l’élévation du niveau de formation.

Voir le site

L’observatoire Météojob des discrimination à l'embauche - IFOP

Etude réalisée par l'Ifop pour Météojob - Juin 2021, 30 p.

Malgré l’ampleur des actions menées sur le sujet ces dernières années, la proportion de salarié(es) ayant déjà été victimes d’une discrimination lors de la recherche d’un emploi a presque doublé en vingt ans, passant de 12 % en 2001 à 21 % en 2021. L’analyse détaillée des données montre que ces discriminations à l’embauche varient sensiblement en fonction du genre (23 % des femmes en ont fait l’expérience, contre 19 % des hommes), de l’âge (25 % des jeunes de moins de 30 ans, contre 12 % des sexagénaires) ou du niveau social (23 % des CSP- en ont fait l’expérience, contre 19 % des CSP+) mais que les variables les plus lourdes sont d’ordre « ethnico-culturelle » : la proportion de victimes d’une discrimination lors de la recherche d’un emploi étant très largement supérieure à la moyenne chez les personnes se percevant comme « non-blanches » (42 %), les minorités religieuses (ex : 53 % chez les musulmans, 35 % chez les protestants et évangéliques) ou les salarié(es de nationalité étrangère (50 %).

Voir le site

Enquête collèges 2020/2021. Synthèse globale - ADF

Assemblée des départements de France (ADF) - Juin 2021, 92 p.

L’enquête sur les politiques départementales de l’Éducation, réalisée par l’Assemblée des Départements de France, revient sur les expériences des Départements en la matière. Un volet 1, en partenariat avec la collectivité européenne d’Alsace, est dédié à la dotation globale de fonctionnement et restitué dans les annexes. Le volet 2 ouvre le sujet des politiques départementales éducatives de manière globale. Une partie est notamment consacrée aux conséquences de la crise sanitaire sur la conduite de ces politiques.

Voir le site

Trente ans de politiques publiques de réduction du tabagisme (1991-2021) - OFDT

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) - Tendances n° 145 - DOUCHET, Marc-Antoine ; LE NEZET, Olivier - Mai, 8 p.

Ce numéro de Tendances revient sur le déploiement de la stratégie publique de réduction du tabagisme (Loi Evin) et les évolutions les plus marquantes en matière de tabagisme durant ces dernières décennies. Le recul le plus fort de la consommation quotidienne s'observe chez les jeunes.

Voir le site

L’Union européenne s’est fixé de nouveaux objectifs en éducation et formation pour 2030 - DEPP

DEPP - Note d'information n°21.25 - FOURNIER, Yann ; RAKOCEVIC, Robert - Mai 2021, 4 p.

Le cadre stratégique « Éducation et formation 2020 » étant arrivé à son terme, l’Union européenne s’est fixé, au début de l’année 2021, de nouveaux objectifs à l’horizon 2030. À ce stade, le résultat moyen des 27 membres de l’Union européenne est en retard sur chacune des cibles et, au vu des résultats disponibles, les objectifs sur les compétences des élèves paraissent particulièrement ambitieux. En comparaison avec les résultats des pays de l’Union, la France présente davantage de jeunes enfants en éducation, moins de sorties précoces de formation et un accès plus élevé à des diplômes du supérieur. Elle a par ailleurs déjà dépassé les cibles collectives dans ces domaines. Toutefois, en matière de littératie, la France, comme la quasi-majorité des pays européens, est loin derrière l’objectif commun pour 2030.

Voir le site

Au fil des générations, des natifs de La Réunion de plus en plus diplômés - INSEE

INSEE FLASH Réunion n° 202 - LETAILLEUR, Noémie - Mai 2021

Clé de l’accès à l’emploi, le niveau de diplôme de la population augmente de génération en génération à La Réunion. Ainsi, alors que 67 % des natifs de l’île âgés de 55 à 64 ans n’ont pas de diplôme en 2017, c’est le cas de 24 % des jeunes natifs de 25 à 34 ans. Ces derniers sont par ailleurs trois fois plus souvent diplômés du supérieur que leurs aînés (25 % contre 8 %). Pour autant, l’écart avec la métropole (39 %) et les Antilles (33 %) reste conséquent. Les femmes sont davantage diplômées du supérieur que les hommes à La Réunion, et l’écart s’accroît de génération en génération. Les jeunes natifs de La Réunion qui résident en dehors de l’île sont nettement plus diplômés que leurs homologues restés sur place ou revenus, avec 45 % d’entre eux qui disposent d’un diplôme du supérieur.

Voir le site

Le football compte 98 800 licenciés, 760 clubs, 2 530 terrains dédiés - INSEE

INSEE FLASH Bourgogne-Franche-Comté n° 134 - BRION, David - Mai 2021

En Bourgogne-Franche-Comté, 98 800 personnes sont licenciées d’un club de football en 2019, ce qui représente 16 % des licences sportives. Ce nombre a fortement augmenté ces dernières années, porté par l’engouement autour des bons résultats de l’équipe de France lors des compétitions internationales. Ce sport pratiqué surtout par des hommes tend toutefois à se féminiser. Il bénéficie d’un maillage assez dense de clubs et de terrains. Les licenciés sont relativement nombreux dans le Doubs, moins en Côte-d’Or et dans la Nièvre.

Voir le site

Accéder à l’apprentissage après la 3e : quels profils, quelles démarches ? - DARES

DARES Analyses n°30 - CUPILLARD, Emilie - Mai 2021, 4 p.

En sortie de 3e, 10 % des élèves recherchent une formation par apprentissage. Parmi eux, six sur dix accèdent à cette voie. Ce taux d’accès est plus élevé pour ceux qui ont, en amont de leurs démarches auprès des entreprises et des centres de formation, formulé un vœu d’affectation pour un tel cursus.

Voir le site

Des lycéens professionnels et des apprentis mieux insérés 12 mois après leur sortie d’études en juillet 2020 que 6 mois après, malgré la crise - DEPP

DEPP - Note d'information n°21.24 - COLLIN, Christel ; MARCHAL, Nathalie - Mai 2021, 2 p.

En juillet 2020, un an après leur sortie d’études, l’insertion professionnelle des jeunes apprentis et lycéens professionnels de niveau CAP à BTS s’est améliorée par rapport à leur situation à 6 mois, en janvier 2020, avec une hausse du taux d’emploi de 3 points, similaire pour les jeunes apprentis et pour les lycéens professionnels.

Voir le site

En 2019, le coût moyen par étudiant est de 11 530 euros - DEPP

DEPP - Note d'information n°21.21 - BERETTI, Paul-Antoine - Mai 2021, 2 p.

En 2019, la France a consacré 32,6 milliards d’euros pour l’enseignement supérieur, soit1,3 % du PIB. Malgré une dépense totale en hausse (+ 0,2 % en 2019 et + 11,7 % en euros constants depuis 2009), le coût par étudiant est en baisse pour la sixième année consécutive (− 1,4 % en 2019 et − 7,9 % depuis 2009), car les effectifs augmentent fortement (+ 1,6 % en 2019 et + 21,3 % depuis 2009).

Voir le site

Portrait statistique des jeunes de 17 à 34 ans ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF) au Québec. Dix stéréotypes à déconstruire - CCJ

Comité consultatif Jeunes (CCJ) - LONGO, María Eugenia ; GALLANT, Nicole ; LECHAUME, Aline ; Et Al. - 2020, 104 p. (mis en ligne en mars 2021) - Québec

Québec. Le 16 septembre 2019, dans le cadre de la Grande corvée 2.0, destinée à intégrer au marché́ du travail les travailleuses et travailleurs qui en sont éloignés, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale a mandaté le Comité́ consultatif Jeunes (CCJ) afin qu’il dresse, avec le soutien de la Commission des partenaires du marché́ du travail (CPMT), un portrait clair de la situation des jeunes, qu’il cerne les problématiques qui les retiennent loin du marché́ du travail et qu’il propose des actions à mettre en œuvre pour favoriser leur insertion au marché́ du travail.

Voir le site

Quels ont été les effets de l’aide à l’embauche des jeunes sur l’emploi des jeunes ? - DARES

DARES Analyses n°22 - BOREL, Marie ; DUBOST, Claire-Lise ; PICHAVANT, Anne-Sophie, et al. - Mai 2021, 4 p.

Cette étude dresse une toute première évaluation des effets de la mesure sur l’emploi des jeunes, et pas seulement sur les embauches de jeunes. Ce dispositif aurait permis une hausse de 7 % de l’emploi en CDI ou CDD long des jeunes de 22 à 25 ans, soit 60 000 emplois.

Voir le site

Évaluation de l’aide à l’embauche des jeunes à partir des déclarations préalables à l’embauche - CAE

Conseil d'analyse économique - Focus, n°060-21 - MARTIN, Philippe ; RATHELOT, Roland - Mai 2021, 6 p.

Ce Focus présente les résultats d’une évaluation de l’impact de l’aide à l’embauche des jeunes (AEJ) sur le nombre de nouveaux contrats signés, utilisant les données agrégées d’embauches (source ACOSS).

Voir le site

Baromètre 2021 de l’insertion des jeunes diplômé·e·s - APEC

APEC, Direction Données, études, analyses (DDEA) - Mai 2021, 16 p.

Le Baromètre de l'APEC étaye le constat d'une promotion 2019 frappée par la crise et observe que l’insertion des jeunes diplômé·e·s s’est très nettement dégradée en un an.

Voir le site

Un an après : l'urgence d'agir pour ne pas sacrifier la jeunesse - La Fage

Enquête La FAGE / IPSOS - 59 p.

Pour la deuxième année consécutive, la FAGE publie une enquête commandée auprès de l’institut de sondage IPSOS, retraçant ainsi les problématiques concernant l’ensemble des jeunes, qu’elles ou ils soient étudiant·e·s, en stage, à la recherche d’un emploi ou actif·ve·s. Cette dernière est l’occasion de réaliser d’une part une analyse de l’évolution des différentes difficultés vécues par les jeunes, et d’autre part une évaluation des mesures prises pendant la crise sanitaire, rapidement devenue sociale et économique.

Voir le site

1,3 million d’associations : des hôpitaux et Ehpad aux associations de parents d’élèves et aux clubs de gym - INSEE

INSEE Première n° 1857 - DUMARTIN, Sylvie ; FIRQUET, Sandrine - Mai 2021, 4 p.

En 2018, en France, 170 000 associations sont employeuses et 1,1 million sont non employeuses. Elles fonctionnent grâce à 2,2 millions de salariés et 21 millions de participations bénévoles, un même bénévole pouvant s’investir dans plusieurs associations. Sur l’année, cela représente 1,5 million d’emplois salariés en équivalent temps plein et 580 000 équivalents temps plein bénévoles. Les ressources courantes des associations employeuses sont très concentrées sur les plus grosses structures de quatre domaines d’activité : 74 % des ressources sont consacrées à la perte d’autonomie et au handicap, aux établissements hospitaliers, au domaine social ou caritatif et à l’enseignement et la recherche. Les activités des associations non employeuses sont majoritairement tournées vers le sport, les loisirs et la défense d’intérêts. Représentant un quart de l’ensemble des associations, les associations sportives mettent en évidence le rôle des bénévoles dans la vie associative.

Voir le site

Panorama statistique : jeunesse, sports, cohésion sociale. Les régions françaises. Version 2020 - DREES / INJEP

DREES en collaboration avec l’INJEP - Avril 2021, 53 p.

Ce mémento annuel contient des données départementales et régionales portants sur différents domaines de l’action sociale : démographie, pauvreté, immigration et intégration - précarité et exclusion, cohésion sociale - handicap et dépendance - logement et hébergement - jeunesse, enfance et protection de l’enfance - sport, diplômes délivrés des professions sociales, de la santé, du sport et de l’animation socio-culturelle - emploi dans les domaines associatif et sportif.

Voir le site

La France et ses territoires. Edition 2021 - INSEE

INSEE Références - Avril 2021, 204 p.

Cet ouvrage offre un panorama des questions économiques, sociales et environnementales au niveau territorial. En utilisant les zonages d’études actualisés en 2020, l’ouvrage fait le point sur les disparités géographiques en France, sur les forces et faiblesses des divers territoires ainsi que sur les conditions de vie de la population.

Voir le site

Près d’un enfant sur cinq est touché par la pauvreté - INSEE

INSEE FLASH Auvergnes-Rhône-Alpes n° 90 - BIANCO, Emma ; CHAUMERON, Sandrine - 30 avril 2021, 2 p.

En 2018, la région compte 1,8 million d’enfants, soit 22 % de la population. Près d’un enfant sur cinq est touché par la pauvreté. Les enfants pauvres sont particulièrement nombreux dans les grandes métropoles et dans l’Allier, l’Ardèche et la Drôme. Les enfants qui vivent au sein d’une famille monoparentale ou nombreuse sont également plus souvent exposés à la pauvreté.

Voir le site

État de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation n° 14 - MESRI

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation - Avril 2021, 148 p.

Chaque année, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation présente un état des lieux chiffré du système français, de ses évolutions, des moyens qu’il met en œuvre et de ses résultats. Une mise en perspective internationale est réalisée pour les indicateurs les plus structurants. L’ouvrage aborde une cinquantaine de thèmes déclinés sur une double page comportant une synthèse et plusieurs graphiques et tableaux illustratifs. A noter une fiche dédiée aux conditions de vie des étudiants durant le confinement du printemps 2020 réalisée par l'Observatoire de la vie étudiante (OVE).

Voir le site

Dispositif d’évaluation des conséquences de la crise sanitaire : comment les élèves ont-ils vécu le confinement de mars-avril 2020 ? - DEPP

MENJ - BAUDE, Inès ; BEN ALI, Linda ; BRET, Anaïs ; et al. - Note d'Information n° 21.19, avril 2021, 4 p.

Lors de la rentrée 2020, dans le cadre des évaluations nationales exhaustives, tous les élèves de CP, CE1, sixième et seconde ont été interrogés sur la période de confinement, de mars à avril 2020. La majorité d’entre eux se trouvaient alors respectivement en classe de grande section, CP, CM2 et troisième. Le ressenti est très différent selon l’âge des élèves, mais aussi leur sexe ou leur lieu de scolarisation. Quelles que soient les dimensions interrogées, les filles ont moins bien vécu le confinement que les garçons. La peur du coronavirus a plus touché les élèves plus jeunes, les filles et les élèves scolarisés en éducation prioritaire.

Voir le site

Décrochage scolaire des jeunes : coupler digitalisation des formations et sessions d’apprentissage intensives - Localtis, 28/04/2021

Localtis/Banque des territoires, 28 avril 2021, Catherine Abou El Khair

Face au spectre d’une "génération Covid" peinant à accéder à l’emploi, le think tank Terra Nova mise sur une évolution des formations et une digitalisation accrue pour remédier au décrochage scolaire des jeunes. Le Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) se montre, de son côté, particulièrement sévère à l’encontre du système de la formation professionnelle.

Voir le site

Gen Z's role in shaping the digital economy - Oxford Economics

Oxford Economics for Snap - March 2021, 50 p.

A report by Oxford Economics for Snap Inc. shows how members of Generation Z are poised to play a major role in the economy and labour market over the coming decade across six leading markets: Australia, France, Germany, the Netherlands, the UK, and the US.

Voir le site

La mobilité étudiante au temps du Covid-19 - Campus France

Campus France - Extrait de "Les chiffres clés 2020" - Mars 2021, pp. 6-19

L'année 2020 devait être l'année du dépassement du seuil des 6 millions d'étudiants en mobilité internationale. La crise sanitaire de la Covid-19 a stoppé une progression observée depuis 2008. Suite à la fermeture des frontières, un vaste mouvement de retour des étudiants internationaux a été observé. En août 2020, 67 % des étudiants intéressés par une mobilité à l'étranger déclarent que leurs projets ont changé à cause de la pandémie. L'impact de la crise sanitaire questionnent les formes traditionnelles de mobilité internationale des étudiants et des chercheurs et accélère la mise en place de nouvelles formes d'internationalisation : enseignement à distance, mobilité virtuelle, campus internationaux connectés ou encore campus délocalisés.

Voir le site

Parcours des étudiants suivant un aménagement loi ORE - MESRI-SIES

MESRI-SIES - PERRAUD-USSEL, C. ; BOULET, P. ; MARLAT, D. - Note d'information n° 3 - Avril 2021, 11 p.

La loi ORE votée le 8 mars 2018 a pour objectif d'améliorer l'orientation et la réussite des étudiants. Dans ce cadre, les nouveaux bacheliers entrant en licence, notamment, peuvent bénéficier d'une individualisation de leur parcours afin d'améliorer leurs résultats en première année post bac. À la rentrée 2019, 25 600 étudiants en première année de licence générale suivent un aménagement de parcours, soit une hausse de près de 11 000 étudiants en un an. Ce sont 9,3 % des néo‑bacheliers de licence qui suivent un aménagement de parcours (+ 3,7 points en un an). Les universités sont de plus en plus nombreuses à les mettre en place, passant de 46 à 62. Les étudiants concernés ont pour la plupart reçu comme proposition d'acceptation une réponse conditionnée « oui si » sur la plateforme Parcoursup. Ils ont très rarement obtenu une mention au baccalauréat et ont souvent accumulé un retard scolaire, facteurs statistiquement moins favorables à la réussite. Si 45 % des néo-bacheliers inscrits en première année de licence en 2018 sont passés en L2 en 2019, c'est le cas d'environ 30 % des nouveaux bacheliers inscrits avec un aménagement pédagogique. Parmi les étudiants bénéficiant d'un aménagement de durée de la licence, 25 % ont acquis le nombre d'E.C.T.S. attendus, dont 5 % sont passés en L2. Parmi ceux qui n'ont pas atteint l'objectif fixé pour cette première année, 62 % sont réinscrits en L1.

Voir le site

Plus de 100 000 jeunes formés en environnement sur l’année scolaire 2018-2019 - Ministère de la transition écologique

Ministère de la transition écologique - Avril 2021

L’environnement occupe une place plus importante qu’il y a dix ans au sein de l’appareil de formation initiale. Alors qu’en 2008, il représentait 5 % des inscrits en formations et 10 % de l’offre de formations du périmètre considéré, en 2018, il en représente respectivement 8,4 % et 11 %. Les effectifs ont peu évolué entre 2012 et 2017 mais sont de nouveau en hausse en 2018. Sur les dix années d’observation, les formations environnementales restent attractives.

Voir le site

Baromètre SNC 2021 - Vague 4 : Le chômage et ses impacts - SNC

Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) / Comisis OpinionWay - Avril 2021, 16 p.

Le baromètre SNC révèle de nouvelles caractéristiques : l'allongement de la durée du chômage et le rajeunissement des chercheurs d’emploi. La crise Covid a un impact marquant sur l’entrée des jeunes sur le marché de l’emploi. Alors que la population des actifs enregistre un taux de 10 % de chercheurs d’emploi, un tiers des 18-24 ans recherche un emploi. Quant au 25-29 ans, 15 % d’entre eux recherchent du travail, contre 7 % en 2019. Cette hausse s’explique par une réelle difficulté en 2020 à retrouver un emploi (10 % en 2020 vs 6 % en 2019).

Voir le site

Prévision d’effectifs d’élèves du premier degré : la baisse des effectifs devrait se poursuivre jusqu’en 2025 - DEPP

DEPP - Note d'information n° 21.15 - CROGUENNEC, Yannick - Mars 2021, 4 p.

Le nombre d’élèves dans le premier degré devrait s’établir à 6 528 000 à la rentrée 2021, à 6 447 100 à celle de 2022 et à 6 180 500 à la rentrée 2025 ; il était de 6 616 900 à la rentrée 2020, en forte baisse par rapport à 2019 (- 86 900 élèves). Malgré la hausse prévue du taux de scolarisation à 3 ans, la baisse des effectifs se poursuivra dans les années à venir à la fois dans le niveau préélémentaire et dans le niveau élémentaire. Ceci résulte essentiellement des évolutions démographiques, avec des générations de plus en plus petites.

Voir le site

En janvier 2020, l’absentéisme touche en moyenne 6,8 % des élèves du second degré public - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 21.14, - Sophie Cristofoli - Mars 2021, 4 p.

Du fait de leurs absences, les élèves des établissements publics du second degré perdent 7,4 % de temps d’enseignement en janvier 2020, comme en janvier 2019. Lorsque seules les absences non justifiées sont prises en compte, ce temps d’enseignement perdu est de 1,6 %.

Voir le site

Profil et parcours d’insertion professionnelle des licenciés (bac + 3) de STAPS - INJEP

INJEP - Fiches Repères - DIETSCH, Bruno - Mars 2021, 2 p.

Une enquête auprès de 6 300 personnes ayant obtenu une licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) en 2016 a été réalisée de manière inédite en 2019 par le SIES avec le soutien de l’INJEP afin de mieux connaître leur situation et leur insertion professionnelle deux ans après. Cette enquête permet de mettre en évidence que l’insertion professionnelle des licenciés STAPS est relativement bonne si on observe leur taux d’insertion et l’adéquation de l’emploi occupé à leur niveau de compétence, bien que le niveau de satisfaction selon l’emploi occupé soit inégal et dépende fortement du parcours professionnel et personnel de l’étudiant.

Voir le site

Résultats 2020 des E2C : une activité qui s’est poursuivie malgré le contexte sanitaire - Réseau des E2C

Réseau des 2coles de la 2e chance - Communiqué de pesse , 25 mars 2021

14 188 jeunes sans qualification, âgés de 16 à 25 ans, ont été accompagnés vers l’insertion par les E2C en 2020, avec un taux de sorties positives stabilisé à 60 %. Malgré le contexte sanitaire, les E2C ont maintenu 91 % de leur activité de formation et d’accompagnement de leurs stagiaires. Ces résultats ont été obtenus grâce notamment au soutien de leurs partenaires mais aussi avec le lancement de nouvelles initiatives pédagogiques.

Voir le site

La lecture chez les 15-24 ans - Centre national du livre/IPSOS

Centre national du livre (CNL) - Mars 2021

Le CNL publie tous les deux ans une étude barométrique « les Français et la lecture » pour suivre l’évolution des pratiques et des perceptions des Français vis-à-vis du livre et de la lecture. La dernière parution de l'enquête Ipsos pour le CNL révèle une baisse de l’habitude de lecture chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans au cours de l’année 2019. Un recul que l’on constate depuis maintenant dix ans, précise le CNL. L’étude montre que les 15-24 ans sont 80 % à se considérer comme lecteurs (- 12 points par rapport à 2019).

Voir le site

Les jeunes ni en emploi, ni en études, ni en formation - INSEE

INSEE Focus, n°229 - Junel Bernard - Mars 2021

En 2019, en France, 12,9 % des jeunes de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (NEET). La part de NEET croît fortement avec l’âge. Elle est très faible à l’âge de 15 ou 16 ans du fait de la scolarité obligatoire : en moyenne entre 2015 et 2019, les NEET représentent à ces âges moins de 3 % des jeunes. Puis elle augmente entre 17 et 20 ans, jusqu’à 16 %, notamment avec les sorties du système scolaire de jeunes peu diplômés. Elle croît plus modérément ensuite jusqu’à 24 ans (19 %) et se stabilise quasiment jusqu’à l’âge de 29 ans. Ainsi, de 25 à 29 ans, près d’un jeune sur cinq est NEET.

Voir le site

Les chiffres clés de la jeunesse 2021 - INJEP

INJEP - Mars 2021, 55 p.

Avec cette édition des chiffres-clés de la jeunesse 2021, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, qui porte le service statistique ministériel chargé de la jeunesse et des sports, rend accessible un ensemble d’indicateurs de référence sur les questions de jeunesse. Ce recueil est le fruit d’une collaboration avec les services statistiques ministériels, l’INSEE et les organismes publics producteurs de données sur la jeunesse. Il propose aux acteurs de jeunesse et au grand public de mieux connaître les spécificités des 15-30 ans dans des domaines aussi variés que la démographie, l’éducation, l’emploi, l’engagement et la participation, les loisirs, le sport, la culture, la justice, ou encore la santé.

Voir le site

Grandir dans un territoire rural : quelles différences de conditions de vie par rapport aux espaces urbains ? - DREES

DREES - Etudes et Résultats, n° 1189 - VIROT, Pauline - Mars 2021, 6 p.

En 2018, en France métropolitaine, un enfant sur trois vit en territoire rural. Ces enfants résident plus souvent avec leurs deux parents dans une famille « traditionnelle » que ceux des espaces urbains. Ils vivent moins souvent que les enfants urbains dans des familles pauvres (13 % contre 23 %) ou très aisées. Les enfants ruraux ont des conditions de logement plus favorables : neuf sur dix ont leur propre chambre et vivent dans une maison avec un espace extérieur (jardin, terrain, cour), contre respectivement sept sur dix et cinq sur dix en milieu urbain. En revanche, ils vivent plus loin des services et des équipements (cinémas, musées) et sportifs.

Voir le site

Réécrire l’avenir de 70 millions d’enfants - ONE

ONE - Mars 2021, 6 p.

Au plus fort de la crise du COVID-19, 1,6 milliard d’enfants ont été contraints de quitter les bancs de l’école. Selon une récente analyse de ONE, rien qu’en 2021, 70 millions d’enfants – soit plus de la moitié des enfants de 10 ans du monde entier – risquent de ne pas maîtriser les fondamentaux de la lecture et de l’écriture attendus d’un enfant de cet âge, si les scénarios les plus pessimistes des conséquences du COVID-19 sur les systèmes éducatifs venaient à se concrétiser. Si la tendance actuelle se poursuit, le nombre d’enfants courant ce risque atteindrait 750 millions en 2030, soit près d’un humain sur dix.

Voir le site

Baromètre des temps et activités péri et extrascolaires 2019 - CNAF

CNAF - L'e-ssentiel n°196, Collection Études et Recherche - CREPIN, Arnaud ; CEROUX, Benoît - Janvier 2021

Les données montrent qu'en 2019, les parents mobilisent principalement l’accueil périscolaire et les centres de loisirs pour répondre à un besoin de garde, alors qu'ils inscrivent leurs enfants à des activités encadrées en club ou en association (principalement du sport) essentiellement dans un but d’éveil ou d'épanouissement. Largement satisfaits des accueils périscolaires (73 %) et de loisirs (82 %), les parents le sont presque tous des activités en structure (94 %). Toutefois, des améliorations sont attendues quant à l’information sur les accueils périscolaires et au coût pour les activités encadrées.

Voir le site

Confinement du printemps 2020 : une hausse des syndromes dépressifs, surtout chez les 15-24 ans - DREES

En mai 2020, à l’issue du premier confinement national, 13,5 % des personnes âgées de 15 ans ou plus vivant en France présentent un syndrome dépressif, soit presque une personne sur sept. La prévalence de syndromes dépressifs est en hausse de 2,5 points par rapport à 2019. L’augmentation est notamment plus forte chez les 15-24 ans (22,0 % en mai 2020, contre 10,1 % en 2019) et chez les femmes (15,8 % en 2020, contre 12,5 % en 2019).

Voir le site

La licence générale STAPS, un diplôme professionnalisant - SIES

MESRI-SIES - Note d'information n° 2 - MENARD, Boris ; KLIPFEL, Justine ; BONNEVIALLE, Lionel ; PIERROT, Ruben - Mars 2021, 9 p.

La licence STAPS est une des filières les plus demandées à l'entrée à l'université et le nombre d'étudiants en première année a doublé en dix ans. Si comme toutes les licences générales, son caractère propédeutique conduit une grande majorité des diplômés à poursuivre leurs études, le plus souvent vers un master, elle présente aussi un caractère professionnalisant proche des licences professionnelles. Ainsi, au cours de leurs cursus en licence, 98% des diplômés de 2016 ont ainsi effectué au moins un stage et 70% au moins une mission bénévole, ce qui illustre de forts liens avec le monde professionnel et associatif. A noter : les résultats présentés sont issus d’une enquête exploratoire menée en collaboration et avec le soutien financier de l'INJEP.

Voir le site

Les formations à l'entrepreneuriat sont-elles un levier pour l'insertion professionnelle ? - CEREQ

Céreq Bref, n° 404 - BEDUWE, Catherine ; ROBERT, Alexie - Mars 2021, 4 p.

Les formations à l’entrepreneuriat se développent rapidement au sein des universités. Elles ont pour objectif de promouvoir l’esprit d’entreprendre des étudiants, afin de renforcer leurs aptitudes à créer et gérer des projets innovants. Pour les décideurs, ces formations constitueraient un atout pour l’insertion professionnelle, au point de vouloir les généraliser au sein de l'enseignement supérieur. Les données des enquêtes Génération montrent que les étudiants ayant suivi ces formations deviennent plus souvent indépendants et ont des conditions d’insertion en tant que salariés un peu plus favorables que les autres. Mais ces effets positifs sur les conditions d'emploi semblent davantage liés au profil des participants qu’aux effets propres de ces formations.

Voir le site

Qui sont les jeunes des quartiers de la politique de la ville (QPV) ? - INJEP

INJEP - Fiches repères n° 54 - DAHAN, Chantal - Mars 2021, 2 p.

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) regroupent 5,4 millions d’habitants dont 40 % ont moins de 25 ans. La population des QPV est donc une population jeune, plus jeune que dans le reste de la France métropolitaine, où les moins de 25 ans représentent 29 %. Davantage touchés par les inégalités scolaires et par le chômage, les jeunes des QPV restent défiants par rapport aux politiques et aux institutions qui les considèrent plus comme un problème que comme une ressource possible.

Voir le site

Confinement du printemps 2020 : une hausse des syndromes dépressifs, surtout chez les 15-24 ans - DREES

DREES - Etudes et résultats, n° 1185 - HAZO, Jean-Baptiste ; COSTEMALLE, Vianney ; et al. - Mars 2021, 8 p.

En mai 2020, à l’issue du premier confinement national, 13,5 % des personnes âgées de 15 ans ou plus vivant en France présentent un syndrome dépressif, soit presque une personne sur sept. La prévalence de syndromes dépressifs est en hausse de 2,5 points par rapport à 2019. L’augmentation est notamment plus forte chez les 15-24 ans (22,0 % en mai 2020, contre 10,1 % en 2019) et chez les femmes (15,8 % en 2020, contre 12,5 % en 2019).

Voir le site

Qui croit à l'égalité des chances et à la méritocratie - Cevipof

CEVIPOF - Note de recherche Le Baromètre de la confiance politique / Vague 12 - ROUBAN, Luc - Mars 2021, 9 p.

Le Baromètre de la confiance politique n’a pas pour objet d’établir un bilan objectif de la mobilité sociale mais d’évaluer dans quelle mesure les enquêtés défendent des idées qui constituent le cœur de l’idée méritocratique : la place de l’effort individuel, l’autonomie de la réussite et l’égalité des chances. Sur ces trois points, les résultats montrent que les enquêtés français sont assez perplexes. Au total, 70% des enquêtés estiment « qu’en faisant des efforts chacun peut réussir », mais 59% estiment que « de nos jours, on ne peut réussir que si on connaît des gens bien placés » et 26% que « les règles du jeu sont les mêmes pour tous ».

Voir le site

Lieux de vie et d’accueil : une bifurcation dans les trajectoires des enfants comme de ceux qui les accueillent - ONPE

Observatoire national de la protection de l'enfance (ONPE) - JUNG, Céline ; CERVERA, Melaine ; MAHUT, David ; TARDIF-BOURGOIN, Florence ; ZDRAVKOVA, Yana - ONPE Synthèses, n°1 - Mars 2021

Les lieux de vie et d’accueil (LVA) semblent constituer une solution durable pour des enfants « incasables » dans les autres modalités d’accueil. Alors que le passage à la majorité dans l’année est le premier motif de sortie d’un établissement, les jeunes qui passent ce cap en LVA ont plus de chances de rester sur leur lieu d’accueil : 55 % des jeunes devenant majeurs au cours de l’année 2017 sont maintenus en LVA contre 38 % en moyenne.

Voir le site

Chiffres-clés de l'égalité femmes-hommes (parution 2021) - ESRI

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (ESRI) - Mars 2021, 91 p.

À travers 60 chiffres clés se trouve illustrée la situation de l'égalité femmes-hommes, dans les pays de l'Union européenne et en France, à la lumière de données statistiques récentes sur les étudiants, les diplômés, les personnels (enseignants-chercheurs, chercheurs, personnels de soutien...) et les instances de gouvernance de l'enseignement supérieur et la recherche.

Voir le site

Objectif de développement durable « éducation » : où en sont les filles et les garçons ? - DEPP

DEPP - FARRUGIA, Alexandra ; RAKOCEVIC, Robertl - Note d'Information n° 21.13 -Mars 2021, 2 p.

L’Agenda 2030 de l’ONU appelle les pays du monde, au Nord comme au Sud, à mettre fin à la pauvreté et à réussir la transition vers un développement durable dans de nombreux domaines tels que l’environnement, l’emploi, la santé et la justice, entre autres. Partie intégrante de cet agenda, les 17 Objectifs de développement durable (ODD), dont le quatrième est consacré à l’éducation, sont suivis par des indicateurs portant sur la question des inégalités, notamment de genre. L’ODD4 met en évidence des disparités toujours importantes entre pays et régions du monde en ce qui concerne la scolarisation et la réussite éducative des filles et des garçons.

Voir le site

Filles et garçons : sur le chemin de l'égalité de l'école à l'enseignement supérieur - DEPP

Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports - DEPP - ROSENWALD, Fabienne - Mars 2021, 28 p.

La publication "Filles et garçons" met en évidence des différences selon les sexes en matière de parcours et de réussite des jeunes, de choix d’orientation et de poursuite d’études entre filles et garçons, qui auront des incidences ultérieures sur l’insertion dans l’emploi mais aussi les inégalités professionnelles et salariales entre les femmes et les hommes. Elle constitue un état de situation nationale, que les acteurs locaux peuvent décliner au niveau des académies ou des établissements scolaires.

Voir le site

Un télétravail globalement apprécié mais problématique chez les plus jeunes - Odoxa

Odoxa pour BFM Business et Saegus - Mars 2021, 19 p.

Le sondage mené par Odoxa observe que près d'un quart des Français (22 % et les trois-quarts des cadres ont pratiqué le télétravail depuis le début de la crise sanitaire. Plus les Français sont jeunes, plus ils sont télétravailleurs (41% chez les 18-24 ans). 37 % des télétravailleurs et proches jugent le télétravail moins efficaces que le présentiel alors qu'ils sont 60 % chez les jeunes à le penser.

Voir le site

L'opinion de Lycéens sur la laïcité et la place des religions à l'école et dans la société - Sondage IFOP

Sondage IFOP pour la LICRA et le Droit de Vivres - Mars 2021, 34 p.

Le port de signes religieux ostensibles (voile, kippa…) par les élèves interrogés par IFOP dans les lycées publics s’avère soutenu par plus d’un lycéen sur deux (52 %), soit une proportion deux fois plus grande que dans la population adulte (25 %). L'adhésion à l’expression religieuse des élèves dans l’espace scolaire semble en hausse en comparaison de données de l’enquête européenne sur « la religion dans l’enseignement » réalisée entre 2006 et 2009 qui montrait qu’il y a une quinzaine d’années, cette idée était majoritairement rejetée (à 58 %) par les élèves de 14-16 ans.

Voir le site

Trois personnes sur dix hébergées en places d’urgence ont moins de 18 ans - DREES

Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) - CP - Mars 2021

29 % des personnes hébergées début 2017 sont mineures, alors que les moins de 18 ans représentent 22 % de l’ensemble de la population en France. 69 % sont des étrangers non ressortissants de l’Union européenne (UE), 9 % des étrangers ressortissants de l’UE et 22 % des Français. La part des mineurs a augmenté de 8 points entre début 2013 (21 %) et début 2017 ; elle augmente de cet ordre de grandeur pour les Français comme pour les étrangers.

Voir le site

Résultats définitifs de la session 2020 du baccalauréat : des bacheliers plus nombreux et des écarts de réussite plus resserrés - DEPP

EPP - THOMAS, Fanny - Note d'Information n° 21.12, mars 2021

Avec 760 800 candidats et 723 000 bacheliers, le taux de réussite au baccalauréat 2020 est de 95,0 %, un niveau jamais atteint, dans un contexte de modalités d’organisation adaptées à l’état d’urgence sanitaire lié à l’épidémie de covid-19.

Voir le site

Baromètre national des pratiques sportives 2020 - INJEP

INJEP Notes & Rapports n°2021/03 / CREDOC - CROUTTE, Patricia ; MULLER, Jörg ; HOIBIAN, Sandra (Dir.) - Mars 2021, 98 p.

En 2020, 65 % des Français de 15 ans et plus ont pratiqué au moins une activité physique et sportive au cours des douze derniers mois. En 2018, dans la première édition de ce baromètre, ils étaient 66 % : la pratique n’a donc quasiment pas évolué en deux ans.

Voir le site

Covid : le risque d’un conflit générationnel ? - Odoxa

Odoxa pour le Cercle Vulnérabilité et société - Février 2021,19 p.

Ce sondage révèle que 56 % des Français craignent un conflit de génération. Ils montrent les points de tensions avec 70 % des 65 ans et plus des personnes interrogées qui estiment que les jeunes ne se rendent pas compte des difficultés qu’ils rencontrent, et 57 % des jeunes interrogés qui le pensent à propos de leurs aînés.

Voir le site

La ville idéale des Millenials - BVA

BVA pour NGE, janvier 2021, 14 p.

Pour les Millennials, jeunes âgés de 20 à 35 ans, interrogés par BVA, ce que devrait privilégier la ville c’est en premier lieu la nature (espaces verts, végétalisation, etc. à 48%). Cette ville idéale doit aussi faire sa place à l’humain en privilégiant à la fois sa sécurité (36%) et sa sociabilité, avec une mise en avant des activités en cœur de ville (30%) et des lieux de convivialité (25%) ainsi qu’une plus grande proximité des espaces, en rapprochant les lieux de logements/travail/de loisirs culturels et sportifs et convivialité (20%).

Voir le site

S’installer dans une commune rurale : un choix de proximité, privilégié par les jeunes actifs et les familles - INSEE

INSEE ANALYSES Auvergne-Rhône-Alpes, n°113 - BIANCO, Emma ; CHAUMERON, Sandrine - Février 2021, 4 p.

L’absence d’établissements d’enseignement supérieur dans les territoires ruraux entraîne le départ des jeunes entre 15 et 25 ans souhaitant poursuivre leurs études. Les communes rurales de la région d’Auvergne-Rhône-Alpes perdent près de 8 400 étudiants au cours de l’année 2017. À l’inverse, entre 25 et 40 ans, le nombre d’arrivants dans les communes rurales dépasse celui des sortants. (...) Les zones rurales de Haute-Savoie se caractérisent par un afflux d’arrivants jeunes (30 ans en moyenne), à l’instar de la population déjà en place, âgée en moyenne de 40 ans, en lien avec l’attractivité de Genève et d’Annecy. En effet, les 20-40 ans représentent une part importante des arrivants en commune rurale du département (51 %, contre 44 % en moyenne dans la région), alors que la part des plus de 65 ans est au contraire très faible (4 % contre 8 %).

Voir le site

Les réorientations dans l’enseignement professionnel sont majoritairement de la voie scolaire vers l’apprentissage - DEPP

DEPP - ORAND, Michael - Note d'Information n° 21.08, février 2021

Ces réorientations concernent majoritairement des élèves passant du lycée vers l’apprentissage plutôt que le contraire, aussi bien en termes d’effectifs qu’en termes de proportion. À l’issue de la seconde professionnelle, par exemple, 3 % des lycéens (soit 5 500 élèves) se réorientent vers l’apprentissage, alors que seulement une centaine d’apprentis se réorientent vers la voie scolaire. Ces réorientations sont plus fréquentes pour les enfants d’ouvriers et de chômeurs ou inactifs que pour les enfants de cadres ou d’employés, traduisant un accès initial plus difficile à l’apprentissage pour les milieux sociaux moins favorisés.

Voir le site

Les chiffres de l’apprentissage en 2020 - Ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion

Ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion - Février 2021, 8 p.

En 2020, malgré la crise sanitaire, plus de 500 000 contrats d'apprentissage ont été signés en entreprise, dont 495 000 dans le secteur privé. C'est 140 000 contrats supplémentaires par rapport à l’année précédente.

Voir le site

Consommation, épargne et fragilités financières pendant la crise Covid - CAE

Conseil d'analyse économique (CAE) - FIZE, Étienne ; LANDAIS, Camille ; LAVEST, Chloé - Focus n°054‐2021 - Janvier 2021, 14 p.

Basée sur des données de comptes bancaires, l'analyse du CAE mesure la situation des ménages au cours de la crise Covid. Elle s'est notamment intéressée aux jeunes (dans la tranche d’âge 20‐25 ans), et plus particulièrement à deux catégories : les étudiants et les jeunes actifs vivant dans un logement autonome (décohabitants)... Si on ne détecte pas chez les jeunes des différences particulières par rapport à la population générale en début de période, jusqu’au mois de juillet, on observe une forme de décrochage à partir d’août : en population générale, le recul du revenu se situe entre 0 et 5 % quand il avoisine à 5 à 10 % chez les jeunes autonomes.

Voir le site

Évaluation multidimensionnelle de l’impact d’équipements numériques mobiles sur les apprentissages des élèves : premiers résultats des effets du Plan numérique de 2015 - DEPP

DEPP - AZMAT, G. ; FOUGERE, D. ; LERMITE, A. ; LOBUT, C., TOUW, A. - Note d'Information n° 21.05 - Février 2021, 4 p.

Les premiers résultats de l’Évaluation Longitudinale des ActIvités liées au Numérique Éducatif (Élaine) rendent compte des effets de l’attribution d’équipements numériques mobiles (principalement des tablettes) sur les apprentissages des élèves en cinquième puis en quatrième. La mise à disposition d'équipements individuels mobiles d’EIM via le Plan numérique ou non, a des effets positifs sur certains apprentissages mesurés en fin de cinquième, puis sur tous les apprentissages mesurés en fin de quatrième.

Voir le site

La santé mentale des 18-24 ans plus que préoccupante - IPSOS

ISPOS pour la Fondation FondaMental - Janvier 2021

Comment les jeunes vivent-ils l’épidémie ? Quels impacts aura la pandémie sur leur santé mentale et celle de leurs proches ? Les constats de ce sondage mettent en lumière des résultats croissant du mal-être des 18-24 ans.

Voir le site

Les deux tiers d’une année académique perdus dans le monde à cause des fermetures dues au Covid-19 - UNESCO

UNESCO - Janvier 2021

Un an après le début de la pandémie de COVID-19, plus de 800 millions d’élèves et d'étudiants, soit plus de la moitié des effectifs dans le monde, sont toujours confrontés à des perturbations importantes de leur cursus qui vont de la fermeture totale des établissements dans plus de 31 pays à des horaires réduits ou à temps partiel dans 48 autres, selon les toutes dernières données apparaissant sur la carte de suivi interactive de l'UNESCO.

Voir le site

Conditions de vie des étudiants. Repères 2020 - OVE

L’Observatoire national de la vie étudiante (OVE) - Janvier 2021, 36 p.

Cette enquête aborde les conditions de vie des étudiants sur l’ensemble de l’année universitaire 2019-2020. Les résultats ne tiennent pas compte des effets de la crise sanitaire survenue en mars 2020. Pour la première fois, l’enquête intègre également des questions sur les violences sexistes et sexuelles et sur les problématiques environnementales.

Voir le site

Dans le premier degré, la diminution de la taille des classes se poursuit à la rentrée 2020 - DEPP

DEPP - EVAIN, Franck Evain - Note d'Information n° 21.01- Janvier 2021, 2 p.

À la rentrée 2020, la taille des classes du premier degré continue de diminuer, que ce soit dans les écoles publiques ou privées sous contrat, et dans les classes de niveau préélémentaire ou élémentaire. Cette tendance est particulièrement marquée depuis 2017 dans les écoles publiques, suite à la mise en œuvre des dédoublements de classes en éducation prioritaire. Ces mesures, qui ont d’abord concerné les classes de CP-CE1, et depuis la rentrée 2020 les grandes sections de maternelle, n’ont pas retiré de moyens aux autres niveaux. Elles n’ont pas non plus été réalisées aux dépens des écoles rurales ou urbaines hors éducation prioritaire, dont le nombre d’élèves par classe diminue également.

Voir le site

Santé mentale des étudiants de l’UPJV - SSU

Service sanitaire de l'université (SSU) - Université de Picardie Jules Vernes (UPJV) - LUCAS, Alexandre - Dr. GUERIN, Delphine - Décembre, 5 p.

Le service de santé universitaire de l'UPJV publie une enquête sur la santé psychique des étudiants. Plus de 3 100 étudiants (10 % de l’effectif, un échantillon jugé représentatif) ont rempli un questionnaire entre le 26 novembre et le 5 décembre 2020. Une majorité de jeunes femmes y ont répondu. 72,4 % des étudiants disent avoir été dans une situation de détresse psychologique au cours des quatre dernières semaines.

Voir le site

Parcoursup : la crise sanitaire impacte les lycéens dans leur orientation - Article1

L'Association Article1, janvier 2021

L'association Article 1 a interrogé les lycéens inscrits sur sa plateforme INSPIRE, sur leur état d’esprit face à leurs choix d’orientation. Ils livrent aussi des témoignages révélant qu’entre cours à distance et précarité sociale… leurs projets sont radicalement repensés. La crise sanitaire est un obstacle pour l’orientation de la majorité des lycéens : 69 % des lycéens interrogés par Article 1 estiment que le contexte sanitaire est un frein pour leur orientation vers l’enseignement supérieur.

Voir le site

[Colos] Les collégiens issus de milieu social favorisé partent davantage - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n°44 - CAILLE, Jean-Paul - Janvier 2021, 4 p.

Au cours de l’été 2018, 14 % des collégiens de 13 ans sont partis en colonie de vacances. Ces départs apparaissent très liés aux revenus des familles et à l’origine sociale. Plus les parents bénéficient de ressources financières importantes, plus les départs en colonie de vacances sont fréquents, et les enfants de professions libérales et de chefs d’entreprise bénéficient deux fois plus souvent de ce type de séjours collectifs que les enfants d’ouvriers. En ce sens, les colonies de vacances se distinguent peu des autres formes de séjours collectifs payants. Toutefois, d’autres facteurs influent spécifiquement sur l’accès aux colonies de vacances, comme la taille de la fratrie, l’emploi d’un parent dans les services à la personne ou la taille de la commune de résidence.

Voir le site

La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage en 2016 et 2017 - DARES

Ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion - DARES Résultats, n°1 janvier 2021 - MAHAUT, Lasselin - 10 p.

Les montants consacrés par l’État aux dispositifs ciblés sur les jeunes sont en hausse pour les deux années (+ 4,3 % en 2017, après + 4,9 % en 2016). (...) En 2017, les régions contribuent à hauteur de 4,6 Mds € à l’effort de la formation professionnelle continue et d’apprentissage. (...) Les dépenses de formation des régions sont orientées en premier lieu vers les jeunes de moins de 26 ans (50,5 % de leur dépense de formation totale en 2017).

Voir le site

Repères et références statistiques 2021 - MENJS

Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, décembre 2020

Publication annuelle de la DEPP et de la SD-SIES, Repères et références statistiques (RERS) réunit en un seul volume toute l’information statistique sur le système éducatif et de recherche français.

Voir le site

Baromètre Sport-Santé - FFEPGV avec IPSOS

Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) avec l’institut IPSOS - Décembre 2020

Cette nouvelle vague d’enquête vient montrer à quel point la crise sanitaire a eu des conséquences sur les résolutions des français pour 2021. Jamais ils n’ont tant prévu de pratiquer pour l’année prochaine une activité physique ou sportive régulière, avec 37 % (+ 2 points vs 2019), c’est un record.

Voir le site

L’entrée des jeunes enfants dans le dispositif de protection de l’enfance se fait majoritairement par une intervention à domicile - ONPE

Observatoire national de la protection de l'enfance (ONPE) - Synthèse de note statistique, décembre 2020, 4 p.

Cette note statistique de l’ONPE, portant sur les parcours en protection de l’enfance des enfants nés en 2012 dans les départements des Côtes-d’Armor, du Finistère et du Vaucluse, montre que dans 80 % des cas l’entrée se fait par une intervention à domicile et que cette mesure est principalement administrative. Elle met à jour l’importance du milieu ouvert dans les interventions en protection de l’enfance, dont les données statistiques sont encore lacunaires en France. Elle souligne également pour certains enfants la précocité d’une séparation avec leur famille dans un placement judiciaire.

Voir le site

Les effectifs d'étudiants dans le supérieur en 2019-2020 en progression constante - MESRI

MESRI-SIES / Systèmes d’information et études statistiques - NDAO, Guirane - Note d'Information n° 20 - Décembre 2020, 11 p.

En 2019-2020, 2,73 millions d'inscriptions ont été enregistrées dans l'enseignement supérieur en France métropolitaine et dans les départements d'outre-mer. Leur nombre a progressé par rapport à l'année précédente (+ 1,6 %, soit + 43 300 étudiants). En cinq ans, à dispositif équivalent, l'enseignement supérieur a accueilli 234 700 étudiants supplémentaires (+ 1,8 % par an en moyenne). L'augmentation des effectifs par rapport à l'année 2018-2019 concerne toutes les formations à l'exception des classes préparatoires aux grandes écoles et des sections de technicien supérieur, dont les effectifs restent stables. Cette croissance se retrouve dans toutes les académies sauf en Martinique. L'enseignement privé forme 21 % des étudiants du supérieur. Un tiers des étudiants ont des parents cadres, 56 % sont des femmes et 11 % sont des étrangers en mobilité internationale.

Voir le site

Une insertion plus difficile pour les jeunes «recalés» à l’entrée du supérieur - CEREQ

Céreq Bref n° 399 - MERLIN, Fanette - Décembre 2020, 4 p.

Les principes et les modalités de la sélection des jeunes à l’entrée de l’enseignement supérieur animent le débat public et scientifique depuis plus d’une décennie. Mais connaît-on les conséquences de cette sélection ? L’enquête Génération du Céreq montre que les jeunes empêchés de poursuivre des études après le baccalauréat connaissent un début de carrière plus difficile que les autres bacheliers.

Voir le site

Le regard des jeunes âgés de 18 à 30 ans sur le communisme - IFOP pour l'Humanité

Sondage IFOP pour l'Humanité, 30 décembre 2020, 10 p.

Alors que le Parti Communiste français s’apprête à fêter ses 100 ans dans une France pleinement ancrée dans la mondialisation, l’Ifop pour le journal L’Humanité a mesuré le regard des jeunes de 18 à 25 ans sur le communisme, ses valeurs et son éventuel avenir.

Voir le site

Scolarisation des jeunes de 18 à 29 ans - INSEE

INSEE Références, décembre 2020

Au 1er janvier 2020, 9,1 millions de personnes résidant en France ont entre 18 et 29 ans, soit 13,6 % de la population. La part de ces jeunes adultes encore en études varie avec l’âge. À la rentrée 2018, le taux de scolarisation à 18 ans s’élève à 79,3 % (figure 1). En 1995, il avait atteint 84,8 % du fait d’une forte progression de la poursuite d’études dans le second cycle général et technologique jusqu’au baccalauréat. Il a régulièrement diminué au cours des dix années suivantes (76,3 % en 2008), avant de repartir lentement à la hausse. Du fait d’une politique volontariste de baisse des redoublements dans l’enseignement secondaire, les jeunes arrivent plus souvent, l’année de leurs 18 ans, au baccalauréat.

Voir le site

Baromètre “Jeunesse & Confiance” 2020 - OpinionWay, 14/12/2020

OpinionWay pour VersLeHaut avec le soutien de Total Foundation, décembre 2020, 75 p.

Dans un contexte difficile, marquée par la crise sanitaire, le niveau d’optimisme des jeunes connait un léger fléchissement (-3 points par rapport à l’année dernière), retombant au niveau de 2016. On est cependant loin de l’effondrement qu’on pouvait redouter : 74 % des jeunes sont confiants dans leur propre avenir. 73 % d’entre eux considèrent que la vie qu’ils mènent correspond à leurs attentes.

Voir le site

La mobilité européenne et internationale des jeunes : enjeux et dispositifs - INJEP

INJEP - ZIMMER, Cédric ; PAISLEY, Janaïna - Décembre 2020, 2 p.

Instrument de politique éducative, d’insertion professionnelle et sociale et de coopération internationale, la mobilité à l’international constitue un champ stratégique de l’action publique en direction de la jeunesse. Reconnue par les pouvoirs publics pour ses effets positifs, elle gagne en importance dans les politiques d’éducation et de jeunesse tout en étant de plus en plus plébiscitée par les jeunes, qui sont nombreux à la considérer comme une expérience incontournable dans leur parcours d’insertion.

Voir le site

Les Français et la jeunesse Post-Covid - ELABE

Sondage ELABE pour le Cercle des économistes - Décembre 2020

Les jeunes décrivent les périodes de confinement comme des épreuves. Pour près de 6 sur 10, il s’agit d’une période de grande angoisse, et un moment d’isolement. Pour les trois quarts, ce moment a renforcé les fractures dans notre pays. Ils sont partagés quand il s’agit d’arbitrer entre un moment où ils ont gardé le contrôle de leur vie (49 %, 55 % chez les actifs) et un moment où ils ont eu le sentiment que leur vie leur échappait (48 %). Un peu plus d’un sur deux a eu le sentiment de perdre son temps, quand 44 % ont mis la période à profit pour s’ouvrir à d’autres choses qu’habituellement.

Voir le site

Inscriptions des nouveaux bacheliers entrant en première année à l'université en 2020-2021 - MESRI-SIES

MESRI-SIES / Systèmes d’information et études statistiques - Note Flash n°23 – Novembre 2020, 2 p.

A la rentrée 2020, selon les données provisoires établies au 20 octobre, 284 800 nouveaux bacheliers sont inscrits en première année de cursus licence à l'université. Cette hausse des effectifs, de 5,2 % par rapport à l'année précédente, est liée à l'augmentation du taux de réussite au baccalauréat en juin 2020 et à l'accroissement des capacités d'accueil. Le nombre de nouveaux bacheliers progresse moins fortement en I.U.T. (+ 1,7 %) que dans les disciplines générales de l'université (6,0 %).

Voir le site

France, portrait social Édition 2020 - INSEE

INSEE - Décembre 2020,

Dans cette édition, la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.

Voir le site

Les fiches régionales vie associative 2020 - INJEP

INJEP ; Recherches et Solidarités - BAZIN, Cécile ; DUROS, Marie ; DUFOUR, FAURITTE, Marie, Jacques ; MALET, Jacques - Novembre 2020

Les tableaux régionaux de la vie associative ont été réalisés cette année par Recherches & Solidarités avec le soutien de l’INJEP. Ils synthétisent les principaux repères et chiffres-clés relatifs au secteur associatif dans chaque région.

Voir le site

Fractures sociétales : enquête auprès des 18-30 ans - IFOP

IFOP pour Marianne, 26 novembre 2020, 72 p.

Près d’un mois après l’assassinat de Samuel Paty et alors que le projet de loi sur les séparatismes est examiné à l’assemblée nationale, Marianne a missionné l’IFOP pour réaliser un sondage d’opinion auprès des 18-30 ans. Cette enquête vise notamment à mieux comprendre le rapport entretenu par les jeunes à la question de la laïcité et à la religion.

Voir le site

Le poids économique du sport en 2018 - INJEP

INJEP - Fiches repères - DIETSCH, Bruno - Novembre 2020, 2p.

En 2018, la dépense sportive des ménages continue de croître au même rythme que l’année précédente, tandis que la dépense sportive des administrations publiques ralentit un peu. Le solde du commerce extérieur, toujours négatif, est stationnaire.

Voir le site

Les chiffres clés du sport 2020 - INJEP

INJEP - Novembre 2020, 54 p. (hors collection)

Avec cette nouvelle édition des chiffres-clés du sport, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire rend accessible un ensemble d’indicateurs de référence sur le sport en France. La majorité de ce recueil est consacré à la pratique sportive. Elle apporte ainsi les réponses aux questions essentielles « Qui pratique ? » et « De quelle manière ? ».

Voir le site

Confinement : un investissement scolaire important des élèves du second degré, essentiellement différencié selon leur niveau scolaire - DEPP

DEPP - BARHOUMI, Meriam - Note d’Information n° 20.42 – Novembre 2020, 4 p.

Pendant la période de confinement, près de quatre élèves du second degré sur dix ont déclaré avoir consacré en moyenne au moins trois heures par jour à leur travail scolaire. Les élèves qui ont travaillé le plus sont plus nombreux parmi ceux qui, selon leurs parents, sont de bons ou excellents élèves. Les filles, et les élèves de milieux très favorisés, ont également travaillé davantage. Outre la quantité, la nature du travail effectué a également différé, selon le niveau scolaire.

Voir le site

L’état de l’École, n° 30 - MENJS

Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports - DEPP - Novembre 2020, n°29 - 94 p.

Cette publication présente chaque année depuis 1992 une analyse globale de notre système éducatif fondée sur des indicateurs structurels et pérennes en décrivant les principales évolutions et tendances tout en apportant notamment l’éclairage des comparaisons internationales et territoriales. Les données présentées sont les plus récentes disponibles et portent essentiellement sur la rentrée 2019. L’objectif est d’alimenter le débat public autour de l’école, d’éclairer les choix publics, d’enrichir l’aide au pilotage et de contribuer à l’évaluation du système éducatif français, avec des données de qualité et objectives, pour contribuer a améliorer la réussite de tous les élèves.

Voir le site

Éducation artistique et culturelle : résultats de l’enquête 2018-2019 dans les écoles et les collèges - DEPP

DEPP - TOUAHIR, Mustapha ; THOUMELIN, Claire - Note d’Information n° 20.40 – novembre 2020, 4 p.

Au cours de l’année 2018-2019, près de trois élèves sur quatre ont été touchés par au moins une action ou un projet relevant de l’éducation artistique et culturelle (en dehors des enseignements obligatoires) : 80 % dans le premier degré et 59 % dans les collèges.

Voir le site

Les consommations de drogues en Europe parmi les élèves de 16 ans - OFDT

OFDT - Note n° 2020-5 - PHILIPPON, Antoine - SPILKA, Stanislas - Novembre 2020, 14 p.

Cette publication propose une analyse centrée sur l’évolution des usages de tabac, d’alcool et de cannabis pour les élèves de 16 ans depuis vingt ans, en comparant les tendances de moyen terme en Europe et en France.

Voir le site

Les élèves du second degré à la rentrée 2020 - DEPP

DEPP - DIEUSAERT, Pascal ; GEORGE, Estelle ; TILLY, Marina - Note d'Information n° 20.37 - Novembre 2020,

À la rentrée 2020, les établissements publics et privés du second degré accueillent 5,686 millions d’élèves, soit 9 400 de plus qu’en 2019 (+ 0,2 %). Les effectifs sont en hausse dans les collèges (+ 16 000 élèves), et dans les formations professionnelles en lycée (+ 1 400 élèves). Le nombre d’élèves décroît en revanche dans les formations générales et technologiques en lycée (– 8 000).

Voir le site

Poids économique du sport - INJEP

INJEP - Fiches repères n° 52 - DIETSCH, Bruno - Octobre 2020, 2 p.

En 2018, la dépense sportive des ménages continue de croître au même rythme que l’année précédente, tandis que la dépense sportive des administrations publiques ralentit un peu. Le solde du commerce extérieur, toujours négatif, est stationnaire.

Voir le site

Difficultés de logement : les situations de logement appréciées selon les dimensions proposées par le Conseil national de l’information statistique - INSEE

INSEE - ROUGERIE, Catherine - Documents de travail No F2020-02 - Novembre 2020, 215 p.

Entre le milieu des années 2000 et le début des années 2010, le nombre de sans-domicile et de sans-abri a augmenté, tandis que celui des personnes en hébergement contraint est sans doute plutôt resté stable. Les personnes qui vivent dans un logement présentant au moins deux défauts graves de confort sont plus nombreuses en 2013 qu’en 2006, alors que leur nombre avait baissé dans la première moitié des années 2000, et la baisse régulière du surpeuplement connue depuis les années 1980 connaît un coup d’arrêt dans l’habitat collectif.

Voir le site

Reprises d’études en début de vie active : acquérir un diplôme reste le graal - CEREQ

Céreq Bref n° 396 - ALEXIE, Robert - Octobre 2020, 4 p.

Les reprises d’études en début de vie active sont de plus en plus fréquentes à tous les niveaux de diplômes avec une légère réduction des inégalités sociales d’accès. Les caractéristiques des jeunes les plus concernés évoluent peu au fil des générations : jeunes dont le plus haut niveau de diplôme est le baccalauréat et parmi eux, ceux engagés dans l’enseignement supérieur sans y avoir obtenu de diplôme et jeunes non diplômés de l’enseignement secondaire. Connaître des situations moins favorables sur le marché du travail accentue la reprise d’études.

Voir le site

161 milliards d’euros consacrés à l’éducation en 2019 : 6,6 % du PIB - DEPP

DEPP - BERETTI, Paul-Antoine ; DRÉGOIR, Mélanie ; LANDREAU, Aline - Note d’Information n° 20.35 – Octobre 2020, 4 p.

En 2019, la France a consacré 160,5 milliards d’euros à son système éducatif, soit 6,6 % du PIB. La politique de priorité au primaire engagée en 2017 se poursuit et explique l’essentiel de la hausse de la dépense (+ 0,8 Md€ après + 2,1 Md€ en 2018 et + 3,5 Md€ en 2017). La dépense moyenne pour un élève ou un étudiant est de 8 920 euros. Elle croît avec le niveau d’enseignement allant de 7 000 euros pour un écolier, 8 790 euros pour un collégien, 11 280 euros pour un lycéen à 11 530 euros pour un étudiant. En lien avec l’accent mis sur le premier degré, le coût d’un écolier augmente de 130 euros par rapport à 2018. L’État est le premier financeur de l’éducation (57,3 %), devant les collectivités territoriales (23,3 %). Les communes voient leurs dépenses d’éducation croître depuis 2017, consécutives à un effort sur l’investissement. Il en est de même pour les départements en 2019.

Voir le site

Quelles sont les missions de Service Civique qui favorisent l’engagement bénévole ? - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n°39 - CELLARD-CHILLÈS, Adèlaïde ; FRANCOU, Quentin - Octobre 2020, 4 p.

L’intensité de l’engagement bénévole des volontaires de Service Civique diffère selon leurs profils et selon le type de mission effectué. Si les volontaires de Service Civique sont en moyenne un peu plus souvent bénévoles que les jeunes d’âge comparable, tant avant qu’après la mission, les degrés d’engagement varient selon le niveau de diplôme, le statut d’activité et le genre. Près de la moitié des volontaires déclarent que leur mission a eu une influence positive sur leur envie de faire du bénévolat, mais les fréquences auxquelles les volontaires font du bénévolat ne sont en moyenne pas plus élevées après la mission qu’avant. Les missions réalisées dans les associations favorisent plus l’engagement bénévole que celles effectuées dans le secteur public.

Voir le site

Contrat aidé et formation : quels profils de décrocheurs scolaires sont privilégiés par les recruteurs ? - DARES

Ministère du Travail, de l'emploi et de l'insertion - DARES Analyses n°33 - BALLINI, Cécile ; HERVELIN, Jérémy - Octobre 2020, 8 p.

Lorsque les élèves abandonnent leurs études avant d’avoir obtenu un diplôme, leur candidature perd en attractivité pour les recruteurs, surtout s’ils restent inactifs après le décrochage : les recruteurs les rappellent dans 10 % des cas, contre 28 % des cas pour les jeunes diplômés en formation initiale. Ce signal négatif semble néanmoins pouvoir être allégé grâce aux politiques actives du marché du travail : les taux de rappel remontent à respectivement 21 % et 22 % lorsque les jeunes décrocheurs ont bénéficié d’un contrat aidé leur permettant d’acquérir une année d’expérience dans le métier, ou d’une formation conduisant à un titre professionnel ou un diplôme. Les jeunes décrocheurs rattrapent quasiment leurs homologues non-décrocheurs (26 % de taux de rappel) lorsqu’ils obtiennent un titre ou un diplôme en parallèle d’une année d’expérience dans le métier, comme le permettent certains dispositifs tels que les Emplois d’avenir et désormais les Parcours emploi compétences.

Voir le site

Résultats de l'enquête sur les conditions de vie des étudiants pendant la crise sanitaire : Situation financière - OVE

Observatoire de la vie étudiante (OVE) - PATROS, Théo - Septembre 2020 - 30 p.

Quelles conséquences la crise sanitaire a-t-elle eues sur les ressources financières des étudiants ? Ce document en livre les chiffres-clés : 33 % des étudiants interrogés ont rencontré des difficultés financières pendant le confinement, 19 % ont dû se restreindre sur les achats de première nécessité, 23 % n'ont pas mangé à leur faim pour des raisons financières et 28 % ont été aidés financièrement et/ou matériellement par leurs parents.

Voir le site

Le baromètre de l’éducation. Scolarité, emploi, place dans la société : quels défis pour la Génération COVID ? - Opinion Way / Apprentis d'Auteuil

Opinion Way pour les Apprentis d'Auteuil - Octobre 2020, 34 p.

Ce baromètre, réalisé du 28 août au 8 septembre 2020, s'inscrit dans un contexte de crise sanitaire et économique dans lequel les jeunes en difficulté sont de plus en plus nombreux. Le monde qui les attend est jugé complexe et hostile. Sur la majorité des aspects de la vie quotidienne évalués dans l’étude, il apparaît plus difficile à affronter que celui connu par la génération de leurs parents au même âge. C’est surtout l’entrée sur le marché du travail (78 %), et dans une moindre mesure la possibilité de trouver un stage, un apprentissage (64 %), qui arrive en tête des situations les plus difficiles pour les jeunes interrogés. Concrètement, les situations jugées les plus difficiles sont majoritairement liées à leur autonomie en tant que jeune adulte, leur indépendance vis-à-vis du foyer familial. Ainsi, réussir à se loger se situe dans le podium des difficultés les plus prégnantes (72 % partagent cet avis).

Voir le site

Les étudiants à l'université en 2018-2019 effectuent un stage sur dix à l'étranger - SIES

Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Note flash du SIES n°17 - CASTELLANO, Maria-Luisa ; MAMAR, Cédric - Octobre 2020, 2 p.

Un tiers des étudiants inscrits en formation initiale à l'université ou dans un établissement assimilé a effectué un stage durant l'année universitaire 2018-2019. La proportion de stagiaires reste toujours plus importante dans les formations professionnalisantes (D.U.T., licences professionnelles, formations d'ingénieurs) et augmente avec le nombre d'années d'études. Les deux tiers des stages ont lieu dans la région d'études et seulement 10 % s'effectuent à l'étranger. Un peu moins de la moitié des stages (43 %) donne lieu à une rétribution.

Voir le site

Baromètre Ipsos / SPF 2020 : la précarité depuis la Covid-19 - Secours populaire français / Ipsos

Secours populaire français / Ipsos - Septembre 2020, 26 p.

Le baromètre Ipsos / Secours populaire 2020 de la pauvreté montre les impacts de la crise sanitaire sur les conditions de vie de millions de personnes, plongés dans la précarité du jour au lendemain. Parmi les observations, les privations alimentaires tant en termes de qualité que de quantité. Ce sont les femmes et les jeunes qui se restreignent le plus. A noter également, les craintes exprimées sur l’avenir des générations les plus jeunes sont plus fortes que les années précédentes : 81 % des personnes interrogées considèrent que le risque de pauvreté est plus élevé encore pour leurs enfants que pour eux-mêmes.

Voir le site

232 200 interruptions volontaires de grossesse en 2019, un taux de recours qui atteint son plus haut niveau depuis 30 ans - DREES

Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) - Septembre 2020

En 2019, la France enregistre 232 000 IVG, soit le nombre le plus élevé depuis les années 1990. Si ce sont les jeunes femmes de 20 à 29 ans qui sont les plus concernées par l’IVG, l’augmentation du taux de recours est notable chez les femmes trentenaires depuis les années 2010. La hausse est la plus marquée chez les 30-34 ans (+ 3,9 points entre 2010 et 2019). À l’inverse, sur la même période, le taux de recours diminue chez les femmes de moins de 20 ans : chez les 15-17 ans, il est passé de 10,5 pour 1000 jeunes filles en 2010 à 5,7 en 2019, chez les 18-19 ans, de 22,2 à 16,7 IVG.

Voir le site

Projet de loi de finances 2021 - MENJS

Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, septembre 2020

Présenté le 28 septembre dans le cadre du projet de loi de finances 2021, le budget 2021 du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports détaille le financement des différentes actions de son périmètre pour 2021. Il se traduit par une hausse de 1,8 milliard d’euros par rapport à 2020, de laquelle il faut déduire 136 millions d’euros affectés au périmètre du sports et 39 millions au périmètre jeunesse et vie associative, soit environ 1,6 milliards d’euros pour le périmètre enseignement scolaire. Sur le plan de la jeunesse, l'engagement et de la vie associative, il vise à encourager l’engagement des jeunes et conforter le monde associatif, via l’amplification du Service civique, la poursuite du développement du SNU et de dispositifs de soutien et d’accompagnement aux organisations. Concernant le sport, à trois ans de Paris 2024, le budget du ministère chargé des sports suit une courbe ascendante. L'essentiel de la hausse tient à l'augmentation de la dotation de l'Etat à la Solideo (société de livraison des ouvrages olympiques), qui passe de 129 à 225 millions d'euros. A noter également, le secteur sportif, fortement impacté par la crise sanitaire, bénéficiera d’une première enveloppe dédiée dans le plan de relance.

Voir le site

Enquête sur le travail indépendant des jeunes en France - JobyPepper

JobyPepper - Septembre 2020, 11 p.

JobyPepper est une plateforme de travail flexible. Cette enquête est le résultat d'un sondage mené auprès d’un échantillon représentatif de 800 travailleurs parmi les 40 000 inscrits sur cette plateforme. Elle sonde les motivations des jeunes travailleurs indépendants – les premiers concernés par le phénomène. Dans le sillage de la crise sanitaire qui a accéléré l’émergence de nouvelles formes de travail, JobyPepper a interrogé les travailleurs indépendants pour mieux décrypter cette réalité. Statut subi ou choisi ? Avantages et inconvénients ?Travail indépendant versus CDI ?..

Voir le site

Minima sociaux et prestations sociales. Ménages aux revenus modestes et redistribution. Édition 2020 - DREES

Ministère des des Solidarités et de la santé - DREES - CABANNES, Pierre-Yves (Dir.) ; RICHET-MASTAIN, Lucile (Dir.) ; CLAVO, Mathieu (Coord.) - Septembre 2020, 320 p. (Collection Panoramas de la DREES)

Cet ouvrage présente une photographie, fin 2018, des personnes allocataires de l’un des dix minima sociaux en vigueur en France. Une fiche consacrée à la Garantie Jeune précise que fin 2018, les bénéficiaires de ce dispositif représentent 1,1 % de la population âgée de 18 à 25 ans. Il propose aussi des études et des analyses portant sur les conditions de logement, l’emploi, l’accompagnement et l’insertion, les revenus, la santé et les trajectoires des bénéficiaires de minima sociaux.

Voir le site

Les jeunes du Grand Est : une multitude de profils et des conditions de logement hétérogènes selon les territoires - INSEE

INSEE - INSEE Analyses Grand Est, n°114 - DUCHARNE, Thomas ; EICHWALD, Audrey - Juillet 2020, 4 p.

Dans le Grand Est comme ailleurs, les jeunes de 18 à 29 ans se concentrent dans les plus grands pôles urbains. Dans ceux de Strasbourg, Nancy et Reims, les jeunes sont nettement surreprésentés et majoritairement étudiants. Nombre d’entre eux habitent seuls ou en colocation, dans de petits appartements relevant souvent du parc locatif privé. Dans les autres pôles urbains de la région, les conditions de vie et de logement des jeunes dépendent en partie de la taille du pôle, de sa localisation géographique et du contexte socio-économique local. Dans certaines agglomérations telles que Mulhouse, Troyes ou encore Forbach, une part plus importante de la jeunesse est en situation de précarité. D’autres pôles comme Mourmelon-le-Grand ou Sarrebourg sont quant à eux fortement marqués par le poids des contingents militaires qui y sont implantés. Hors des pôles, les jeunes vivent plus souvent chez leurs parents, mais sont aussi plus nombreux à avoir déjà des enfants à charge. Ces derniers occupent souvent d’assez grands logements et sont même, pour une partie d’entre eux, propriétaires.

Voir le site

Les trajectoires professionnelles des sortants d’apprentissage et lycée professionnel en CAP/BEP : une analyse comparative - DARES

Ministère du Travail, de l'emploi et de l'insertion - DARES - KULANTHAIVELU, Eric - Septembre 2020, 28 p. (Document d'études, n°241)

Plusieurs études ont mesuré les effets respectifs sur l’insertion dans l’emploi du passage par l’apprentissage ou par le lycée professionnel. Cet article étudie ces effets à l’aune de leur coût pour les finances publiques après la scolarité. Les trajectoires professionnelles des jeunes sortants de CAP/BEP sont mesurées au cours des trois et des cinq années après la fin de leur scolarité par l’enquête Génération 2010 du Céreq.

Voir le site

Regards sur l'éducation - OCDE

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) - Septembre 2020

Regards sur l’éducation est une publication de référence sur l’état de l’éducation dans le monde. Elle fournit des données clés sur la structure, le financement et la performance des systèmes d’éducation des pays de l’OCDE, ainsi que d’un certain nombre de pays partenaires. Avec plus de 100 tableaux et graphiques, cette publication présente des données clés sur les résultats des établissements d’enseignement ; l’impact de l’apprentissage dans les différents pays ; l’accès, la participation et la progression au sein des systèmes d’éducation ; les ressources financières investies dans l’éducation ; et les enseignants, l’environnement d’apprentissage et l’organisation scolaire.

Voir le site

Baromètre de l'artisanat 2020 : les chIffres de l'apprentissage - IMS/MAAF

Insitut supérieur des métiers (ISM), la MAAF, septembre 2020, 4 p.

Se basant sur une exploitation des données nationales, l’édition 2020 du baromètre ISM-MAAF de l’artisanat évalue l’impact de la crise du Coronavirus qui a durement touché les apprentis au même titre que les salariés. La pandémie est ainsi susceptible de venir ternir les bons résultats des années scolaires précédentes (effectifs en hausse de + 2 % en 2018-2019), même si les récentes mesures gouvernementales en faveur de l’apprentissage sont encourageantes pour les entreprises. Pour la première fois, le baromètre analyse le taux d’emploi des apprentis qui est largement supérieur à celui des jeunes diplômés issus de la voie scolaire traditionnelle, ce qui constitue un avantage incontestable en cette période de crise.

Voir le site

Jeunes et transitions vers l'âge adulte - INSEE

INSEE - Economie et Statistique, n°514-515-516, septembre 2020

Le présent numéro d'Economie et Statistique aborde de nouvelles questions relatives à la transition vers l'âge adulte : la question du rôle respectif des aides familiales et des transferts publics directs ou indirects dans l’accès des jeunes à l’indépendance ; la question complexe de la mesure du niveau de vie des jeunes en tenant compte de l’ensemble des ressources dont ils disposent, qu’elles soient monétaires ou en nature (via la cohabitation avec les parents par exemple)…

Voir le site

La santé mentale des adolescents de 3e en 2017 - DREES

Ministère des Solidarités et de la Santé - Les Dossiers de la DREES, n°65, septembre 2020 - CARRASCO, Valérie ; GUIGNON, Nathalie Guignon - 46 p.

La très grande majorité des élèves de troisième se répartit à parts égales entre ceux qui ont une très bonne santé mentale (2 premières classes, soit 44 % des élèves) et ceux qui connaissent un mal-être modéré (classes 3 et 4, 43 % des élèves). À la marge, 13 % ont une santé mentale plutôt mauvaise, dégradée pour 8 % d’entre eux (classe 5) et très mauvaise pour 5 % (classe 6).

Voir le site

Deux millions de masques lavables mis gratuitement à la disposition des bénévoles des associations de l’action sociale en contact avec le public -

Communiqué de presse du Secrétariat d'état en charge de l'économie sociale, solidaire et responsable, 1er septembre 2020

"Au jour de la généralisation de l’obligation du port du masque en entreprise, le Gouvernement va mettre deux millions de masques lavables gratuitement à la disposition des bénévoles des associations de l’action sociale en contact avec le public. Cette opération s’effectuera en complément des masques que le Gouvernement a déjà mis à disposition de ces bénévoles et des publics qu’elles accompagnent depuis mai dernier, en mobilisant le réseau des préfectures"

Voir le site

Rentrée 2020 : les mesures en faveur des étudiants : tout savoir pour bien préparer sa rentrée - MESRI

Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation MESRI - Août 2020

Le ministère en charge de l'enseignement supérieur publie un guide détaillant les mesures en faveur des étudiants qui s'appliqueront à la rentrée 2020 : gel des frais d'inscription à l'université, revalorisation des bourses sur critères sociaux, aides sociales et dispositifs d'aide pour trouver un logement, CVEC, ...etc.

Voir le site

Repères et références statistiques (RERS). 2020 - DEPP ; SD-SIES

Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sport - DEPP ; SD-SIES - Août 2020, 415 p.

Publication annuelle de la DEPP et de la SD-SIES, Repères et références statistiques réunit en un seul volume toute l’information statistique disponible sur le système éducatif et de recherche français. Organisé en 10 chapitres et 179 thématiques pour l'édition 2020, RERS apporte des éclairages nouveaux en fonction de l’actualité et des derniers résultats d’études.

Voir le site

L’Éducation nationale en chiffres. Edition 2020 - DEPP

Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sport - DEPP - Août 2020, 13 p.

Cette synthèse des caractéristiques et des tendances du système éducatif français présente les principaux chiffres clés pour l’année scolaire en cours : population scolaire, effectifs d’enseignants, coût de l’éducation, part des secteurs public et privé, diplômes délivrés, insertion professionnelle des jeunes.

Voir le site

La vie d’étudiant confiné - OVE

Observatoire de la vie étudiante - OVE, juillet 2020, 13 p.

Résultats de l’enquête sur les conditions de vie des étudiants pendant la crise sanitaire. Cette enquête aborde les thèmes suivants : le logement : conditions de logement, changement de lieu d’habitation ; l’activité rémunérée : continuité ou perte d’emploi salarié, montant de la perte de revenus estimée, job d’été ; les difficultés financières : postes du budget impactés, aide exceptionnelle financière ou matérielle ; la santé : santé mentale, accès aux soins médicaux, alimentation, alcool ; la continuité pédagogique : conditions d’études, stage, examens ; et les perspectives : orientation, mobilité internationale, insertion professionnelle.

Voir le site

Conditions de vie des jeunes femmes en zone rurale : des inégalités par rapport aux hommes ruraux et aux urbaines - DREES

DREES - PINEL, Laurie - Études et Résultats n°1154, juillet 2020, 16 p.

Fin 2014, un quart des jeunes adultes de 18 à 24 ans vivent en territoire rural. Parmi eux, 45 % sont des femmes, contre 50 % en milieu urbain, selon l’Enquête nationale sur les ressources des jeunes de la DREES et de l’Insee. Cette sous représentation peut s’expliquer par le fait que les jeunes femmes en milieu rural quittent leur territoire d’origine plus souvent que les hommes, au moins de façon temporaire, notamment pour leurs études. Celles qui restent suivent des études moins longues que les jeunes femmes urbaines et visent davantage un diplôme de niveau bac+3. Sorties d’études, elles accèdent aussi souvent à l’emploi que les jeunes femmes urbaines, mais, compte tenu de diplômes moins élevés, occupent plus fréquemment des postes d’intérimaires, ont plus souvent des contrats à durée déterminée et des horaires de travail irréguliers. Elles trouvent cependant moins souvent un emploi à l’issue de leurs études que les hommes (59 % contre 64 %) ce qui n’est pas le cas en zone urbaine (61 % contre 59 %).

Voir le site

Heurs et malheurs du confinement - CREDOC

CREDOC, Dylan Alezra, Sandra Hoibian, Mathieu Perona, Claudia Senik, Sourcing Crédoc n°SOU2020-4771, Note de synthèse n°32, juillet 2020, 9 p.

Les résultats de l’enquête Conditions de vie et aspirations réalisée par le Crédoc pendant le confinement, du 20 avril au 04 mai soulignent des vécus très différenciés. Les jeunes ont vécu plus difficilement la période que leurs aînés. Alors qu’en temps normal, les 15-24 ans sortent souvent de chez eux, notamment pour voir leurs amis, ils ont souffert de devoir y renoncer, malgré l’importance des liens sociaux dans leur constitution identitaire. Habitant souvent dans de petits espaces, ils ont vu leur vie rétrécie entre quatre murs ou ont choisi pour certains de retourner vivre dans leurs familles, ce qui n’a pas été sans provoquer quelques tensions. Les autres foyers habitant de petits logements, en liaison avec des ressources financières limitées (le logement étant le premier poste de dépenses des Français) ont également vécu difficilement la période.

Voir le site

L'Europe de l'éducation en chiffres - DEPP/MIREI

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Innovation, DEPP-MIREI, 2020, 91 p.

Cet ouvrage met en perspective notre école au regard des systèmes éducatifs européens. Les données rassemblées sont des repères pour identifier nos points forts et ceux pour lesquels nous pouvons encore progresser. Il a également vocation à apporter à la future présidence française de l’Europe un panorama des différents systèmes éducatifs de nos pays.

Voir le site

Le baccalauréat 2020 - session de juin - DEPP

DEPP - THOMAS, Fanny - Note d'information, n°20.25 - Juillet 2020, 4 p.

À la session du baccalauréat de juin 2020, avec 95,7 % d’admis en France entière, le taux de réussite global est nettement supérieur à celui de 2019 (88,1 %). Le taux de réussite au baccalauréat général de 98,4 % augmente de 7,2 points par rapport à celui de 2019. Celui du baccalauréat technologique gagne 7,6 points avec 95,7 %. Dans la voie professionnelle, avec 90,7 %, le taux de réussite est en hausse de 8,4 points. En données provisoires, la part des bacheliers dans une génération atteint 86,6 % en 2020. Presque deux tiers des candidats obtiennent leur diplôme avec mention.

Voir le site

Retour sur les municipales : les jeunes à la pointe du vote vert ? - The Conversation, 08/07/2020

MUXEL, Anne - The Conversation, 8 juillet 2020

Parmi les raisons avancées pour expliquer leur retrait de la décision électorale, la perception de l’inutilité voire de l’inefficacité du vote municipal arrive en premier. Près d’un jeune sur deux (47 %) considère en effet que leur vote ne permettrait pas de changer les choses, ni au niveau individuel ni au niveau de la collectivité. Pour un petit tiers (30 %) l’expression d’un mécontentement que l’abstention peut faire entendre est aussi une raison de ne pas prendre le chemin des urnes.

Voir le site

L’Europe de l’éducation en chiffres 2020 - DEPP

DEPP - RAKOCEVIC, Robert ; FOURNIER, Yann - Juin 2020, 91 p.

Cette nouvelle édition de L’Europe de l’éducation en chiffres vise à mettre à la disposition d’un public large un ensemble raisonné d’indicateurs les plus récents possible portant sur la plupart des dimensions du système éducatif des pays de l’Union européenne. Une fiche supplémentaire, élaborée par la délégation aux relations européennes et internationales et à la coopération (MENJ-DREIC), apporte des informations sur la gestion de la crise du Covid-19 par les pays de l’Union européenne.

Voir le site

Drogues et addictions dans les Outre-mer - État des lieux et problématiques - OFDT

OFDT, juin 2020, 84 p.

Les différents territoires d’Outre-mer font l’objet d’une attention de plus en plus ciblée de la part des pouvoirs publics français. Cependant, la réalité en matière d’addictions reste complexe à y appréhender compte tenu de la diversité des zones géographiques concernées et des difficultés à atteindre certaines populations susceptibles d’être plus concernées par les usages ou à rendre compte des activités de trafics. À partir des données statistiques les plus récentes et des principales études menées dans ces territoires, cette étude offre un aperçu des situations et des problématiques spécifiques liées aux drogues auxquelles ces territoires sont confrontés.

Voir le site

Étude COVID 19 : Premiers impacts sur l’engagement des mécènes - ADMICAL

ADMICAL, juin 2020

Cette étude, réalisée entre avril et juin 2020, a pour objet de réaliser un premier bilan des actions menées au cours de ces 4 derniers mois et de se projeter dans les mois à venir, dans un contexte économico-social qui risque fortement d’être bouleversé. Malgré leurs propres difficultés, les entreprises se sont largement mobilisées auprès du monde associatif et hospitalier. 95 % des entreprises interrogées se sont engagées : 86 % ont réalisé des actions de mécénat spécifiques au COVID et 9 % ont l’intention de le faire.

Voir le site

Les jeunes, l'information et le SIDA - Ifop-Bilendi pour Sidaction

Ifop-Bilendi pour Sidaction, 24 juin 2020, 61 p.

Le sondage a été réalisé auprès des jeunes de 15 à 24 ans. Il révèle que le sentiment d’information des jeunes sur le VIH/Sida se dégrade. 74 % des sondés s’estiment « bien informés », trois points de moins par rapport à 2019. Seuls 15 % des jeunes assimilent le VIH à un virus (contre 46 % en 2017). Les 21-24 ans et les titulaires d’un diplôme du supérieur s’estiment mieux informés que la moyenne. Les résultats traduisent un déficit d’information, surtout auprès des adolescents qui semblent de moins en moins bien avertis des risques liés au VIH. 22 % des sondés déclarent n’avoir jamais reçu d’enseignement ou d’information spécifique au cours de leur scolarité.

Voir le site

Fiches régionales du baromètre DJEPVA sur la jeunesse 2019 - INJEP

INJEP - Juin 2020

Le baromètre DJEPVA sur la jeunesse est une enquête nationale réalisée auprès de 4 500 jeunes de métropole et d’outre-mer, âgés de 18 à 30 ans. Les thématiques abordées dans la quatrième édition sont les aspirations, la culture et les loisirs, l’accès aux droits sociaux et aux soins, et la mobilité et l’expérience internationale. Les indicateurs et informations clé sont désormais déclinés par régions.

Voir le site

Etude sur l’activité physique et sportive des enfants et des adolescents, avant et pendant le confinement - Assurance Prévention / Irmes

Harris interactive pour Assurance Prévention / Irmes, Institut de recherche Biomédicale et d’Épidémiologie du Sport, juin 2020

Les résultats de cette étude menée en deux temps, en mars 2020 et juin 2020, montrent que les activités sédentaires sont prépondérantes chez les 6-18 ans : regarder la télévision, naviguer sur Internet, jouer à des jeux vidéos... L’activité physique et sportive n’arrive qu’après ces différentes occupations. Comme attendu, ces activités sédentaires ont fortement progressé durant le confinement. Elles ont ainsi représenté 33,3 heures en moyenne par semaine contre 22,6 heures avant le confinement, soit une hausse de près de 50 %.

Voir le site

Rapport sur les élections au Parlement européen de 2019 - Commission européenne

Commission européenne, juin 2019, 37 p.

Le rapport souligne la hausse du taux de participation (50,6 %), notamment chez les jeunes. Au sein de la catégorie d’âge la plus jeune, 42 % ont indiqué avoir voté, contre seulement 28 % en 2014 : une forte hausse. La hausse a également été notable pour la tranche d’âge des 25-39 ans (de 35 % en 2014 à 47 % en 2019). Les électeurs plus âgés restent néanmoins plus nombreux à se rendre aux urnes que les plus jeunes (respectivement 52 % et 54 % pour les tranches d’âge des 40-54 ans et des plus de 55 ans). .

Voir le site

Panorama statistique : jeunesse, sports, cohésion. Les régions françaises 2019 - DREES / INJEP

DREES / INJEP - Juin, 2020

Ce mémento annuel est réalisé chaque année par la DREES en collaboration avec l’INJEP. Il présente des données départementales et régionales sur la démographie, la pauvreté, l’immigration et l’intégration, la précarité et l’exclusion, la cohésion sociale, le handicap et la dépendance, le logement et l’hébergement, la jeunesse, l’enfance et la protection de l’enfance, le sport, les diplômes délivrés des professions sociales, de la santé, du sport et de l’animation socio-culturelle et enfin, l’emploi dans les domaines associatif et sportif.

Voir le site

En 2018, les collèges et lycées publics gèrent 7 milliards d’euros, soit 15 % du coût de leurs élèves - DEPP

DEPP - Note d’Information n° 20.21 / LANDREAU, Aline – Juin 2020, 4 p.

Les collèges et lycées publics disposent de 6,9 milliards d’euros en 2018, soit 1 480 euros en moyenne par élève. Ce montant retrace seulement 15 % du coût moyen d’un élève dans le second degré public (9 790 euros en 2018).

Voir le site

Le confinement, révélateur des inégalités dans la qualité du logement - Association QUALITEL / IPSOS

L'association Qualitel avec l'institut IPSOS, juin 2020

Parmi les 20 % (soit près de 8 millions de foyers) qui « supportent mal leur logement pendant le confinement », on trouve une sur-proportion de jeunes (28 % des – de 35 ans), de personnes seules (26 %), en appartement (29 %) avec des revenus modestes (32 % des personnes gagnant moins de 1 250€). 54 % des jeunes, 51 % des familles avec enfants en bas âge et 49 % des résidents d’appartements avouent aussi « qu’il y a eu des moments de tension » dans leur foyer au cours du confinement, des chiffres très supérieurs à ceux des + 60 ans (29 %) ou des habitants de maison (37 %). La moyenne des Français se situe à 41 %.

Voir le site

Résultats de l’enquête flash Covid-19 auprès des missions locales - DARES

DARES - Enquête flash, juin 2020, 13 p.

Afin de recueillir rapidement des informations relatives à l’impact de la crise sanitaire sur les missions locales, leur activité et sur les publics de jeunes qu’elles accueillent, la Dares a réalisé une enquête flash auprès de ces structures. Cette note en présente les principaux résultats.

Voir le site

Les vacances et les activités collectives des 5-19 ans - OVLEJ/CREDOC

CREDOC pour l'OVLEJ - Mai 2020, 72 p.

En 2020, le CREDOC a réalisé à la demande de l'Observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes (Ovlej) une étude sur les vacances et les activités collectives des 5-19 ans. L'étude montre notamment que le taux de départ en vacances des enfants varie selon les ressources des parents et leur situation sur le marché de l'emploi. Le manque de moyens financiers est pour beaucoup de familles le principal frein au départ des enfants. Le plus souvent les enfants passent les vacances avec leurs parents (78%) et 31% ont profité d'un séjour collectif (colonie de vacances, stage musical, séjour linguistique etc.). Fréquentés par 15% des enfants partis en vacances, les colonies, camps de vacances ou de scoutisme sont les séjours collectifs les plus répandus. Les trois-quarts des Français estiment que partir en séjour collectif est une chance pour les enfants, notamment autour du début de l’adolescence...

Voir le site

Covid-19 et insertion professionnelle des jeunes diplômé.e.s - APEC

Association pour l'emploi des cadres (APEC), 27 mai 2020

Consciente de la conjoncture actuelle et des perspectives incertaines induites par la crise sanitaire, l’Apec met en regard les résultats de son baromètre 2020 et le volume d’offres d’emploi actuellement proposées aux jeunes diplômé·e·s.

Voir le site

Les perspectives d’avenir des lycéens et des étudiants à l’heure du Coronavirus - IFOP

IFOP pour CANÉVET et associés, 27 mai 2020

60 % des interviewés estiment que les conditions actuelles d’études vont avoir une incidence plutôt négative sur la suite de leurs études et 42% sur leur carrière professionnelle. Un point positif néanmoins : 77% des étudiants et lycéens de terminale estiment que la place de la recherche et des chercheurs profitera durablement de la crise.

Voir le site

La solidarité à l’épreuve du coronavirus - Ipsos pour Apprentis d'Auteuil

IPSOS pour Apprentis d’Auteuil, juin 2020

Comment la générosité des Français se manifeste-t-elle en ces temps troublés de crise sanitaire ? Quel impact aura-t-elle à plus long terme ? Les résultats de cette enquête montrent que la solidarité a pris de nombreuses formes, selon les possibilités et les envies. Cependant, les dons aux associations ou à des cagnottes en ligne ont concerné un nombre plus restreint de Français (10 %), tout comme le bénévolat pour des associations (9 %), malgré l’investissement de nouveaux bénévoles et notamment de jeunes, palliant à l’absence des bénévoles traditionnellement âgés. Cet investissement pourrait être l'amorce d'’un engagement durable d’une nouvelle génération.

Voir le site

Journée défense et citoyenneté 2019 : plus d’un jeune Français sur dix en difficulté de lecture - DEPP

DEPP - Note d’Information n° 20.20 / CHABANON, Léa – Juin 2020, 4 p.

En 2019, 11,8 % des jeunes participants à la Journée défense et citoyenneté (JDC) rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture. La moitié d’entre eux peut être considérée en situation d’illettrisme. Par ailleurs, plus d’un jeune sur dix a une maîtrise fragile de la lecture. Enfin, près de huit sur dix sont des lecteurs efficaces. Les performances en lecture progressent avec le niveau d’études. Elles sont globalement plus élevées chez les filles que chez les garçons. Les jeunes des DROM sont particulièrement concernés par les difficultés de lecture. En France métropolitaine, c’est au nord que les difficultés de lecture sont les plus fréquentes.

Voir le site

Baromètre L’Etudiant : plus de 8 jeunes diplômés sur 10 inquiets pour leur entrée dans la vie active en 2020 - L'Etudiant

L'Etudiant, 4 juin 2020

Les conséquences économiques de la crise sanitaire bouleversent leurs projets professionnels mais peu envisagent de les modifier fortement. Pour faciliter leur insertion et trouver un emploi correspondant à leur niveau de compétences, les jeunes diplômés 2020 sont prêts à accepter un contrat de travail plus précaire et à baisser leurs exigences salariales.

Voir le site

Politique de la ville : une insertion dans leur unité urbaine plus difficile pour les quartiers HLM de banlieues éloignées - (INSEE)

INSEE ANALYSES Auvergne-Rhône-Alpes, n° 99 - 28 mai 2020 - LABOSSE, Aline ; VANELLE, Valérie

Auvergne-Rhône-Alpes compte 118 quartiers prioritaires HLM de la politique de la ville localisés dans une unité urbaine, petite ou grande. Ces quartiers se distinguent plus ou moins de l’agglomération qui les englobe. Vis-à-vis du marché du travail, les quartiers HLM de petites unités urbaines accusent ainsi un décalage plus important. Les habitants de ceux des grandes agglomérations ont du mal à accéder au niveau élevé de formation et de qualification des emplois qui caractérise les grandes unités urbaines. Les jeunes, très présents dans les quartiers, font face aux mêmes difficultés, quel que soit le lieu d’implantation. Dans les grandes agglomérations, l’éloignement apparaît comme un facteur aggravant. Les habitants des quartiers HLM de banlieues éloignées se différencient ainsi davantage de leur unité urbaine que ceux des quartiers HLM périphériques.

Voir le site

L’insertion professionnelle des jeunes en Île-de-France - (INSEE)

INSEE ANALYSES ILE-DE-FRANCE, n°116, mai 2020 - BAYARDIN, Vinciane ; MOSNY, Emmanuel ; TISSOT, Ivan - 4 p.

En Île-de-France, les jeunes de 15 à 29 ans sortis récemment de formation initiale sont en moyenne plus diplômés qu’en province, et bénéficient d’un marché du travail favorable, notamment en 2018. Ils sont donc plus nombreux à trouver du travail et obtiennent de meilleures conditions d’emploi. Néanmoins, si les jeunes franciliens ayant fait de longues études s’insèrent nettement mieux que leurs homologues provinciaux, les détenteurs du seul baccalauréat sont bien moins avantagés et occupent moins souvent des postes qualifiés que les titulaires d’un BEP ou d’un CAP. En Île-de-France comme en province, l’absence de diplôme pénalise les jeunes : un quart seulement de ces jeunes trouvent un emploi à leur sortie de formation.

Voir le site

Conséquences de la crise du coronavirus : l’insertion professionnelle des jeunes diplômés - (Le Baromètre des décideurs)

Viavoice - HEC Paris - Le Figaro - BFM Business - "Le baromètre des décideurs", mai 2020, 23 p.

"Un constat est clair, selon les décideurs et les Français, trouver un emploi sera très difficile pour les jeunes diplômés qui auront à faire face à un contexte économique désastreux. (...) Face à cette question cruciale, les attentes envers le gouvernement sont nombreuses pour faciliter l’insertion des jeunes diplômés, trois types de mesures sont envisagées par les décideurs et les Français : des mesures d’accompagnement et de soutien aux jeunes diplômés ; des mesures fiscales pour les entreprises ; des mesures réglementaires spécifiques, [par exemple, pour] relancer « les contrats aidés pour les jeunes en difficultés dans le secteur public » ou de permettre « la création d’un contrat d’embauche spécifique dans les entreprises »."

Voir le site

Confinement et décrochage scolaire - (Enquête Synlab)

L'association SynLab, mai 2020

L’enquête SynLab sur les élèves à risque de décrochage a été menée du 25 avril au 28 avril auprès de 1 001 enseignants d’établissements primaires et secondaires avec pour objectif de comprendre leur perception sur les risques de décrochage et de désengagement dans leurs classes. Selon les enseignants interrogés, 20% des élèves sont désengagés de leur scolarité depuis le début du confinement ; 30% en éducation prioritaire.

Voir le site

Rapport 2020 sur les LGBTIphobies - (SOS Homophobie)

SOS Homophobie, mai 2020, 183 p.

SOS homophobie a recueilli 2 396 témoignages, soit une augmentation de 26 % par rapport aux données de 2018. Basé sur un panel de témoins dont l'âge est connu, les mineur·e·s et les jeunes adultes (moins de 25 ans) forment le second groupe le plus représenté, avec 30 % des appelants, la première tranche étant celle des 25-50 ans représentant près des deux tiers des cas concernés.

Voir le site

Comportement de santé et bien-être des élèves de 11, 13 et 15 ans - (EHESP)

EHESP, Résultats de l’enquête internationale Health behaviour in school-aged children (HBSC) et EnCLASS France 2018, mai 2020, 12 p. (synthèse)

L’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) mise en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) interroge régulièrement un large échantillon de jeunes élèves de 11, 13 et 15 ans, sur leurs comportements de santé. Santé mentale, vécu scolaire, bien-être social, comportements alimentaires, usages de substances psychoactives ou utilisation des technologies numériques … En 2018, plus de 227 000 élèves scolarisés dans 45 pays en Europe et au Canada ont répondu à un questionnaire sur ces sujets. L'OMS publie ce jour l'ensemble des résultats.

Voir le site

Les jeunes employés et les types d'emplois occupés - (INSEE)

INSEE FOCUS n° 190, mai 2020 - FORMENT, Virginie ; VIDALENC, Joëlle - 2 p.

Une publication récente de l'INSEE montre qu'il y a davantage de jeunes employés que dans l'ensemble de l'emploi. En 2019, 12 % des employés sont âgés de 15 à 24 ans, soit 3 points de plus que pour l'ensemble en emploi (8, %). Les jeunes sont plus présents encore parmi les employés de commerce (23 %), notamment les vendeurs en habillement et articles de sport (38 %) et les caissiers (26 %).

Voir le site

Tendances mondiales de l’emploi des jeunes 2020 : La technologie et l’avenir des emplois (résumé) - (ILO)

International Labour Organization, mars 2020, 8 p.

Le taux d’activité des jeunes (les 15-24 ans) ne cesse de reculer. Entre 1999 et 2019, bien que la population jeune mondiale ait augmenté de 1 à 1,3 milliard, le nombre total de jeunes présents sur le marché du travail – qu’ils aient ou non un emploi – a diminué, passant de 568 à 497 millions. Si cette tendance illustre le nombre croissant de jeunes présents dans l’enseignement secondaire et supérieur – ce qui se traduit par une main-d’œuvre plus qualifiée dans de nombreux pays –, elle souligne également le nombre important de jeunes NEET, dont une grande majorité sont des jeunes femmes.

Voir le site

Parcoursup 2020 : Les voeux d'orientation des lycéens pour la rentrée, près de 7 candidats sur 10 font un vœu de mobilité hors académie. - (MESRI-SIES)

MESRI-SIES / Systèmes d’information et études statistiques - BOULET, Pierre - Notes Flash n°6 - avril 2020, 2 p.

En 2020, 658 000 lycéens scolarisés en France se sont inscrits sur Parcoursup et 98,3 % ont confirmé au moins un vœu. Près de 7 candidats sur 10 font un vœu de mobilité hors académie. La part des candidats ayant fait au moins un vœu hors de leur académie de résidence a encore augmenté de 3 points par rapport à l’année dernière (69 % contre 66 %). Cette augmentation est équivalente pour les trois séries du bac. Cela concerne 76 % des lycéens de la filière générale, 66 % de la série technologique et 51 % de la série professionnelle. Cette année encore, les non-boursiers sont plus concernés par la mobilité (72 %) que les boursiers (61 %).

Voir le site

Les associations du Grand Est : 153 000 salariés, un rôle principal dans l’action sociale - (INSEE)

Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) - GASS, Clément . VUILLIER-DEVILLERS, Flora - INSEE Analyses Grand Est n° 110, 4 p.

"Les associations du Grand Est représentent 8,3 % des emplois équivalents temps plein dans la région. Ici plus qu’ailleurs, elles dominent le secteur de l’action sociale, en s’appuyant notamment sur les dispositions du droit local alsacien-mosellan. Elles salarient davantage de femmes, de seniors, d’employés et de professions intermédiaires que le reste de l’économie, mais dans les métiers du sport et de l’animation, les jeunes sont nombreux. Les salaires sont relativement modestes dans les associations, et les conditions d’emploi précaires. L’emploi progresse dans ces structures, mais assez peu au regard de la croissance des activités d’action sociale dans l’ensemble de l’économie."

Voir le site

Les usages de drogues à l’adolescence en Nouvelle-Calédonie - (OFDT)

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) - SPILKA Stanislas ; BRISSOT, Alex - Note 2020-01, mars 2020, 8 p.

Qu’il s’agisse des consommations de tabac, d’alcool et de cannabis, les jeunes âgés de 17 ans en Nouvelle-Calédonie présentent globalement des niveaux d’usage supérieurs à ceux mesurés en France métropolitaine. Alors que les autres territoires ultra-marins présentent des niveaux de consommation généralement très en deçà de la moyenne métropolitaine, la Nouvelle-Calédonie affiche un profil qui se démarque.

Voir le site

Les jeunes décrocheurs dans l'UE - (Eurostat)

Eurostat, avril 2020

La part des jeunes (âgés de 18 à 24 ans) ayant quitté prématurément l’éducation et la formation a régulièrement diminué dans l’UE, passant de 16,9 % en 2002 à 10,2 % en 2019. Les jeunes femmes (8,4 %) sont moins affectées par ce phénomène que les jeunes hommes (11,9%). L’objectif Europe 2020 est de réduire les taux de décrochage scolaire dans l’UE à moins de 10 % d’ici 2020.

Voir le site

Les Français pendant le confinement : logement, situation familiale, occupations et solidarité - (Odoxa)

Sondage Odoxa-CGC pour France info, avril 2020

Selon les résultats du sondage Odoxa-CGC, pendant le confinement, 14 % des moins de 25 ans vivent dans moins de 30m², soit 10 points de plus que la moyenne. 14 % des Français ne disposent pas d'un espace extérieur ; c'est le cas de 30 % des 18/24 ans. Si 94 % des Français est restée confinée dans son lieu habituel de résidence, 21 % des moins de 25 ans ont quitté leur lieu de résidence habituelle pour retrouver un plus grand espace de vie et se rapprocher de leur famille.

Voir le site

Baromètre « #MoiJeune, confiné et demain ? » (HEYME - 20 Minutes – OpinionWay)

Baromètre HEYME - 20 Minutes - OpinionWay, avril 2020, 21 p.

OpinionWay et 20 Minutes activent le dispositif d’études #MoiJeune pour suivre chaque semaine du mois d'avril l’opinion des jeunes de 18-30 ans en France, pendant la période de crise sanitaire liée au Covid-19.

Voir le site

Chômage des jeunes dans l'UE et dans la zone euro - (Eurostat)

Eurostat, communiqué de presse, 1er avril 2020

En février 2020 - un mois avant que les mesures de confinement liées au Covid-19 commencent à être largement mises en place par les Etats membres - 2,734 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l’UE, dont 2,258 millions dans la zone euro. Par rapport à février 2019, le nombre de jeunes chômeurs a diminué de 85 000 dans l’UE et de 56 000 dans la zone euro. En février 2020, le taux de chômage des jeunes s’est établi à 14,9 % dans l’UE et à 15,5 % dans la zone euro, contre respectivement 15,5 % et 16,1 % en février 2019.

Voir le site

Résultats de l’enquête flash UNML sur les situations de mal-logement et d’urgence sociale des jeunes durant la période de confinement - (UNML)

Union nationale des missions locales, 31 mars 2020, 6 p.

117 Missions Locales, représentant la majorité des régions, ont répondu à un questionnaire administré entre le 24 mars et le 26 mars 2020. Cette enquête flash vise à établir un premier état des lieux, en ce début de période de confinement, des situations de mal logement et d'urgence sociale ainsi que des solutions mises à disposition par les partenaires et/ou pouvoirs publics concernant les jeunes suivis par les Missions Locales.

Voir le site

Chiffres clés de la mobilité étudiante dans le monde - (Campus France)

Campus France, février 2020, 62 p.

La mobilité étudiante dans le monde en 2017 représente 5,3 millions d’étudiants qui suivent une formation diplômante après avoir traversé une frontière (+ 71 % en dix ans). Étudier hors de son pays d’origine, par choix ou par nécessité, est de plus en plus courant, même si cela ne concerne qu’une minorité d’étudiants (2,4 % en 2017). Toujours en 2017, la France a accueilli 258 380 étudiants "entrants" et a vu 89 379 étudiants Français partir étudier à l'étranger.

Voir le site

#Covid-19 : quels impacts sur votre association ? - (Le Mouvement associatif)

Le Mouvement associatif, avec l’appui de Recherches & Solidarités, en lien avec la direction en charge de la vie associative au ministère de l’Education nationale (DJEPVA), 2 avril 2020

Les premiers résultats d'une enquête sur les impacts de l'épidémie de Covid-19 sur l'activité des associations ont été publiés le 2 avril 2020. A peine 22 % des associations parviennent à maintenir une petite activité, juste supérieure à 20 % de leur action habituelle. Autour de cette moyenne de 22 %, le sport se situe au-dessous de 10 %, le secteur humanitaire et le secteur social, en raison de leur mode d'action et des impératifs du moment, le développement local, dans une approche de proximité, et l'environnement se situent au-dessus de 40 %. Au sein des associations qui emploient des salariés, cette proportion est de l'ordre de 30 %, et elle varie de 25 % à 45 %, en corrélation avec la taille, mesurée selon les effectifs.

Voir le site

Des candidat.es sans illusion : les nouveaux.elles diplômé.es de l’ESS face au marché du travail - (Ceet)

Centre d’études, de l’emploi et du travail - Emilie Lanciano, Léa Lima, Diane Rodet, Connaissance de l’emploi n°157, mars 2020,4 p.

L’ « Économie sociale et solidaire » (ESS) est un secteur attractif pour les étudiantes et étudiants. Cependant, selon nombre d’employeurs de ce secteur, ces dernier.es s’illusionneraient quant aux conditions d’emploi qui les attendent. L’enquête menée auprès de sortant.es de formations de l’enseignement supérieur spécialisées dans l’ESS montre pourtant qu’il n’en est rien.

Voir le site

Les écarts de niveau de compétences entre les sexes en compréhension de l’écrit et en mathématiques évoluent-ils entre l’enfance et l’âge adulte ? - (OCDE)

OCDE, Les compétences des adultes à la loupe, n° 13, mars 2020, 6 p.

Ce document examine les différences entre les sexes dans les compétences en lecture (littératie) et en mathématiques (numératie), et en particulier comment ces différences évoluent à mesure que la population vieillit. L'analyse utilise des données sur trois évaluations différentes, administrées aux enfants de quatrième année d’études (environ 10 ans), aux adolescents de 15 ans et aux jeunes adultes de 26 à 27 ans. Les données montrent que les filles ont un petit avantage en compréhension de l’écrit à l'âge de 10 ans, qui va en s’accentuant à l'âge de 15 ans. Cependant, à 26 ans, cet avantage disparaît et les jeunes hommes et femmes obtiennent en moyenne les mêmes scores en littératie. La situation est très différente dans le cas des compétences en numératie.

Voir le site

Les élèves sortent de l’enseignement secondaire de plus en plus diplômés mais au terme de parcours scolaires encore socialement différenciés - (DEPP)

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, DEPP - BARHOUMI, Meriam ; CAILLE, Jean-Paul Caille - Note d'information 20.07, mars 2020, 4 p.

Au cours des douze dernières années, les parcours des élèves dans l’enseignement secondaire se sont profondément transformés. Les sorties sans diplômes ont décru de moitié et plus des trois quarts des élèves deviennent aujourd’hui bacheliers.

Voir le site

Les jeunes et les élections municipales de 2020 - (Ifop pour l'ANACEJ et le Forum français de la jeunesse)

Sondage IFOP pour l’ANACEJ en partenariat avec le Forum Français de la Jeunesse, 3 mars 2020 - L'ensemble des résultats disponibles sur le site du Forum français de la jeunesse

Réalisée pour l’Anacej un mois avant le 1er tour des municipales de 2020, le sondage IFOP auprès d’un échantillon représentatif de 18-25 ans montre un recul des jeunes face aux élections. Alors que seulement 76 % des jeunes sondé.e.s déclarent être inscrit.e.s sur les listes électorales (le plus faible taux observé depuis 2011) et que 88 % d’entre eux.elles savent que les élections municipales approchent, seulement un tiers des sondés (33 %) prévoit d’aller voter les 15 et 22 mars 2020.

Voir le site

Un tiers des joueurs en ligne ont moins de 25 ans - (ARJL)

Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL) - "L’analyse du marché des jeux en ligne en France pour le quatrième trimestre 2019", 17 février 2020, 29 p.

Sont considérés dans cette analyse de l'ARJEL uniquement les Comptes Joueurs Actifs (CJA), c'est-à-dire ceux dont les joueurs ont engagé au moins une action de jeu sur la période. L'ARJEL propose la répartition des CJA par tranche d’âge et constate que "la population de joueurs du marché des jeux en ligne est essentiellement jeune. Elle est constituée de 64 % de joueurs âgés de moins de 35 ans et de 31 % de joueurs âgés de moins de 25 ans. La proportion des moins de 25 ans croît d’un point au regard [des données de 2018]. Cette observation s’inscrit dans la tendance au rajeunissement de la population de joueurs en ligne liée à la recrudescence de jeunes sur le segment des paris sportifs."

Voir le site

Au titre de la politique familiale, les dépenses sociales et fiscales liées aux enfants atteignent 4,7 % du PIB en 2017 - Compte de l’enfance - (DREES)

Ministère des solidarités et de la santé - PILORGE, Céline ; GLOTAIN, Morgane ; OMALEK, Laure - Les Dossiers de la DREES, n°50 - DREES, février 2020, 5 p.

"Le compte de l’enfance mesure les dépenses sociales et fiscales liées aux enfants : selon le périmètre retenu, elles sont évaluées entre 63 et 107 milliards d’euros en 2017, soit entre 2,7 % et 4,7 % du PIB. Elles représentent entre 3 700 euros et 5 000 euros par an par enfant de moins de 21 ans. Ces dépenses en faveur des enfants permettent de répondre aux objectifs poursuivis par la politique familiale, dont les principaux sont de contribuer à la compensation financière des charges de famille, d’aider les familles vulnérables et de favoriser la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle, tout en garantissant la soutenabilité financière du système."

Voir le site

Les emplois occupés par les 15-24 ans : les professions intermédiaires - (INSEE)

INSEE - "Des professions intermédiaires de plus en plus nombreuses et féminisées" - FORMENT, Virginie ; VIDALENC, Joëlle - Insee première n° 385, 19 février 2020

Dans ce numéro consacré aux professions intermédiaires, la structure par âge des professions intermédiaires en 2018 montre que les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentent 8,4 % des emplois occupés, 7,7 % dans les professions intermédiaires et 2,1 % dans les professions intermédiaires administratives de la fonction publique.

Voir le site

En quoi le niveau de formation des jeunes et leur situation sur le marché du travail diffèrent-ils d’une entité infranationale à l’autre ? - (OCDE)

OCDE, Indicateurs de l'éducation à la loupe, n°71, août 2020, mis en ligne en février 2020, 6 p.

"Bien que le niveau de formation ait augmenté dans les pays membres et partenaires de l’OCDE au cours des dernières décennies, certaines entités infranationales enregistrent toujours des pourcentages importants de jeunes adultes non diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire. Le pourcentage de jeunes de 18 à 24 ans qui sont sans emploi et ne sont ni scolarisés, ni en formation (NEET) varie considérablement d’une entité infranationale à l’autre, et est généralement plus élevé dans les entités à plus faible revenu. Parmi les pays de l’OCDE dont les données infranationales sont disponibles, seules dix entités affichent des taux d’emploi supérieurs à 80 % pour les jeunes adultes qui ne son pas diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire. À titre de comparaison, 237 entités infranationales enregistrent des taux d’emploi supérieurs à 80 % parmi les diplômés de l’enseignement tertiaire."

Voir le site

L'obtention du diplôme demeure déterminante dans l'insertion des apprentis - (DEPP)

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, DEPP - MARCHAL, Nathalie - Note d'information, n°20.03 - Février 2020, 4 p.

"En février 2019, sept mois après leur sortie d’un centre de formation d’apprentis, 73 % des jeunes ayant suivi des études de niveau CAP à BTS ont un emploi. Ce taux d’insertion est en hausse de 1 point par rapport à l’année précédente, soit un rythme plus faible que les quatre dernières années. Parmi les jeunes en emploi, un peu moins de la moitié travaille dans l’entreprise formatrice."

Voir le site

La mobilité étudiante - (Campus France)

Campus France - Les Chiffres clés - Février 2020, 62 p.

La mobilité étudiante dans le monde continue de progresser avec, en 2017, 5,3 millions d’étudiants qui suivent une formation diplômante après avoir traversé une frontière. Étudier hors de son pays d’origine, par choix ou par nécessité, est de plus en plus courant, même si cela ne concerne qu’une minorité d’étudiants (2,4 % en 2017)." La France a accueilli 258 380 étudiants en 2017, soit une progression de 5 % entre 2016 et 2017, et se positionne au 5e rang des principaux pays d'accueil.

Voir le site

État des lieux de la laïcité en France - (Observatoire de la laïcité)

Viavoice pour l’Observatoire de la laïcité, janvier 2020, 30 p.

La 2e édition du baromètre annuel de l’Observatoire de la laïcité tend à montrer un clivage générationnel malgré une large adhésion de la population française - 74 % - au principe de la laïcité. Elle révèle un décrochage de la part des 18-24 ans qui se déclaraient attachés à ce principe à 70 % en 2019, contre 61 % en 2020, soit un recul de 9 points.

Voir le site

La solitude des collégiens - (Association Astrée)

L'association Astrée, avec soutien de Vers-le-Haut et Bleu-Blanc-Zèbre - Janvier 2020, 33 p.

A l’occasion de la Journée Mondiale des solitudes le 23 janvier 2020, l’association Astrée a dévoilé les résultats de l’enquête qu’elle a menée avec le soutien de Vers-Le-Haut et le mouvement citoyen Bleu-Blanc-Zèbre auprès de jeunes collégiens, âgés de 12 à 16 ans, sur leur rapport à la solitude. Les grands enseignements de cette enquête : 14 % des collégiens se sentent souvent ou toujours seuls, 43 % des collégiens connaissent la solitude (au moins parfois), 83 % des collégiens assimilent la solitude à un sentiment d’exclusion.

Voir le site

Erasmus+ Programme - Rapport annuel 2018 - (Commission européenne)

Commission européenne - Janvier 2020 (en anglais)

Le rapport donne un aperçu de toutes les activités mises en œuvre à ce jour dans le cadre des appels à propositions Erasmus+ 2018. Le programme Erasmus+ actuel court de 2014 à 2020. En 2018, le programme européen a favorisé la mobilité de plus de 470 000 étudiants et a apporté une aide à 155 000 jeunes et animateurs socio-éducatifs. Le programme a également financé 199 projets sportifs, dont 118 ont été menés par des organisations sportives locales. Erasmus+ a soutenu la Semaine européenne du sport, avec plus de 50 000 manifestations dans toute l'Europe.

Voir le site

Laïcité et religion au sein de l’école et dans la société - (CNESCO)

Centre national d’étude des systèmes scolaires (CNESCO) / CNAM - Janvier 2020

"L’enquête menée sur l’ensemble du pays auprès de plus de 16 000 élèves de 3e et de terminale, de 500 enseignants et de 350 chefs d’établissement montre qu’au sein de l’école, les élèves, et encore plus les personnels d’éducation (enseignants et chefs d’établissement), adhèrent très largement aux principes de laïcité."

Voir le site

Demandeurs d'emploi en catégories A, B, C - (DARES)

Ministère du travail, 27 janvier 2020 - (Dares indicateurs 2020-002)

"En France métropolitaine, au quatrième trimestre 2019, le nombre moyen de demandeurs d'emploi en catégories A, B, C diminue de 1,7 % pour les hommes (–3,2 % sur un an) et de 1,5 % pour les femmes (–2,7 % sur un an). Ce nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B, C diminue de 3,3 % pour les moins de 25 ans (–4,4 % sur un an), de 1,7 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–3,7 % sur un an) et de 0,4 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,3 % sur un an)."

Voir le site

La consommation hebdomadaire d’alcool chez les 18-30 ans - (Santé publique France)

Santé publique France - Extrait de "Consommation d’alcool en France : où en sont les Français ?" - Janvier 2020

"La consommation hebdomadaire d’alcool chez les 18-30 ans s’élève à 32,5 % pour la France métropolitaine et varie entre 23,2 % et 43,5 % suivant la région. Elle est significativement moindre dans les Hauts de France (23,2%) et plus élevée dans 4 régions : Bretagne (43,5 %), Pays de Loire (40,7 %), Martinique (47,7 %) et Guyane (43,4%). "

Voir le site

Les étudiants inscrits dans les universités françaises en 2018-2019 - (MENSRI)

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation - GUIBERTEAU, Véronique ; MARLAT, Diane - Note d'information n°3 - Janvier 2020, 9 p.

"En 2018-2019, 1 614 900 étudiants sont inscrits dans les universités de France métropolitaine et des DOM, effectif en hausse de 1,9 % par rapport à la rentrée précédente. La croissance est plus dynamique en cursus licence (+2,7 %), le nombre d'étudiants est également en hausse en cursus master (+1 %) mais diminue à nouveau en doctorat (-1,8 %). La progression des effectifs en cursus licence est essentiellement due à l'arrivée à l'université des bacheliers du boom démographique de l'an 2000, dont le nombre d'inscrits progresse de 7,1 % à la rentrée 2018. En cursus master, après la mise en place de la réforme d'entrée l'an dernier, les effectifs de première année continuent à diminuer légèrement (- 1,1 %) les effectifs en deuxième année se stabilisent (+ 0,8 %) et les étudiants sont toujours de plus en plus nombreux à suivre une formation d'ingénieurs universitaires (+ 4,8 %). Les universités françaises accueillent plus de 202 000 étudiants étrangers en mobilité internationale, qui représentent 12,5 % des étudiants de ces établissements."

Voir le site

L'accès à l'information en fonction de l'âge - (Kantar pour La Croix)

Kantar pour La Croix, Baromètre 2020 de la confiance des Français dans les médias, janvier 2020

Dans le 33e "Baromètre de confiance dans les médias" réalisé par Kantar pour « La Croix », les résultats montrent un glissement générationnel dans les sources d'information : le numérique et les réseaux sociaux s’imposent largement chez les plus jeunes. 75 % des jeunes âgés de 18 à 24 ans se réfèrent au numérique (contre 8 % chez les plus de 65 ans) alors que le média favori pour s’informer des plus de 65 ans est la télévision, 18 % chez les jeunes de 18-24 ans.

Voir le site

20 000 jeunes supplémentaires partiront à la découverte de l'Europe en 2020 - (Commission européenne)

Commission européenne - Communiqué de presse du 15 janvier 2019

"Environ 20 000 jeunes âgés de 18 ans recevront un titre de transport à l'issue du tout dernier cycle – le quatrième – de l'initiative DiscoverEU, qui a attiré quelque 75 000 candidatures provenant de toute l'Europe. (...) La Commission a lancé DiscoverEU en juin 2018, sur proposition du Parlement européen. Les trois premiers cycles de candidature ont donné à quelque 50 000 jeunes la possibilité de voyager en Europe. Pour 2020, le Parlement européen a réservé 25 millions d'euros au financement de DiscoverEU. (...) En mai 2018, la Commission a proposé d'intégrer DiscoverEU dans le futur programme Erasmus pour la période 2021-2027. Si le Parlement européen et le Conseil approuvent cette proposition, des centaines de milliers de jeunes âgés de 18 ans pourront bénéficier de cette initiative au cours de ces sept années."

Voir le site

En 2020, le Service Civique fête ses 10 ans ! - (ASC)

Agence du service civique, Béatrice Angrand - Janvier 2020 - Vidéo, 1:53 mn

Béatrice Angrand, présidente de l'Agence du Service Civique, dévoile le programme d'une année particulière pour le Service Civique qui fête ses 10 ans d'existence.

Voir le site

En 2018, 4 millions d’enfants mineurs vivent avec un seul de leurs parents au domicile - (INSEE)

INSEE - ALGAVA, Élisabeth ; BLOCH, Kilian ; VALLES, Vincent - Insee Première, n° 1788, janvier 2019, 4 p.

En France, en 2018, 68 % des enfants mineurs vivent dans une famille « traditionnelle », 21 % vivent dans une famille monoparentale, et 11 % vivent dans une famille recomposée : 7 % avec un parent et un beau-parent et 4 % avec leurs deux parents. Au total, 28 % des enfants résident donc avec un seul de leurs parents.

Voir le site

Rapport d’évaluation sur l’expérimentation des emplois francs - (DARES)

Ministère du travail, décembre 2019, 84 p.

Les bénéficiaires du dispositif sont en majorité des hommes (53 %) d’âge moyen. Là où la version précédente des emplois francs limitait notamment le dispositif aux moins de 30 ans, l’élargissement des critères a fait entrer 62 % de personnes âgées de 26 à 49 ans et 12 % de 50 ans et plus. Plus du quart des bénéficiaires (26 %) sont des jeunes âgés de moins de 26 ans. Au total, à fin novembre 2019, le ministère du travail annonce que plus de 16.000 emplois francs ont été signés depuis avril 2018.

Voir le site

Réseaux sociaux et recrutement de cadres - (APEC)

APEC - Décembre 2019, 20 p. (Recrutement : prévisions & processus)

"Cette étude montre que le recours aux réseaux sociaux fait évoluer les processus de recrutement de cadres plus qu’elle ne les révolutionne. (...) Conscientes que la très grande majorité des cadres sont aujourd’hui inscrits sur les réseaux sociaux professionnels, les entreprises les jugent adaptés quels que soient les profils recherchés, mais plus particulièrement pour les jeunes et les profils pénuriques."

Voir le site

Justice des mineurs : données 2018 - (Ministère de la justice)

Ministère de la justice, extraits de "Références statistiques de la justice - année 2018", décembre 2019

Deux aspects de la justice des mineurs sont renseignés : la délinquance et les mineurs en danger. En 2018, la délinquance des mineurs traitée par les parquets a concerné 233 700 mineurs, soit 3,5 % de la population âgée de 10 à 17 ans au 1er janvier 2019. Parmi ces mineurs délinquants, 50 % ont 16 ou 17 ans, 41 % entre 13 et 15 ans, 8 % entre 10 et 12 ans et 1 % a moins de 10 ans. Par ailleurs, les garçons représentent 85 % des mineurs traités par les parquets. (...) En 2018, les juges des enfants ont été saisis de 110 000 nouveaux mineurs en danger, en hausse de 5,6 %. Les mineurs en danger dont le juge a été saisi en 2018 sont majoritairement des garçons (61 %).

Voir le site

Une conjoncture plus favorable pour les diplômés de master sur le marché du travail - (SIES)

Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation - MENARD, Boris - Note Flash n°28 - Décembre 2019

"En 2016, 109 500 étudiants ont été diplômés de master LMD à l’université, 35 % ont poursuivi ou repris des études dans les 30 mois suivants. Parmi ceux entrés dans la vie active, 92 % occupent un emploi au 1er décembre 2018. C’est le taux d’insertion le plus élevé jamais observé en master depuis la mise en place des enquêtes nationales. Cette embellie se traduit également sur la qualité des emplois occupés et sur le niveau de satisfaction exprimée par les diplômés à l’égard de leur emploi."

Voir le site

L’exposition au marketing en faveur de l’alcool chez les jeunes, à 17 ans - (OFDT)

OFDT, Tendances, n° 135, décembre 2019, Carine Mutatayi, Stanislas Spilka, 4 p.

"L’alcool est en France la substance psychoactive la plus diffusée à la fin de l’adolescence (...). Au vu de leurs déclarations, les adolescents français âgés de 17 ans s’avèrent exposés au marketing en faveur de l’alcool dans la plupart des espaces qu’ils fréquentent (magasins d’alimentation, espace public, salles de spectacles et d’exhibitions sportives) mais aussi au travers des outils d’information et de communication tels qu’Internet, les jeux vidéo, les films et vidéos, etc."

Voir le site

Animation et sport en Bourgogne-Franche-Comté : des conditions d’emploi qui incitent à la multi-activité - (INSEE)

Insee Analyses Bourgogne-Franche-Comté, n°64, novembre 2019, Hugo Andrieu, Benoît Leseur

"La Bourgogne-Franche-Comté compte 20 700 salariés dans le sport et l’animation en 2015. Des métiers aux conditions d’emploi plus difficiles, avec un quart seulement de CDI et des rémunérations plus faibles. Près des deux tiers des postes du secteur sont en effet exercés au sein des structures associatives, dont les budgets dépendent grandement des subventions publiques. Celles-ci se tournent vers des personnels souvent jeunes, plus à même d'accepter ces conditions d'emploi, notamment des contrats courts."

Voir le site

Les jeunes en Hauts-de-France : Les jeunes face à de multiples défis - (INSEE)

Insee Flash Hauts-de-France, n°79, décembre 2019, 2 p . Yohan Baillieul, Nadia Belhakem

"En 2015, avec près d’un habitant sur cinq âgé de 15 à 29 ans, la région des Hauts-de-France est la plus jeune de France de province. Malgré une diminution du nombre de jeunes d’ici 2050, elle le resterait à cet horizon. Dans la région, le faible niveau de diplôme des jeunes rend plus difficile leur insertion sur le marché de l’emploi qu’ailleurs. Ceci les expose à d’importantes fragilités sociales."

Voir le site

Les Français et les associations - (BVA)

Sondage BVA pour la Presse régionale, novembre 2019, 23 p.

Réalisé dans la proximité de deux campagnes d'appels au don, celles des "Restos du cœur" et du "Téléthon", ce sondage montre à la fois une bonne opinion des Français pour les associations avec 89 % des sondés partageant un avis favorable pour ce secteur et une majorité de Français, 75 %, déclarant faire des dons à des associations caritatives.

Voir le site

Neuf jeunes de 18 à 24 ans sur dix sont en bonne santé, malgré des disparités liées à leur situation vis-à-vis de l’emploi - (DREES)

DREES,"Études et Résultats", n°1134, novembre 2019, Jacques Pisarik, 6 p.

"L’état de santé des jeunes adultes est très satisfaisant en moyenne : près de neuf jeunes de 18 à 24 ans sur dix se perçoivent en bonne ou très bonne santé et ils déclarent peu de maladies chroniques (14 %) ou de restrictions d’activités (8 %). Pour la première fois, l’enquête nationale sur les ressources des jeunes, permet d’aller au-delà de ce constat général et d’éclairer la situation de groupes particuliers en matière de santé perçue, de couverture et de recours aux soins en les comparant à l’ensemble des jeunes adultes."

Voir le site

Les contrats aidés en 2018 - (Ministère du travail - DARES)

DARES Résultat, n°2019-054 / MOURLO, Lisa, novembre 2019, 13 p.

"En 2018, 133 900 contrats aidés ont débuté, dont 130 100 dans le secteur non marchand et 3 800 dans le secteur marchand. Ces contrats sont principalement des « parcours emploi compétences » (PEC) qui remplacent les contrats aidés préexistants ; en outre, 43 % de ces recrutements correspondent à des renouvellements de contrat. (...) L’ensemble des recrutements est en baisse de 54 % par rapport à 2017 : - 89 % dans le secteur marchand et -50 % dans le secteur non marchand. Au total, fin 2018, le nombre de bénéficiaires de contrat aidé a diminué de 46 %, et atteint 139 400 personnes. En 2018, tous types de contrat aidé confondus, 88 % des recrutements ont concerné des demandeurs d’emploi de longue durée, des personnes de 50 ans ou plus, des bénéficiaires de minima sociaux ou des jeunes de moins de 26 ans peu qualifiés. Cette part est en légère diminution en 2018. Les jeunes de moins de 26 ans représentent 16 % des recrutements, en recul de 9 points par rapport à 2017, du fait notamment de la fin du dispositif des emplois d’avenir."

Voir le site

Jeunes de 18 à 29 ans - France, portrait social Édition 2019 - (INSEE)

INSEE, France portrait sociale, novembre 2019, 2 p.

Au 1er janvier 2019, 9,2 millions de personnes résidant en France ont entre 18 et 29 ans, soit 13,7 % de la population. La part de ces jeunes adultes encore en études varie avec l’âge. À la rentrée 2017, le taux de scolarisation à 18 ans s’élève à 79,2 %, soit 0,7 point de plus qu’en 2016. (...) Après 18 ans, le taux de scolarisation toutes formations confondues baisse sensiblement avec l’âge. À 21 ans, il est de 44,1 % à la rentrée 2017".

Voir le site

L'état de l'École 2019 - (MENJ)

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, novembre 2019, n°29

"La publication L’état de l’École présente une synthèse d’indicateurs statistiques qui apparaissent essentiels et pertinents pour analyser notre système éducatif et pour apprécier les politiques publiques mises en œuvre."

Voir le site

Résultats de l'enquête Sivis 2018-2019 (MENJ - DEPP)

Note d'information n°19.44 / FRECHOU, Hélène, novembre 2019, 4 p. - Ministère de lʼéducation nationale et de la jeunesse

"Au cours de l’année scolaire 2018-2019, les chefs d’établissement du second degré public et privé sous contrat ont déclaré en moyenne 12,2 incidents graves pour 1 000 élèves. Un établissement sur trois ne déclare aucun incident, un sur cinq en déclare 10 ou plus." (...) Environ 9 incidents graves sur 10 sont commis par des élèves, très majoritairement des garçons. Entre élèves, les victimes sont souvent du même sexe que les auteurs (plus de 7 fois sur 10). Les violences physiques sont surreprésentées pour les faits graves impliquant uniquement des garçons. Par ailleurs, près d’un incident grave sur 2 commis par un garçon envers une fille est motivé par des raisons sexistes ; les violences entre filles s’exercent plus souvent dans le cadre d’un harcèlement.

Voir le site

Une personne sur six n’utilise pas Internet, plus d’un usager sur trois manque de compétences numériques de base - (INSEE)

Insee Première, n° 1780, octobre 2019 / LEGLEYE, Stéphane ; ROLLAND, Annaïck

En 2019, 15 % des personnes de 15 ans ou plus n’ont pas utilisé Internet au cours de l’année, tandis que 38 % des usagers manquent d’au moins une compétence numérique de base et 2 % sont dépourvus de toute compétence. Ainsi, l’illectronisme, ou illettrisme numérique, concerne 17 % de la population. Une personne sur quatre ne sait pas s’informer et une sur cinq est incapable de communiquer via Internet. Les personnes les plus âgées, les moins diplômées, aux revenus modestes, celles vivant seules ou en couple sans enfant ou encore résidant dans les DOM sont les plus touchées par le défaut d’équipement comme par le manque de compétences. En France, le niveau global de compétences numériques est semblable à la moyenne européenne.

Voir le site

Mobilité internationale des jeunes docteurs en emploi - (MESRI)

NOTE D'INFORMATION - SIES, n° 13, octobre 2019 / ROUX, Sophie, 6 p.

"La formation doctorale attire une proportion importante d'étudiants internationaux en France puisque, parmi les 14 400 étudiants diplômés d'un doctorat en France en 2014, 42 % d'entre eux sont de nationalité étrangère. Un docteur diplômé sur trois occupe un poste à l'étranger trois ans après l'obtention de son doctorat en 2014. La mobilité internationale du doctorant participe à une meilleure insertion sur le marché du travail international. Ainsi, 58 % des docteurs ayant réalisé une mobilité internationale dans le cadre de leur formation doctorale sont en emploi à l'étranger trois ans après l'obtention de leur doctorat."

Voir le site

Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée - (CEREQ)

CEREQ BREF, n° 382, octobre 2019 / EPIPHANE, Dominique ; MAZARI, Zora ; OLARIA, Manon ; SULZER, Emmanuel , 4 p.

"Que sont devenus les jeunes sortis du système scolaire en 2010, à tous les niveaux de formation, avec ou sans diplôme ? Que nous apprennent leurs 7 premières années de vie active sur les transformations structurelles du marché du travail ? Comment la conjoncture difficile a-t-elle pesé sur leurs trajectoires ? Les derniers résultats de l’enquête Génération 2010 du Céreq offrent l’occasion d’un regard inédit sur l’intégration professionnelle d’une jeunesse toujours plus diplômée, et qui voit se creuser les écarts entre niveaux de diplômes".

Voir le site

Prévisions des effectifs dans l'enseignement supérieur. Rentrées 2019 et 2020 - (MESRI)

Note Flash n°21, octobre 2019 (Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation)

"Au total, 2,71 millions d'étudiants devraient être enregistrés en 2019-2020 dans l'enseignement supérieur, en progression de + 1,2 % par rapport à l'année précédente. Puis en 2020-2021, 2,73 millions d'étudiants sont prévus, en hausse de + 0,6 % en un an. L'augmentation concerne principalement les universités et les écoles privées, tandis que les effectifs dans les filières courtes et sélectives devraient décroître."

Voir le site

Découvertes de séropositivité VIH et diagnostics de sida. France, 2018 - (Santé Publique France)

Santé publique France / CAZEIN, F. ; PILLONEL, J. ; SOMMEN, C. ; et al.- Octobre 2019

En 2018, ce sont près de 6 200 personnes qui ont découvert leur séropositivité VIH. Les femmes représentent 35 % des découvertes de séropositivité VIH. Par classe d’âge, 13 % des personnes ayant découvert leur séropositivité sont âgées de moins de 25 ans, 64 % de 25 à 49 ans et 23 % de 50 ans ou plus.

Voir le site

Urgences : plus du quart des passages concernent les enfants de moins de 15 ans - (DREES)

Etudes et Résultats, n°1128, octobre 2019 / BOISGUERIN, Bénédicte - 4 p. - (DREES)

Les enfants de moins de 15 ans représentent 27 % de l’ensemble des passages aux urgences d’après la dernière enquête nationale sur les structures d’urgences hospitalières de la DREES réalisée en 2013. Le taux de recours aux urgences des enfants est beaucoup plus élevé que celui des autres groupes d’âge, à l’exception des 85 ans ou plus.

Voir le site

157 milliards d'euros consacrés à l'éducation en 2018 : 6,7 % du PIB - (DEPP)

Note d'information, n° 19.38, octobre 2019 / DREGOIR, Mélanie ; LANDREAU, Aline - 4 p.

En 2018, la France a consacré 157,2 milliards d’euros à son système éducatif, soit 6,7 % du PIB. La dépense moyenne pour un élève ou un étudiant est de 8 810 euros. Elle augmente avec le niveau d’enseignement allant de 6 820 euros pour un écolier, 8 780 euros pour un collégien, 11 200 euros pour un lycéen à 11 470 euros pour un étudiant.

Voir le site

Portrait du bien-être des jeunes au Québec : Ensemble du Québec - (INRS et Fondation Jeunes en Tête)

Québec : INRS et Fondation Jeunes en Tête / GALLANT, N. ; VACHON, N., SIROIS-GAUDREAU, P.,et al., 2019 - 108 p.

L’objectif du "Portrait" est de faire le point sur la situation des adolescents au Québec, à travers l’étude statistique de 6 dimensions interreliées qui peuvent être constitutives du bien-être des individus. Il montre la situation des adolescents au Québec en ce qui a trait à leurs conditions matérielles, leur éducation, leur santé (physique et mentale), leur milieu de vie et même leur bien-être subjectif, à partir des grandes enquêtes de Statistique Canada ou de l’Institut de la Statistique du Québec, ou encore de données administratives recueillies par certains ministères québécois. Dans chacune de ces dimensions, divers indicateurs ont été retenus pour constituer ensemble le portrait le plus complet possible du bien-être des adolescents entre 11 et 17 ans.

Voir le site

En 2017-2018, un étudiant en stage sur deux est rétribué - (MESRI-SIES)

Note Flash n°18, septembre 2019 / CASTELLANO,Maria-Luisa, 2 p.

"Un tiers des étudiants inscrits en formation initiale à l'université ou dans un établissement assimilé ont effectué un stage lors de l'année universitaire 2017-2018. (...) Près de la moitié (46 %) des stages donnent lieu à une rémunération."

Voir le site

Analyse des conditions de vie des étudiants en Nouvelle-Aquitaine : Chapitre logement - transport 2018 - (ComUe Aquitaine)

Pôle études de la ComUE d’Aquitaine, septembre 2019, 31 p.

Une enquête menée par le pôle étude de la ComUE d’Aquitaine permet de mieux connaître les conditions de vie des étudiants en Nouvelle-Aquitaine. La majorité d'entre-eux ont décohabité du domicile parental. La moitié des étudiants sont en location, 22 % sont logés en résidence, 4 % sont propriétaires ou vivent chez un proche propriétaire, 2 % sont en chambre chez l’habitant. Enfin, 21 % vivent au domicile parental ou d’un proche. Dans la moitié des cas, les étudiants vivent seuls, un étudiant sur cinq vit avec sa famille (parents, frère / soeur, etc.), 13 % vivent en couple, 13 % en colocation et enfin 2 % avec leurs enfants.

Voir le site

L’orientation étudiante à l’heure de Parcoursup : des stratégies et des jugements socialement différenciés - (OVE)

Observatoire de la vie étudiante - OVE Infos n°39 / TENRET E. , BELGHITH, F., CARVALHO H., FERRY O., 12 p.

Cet OVE Infos se concentre sur les processus d’orientation à l’heure de Parcoursup.

Voir le site

Role Models féminins : un levier efficace pour inciter les filles à poursuivre des études scientifiques ? - (IPP)

Note IPP n°45 / BREDA Thomas, GRENET Julien, MONNET Mariont, VAN EFFENTERRE Clémentine - septembre 2019 - Institut des politiques publiques (IPP)

En France, comme dans la plupart des pays développés, la sous-représentation des femmes dans les filières scientifiques constitue un frein important à l’égalité professionnelle. Ce document propose l'évaluation d'un programme mis en place à l'Oréal pour contrecarrer les stéréotypes associés aux métiers scientifiques et à la place des femmes en sciences.

Voir le site

Consommation de susbtances psychoactives chez les jeunes en France et dans certains pays à revenus élevés - (OFDT))

Santé publique France, OFDT / LE BORGES E., QUATREMERE G., ANDLER R., ARWIDSON P, et al., septembre 2019, 45 p.

"En France, le nombre d’adolescents de 17 ans déclarant n’avoir jamais consommé d’alcool, de tabac et de cannabis a augmenté, passant de 5,1 % en 2008 à 11,7 % en 2017. On observe également une baisse des consommations d’alcool, de tabac et de cannabis parmi les adolescents et les jeunes adultes. L’expérimentation de drogues illicites (autres que cannabis) parmi les jeunes de 17 ans demeure, elle, assez stable entre 2014 et 2017 (environ 6,8 %). Ces évolutions sont constatées de manière assez similaire dans d’autres pays européens et anglo-saxons, mais certains pays d’Europe de l’Est font figure d’exception."

Voir le site

Les Français portent un regard sombre sur les quartiers « sensibles » - (CGET- ONPV))

CGET- ONPV, En Détail, juillet 2019, 16 p.

"En 2018, 8 % des habitants de France métropolitaine estiment vivre dans un quartier « sensible », près d’un tiers s’y rendent parfois pour des motifs professionnels ou personnels, et un sur deux indique n’avoir aucun lien avec ces quartiers. Le regard que portent nos concitoyens sur ces quartiers est sombre : ils y associent spontanément et en majorité les notions d’insécurité et de délinquance, l’idée de difficultés sociales ou encore de relégation territoriale. "

Voir le site

Interruptions volontaires de grossesse en 2018 - (DREES)

Études et Résultats n°1125, septembre 2019 / VILAIN, Annick

"En 2018, 224 300 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été réalisées en France, dont 209 500 auprès de femmes résidant en métropole. Le taux de recours s’élève à 15,0 IVG pour 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans en métropole. (...) Les femmes de 20 à 29 ans restent les plus concernées, avec un taux de 27 IVG pour 1 000 femmes sur l’ensemble du territoire.

Voir le site

Trois élèves sur quatre touchés par au moins une action ou un projet relevant de l'éducation artistique et culturelle - (DEPP)

Note d'information, n° 19.34, septembre 2019 / AYOUB, A. ; TOUAHIR, M. ; BERTHOMIER, N. ; OCTOBRE, S. ; THOUMELIN, C.

"Au cours de l’année 2017-2018, trois élèves sur quatre ont été touchés par au moins une action ou un projet relevant de l’éducation artistique et culturelle : 82 % dans le premier degré et 62 % dans les collèges. (...) Outre les actions et projets EAC, près de 100 % des écoles et des collèges organisent au moins une activité en lien avec l’éducation artistique et culturelle (sortie culturelle, rencontre avec un artiste, etc.). Dans trois écoles sur quatre et dans plus de de neuf collèges sur dix, au moins une activité est réalisée en partenariat avec une structure culturelle."

Voir le site

Pourquoi les filles ne sont-elles pas plus nombreuses à choisir une carrière scientifique ? - (OCDE)

PISA à la loupe n°93, septembre 2019, 6 p. / MOSTAFA,Tarek Mostafa (version en français)

D’après les données PISA, un grand nombre de filles ont le profil pour embrasser une carrière dans les domaines des sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques mais peu d’entre elles le font dans les faits.

Voir le site

La mobilité internationale des étudiants - (Cour des comptes)

La Cour des comptes, septembre 2019, rapport 247 p. et synthèse 19 p.

En 2017-2018, 245 000 étudiants étrangers ont effectué en France une mobilité diplômante (d’une durée de plus d’un an), ce qui place notre pays au 4e rang mondial. Plus de 90 000 étudiants français ont effectué une mobilité sortante diplômante (6e position dans le monde). En outre, près de 44 000 étudiants français ont bénéficié d’Erasmus + en 2016 (mobilité non diplômante, d’une durée inférieure à un an). La Cour formule 11 recommandations pour que le système de la mobilité internationale des étudiants soit mieux connu, mieux promu, mieux géré, mieux piloté et, in fine, plus efficace.

Voir le site

Les associations culturelles : état des lieux et typologie - (DEPS)

Ministère de la culture, DEPS / RATHLE, Jean-Philippe, août 2019 (Culture chiffres)

En 2013, on compte 1,3 million d’associations en France, dont une sur cinq déclare une activité culturelle, soit 263 400 associations. Ce document en détaille les acteurs, les domaines, les évolutions.

Voir le site

En 2018, moins de 2 % des nouveau-nés ont une mère de moins de 20 ans - (INSEE)

Insee Première, n° 1773, septembre 2019 / PAPON, Sylvain

En 2018, 759 000 bébés sont nés en France, dont 12 000 ont une mère de moins de 20 ans. Depuis 2010, moins de 2 % des mères ont un enfant avant l’année de leurs 20 ans. Les naissances précoces sont plus fréquentes dans les départements d’outre-mer et dans le nord de la France.

Voir le site

Salaire des cadres : une hausse qui bénéficie surtout aux moins de 30 ans

APEC, Communiqué de presse / Baromètre 2019 de la rémunération des cadres, septembre 2019

"Au cours des cinq dernières années, ce sont les cadres de moins de 30 ans qui ont vu leur rémunération augmenter le plus vite : + 6 % entre 2014 et 2018"

Voir le site

[Guyane] Formation, diplôme, accessibilité : les clés de l’emploi des jeunes : Insertion professionnelle des 15-29 ans

Insee Analyses Guyane n° 30 août 2019 / ELIOT, Nora, 4 p.

La moitié des 46 000 jeunes Guyanais âgés de 18 à 29 ans n’est ni en emploi ni en formation : la Guyane se caractérise par un nombre très important de jeunes éloignés de l’emploi. Ils sont chômeurs ou sans activité. Parmi eux, deux tiers n’ont aucun diplôme, et ils habitent davantage dans l’ouest ou l’est de la Guyane, ou dans les communes « non-routières ». Les difficultés sont accrues en Guyane « non routière » et pour les étrangers qui représentent un jeune sur trois.

Voir le site

Les effectifs dans l'enseignement supérieur en 2018-2019

Note Flash n°15, 28 août 2019 - Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation

En 2018-2019, 2,7 millions d'étudiants se sont inscrits dans l'enseignement supérieur. Cet effectif progresse de 2,1 % par rapport à la rentrée précédente. Cette progression est en particulier due à l'afflux des bacheliers de 2018, lié au boom démographique de l'an 2000.

Voir le site

Hausse du nombre d'apprentis en France

Ministère du travail, dossier de presse, 5 septembre 2019, 15 p.

458 000 apprentis au 30 juin 2019. Entre janvier et juin 2019, 58 885 jeunes sont entrés en apprentissage soit une hausse + 8,4 % par rapport à la même période en 2018.

Voir le site

En 2018, le Service Civique a accueilli plus de 140 000 volontaires

Agence du Service civique - Rapport d'activité 2018, juillet 2019, 60 p.

Plus de 140 000 jeunes ont réalisé un service civique en 2018, un chiffre en hausse de 14 % par rapport à l’année précédente. Âgés de 21 ans en moyenne, les volontaires sont plus souvent des jeunes femmes (61 %). À l’entrée dans le dispositif, ils étaient principalement demandeurs d’emploi (43 %), étudiants (31 %) ou inactifs (23 %). Le plus grand nombre d’entre eux avaient le niveau bac (43 %, 32 % ayant un niveau de diplôme supérieur et 25 % un niveau inférieur).

Voir le site

En 2017, des adolescents plutôt en meilleure santé physique mais plus souvent en surcharge pondérale

ETUDES ET RESULTATS (DREES) - n° 1122, août 2019 - 6 p. / MIGNON, Nathalie et DELMAS, Marie-Christine ; FONTENEAU, Laure (collaboratrices)

En 2017, 18 % des adolescents en classe de troisième sont en surcharge pondérale et 5 % sont obèses. Entre 2009 et 2017, les prévalences de la surcharge pondérale et de l’obésité sont en hausse, en particulier pour les filles (de 17 % en 2009 à 20 % en 2017). Ces évolutions sont marquées par de fortes inégalités sociales.

Voir le site

Beaucoup de jeunes et peu d'emplois : insertion professionnelle des 15-29 ans

INSEE Analyses Guyane n°39, juillet 2019 / ELIOT, Nora ; TREFOLONI, Dominique, 4 p.

"La Guyane connaît, depuis plus d'un demi-siècle, une forte croissance démographique. Sa population est jeune, la moitié ayant moins de 25 ans. L'accès à l'emploi des jeunes est difficile, en particulier pour les moins diplômés et les étrangers."

Voir le site

Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche 2019

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse / DEPP, août 2019

"Publication annuelle de la DEPP et de la SD-SIES, Repères et références statistiques réunit en un seul volume toute l’information statistique disponible sur le système éducatif et de recherche français. Organisé en onze chapitres et 180 thématiques pour l'édition 2019, RERS apporte des éclairages nouveaux en fonction de l’actualité et des derniers résultats d’études".

Voir le site

Les chiffres clés de la vie associative

INJEP, juillet 2019, 36 p.

Ce recueil, réalisé par l'INJEP, est le fruit d’une collaboration avec l’ensemble des producteurs de données sur la vie associative, issus de la statistique publique mais aussi de la recherche et du secteur associatif lui-même. Après une première description du tissu associatif (nombre et créations d’associations), cette publication propose au grand public un portrait des principales dimensions de la vie associative : gouvernance, emploi, bénévolat, adhérents, budget et dons.

Voir le site

Envoi des enfants en vacances collectives

Sondage IFOP pour l'UNAT et la Fondation Jean-Jaurès, juillet 2019, 14 p.

Les résultats du sondage montrent plusieurs disparités sur les usages du temps des vacances entre les générations. Plusieurs questions ont trait aux envois ou non-envois des parents pour leurs enfants en vacances collectives : colonies de vacances, mini-camps ou stages de découvertes.

Voir le site

Des données et des études publiques mieux centrées sur les enfants 2018-2019

Haut conseil à la famille, de l'enfance et de l'âge, 2019 - Juillet / CONSEIL DE L'ENFANCE ET DE L'ADOLESCENCE du HCFEA, 170 p.

Ce rapport a identifié une grande richesse de bases de données administratives et d’enquêtes disponibles en France sur les enfants, qui instruisent une partie des dimensions nécessaires au pilotage des politiques publiques sur les enfants, le cas échéant à partir de données bâties sur les familles et les ménages ou les dispositifs. Mais il constate un certain nombre d'améliorations nécessaires à être apportées.

Voir le site

Diminution des taux d'emploi et d'activité des jeunes au deuxième trimestre 2019

INSEE Informations rapides, 14 août 2019

Au deuxième trimestre 2019, les 15-24 ans ont un taux d’emploi de 30,3 % (−0,3 point par rapport au premier trimestre 2019) et un taux d'activité de 37,2 % (-0,6 points par rapport au premier trimestre 2019).

Voir le site

Baromètre Connaissance, représentations et potentiel d’attractivité du Service Civique - (IFOP)

Ifop pour l’Agence du Service Civique, juillet 2019, 16 p.

Les recruteurs s’accordent à plus de 2/3 pour dire que le Service Civique peut constituer un atout auquel ils prêtent attention dans le CV d’un jeune. Ils sont plus d’un sur deux à indiquer qu’une telle expérience peut les inciter à recruter un jeune plus qu’un autre. Paradoxalement, dans les faits, seuls 11 % des DRH et RRH l’ont déjà fait (dont 4 % qui l’ont fait plusieurs fois).

Voir le site

Baromètre santé étudiants - (OpinionWay)

OpinionWay pour la MGEN, juin 2019, 70 p.

L’objectif de cette enquête est de mieux comprendre et identifier les connaissances et comportements des étudiants en matière de santé. Il ressort de cette étude que les étudiants ont des difficultés dans l’accès aux soins, mais aussi dans la compréhension de notre système de santé.

Voir le site

Importante surmortalité chez les hommes d’origine nord-africaine descendants d’immigrés de deuxième génération - (INED)

INED / GUILLOT, Michel ; KHLAT, Myriam ; WALLACE, Matthew, juin 2019

Alors que la probabilité estimée de décès entre 18 et 65 ans s’élève à 162 pour 1 000 pour les hommes de la population de référence, elle est 1,7 fois plus élevée pour les hommes nés en France de deux parents immigrés d’Afrique du Nord (276 pour 1 000).

Voir le site

Qui sont les jeunes ruraux ? Caractéristiques sociodémographiques - (INJEP)

INJEP - Fiches Repères / BRUTEL, Chantal - juin 2019, 2 p.

Cette fiche dresse un portrait statistique de ces jeunes ruraux à l’aide de données sociodémographiques issues du recensement de la population de 2015, en comparaison avec leurs homologues urbains.

Voir le site

L’emploi dans les métiers du sport et de l’animation : entre instabilité et tremplin

INSEE Analyses Nouvelle Aquitaine n°75, juin 2019 / DUMARTIN, Sébastien ; Karim, MOUHALI

Observés sur une période de 5 ans, un quart des animateurs socio-culturels et quatre moniteurs, éducateurs sportifs ou sportifs professionnels sur dix exercent toujours le même métier. Les durées de carrière apparaissent relativement brèves dans ces métiers, pour des professionnels plutôt jeunes par ailleurs. Les contrats courts s’avèrent fréquents et répétés : 45 % des moniteurs et éducateurs sportifs et 37 % des animateurs socioculturels sont encore en CDD au bout de 5 ans.

Voir le site

Parcours dans l'enseignement supérieur : du baccalauréat au premier diplôme du premier cycle

Ministère de lʼenseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation, Note d'information n°9, juin 2019 / PONCEAU, Juliette, 6 p.

"Près de deux bacheliers sur trois suivent une formation en STS, IUT ou licence après l’obtention de leur baccalauréat, un quart sont dans d’autres formations et 13 % ne prolongent pas leurs études dans l’enseignement supérieur."

Voir le site

Transport et modes de déplacements des étudiant.e.s - (OVE)

Obsertoire de la vie étudiante (OVE) - Enquête nationale de s conditions de vie des étudiant.e.s, juin 2019, 12 p.

Selon l'enquête des "Conditions de vie des étudiant.e.s 2016" de l'OVE, les étudiant.e.s mettent en moyenne, pour les cohabitant.e.s : 47 minutes entre le domicile et le lieu d'études et 27 minutes pour les décohabitant.e.s.

Voir le site

Dépenses départementales d'action sociales en 2018 : Un pacte financier respecté… mais à quel prix ? - (ODAS)

Observatoire natonal de l'action sociale (ODAS), La Lettre de l'ODAS, juin 2019, 12 p.

Les chiffres de l'enquête annuelle sur les dépenses départementales d’action sociale montrent une augmentation de la prise en charge des mineurs non accompagnés, avec l’augmentation du nombre de jeunes accueillis sur 2018 par rapport à 2017 (+ 10 000, soit + 5,8 %).

Voir le site

La consommation des substances psychoactives chez les 11-18 ans - (OFDT)

Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) - Tendances n° 132, juin 2019, 4 p.

Les données issues de l'enquête EnCLASS (Enquête nationale en collège et en lycée chez les adolescents sur la santé et les substances) montrent une consommation disparates des substances psychoactives chez les jeunes et en comparaison avec des enquêtes précédentes, témoignent d'un recul de l'ensemble des usages au collège. Au lycée c'est aussi le cas pour le tabac et le cannabis mais les niveaux de consommation d'alcool sont stables.

Voir le site

Le bac 2019 en chiffres - Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, juin 2019

743 000 candidats dont 53,5 % dans les séries générale, 21 % dans la voie technologique et 25,5 % dans la voie professionnelle. 536 724 candidats inscrits aux épreuves anticipées. Une baisse de 1,27 % des effectifs globaux par rapport à 2018.

Voir le site

Fonds et fondations en France : un secteur en pleine croissance - (Fondation de France)

Fondation de France - Observatoire de la philanthropie, mai 2019, 6 p.

En 2017, on dénombre 2 487 fondations et 2 494 fonds de dotation (FDD) en France. Plus d’un tiers des fondations ont été créées depuis 2010, tandis que les fonds de dotation, bien plus récents, ont tous vu le jour à partir de 2009. Les fondations sont majoritairement initiées par des particuliers de plus en plus jeunes. Leur mission se concentre en priorité sur l’action sociale et les enfants. L’intervention des fondations porte en premier lieu sur l’action sociale et concerne en priorité les enfants et les jeunes, et plus de la moitié d’entre elles agissent au niveau local.

Voir le site

Bilan 2018 : Les Sociétés coopératives poursuivent leur développement - (CG Scop)

Communiqué de la CGScop, mai 2019

La Confédération générale des Scop présente son bilan pour l'année 2018 marquée par une progression des emplois de 4,5 % pour l’année 2018 versus 2017, ce qui porte le nombre total d’emplois au sein des Sociétés coopératives à 60 400.

Voir le site

Rapport 2019 : l’essentiel sur les inégalités d’éducation - (Observatoire des inégalités)

Observatoire des inégalités, juin 2019

Les inégalités sociales ont-elles un effet sur le destin scolaire des élèves ? L’éducation continue-t-elle de se démocratiser ? Filles et garçons sont-ils à égalité dans leurs études ? Réponses en chiffres extraits du dernier "Rapport sur les inégalités" de l’Observatoire des inégalités.

Voir le site

Journée défense et citoyenneté 2018 : plus d'un jeune Français sur dix en difficulté de lecture - (DEPP)

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, NOTE D'INFORMATION - DEPP, n° 19.20 / CHABANON, Léa, juin 2019, 4 p.

En 2018, 11,5 % des jeunes participants à la journée défense et citoyenneté (JDC) rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture. La moitié d’entre eux peut être considérée en situation d’illettrisme. Par ailleurs, près d’un jeune sur dix a une maîtrise fragile de la lecture. Enfin, près de huit sur dix sont des lecteurs efficaces.

Voir le site

Elections européennes 2019 : le vote des jeunes - (OpinionWay)

OpinionWay - Sociologie Jour du Vote - Elections Européennes du 26 mai 2019 - 27 mai 2019, 16 p.

Selon la "sociologie du vote" proposée par l'enquête OpinionWay, le vote des 18-24 ans s'est majoritairement porté sur la liste Europe Ecologie - Les verts avec 21 % des voix, puis sur celle de laREM-Modem, avec 17 % des voix. Le vote pour la liste du Rassemblement national se situe en 3e position avec 16 % des voix.

Voir le site

Diplôme national du brevet 2018 - (DEPP)

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, NOTE D'INFORMATION - DEPP, n° 19.17 / GUESSAN, Damien, mai 2019, 4 p.

En 2018, en France, 87,2 % des candidats au diplôme national du brevet (DNB), toutes séries confondues, ont réussi l’examen, soit 1,7 point de moins qu’à la session 2017.

Voir le site

Erasmus+ : un tournant dans la vie de 5 millions d'étudiants européens - (Commission européenne)

Communiqué de la Commission européenne, 20 mai 2019

Selon les résultats de deux nouvelles études indépendantes publiées aujourd'hui par la Commission européenne, Erasmus+ permet aux étudiants de mieux réussir leur vie personnelle et professionnelle et contribue à rendre les universités plus innovantes.

Voir le site

Départ des enfants en colos - (IFOP pour la JPA)

IFOP pour la Jeunesses au plain Air, mai 2019

Selon l'enquête IFOP pour la Jeunesse au plein air, en 2019, seul un quart des enfants âgés de 7 à 12 ans est déjà parti en colonies de vacances. Les enfants appartenant aux catégories socio-professionnelles supérieures apparaissent plus nombreux à en avoir fait l'expérience : 32 % contre 20 % des enfants des catégories populaires.

Voir le site

Les 8-14 ans et les pratiques culturelles illicites : un enjeu parental

Hadopi, Les Essentiels n°14, avril 2019, 4 p.

Cette étude quantitative montre que les pratiques culturelles en ligne des plus jeunes sont centrées sur peu de sources. Elles se complexifient et se diversifient avec le temps, à mesure que l’enfant gagne en autonomie et en agilité.

Voir le site

Les jeunes Normands vivent davantage en couple

Insee Insee AnInsee Analyses Normandie n°60 mai 2019 / HORVAIS, Anne-Sarah ; FERRANTE, Aline ; MAILLARD, Martial ; ROGER, Pauline - 4 p.

Chez les jeunes, la période allant de 16 à 25 ans marque le passage entre la fin de la scolarité obligatoire et l’insertion sociale, professionnelle et/ou familiale. En Normandie, ces jeunes entrent plus tôt dans la vie active dans les départements de l’Eure, de la Manche ou de l’Orne. Ils prolongent davantage leurs études dans le Calvados ou en Seine-Maritime, départements au sein desquels se concentrent les formations supérieures de la région.

Voir le site

Les jeunes ont envie d’entreprendre

France Active, avec OpinionWay, 23 avril 2019

Aujourd’hui, 42,5% des 18-30 ans déclarent avoir envie de créer leur propre entreprise. Plus d’un jeune sur 2 trouve qu’il est plus motivant d’être entrepreneur que d’être salarié.

Voir le site

Les jeunes ayant quitté prématurément l'éducation et la formation en Europe

Eurostat, dernière mise à jour 25 avril 2019

En 2009, 12,4 % des 18 - 24 ans avaient quitté prématurément l'éducation et la formation en France, ils étaient 14,1 % dans l'Union européenne des 24 pays. En 2018, ils représentent 8,9 %, en France et 10,6 % dans l'UE des 24 pays.

Voir le site

Les jeunes et les élections européennes de 2019

IFOP pour l'ANACEJ et Les Jeunes Européens France, mai 2019, 218 p.

Cette enquête mesure l'intérêt des jeunes pour les élections européennes qui auront lieur le 26 mai prochain.

Voir le site

Le bénéfice des études des jeunes en emploi

INSEE Focus / RAZAFINDRANOVONA, Tiaray , n°153, mai 2019, 5 p.

45 % des jeunes en emploi considèrent que leurs études les aident beaucoup dans leur travail.

Voir le site

Baromètre du don ISF-IFI. Vague 6 - De l'ISF à l'IFI : quelles conséquences sur les dons ? - (IPSOS)

IPSOS pour les Apprentis d'Auteuils, avril 2019, 25 p.

Suite aux réformes fiscales de 2018, Apprentis d’Auteuil publie la 6ème édition de son baromètre IPSOS sur le don ISF/IFI. Cette enquête porte sur le comportement des contribuables ex-assujettis à l’ISF et leurs intentions pour l’année en cours. Les résultats montrent une baisse du niveau des dons en 2018, tendance qui se confirmerait en 2019.

Voir le site

Parcoursup : les vœux d'orientation des lycéens pour la rentrée 2019 - (SIES)

Ministère de lʼenseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation, NOTE FLASH, SIES, n° 8 avril 2019, 2 p.

En 2019, 651 000 lycéens scolarisés en France se sont inscrits sur Parcoursup et 96,3 % d'entre eux ont confirmé au moins un vœu. Présentation détallée des orientations souhaitées par la sous-direction des Systèmes d'Information et des Études Statistiques, SIES, du ministère de lʼenseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation.

Voir le site

Le devenir des bacheliers professionnels qui poursuivent des études - (DEPP)

Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, NOTE D'INFORMATION - DEPP, n° 19.12, NDAO, Guirane ; PIRUS, Claudine, avril 2019, 4 p.

Un élève sur cinq entré en sixième en 2007 est diplômé d’un baccalauréat professionnel. Ce document détaille le profil et les trajectoires des bacheliers professionnels qui poursuivent des études.

Voir le site

Panorama statistique, jeunesse, sports, cohésion sociale. Les régions françaises, version 2018 - (DREES ; INJEP)

Ministères sociaux, 2019, 44 p.

Ce mémento statistique est réalisé chaque année par la DREES en collaboration avec l’INJEP. Il présente des données départementales et régionales sur les conditions de vie socio-économiques de, la jeunesse, l’enfance et la protection de l’enfance, le sport, les diplômes délivrés des professions sociales, de la santé, du sport et de l’animation socio-culturelle et enfin, l’emploi dans les domaines associatif et sportif.

Voir le site

Les Français et le service national universel - (IFOP)

IFOP pour Paris Match, avril 2019, 9p.

Ce sondage mesure l'adhésion des Français au futur dispositif du service national universel. Parmi les sondés figure un panel de jeunes âgés de 18 à 24 ans.

Voir le site

Projections des effectifs dans l'enseignement supérieur pour les rentrées de 2018 à 2027 - (MENRI)

Ministère de lʼenseignement supérieur, de la recherche et de lʼinnovation, Note d'information n°6, avril 2019 / PAURON, Aline, 9 p.

Si les tendances observées se prolongent, l'enseignement supérieur pourrait rassembler en 2022, 2,75 millions d'étudiants et en 2027, 2,80 millions d'étudiants, soit respectivement 126 000 et 180 000 étudiants de plus qu'en 2017.

Voir le site

Les jeunes diplômé·e·s accèdent plus rapidement à l'emploi et dans de meilleures conditions · Les jeunes diplômé·e·s accèdent plus rapidement à l'emploi et dans de meilleures conditions - (APEC)

APEC / LAMBLIN, Pierre ; THILL, Christophe ; LEPORI, Mélanie ; TARTESSE, Sylvie - avril 2019 18 p. (Trajectoires : parcours et inégalités)

Alors que les jeunes diplômé·e·s représentent 1 embauche de cadre sur 5 cette année(2), et malgré des disparités, les jeunes de niveau Bac+5 et plus bénéficient de la dynamique du marché de l’emploi cadre. Pour preuve, les derniers résultats du baromètre 2019 de l’Apec qui revient sur les conditions de l’insertion professionnelle des diplômé·e·s 2017.

Voir le site

[Associations] : Baisse de la générosité en 2018 - (France générosité)

France générosité, 9 avril 2019

Les dons aux associations et fondations d’intérêt général ont enregistré une baisse inédite depuis une dizaine d’année : -4,2 % selon le baromètre de la générosité 2018 de France générosités. Une baisse significative après une progression constante des dons entre 2013 et 2017 de + 9 %. La baisse est plus forte au premier semestre 2018 : – 6,5 % qu’au 2ème semestre – 2,6 %.

Voir le site

Les jeunes, l’information et la prévention du sida

Suivi barométrique Ifop-Bilendipour Sidaction, mars 2019, 59 p.

Selon ce sondage Ifop-Bilendi pour Sidactio, 23% des jeunes interrogés s’estiment aujourd’hui mal informés sur la maladie, soit 12 points de plus par rapport à 2009. 29 % déclarent ne pas avoir bénéficié au cours de sa scolarité , d’un enseignement ou d’un moment d’information spécifique sur le VIH, le virus du sida, ses modes de transmission, ses traitements et sa prévention.

Voir le site

Démographie : population par âge - (INSEE)

INSEE Référence, 23 mars 2019

Au 1er janvier 2019, la France compte 66,993 millions d’habitants. La population française continue de vieillir. Les personnes âgées d’au moins 65 ans représentent 20,0 % de la population, contre 19,7 % un an auparavant et 19,3 % deux ans auparavant. En revanche, la proportion des jeunes âgés de moins de 20 ans a reculé de 1,8 point depuis 2000 pour s’établir à 24,1 %.

Voir le site

Les chiffres clés de la mobilité étudiante - (Campus France)

Campus France, mars 2019, 62 p.

343 000 étudiants étrangers sont aujourd’hui inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur français. Cela représente une croissance de 4,5 % en un an, un taux inférieur à la moyenne mondiale, mais qui permet à la France de se maintenir au rang des principaux pays d’accueil. Les étudiants français sont, eux, de plus en plus mobiles ; ils sont 91 000 en mobilité diplômante internationale en 2016, soit 70 % de plus qu’en 2006. 95 % d’entre eux sont inscrits sur le continent européen et en Amérique du Nord.

Voir le site

Erasmus + : Vers une démocratisation et une inclusion renforcées ? (Agence Erasmus+ France / Education & Formation)

L'agence Erasmus+ France - Education & Formation, Erasmus + / L'ObservatoireErasmus +, Note n°10, mars 2019, 32 p.

L’objet de ces Notes n°10 est à la fois d’étudier l’ouverture du programme Erasmus + à tous les publics mais également d’évaluer l’inclusion des publics les plus en difficulté que ce soit dans l’enseignement secondaire professionnel ou dans l’enseignement supérieur. Un questionnaire rénové a été envoyé à plus de 26 500 apprenants. Près de 32% d’entre eux ont répondu. Présentation des résultats.

Voir le site

Une personne sur dix connaît des difficultés de logement durables - (INSEE)

Insee Première n°1743/ ARNOLD, Céline Yves ; LEVESQUE, Maxime ; PONTIE, Lise, mars 2019, 4 p.

Les ménages jeunes, moins installés dans la vie professionnelle et familiale, sont les plus mobiles. Plus de la moitié (54 %) des personnes appartenant à un ménage dont la personne de référence a moins de 30 ans ont ainsi déménagé, soit deux fois plus que lorsque la personne de référence est âgée de 30 à 39 ans et sept fois plus que lorsqu’elle a 50 ans ou plus.

Voir le site

Le bilan annuel de la stratégie européenne en matière d’éducation et formation (« EF 2020 ») - (DEPP)

NOTE D'INFORMATION n°19.09 / FOURNIER, Yann ; RAKOCEVIC, Robert, mars 2019, 4 p.

Avec son cadre stratégique dans les domaines de l’éducation et de la formation (« Éducation et formation 2020 »), l’Union européenne (UE) s’est fixé, à l’horizon 2020, sept objectifs appelés critères de référence (ou benchmarks). Selon le dernier rapport de suivi, paru en octobre 2018, un seul objectif est atteint au niveau de l’UE. La France a atteint quatre objectifs communautaires.

Voir le site

Mobilités résidentielles : les chiffres clés de votre territoire ! - (CGET)

CGET, mars 2019

L'Observatoire des territoires sur les mobilités résidentielles, du Commissariat général délégué à l'égalité des territoires, propose un outil de cartographie interactive qui permet de consulter les indicateurs à l’échelle de son intercommunalité, de son département ou de sa région, et les comparer au reste du territoire.

Voir le site

Inégalités en début de carrière - Des conditions moins favorables pour les femmes même à formation équivalente (APEC)

APEC / LAMBLIN, Pierre ; THILL, Christophe ; BODINEAU, Bertille ; YVON, Célia, mars 2019 12p. (Trajectoires : parcours et inégalités)

Des inégalités entre les genres persistent en début de carrière en défaveur des femmes : notamment sur les conditions de travail auxquelles s'ajoutent des écarts de salaires sur le marché de l’emploi.

Voir le site

Une photographie du marché du travail en 2018. Le taux d’emploi des jeunes et des seniors augmente de nouveau - (INSEE)

Insee Première n°1740/ JAUNEAU, Yves ; VIDALENC, Joëlle, mars 2019, 4 p.

En 2018, le taux d’emploi des 15-64 ans augmente de 0,7 point pour s’établir à 65,4 % (figure 2). Partagée par toutes les classes d’âge, cette hausse est plus marquée pour les jeunes et les seniors : + 1,2 point pour les 15-24 ans (pour s’établir à 29,9 %) et + 0,9 point pour les 50-64 ans (pour s’établir à 62,1 %). Pour les jeunes, cette augmentation est surtout portée par l’apprentissage.

Voir le site

Et les femmes devinrent plus diplômées que les hommes... - (CEREQ)

Céreq Bref n°373 / COUPPIE, Thomas ; EPIPHANE, Dominique, mars 2019, 4 p.

En deux décennies, la place des jeunes femmes sur le marché du travail s’est améliorée : plus diplômées, davantage en emploi, elles bénéficient aussi d’un début de rattrapage salarial, et accèdent à des métiers et des filières plus proches de ceux des hommes. Mais ce rapprochement est en partie alimenté par la dégradation de la situation des hommes. Et malgré tout des inégalités persistent, notamment dans l’accès au statut de cadre.

Voir le site

Les chiffres clés de la jeunesse 2019 - (INJEP)

INJEP, février 2019, 36 p.

Ce recueil de données statistiques regroupe des chiffres clés sur la jeunesse en huit thématiques. Il a été réalisé par l'INJEP, en lien avec les services statistiques ministériels, l'INSEE, et les organismes publics producteurs de données sur la jeunesse.

Voir le site

Les jeunes et l'expérience du harcèlement en ligne (sondage IFOP)

IFOP pour Franceinfo, février 2019

Pus on est jeune et plus on est concerné par les discours de haine et le harcèlement sur les réseaux sociaux. Chez les 18-24 ans, la part des personnes cibles d’insultes ou de propos grossiers culmine à 27% – soit plus d’un quart des jeunes. Surtout, plus d’un jeune majeur sur cinq (22%) déclare avoir déjà été la cible de cyberharcèlement.

Voir le site

Tentatives de suicide, pensées suicidaires et usages de substances psychoactives chez les adolescents français de 17 ans - (Santé publique France)

Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n° 3-4 février 2019 / JANSSEN, Eric ; SPILKA, Stanislas ; ROSCOAT, Enguerrand du, pp. 74-82

En 2017, près de 3% des adolescents de 17 ans déclaraient avoir fait au cours de leur vie une tentative de suicide ayant nécessité une hospitalisation, et plus d’un jeune sur dix déclarait avoir pensé au moins une fois au suicide au cours des 12 mois précédant l’enquête. L'analyse des données suggèrent que les usages de substances psychoactives pourraient être utilisés comme des indicateurs potentiels pour le repérage d’un risque accru de conduites suicidaires. Ils confirment également l’importance d’une prise en charge précoce des troubles dépressifs chez les adolescents afin d’en réduire l’impact, en particulier sur les passages à l’acte suicidaire.

Voir le site

La santé et le bien-être, premiers ressorts des pratiques sportives - (INJEP)

INJEP Analyses & Synthèses, n° 20 janvier 2019 / CROUTTE, Patricia ; MULLER, Jorg ; DIETSCH, Bruno, 4 p.

En 2018, 66 % des Français ont eu une pratique sportive au cours des douze derniers mois. Une majorité pratique au moins un sport régulièrement, souvent de manière autonome ou en amateur.

Voir le site

Enquête : pratiques sportives des 16-25 ans, les tendances 2018 (UCPA)

Union nationale des Centres sportifs de Plein Air (UCPA), 2018

Deuxième édition en 2018, cet observatoire vise à mieux comprendre et suivre les évolutions et les tendances de fond qui marquent la pratique sportive des 16-25 ans. Les résultats de 2018 confirment les tendances qui émergeaient en 2016. Réguliers dans leur pratique sportive, curieux de s’essayer à diverses activités, autonomes et dans le partage, les jeunes sont très loin des clichés qui peuvent leur être attribués.

Voir le site

#moijeune. La cyberviolence violence des 18-30 ans (OpinionWay pour 20 Minutes)

OpinionWay pour 20 Minutes, janvier 2019

Le sondage montre que la cyberviolence est une expérience répandue chez les 18-30 ans avec un taux 53 % déclarant avoir déjà subi une telle situation sur les réseaux sociaux. Ce chiffre augmentent à 64 % chez les 20-24 ans. A noter que plus d'un tiers des 18-30 ans avouent avoir été "agresseurs" (35 %).

Voir le site

La Guyane, une région jeune (INSEE)

INSEE Analyses Guyane, n° 35, janvier 2019, Floraline Cratère, 4 p.

La Guyane est la région la plus jeune de France après Mayotte. En 2015, une personne sur deux a moins de 25 ans alors qu’au niveau national, l’âge médian est de 40 ans. En 2015, la région comptait onze fois plus de jeunes de moins de 25 ans que de personnes âgées de 65 ans ou plus. Ce rapport était de 13 en 2010, avec un âge médian de 23 ans.

Voir le site

Amélioration de l'emploi des jeunes au 4e trimestre 2018 (DARES)

DARES Indicateurs, n°2019-004, 25 janvier 2019 - Ministère du Travail

Au 4e trimestre 2018, les demandes d’emploi de moins de 25 ans inscrits en catégorie A, B ou C, l’amélioration baisse de - 2,83 %. Cette diminution est plus forte que la moyenne nationale de -0,8 % pour l’ensemble des catégories A, B, C su cette m^me durée, entre octobre et décembre 2018.

Voir le site

Baromètre national des pratiques sportives 2018 - INJEP Notes & Rapports

INJEP Notes & Rapports, n° , janvier 2019, 90 p., Patricia Croutte, Jörg Müller, sous la direction de Sandra Hoibian (Crédoc)

En 2018, 66 % des Français de plus de 15 ans (soit un peu plus de 36 millions) ont eu une pratique sportive au cours des 12 derniers mois. La course et la marche (40 %), les activités de la forme et de la gymnastique (22 %), les sports aquatiques et nautiques (20 %) et les sports de cycles et motorisés (18 %) sont les univers le plus souvent cités.

Voir le site

Fiches repères : Le service civique en chiffres

INJEP - FRANCOU, Quentin - décembre 2018

Créé par la loi du 10 mars 2010, le service civique est un dispositif proposant à des jeunes âgés de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, de s’engager dans une mission d’intérêt général auprès d’associations ou d’institutions publiques. Le dispositif a pris une place croissante dans les politiques de jeunesse : en 2017, plus de 79 000 jeunes ont commencé une mission dans l’année, ce qui représente 10 % d’une classe d’âge, et presque quatre fois plus qu’en 2014. Cette fiche détaille le fonctionnement, les chiffres et l’évolution du dispositif.

Voir le site

Un éloignement de l’emploi plus accentué pour les jeunes des Hauts-de-France. Les jeunes en Hauts-de-France

INSEE Analyses Hauts-de-France, n° 90 - FUSILLIER, Kévin ; LERMECHIN, Hugues ; PUCHER, Olivier - décembre 2019, 4

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3688229

Voir le site

Aller étudier ailleurs après le baccalauréat : entre effets de la géographie et de l’offre de formation

INSEE PREMIERE, n° 1727 - FABRE, Jérôme ; PAWLOWKI, Emilie - janvier 2019, 4 p

À l’entrée dans l’enseignement supérieur, 6 bacheliers sur 10 choisissent une formation dans une autre zone d’emploi que celle où ils étudiaient en terminale. Cette mobilité dépend de la diversité de l’offre locale de formation. Elle varie aussi selon l’origine sociale des jeunes

Voir le site

Les effectifs d'étudiants dans le supérieur en 2017-2018 en progression constante

NOTE D'INFORMATION - SIES, n° 18.09 - NDAO, Guirane - décembre 2018, 9 p.

En 2017-2018, 2 680 400 inscriptions ont été enregistrées dans l’enseignement supérieur en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer. Par rapport à l’année précédente, cela représente une augmentation de + 2,7% (+ 70 700 inscriptions) qui s’explique en partie par une évolution des dispositifs de collecte à l’oeuvre depuis 2016. À dispositif équivalent, entre les rentrées 2016 et 2017, la hausse du nombre d’inscriptions est de + 1,4% (+36200 inscriptions).

Voir le site

Résultats de l'enquête de climat scolaire et victimation auprès des lycéens pour l'année scolaire 2017-2018

NOTE D'INFORMATION - DEPP, n° 18.33 - HUBERT, Tamara - décembre 2018, 4 p.

En 2018, 94 % des lycéens déclarent se sentir bien dans leur établissement. Ce taux est stable depuis 2011, quelle que soit la population interrogée (lycéens ou collégiens). Toutefois, l’indice de climat scolaire connaît une légère baisse qui est en partie due à une opinion un peu moins favorable pour les filles. Le recul des opinions positives se constate pour les questions relatives à la sécurité à l’extérieur du lycée. La nature des violences subies n’a pas changé : les vols de fournitures, les mises à l’écart et les surnoms désagréables sont toujours les atteintes les plus citées

Voir le site

L’entrée dans la vie professionnelle. Le diplôme, accélérateur de l’insertion professionnelle

Insee Analyses La Réunion n°36, Pierre Thibault, décembre 2018, 4 p.

À La Réunion, 30 % des jeunes décrochent leur premier emploi moins d’un an après la fin de leurs études. Mieux formés, ils trouvent plus vite un emploi que leurs aînés.

Voir le site

L'état de l'École 2018

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Synthèses statistiques, n°28, Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, DEPP, décembre 2018, 86 p.

L’état de l’École présente une synthèse d’indicateurs statistiques qui apparaissent essentiels pour analyser notre système éducatif et pour apprécier les politiques publiques mises en œuvre. Cette vingt-huitième édition évolue tant sur le fond que sur la forme avec l'introduction de nouveaux indicateurs.

Voir le site

Où vivent les jeunes adultes de condition modeste ?

La Gazette des communes, 14 décembre 2018, Valérie Schneider

D’un taux de pauvreté de 10,5 % à 67 %, la part de jeunes qui disposent de ressources inférieures au seuil de pauvreté varie considérablement sur le territoire. Chômage et coût du logement les impactent directement;

Voir le site

Les contrats uniques d’insertion et les emplois d’avenir

DARES RESULTATS, n° 54, novembre 2018, Lisa Mourlot, 9 p

En 2017, 293 200 contrats aidés ont débuté – recrutements initiaux et reconductions –, dont 259 400 contrats dans le secteur non marchand et 33 800 dans le secteur marchand. Près des deux tiers de ces recrutements ont été réalisés au premier semestre. L’ensemble des recrutements est en baisse de 36 % par rapport à 2016. Les jeunes représentent 25 % des recrutements, en recul de 5,2 points par rapport à 2016.

Voir le site

Près de 155 milliards d'euros consacrés à l'éducation en 2017 : 6,7 % du PIB

NOTE D'INFORMATION - DEPP, n° 18-29 2018, Mélanie Drégoir et Aline Landreau, 4 p.

En 2017, la France a consacré 154,6 milliards d’euros à son système éducatif, soit 6,7 % du PIB. La dépense moyenne pour un élève ou un étudiant est de 8 690 euros. Elle augmente avec le niveau d’enseignement allant de 6 550 euros pour un écolier, 8 710 euros pour un collégien, 11 190 euros pour un lycéen à 11 670 euros pour un étudiant.

Voir le site

Données sur les accueils collectifs de mineurs

INJEP, Renaud Foirien, 2018

La mission des études, de l'observation et des statistiques (Meos) de l'Injep publie des données chiffrées sur les accueils collectifs de mineurs avec et sans hébergement et du scoutisme sur la période 2009-2010 à 2017-2018.

Voir le site

216 700 interruptions volontaires de grossesse en 2017

ETUDES ET RESULTATS n° 1081, septembre 2018, DREES / Annick Vilain, avec la collaboration de Sylvie Rey (DREES)

En 2017, 216 700 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été réalisées en France, dont 202 900 auprès de femmes résidant en Métropole. Le taux de recours s’élève à 14,4 IVG pour 1 000 femmes âgées de 15 à 49 ans en Métropole et à 26,1 dans les départements et régions d’outremer (DROM). Les jeunes femmes (20 à 24 ans) restent les plus concernées, avec un taux de 26,7 IVG pour 1 000 femmes pour la France entière. L’indice conjoncturel d’avortement se maintient à 0,53 IVG par femme en 2017.

Voir le site

L'Etat de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France. 51 indicateurs

Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques. (SIES), Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, 2018

Présentation annuelle de l'état de l'enseignement supérieur et de la recherche avecc un état des lieux chiffré du système français, de ses évolutions et des moyens mis en œuvre et de ses résultats. Une mise en perspective internationale est réalisée pour les indicateurs les plus structurants.

Voir le site