Accueil » Les chiffres-clés

Rubrique Veille & Actus : Les chiffres-clés

Ouvrir/Fermer tout

L'état de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation en France 2024, n°17 - SIES

SIES (systèmes d'information et des études statistiques ), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Juin 2024,148 p.

L'État de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation présente une vision synthétique, chiffrée et rigoureuse du paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche en France.

Voir le site

Les usages de substances psychoactives chez les adolescents en Outre-mer - OFDT

OFDT - Notes - PHILIPPON, Antoine ; LE NEZET, Olivier ; SPILKA, Stanislas - Mai 2024, 15 p. (mis en ligne, en juin)

Cette note présente les résultats EnCLASS 2022-2023 concernant les usages de tabac, d’alcool, de cannabis et d’autres drogues illicites en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à La Réunion. Elle expose les niveaux d’usage des collégiens, puis ceux des lycéens, en s’attachant systématiquement à comparer les prévalences les plus récentes de chacun des territoires vis-à-vis de ceux de l’Hexagone et à apprécier leur évolution dans le temps.

Voir le site

Union européenne : Baisse du nombre de jeunes qui ne travaillent ni n'étudient - Eurostat

Eurostat - Données mises à jour : juin 2024

En 2023, plus d’un jeune sur dix (11,2 %) âgé de 15 à 29 ans dans l’UE ne travaillait ni ne suivait d’études ou de formation (NEET), soit une diminution de 0,5 point de pourcentage (pp) par rapport à 2022. Dans la plupart des pays de l’UE, il existe des différences entre la proportion de jeunes femmes et de jeunes hommes NEET. En 2023, 12,5 % des jeunes femmes âgées de 15 à 29 ans dans l’UE étaient NEET, tandis que la proportion correspondante parmi les jeunes hommes était de 10,1 %.

Voir le site

En 2023, un tiers des internautes ressentent au moins un effet néfaste des écrans - INSEE

INSEE FOCUS n° 329 - GUILLOTON, Valentin - juin 2024

En 2023, 34 % des internautes de 15 à 74 ans déclarent au moins un effet néfaste lié à l’usage des écrans dans la vie courante, en dehors des temps d’étude ou de travail. Les plus jeunes sont particulièrement concernés : 57 % chez les moins de 20 ans et 49 % chez les 20-34 ans.

Voir le site

L’insertion professionnelle des diplômés des Grandes écoles - CGE / ENSAI

Conférence des grandes écoles (CGE) ; École nationale de la statistique et de l’analyse de l’information (ENSAI) - Juin 2024, 86 p.

Cette 32ème enquête sur l’insertion des diplômés des Grandes écoles a été réalisée au cours du premier trimestre 2024. Malgré une situation économique dégradée et défavorable aux recrutements, de cadres notamment, l’insertion professionnelle des diplômés de la promotion 2023 se maintient à un très haut niveau, 85,8 %. Les résultats de la présente enquête insertion, ainsi que ceux des éditions précédentes, révèlent néanmoins la persistance d'inégalités femme-homme : le maintien d'écarts de rémunération, les différentiels de taux net d'emploi ou encore la nature des contrats signés après l'obtention du diplôme (la part des femmes en CDI et de femmes cadres est bien moindre que celle des hommes).

Voir le site

Comprendre le vote aux Européennes 2024 - Elabe

Sondage « Jour du vote : Comprendre le vote aux élections européennes» ELABE pour BFMTV, La Tribune Dimanche, et RMC – 9 juin 2024, 49 p.

Selon ELABE pour BFMTV, La Tribune Dimanche et RMC du 9 juin 2024 au sortir des bureaux de vote, 47 % des jeunes de 18 à 24 ans et 49 % des jeunes de 25 à 34 ans se sont exprimés dans les urnes. Le vote des 18-34 ans s'est exprimé à 32 % pour la liste du Rassemblement national, 20 % pour celle de la France Insoumise,10 % pour celle du Parti socialiste et 8 % pour Europe Ecologie les Verts. Selon le sondage OpinionWay pour Les Echos : "Sociologie du vote - 9 juin 2024", 11/06/2024, les 18-24 ans ont voté à 27 % pour la liste RN, à 30 % pour la liste France Insoumise, 10 % pour la liste LR et à 6 % pour la liste EELV. Un autre sondage : "Européennes 2024 – Sondage. Sociologie du vote", 09/06/20254 publié par Toluna Harris Interactive pour M6, RTL et Challenges, montre que les 18-24 ans ont voté à 25 % pour la liste du RN, 23 % pour celle de la France Insoumise, et 6 % à chaque fois pour les listes PS, Renaissance et LR.

Voir le site

L’économie sociale et solidaire portée par les associations et le secteur sanitaire et social - INSEE

INSEE Analyse Haut de France - GHAIBOUCHE, Liana ; LEGRAND, Marie-Michelle ; RAULT, Antoine - n° 174, mai 2024, 4 p.

Dans les Hauts-de-France, un salarié sur dix travaille dans l’économie sociale et solidaire (ESS). Le secteur sanitaire et social et l’enseignement constituent ses grands domaines d’intervention. Deux salariés de l’ESS sur trois sont des femmes, contre un sur deux dans l’ensemble de l’emploi salarié régional. La question du renouvellement générationnel se pose de manière plus aiguë dans l’ESS que dans le reste de l’économie, en particulier chez les cadres, nettement plus âgés.

Voir le site

Les différences d’orientation entre les filles et les garçons à l’entrée de l’enseignement supérieur - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 24.20 - GAUTIER-TOUZO, Martin ; BROUILLAUD, Aurélien ; BURRICAND, Carine ; DAUHPIN, Laurence ; MONSO, Olivier - Mai 2024, 4 p.

Les différences d’orientation persistent dans l’enseignement supérieur au regard des vœux exprimés lors de la session 2022 de Parcoursup y compris lorsqu’on considère des élèves ayant suivi les mêmes combinaisons de spécialités. Ces différences filles/garçons sont les plus élevées dans les combinaisons comportant au moins une composante scientifique : les filles s’orientent notamment davantage vers les filières de santé et les garçons vers les filières scientifiques sélectives.

Voir le site

La France bénévole 2024 - Recherches et Solidarités

Recherches & solidarités (R&S) avec IFOP - Collectif - Mai 2024, 71 p.

Cette 19ème édition s’appuie sur les résultats de deux enquêtes réalisées en 2024 pour actualiser le portrait des bénévoles aujourd’hui. Elle fait, pour la première fois, un focus sur les savoir-faire et savoir-être acquis dans l’engagement, et sur les attentes de formations, en coopération avec l’Institut Européen de Développement Humain.

Voir le site

Parcoursup 2024 : Les vœux des lycéens à l’entrée dans l’enseignement supérieur - SIES

Note flash du SIES n° 24.11 - THAO KHAMSING, Willy - Mai 2024, 2p. - Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

En 2024, 626 000 lycéens scolarisés en France ont confirmé au moins un vœu sur Parcoursup (15 000 de plus que l’an passé), ils représentent 96,6 % des élèves de terminale inscrits sur la plateforme.

Voir le site

Jeunesse et mobilité : la fracture rurale - Institut TERRAM / Chemins d'avenir

Institut TERRAM ; Chemins d'avenir ; IPSOS (Collab.) - ASSOULY, Félix ; BEROUX, Salomé ; DELAGE Victor - Mai 2024, 44 p.

Cette enquête, menée par l’Institut Terram et Chemins d’avenirs avec l’Ifop, rompt avec l’approche habituelle du rural perçue depuis la ville, au profit d’une classification liée à la faible densité de population des territoires ruraux. Cette méthodologie inédite, d’une grande précision, permet de mieux appréhender les espaces ruraux, qui correspondent ici aux communes « peu denses » et « très peu denses », soit 88 % des communes et un quart des jeunes de 15 à 29 ans (26 %). L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 2 039 personnes représentatif de la population rurale âgée de 15 à 29 ans, et d’un échantillon de 2 027 personnes représentatif de la population française âgée de 15 à 29 ans, incluant 1 079 citadins.

Voir le site

Trois ans après le diplôme, 83 % des diplômés « jeunesse et sports » en emploi - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n°76 - ILARDI, Valérie ; MAUROUX, Amélie (Collab.) - Mai 2024, 4 p.

Au terme de leurs trois premières années sur le marché du travail, en 2020-2021, plus de huit jeunes sur dix ayant obtenu un diplôme d’État délivré par les ministères en charge de la jeunesse et des sports (BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS) sont en emploi. Profitant d’une meilleure insertion professionnelle que les autres diplômés de niveau équivalent et que l’ensemble de leur génération, 61 % des diplômés en emploi ont un contrat à durée indéterminée. Ils sont cependant plus souvent à temps partiel (28 %), exercent plus fréquemment plusieurs emplois (20 %) et sont davantage non-salariés (15 %). Au bout de trois ans, près de six diplômés en emploi sur dix exercent un métier en lien avec leur formation.

Voir le site

Les diplômés des brevets d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) et de directeur (BAFD) en 2023 - INJEP

INJEP - Fiche repère n° 2024/04 - FOIRIEN, Renaud - Mai 2024, 2 p.

Le BAFA et le BAFD sont deux diplômes permettant d’encadrer à titre non professionnel des enfants et des adolescents en accueil collectif de mineurs (colonie de vacances, accueil de loisirs, accueil périscolaire). En 2023, 49 800 BAFA et 1 900 BAFD ont été délivrés, contre respectivement 46 200 et 1 600 en 2022. La hausse du nombre de BAFA délivrés est à mettre en relation avec l’abaissement de l’âge requis pour entrer en formation, passé de 17 ans à 16 ans fin 2022. La part d’une génération qui sera titulaire du BAFA à 24 ans est estimée à 5,3 %, soit le niveau le plus élevé observé depuis 2016.

Voir le site

Origine sociale, diplôme et insertion : la force des liens - CEREQ

CEREQ Bref, n°452 - DABET, Gaëlle ; EPIPHANE, Dominique ; PERSONNAZ, Elsa - Mai 2024, 4 p.

Alors que les jeunes générations accèdent massivement au bac et aux études supérieures, quelle influence ont aujourd'hui les origines sociales sur les parcours scolaires et professionnels ? S’appuyant sur l’observation en 2020 des trajectoires des jeunes sorti·es de formation trois ans plus tôt, ce Céreq Bref fournit des éléments de réponse. Il montre ainsi que les inégalités sociales observées au moment de l’insertion professionnelle s’expliquent avant tout par l’effet déterminant du milieu d’origine sur le niveau de diplôme atteint. Mais cet effet persiste sur les chances d’accéder au statut cadre.

Voir le site

Évolution de la mixité sociale des collèges - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 24.19 - PIQUEMAL, Louise - Mai 2024, 4 p.

Les collèges ont des compositions sociales très différentes, ce qui est régulièrement décrit comme un facteur renforçant les inégalités scolaires. Le niveau et les composantes de la ségrégation sociale varient d’un département à l’autre, compte tenu notamment du degré de ségrégation résidentielle entre communes et quartiers, du poids du secteur privé et des inégalités économiques. Au niveau national, la ségrégation sociale entre collèges a peu varié au cours du temps. Cette stabilité masque cependant des évolutions plus marquées selon le secteur d’enseignement.

Voir le site

Hospitalisations pour gestes auto-infligés : une progression inédite chez les adolescentes et les jeunes femmes en 2021 et 2022 - DREES

DREES - Études et Résultats, n° 1300 - HAZO, Jean-Baptiste ; PIRARD, Philippe ; JOLLANT, Fabrice ; VUAGNAT, Albert- Mai 2024, 8 p.

Depuis la fin 2020, le nombre de jeunes femmes âgées de 10 à 24 ans hospitalisées a fortement augmenté. La hausse brutale des hospitalisations chez les adolescentes et les jeunes femmes depuis 2020 concerne tout le territoire, les différents niveaux socio-économiques, mais aussi tous les modes opératoires et niveaux de gravité. L'évolution observée ne résulterait ainsi pas uniquement d’une modification des pratiques de codage statistique dans les hôpitaux. L’absence d’évolution comparable chez les garçons et les hommes des mêmes âges suggère qu’il s’agit d’un phénomène genré, mais il reste possible qu’une éventuelle augmentation de la détresse psychologique masculine ne s’exprime pas de la même manière

Voir le site

Quel parcours professionnel pour les étudiants internationaux formés en France ? - Campus France

Campus France - Mai 2024, 24 p.

Cette enquête inédite de Campus France s’intéresse aux parcours d’anciens étudiants internationaux ayant effectué un séjour d’études en France, que ce soit pour une formation diplômante, un échange universitaire ou une autre certification. Consultés fin 2023, ce sont plus de 10 000 alumni qui ont répondu à l’enquête. Agés de 33 ans en moyenne, ils ont étudié en France pour la plupart au cours des dix dernières années, et la moitié d'entre eux a bénéficié d’une bourse. 54 % des répondants sont des hommes et 46 % des femmes. Cet échantillon se caractérise par sa diversité géographique, avec des anciens étudiants originaires de 154 pays, plus particulièrement des zones : Afrique subsaharienne (28 %), Afrique du Nord – Moyen-Orient (21 %), Europe (20 %), Amériques (18 %) et Asie-Océanie (12 %).

Voir le site

Service national universel : la parole aux encadrants. Enquête auprès du personnel encadrant des séjours de cohésion de 2023 - INJEP

INJEP - Notes et Rapports, 2024/08 - DEFASY, Aude ; LEPLAIDEUR, Marie ; RAY, Maud ; VENET, Thomas (collab.) ; JAMES, Samuel (Collab.) - Mai 2024, 103 p. (Evaluation)

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) a été mandaté pour réaliser l’évaluation du Service national universel. En 2023, le choix a été fait d’enrichir l’évaluation d’une enquête auprès des encadrants des séjours de cohésion avec l’objectif de recueillir à grande échelle la perception et l’avis des personnels qui participent directement au déploiement opérationnel des séjours. La démarche s’inscrit dans la continuité et la complémentarité des précédentes évaluations qui avaient déjà interrogé avec une approche plus qualitative les encadrants.

Voir le site

Intelligence artificielle, études et orientation : un trio gagnant pour la Gen Z - Diplomeo

Diplomeo - Avril 2024

Comment Les jeunes appréhendent-ils l'intelligence artificielle dans leur quotidien ? 78 % des 16-25 ans ont déjà utilisé cette technologie selon les résultats de l'enquête menée par Diplomeo.

Voir le site

Les objectifs de l’Union européenne en matière d’éducation et de formation pour 2030 : où en est la France en 2024 ? - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 24.18 - TOADER, Alina ; RAKOCEVIC, Robert - Mai 2024, 4 p.

En 2021, les États membres de l’Union européenne (UE) ont fixé un ensemble de nouveaux objectifs communs en matière d’éducation et de formation, dont six font l’objet d’un suivi statistique à ce jour. En comparaison avec les résultats des autres pays, la France présente davantage de jeunes enfants en éducation, moins de sorties précoces de l’éducation et de la formation, ainsi qu’un accès plus élevé à des diplômes de l’enseignement supérieur. Elle a par ailleurs déjà dépassé les objectifs dans ces domaines. Toutefois, en matière de compétences, la France – comme la quasi-totalité des pays – est en retard sur les objectifs fixés.

Voir le site

L'engagement bénévole : un levier de changement pour la santé des jeunes - IFOP pour l’association AÏDA

IFOP pour l’association AÏDA - Avril 2024, 41 p.

Alors que la prise de conscience autour de la santé globale des jeunes est plus que jamais d’actualité, une étude récente de l’IFOP pour l’Association Aïda tend à démontrer l’impact significatif de l’engagement bénévole sur la santé physique et mentale des jeunes entre 15 et 25 ans. Cette étude dévoile comment l’engagement peut jouer un rôle crucial non seulement dans la prévention santé mais également dans l’amélioration des comportements de santé au quotidien.

Voir le site

Les professions peu qualifiées sont davantage occupées par les plus jeunes - INSEE

INSEE- Extrait du "Portrait des professions en France en 2022" - INSEE FOCUS n° 324 - Avril 2024, 5 p.

Les jeunes de 15 à 24 ans en emploi sont en moyenne moins diplômés que les autres jeunes de leur génération. Ils sont ainsi plus nombreux parmi les professions peu qualifiées : ils représentent 17 % des employés peu qualifiés et 21 % des ouvriers peu qualifiés, contre 10 % de l’ensemble de la population en emploi.

Voir le site

En 2022, un adulte sur dix rencontre des difficultés à l’écrit - INSEE

INSEE - INSEE Première, n° 1993 - BENTOUDA, Laïla ; MURAT, Fabrice - Avril 2024, 4 p.

En 2022, en France, 10 % des personnes âgées de 18 à 64 ans éprouvent des difficultés dans les domaines fondamentaux de l’écrit. Les plus jeunes maîtrisent nettement mieux l’écrit que leurs aînés : la part des personnes en difficulté varie de 6 % pour les 18-24 ans à 14 % pour les 55-64 ans. Le rapport est similaire pour les personnes avec des difficultés fortes face à l’écrit.

Voir le site

Naître en outre-mer : de moindres opportunités que dans les autres régions de France - France Stratégie

France Stratégie - DHERBECOURT, Clément ; PERUYERO, Clément - Note d'analyse, n° 137 - Mai 2024, 12 p.

Les natifs des Antilles et de La Réunion subissent une pénalité significative en matière d’opportunités éducatives et professionnelles par rapport aux métropolitains, même issus des régions à plus faibles opportunités. À origine sociale comparable, les natifs de ces territoires ont 20 % à 25 % de chances en moins d’obtenir un diplôme du supérieur, environ 12 % de chances en moins d’accéder à l’emploi, et 35 % à 45 % de chances en moins d’occuper un poste de cadre. Cette pénalité significative par rapport aux régions métropolitaines s’observe aussi lorsqu’on restreint l’analyse aux individus d’origine sociale modeste ou très modeste, pour lesquels les écarts de réussite éducative et professionnelle entre régions métropolitaines sont pourtant plus marqués.

Voir le site

Les sorties culturelles des Français et leurs pratiques en ligne en 2023 : cinéma, concert et théâtre - DEPS

DEPS - GARCIA, Léa ; JONCHERY, Anne ; THOUMELIN, Claire - Culture Etudes n° 2024-2 - Avril 2024, 35 p. [Ministère de la Culture]

En 2023, plus de la moitié des Français sont allés au cinéma, près d’un quart ont assisté à un concert et un peu plus d’un sur dix à une représentation de théâtre. L’enquête "Conditions de vie et aspirations" du Crédoc réalisée en ligne en octobre 2023 montre que les sorties des jeunes sont plus souvent ancrées dans une sociabilité amicale (43 % des 15-24 ans contre 19 % en moyenne). La sortie au cinéma est une pratique particulièrement répandue chez les jeunes. Les concerts attirent également un jeune public, enfin les jeunes et les plus diplômés sont les plus consommateurs de films, de séries, de concerts et de spectacles en ligne.

Voir le site

Les jeunes et le vote - INJEP

INJEP - Fiche repère n° 2024/03 - LARDEUX, Laurent - Avril 2024, 2 p.

De manière générale, les jeunes sont plus abstentionnistes que leurs aînés, avec des proportions qui varient toutefois entre les primo-votants (18-24 ans) généralement plus mobilisés le jour des élections que leurs ainés immédiats (25-29 ans). En 2022, l’abstention systématique, qui désigne le fait de s’abstenir aux deux scrutins présidentiels et législatifs, concerne en premier lieu les inscrits sur les listes électorales âgés de 25 à 29 ans (25 % soit +6 points par rapport à 2002). Les primo-votants âgés de 18 à 24 ans étaient ainsi légèrement moins concernés en 2022 par l’abstention systématique (23 %), même si les chiffres sont en nette augmentation comparativement aux primo-votants de 2002 (+9 points). Cette participation légèrement plus forte des plus jeunes pourrait s’expliquer par un encadrement de l’entourage familial ou scolaire plus prégnant à cet âge de la vie, mais aussi par le désir d’accomplir ce qui constitue encore pour certains primo-votants un rite de passage vers l’âge adulte.

Voir le site

L'éducation prioritaire - DEPP

La direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) - STEFANOU, Alexia -Synthèse de la DEPP n°6, juillet 2022, mise à jour avril 2024, 50 p.

Ce document rassemble les indicateurs et les principaux enseignements des études menées par la DEPP sur l’éducation prioritaire.

Voir le site

Politiques jeunesse et engagement des jeunes : les actions des intercommunalités - Intercommunalités de France / Anacej

Intercommunalités de France ; Anacej - TREUIL, Jean-Marc ; BRIOT, Romain ; MORVAN, Marie - Avril 2024, 36 p.

Réalisée en 2023, l’enquête conduite par Intercommunalités de France et l’Anacej interroge huit intercommunalités aux profils différents sur leurs projets à destination des jeunes, et sur les démarches mises en place pour associer ce public aux actions menées par l’intercommunalité. Les huit intercommunalités sont les suivantes : Saint-Brieuc Armor Agglomération (Côtes-d’Armor), Morlaix Communauté (Finistère), l’agglomération du Libournais (Gironde), Côte Ouest Centre Manche (Manche), Coutance Mer et Bocage (Manche), la communauté urbaine de Dunkerque (Nord), la Vallée d’Ossau (Pyrénées-Atlantiques), le Pays Mornantais (Rhône). A noter, les publications de l'INJEP sur ce sujet : https://injep.fr/?s=intercommunalit%C3%A9

Voir le site

Panorama des licences sportives dans les fédérations olympiques de Paris 2024 - INSEE

INSEE - INSEE Première, n° 1992 - ANNE, Clément ; CASTERAN-SACRESTE, Bénédicte ; MAUROUX, Amélie ; BRUNET, Laurent ; JOLLIVET, Justine ; LEVASSEUR, Stéphane - Avril 2024, 4 p.

En 2022, les fédérations sportives olympiques d’été ont délivré 8,8 millions de licences sportives annuelles, soit une licence pour sept habitants. Les fédérations de football, de tennis et d’équitation concentrent 44 % des licences. La moitié des détenteurs d’une licence dans les fédérations sportives olympiques d’été ont moins de 16 ans. Les âges médians restent très proches d’une région à l’autre dans chaque fédération.

Voir le site

Chiffres clés 2024 de la mobilité étudiante : plus de 412 000 étudiants internationaux en France - Campus France

Campus France - Avril 2024, 56 p.

En 2022-2023, les étudiants étrangers étaient 412 087 à être inscrits dans l’enseignement supérieur français, en augmentation de 3 % sur un an et de 17 % sur cinq ans. Dans son édition 2024 des Chiffres Clés de la mobilité étudiante, Campus France retrace les dernières évolutions d’un secteur qui, après l’impact contrasté du Covid et l’embellie unanime qui l’a suivi, entre dans une ère plus incertaine.

Voir le site

Prévisions des effectifs du second degré pour les années 2024 à 2028 - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 24.09 - MICONNET, Nicolas - Mars 2024, 4 p.

Les effectifs du second degré devraient diminuer sur la période 2024-2028. L’ampleur de cette baisse dépend de la mise en œuvre de la nouvelle politique éducative « choc des savoirs : une mobilisation générale pour élever le niveau de notre école ». Cependant quelles que soient les hypothèses, les effectifs du second degré devraient baisser entre 2024 et 2028, faiblement en 2024 et 2025 et plus fortement à partir de 2026. La prévision intermédiaire retient une baisse de 13 800 élèves en 2024 et de 9 800 élèves en 2025 puis de 30 000 à 40 000 élèves de 2026 à 2028.

Voir le site

La santé mentale et le bien-être des collégiens et lycéens en France hexagonale. Résultats de l'enquête EnCLASS 2022 - Santé publique France

Santé publique France - Avril 2024, 17 p.

En 2022, 86,2 % des collégiens et 83,5 % des lycéens se sont déclarés en excellente ou en bonne santé, les garçons davantage que les filles, que ce soit au collège (90,2 % vs 82,2 %) ou au lycée (90,2 % vs 77,0 %). Un peu moins d’un tiers des élèves interrogés (31,7 % des collégiens et 31,1 % des lycéens) se sont déclarés en excellente santé. Quel que soit le niveau de scolarité, les garçons sont en proportion plus nombreux que les filles à percevoir leur santé comme excellente. L’écart entre les filles et les garçons se creuse davantage à partir de la 4e. Ainsi, la proportion de filles se déclarant en excellente santé diminue entre la 6e (26,9 %) et la 3e (21,9 %) tandis que celle de garçons augmente (35,1 % en 6e vs 43,2 % en 3e)].

Voir le site

Comment l’âge de sortie des études et les débuts de carrière s’articulent-ils ? - DARES

DARES ANALYSES n°21 - GOUYON, Marie ; MAKHZOUM, Sonia ; VERDIN, Marie-Anaïs (ENSAI) - Mars 2024, 8 p.

En moyenne entre 2014 et 2020, au cours des quatre premières années à l’issue des études, le taux d’emploi des personnes sorties à 16 ans ou moins du système scolaire croît nettement plus lentement que celui des sortants à partir de 17 ans.

Voir le site

Les jeunes et la lecture - IPSOS pour le CNL

Ipsos pour le Centre national du livre - Avril 2024, 87 p.

La 5e édition du baromètre bisannuel "Les Français et la lecture" conduit par IPSOS pour le CNL, montre que le décrochage chez les 15-24 ans s’accentue. Les jeunes de 15 à 24 ans se déclarent les moins lecteurs, avec un taux de lecteurs stable par rapport à 2021, mais un net repli par rapport à 2019 (-12pts) et 1 jeune sur 5 affirme ne pas lire du tout.

Voir le site

Expérimentation à Wallis et Futuna. Pari réussi d’un programme éducatif de prévention de l’obésité infantile - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n° 75 - ROBERTS, Tamara ; DOUGIN, Hélène ; TARBES, Jérôme - Mars 2024, 4 p.

Le programme éducatif de prévention NumériS@nté a été expérimenté à Wallis et Futuna entre 2018 et 2021 pour lutter contre le surpoids et l’obésité des écoliers, qui constituent une préoccupation majeure dans de nombreux pays insulaires du Pacifique. Ce programme, soutenu par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ), s’appuie sur des supports pédagogiques, notamment numériques, se voulant ludiques, attractifs, intuitifs et adaptés au contexte local. L’évaluation présentée ici met en lumière les effets de ce dispositif sur ses bénéficiaires dans un contexte territorial singulier où l’alimentation et l’activité physique sont fortement affectées par la coutume et la sédentarité. Elle montre qu’un tel programme éducatif permet d’améliorer sensiblement les connaissances et comportements alimentaires et de sédentarité des enfants, sans toutefois provoquer de baisse à court terme de leur indice de masse corporelle (IMC) moyen.

Voir le site

60 100 enfants vivent principalement en famille d’accueil en 2019 en France métropolitaine - DREES

DREES - Dossier de la DREES, n°116 - BASSE, Lucille - Mars 2024, 40 p.

La DREES publie une étude sur la situation des enfants et jeunes majeurs de moins de 21 ans vivant en famille d’accueil. Cette étude est basée sur l’exploitation de nouvelles données issues du recensement de la population de l’Insee, qui permettent d’apporter un éclairage complémentaire aux statistiques publiques déjà existantes sur la protection de l’enfance.

Voir le site

Les jeunes et l’autocensure en matière d’emploi - CSA pour Sanofi et Mozaïk RH

CSA pour Sanofi et Mozaïk RH - Mars 2024, 33 p.

L’étude menée par CSA pour Sanofi et la Fondation Mozaïk auprès de 1 751 jeunes âgés de 18 à 24 ans, dont 213 issus des QPV, révèle que 73 % des jeunes ont déjà renoncé à candidater à une offre d’emploi, pensant n’avoir aucune chance d’être sélectionné. Ce chiffre baisse à 67 % chez les jeunes issus des QPV, une chute de 8 points par rapport à 2021, signe d’un volontarisme particulièrement marqué dans cette population.

Voir le site

JeVeuxAider.gouv.fr : Mesures d'impact - Réserve civique / DJEPVA

Réserve civique / DJEPVA - Mars 2024, 47 p.

Lancée en 2020, en pleine crise du Covid, la Réserve civique, plateforme publique du bénévolat en France, portée par le ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse fête ce mardi ses quatre ans. Elle publie sa deuxième mesure d'impact. La mesure a été prise auprès de 4 publics cibles (les associations, les bénévoles, les acteurs publics et les référents) entre novembre 2023 et décembre 2023. JeVeuxAider.gouv.fr a interrogé un échantillon représentatif des bénévoles de sa base de données, par âge et par géographie, et obtenu les réponses de 1676 bénévoles. Côté organisations, elles sont 886 à avoir répondu à l’étude

Voir le site

Les « jobs » étudiants début 2020 : quatre fois sur dix, des emplois de serveurs, caissiers ou vendeurs - INSEE

INSEE FOCUS n°332 - HILARY, Solène ; LEFEVRE, Laurent ; PEN, Laurence - Mars 2024, 5 p.

Début 2020, 26 % des étudiants résidant en France occupent un emploi tout en faisant leurs études. La majorité de ces emplois sont liés à la formation qu’ils suivent. Mais 5 % des étudiants, soit 146 000 jeunes, occupent début 2020 un « job » étudiant en parallèle de leurs études : ils travaillent à temps partiel, leur emploi n’étant ni en apprentissage, ni en stage, ni un internat ou externat de profession médicale, tout en continuant à titre principal leurs études. Dans quatre cas sur dix, ils sont serveurs, caissiers ou vendeurs. Les diplômés de niveau bac+3 ou bac+4, les femmes, les étudiants ne vivant plus chez leurs parents et ceux habitant dans les pôles des aires d'attraction des villes cumulent plus souvent études et « job » étudiant. Les étudiants habitant en Île-de-France ou dans certains départements possédant de grandes universités occupent beaucoup plus fréquemment ce type d’emploi que ceux des départements d’outre-mer, de Corse ou ruraux.

Voir le site

Premiers résultats de l’enquête "Conditions de vie des étudiants 2023" – OVE

OVE - BELGHITH, Feres ; BUGEJA-BLOCH, Fanny ; COUTO, Marie-Paule ; et al. - Mars 2024, 36 p. (Repère 2023)

Ce fascicule présente une sélection de résultats de l’enquête nationale "Conditions de vie des étudiants (CdV)", réalisée entre le 13 mars et le 21 mai 2023 par l’Observatoire national de la vie étudiante. Il s'agit de la 10e édition. Réalisée à un rythme triennal depuis sa création en 1994, l’enquête CdV a pour ambition de recueillir et d’analyser des informations pertinentes sur les conditions de vie des étudiants sous différents aspects : le choix et le rythme des études, la vie dans l'établissement, les perspectives d'avenir, les discriminations, l'activité rémunérée, le logement étudiant, la situation économique et financière, l'alimentation, le bien-être et la santé.

Voir le site

Résultats définitifs de la session 2023 du baccalauréat : stabilisation des résultats après la crise sanitaire et la mise en place du nouveau baccalauréat général - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 24.07 - THOMAS, Fanny - Mars 2024, 4 p.

Avec 743 900 candidats et 674 900 bacheliers, le taux de réussite au baccalauréat 2023 est de 90,7 %. Il est de 95,5 % dans la voie générale, 89,5 % dans la voie technologique et 82,6 % dans la voie professionnelle. Il diminue faiblement dans la voie générale et plus sensiblement dans la voie technologique.

Voir le site

Les drogues à 17 ans. Analyses régionales. Enquête ESCAPAD 2022 - OFDT

OFDT - Collectif - Février 2024, 66 p. - Rapport, études et recherche

Depuis une vingtaine d’années, l’enquête ESCAPAD menée par l’OFDT permet de quantifier les usages de produits psychoactifs chez les jeunes de 17 ans à l’échelle régionale. Ce nouveau rapport peut être mobilisé par les acteurs de terrain dans une perspective de compréhension globale des phénomènes sociaux qui touchent leur territoire, afin d’y adapter les politiques de santé et actions de prévention.

Voir le site

Les étudiants européens en mobilité internationale entre l'Union européenne et la France - SIES

Note d'information du SIES n° 24.02 - BODELIN, Louis ; MALFATTO, Solène - Mars 2024, 5 p. - Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Parmi les 310 800 étudiants étrangers venant en France pour des études supérieures en 2022-2023, plus de 15 % proviennent de l’Union européenne.

Voir le site

Les Français et l'alimentation quotidienne - Toluna Harris Interactive pour le ministère de l’Economie et des Finances et l’Institut du goût

Toluna Harris Interactive pour le ministère de l’Economie et des Finances et l’Institut du goût - Mars 2024, 29 p.

L’enquête révèle que si l’intérêt pour la cuisine traverse les générations, les moins de 25 ans avouent notamment davantage fréquenter les établissements de restauration rapide et acheter plus que la moyenne des produits transformés. Par ailleurs, ils sont également moins nombreux à déclarer consommer de manière régulière des fruits et légumes frais. Des habitudes qui sont à mettre en parallèle avec le manque d’information sur la qualité nutritive et l’origine des produits en magasin dont témoignent les Français, qui dans leur grande majorité estiment qu’il serait utile de développer l’éducation sur les produits alimentaires dès l’école primaire.

Voir le site

Les victimes de violences physiques ou sexuelles enregistrées par les services de sécurité en 2023 - SSMSI

Ministère de l'Intérieur et des Outre-Mer - SSMSI, Service statistique ministériel de la Sécurité intérieure - Interstats Info Rapide, n° 32 - Février 2024, 7 p.

En 2023, les services de police et de gendarmerie nationales ont enregistré, au titre de crimes et de délits, 444 700 victimes de violences physiques, dont 96 700 sont mineures (22 %) et 114 100 victimes de violences sexuelles, dont 65 300 sont mineures (57 %). Plus de la moitié de ces violences physiques enregistrées sont commises dans le cadre intrafamilial (conjugal ou non), que les victimes soient majeures ou mineures (respectivement 53 % et 54 % des victimes). Cette part est beaucoup plus faible pour les violences sexuelles dont la majorité a lieu en dehors du cadre familial (77 % des victimes majeures et 70 % des victimes mineures).

Voir le site

Les signalements d’incidents graves dans les écoles publiques et les collèges et lycées publics et privés sous contrat en 2022-2023 - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 24.04 - RAKOTOBE, Muriella - Février 2024, 4 p.

Au cours de l’année scolaire 2022-2023, les chefs d’établissement du second degré des secteurs public et privé sous contrat ont déclaré en moyenne 13,7 incidents graves pour 1 000 élèves. Dans les écoles publiques, les incidents sont moins fréquents.

Voir le site

#MoiJeune Saison 15 - Avoir 18-30 ans c'est sport - OpinionWay et 20 Minutes 27/02/2024

OpinionWay pour 20 Minutes - Février 2024, 66 p.

Ce sondage auprès de jeunes âgés de 18 à 30 ans s'intéresse à leur rapport au sport et au Jeux olympiques et paralympiques. 67 % déclarent pratiquer un sport toutes les semaines, pour leur mental (75 %), l'esthétique (63 %) ou la forme/bien être (61 %). 24 % sont des sportifs solitaires et 21 % "relax". Ce sondage s'accompagne de pastilles de "micro-trottoirs".

Voir le site

Jeunesse et politique - IPSOS pour Le Parisien

Ipsos pour Le Parisien - Février 2024, 34 p.

Cette enquête Ipsos pour Le Parisien s’intéresse à la perception qu’ont les jeunes Français sur plusieurs sujets politiques et les compare avec l’opinion générale de la population française. Les plus jeunes sont moins nombreux à déclarer qu'ils iront voter lors des prochains scrutins. Pour les élections européennes, 56 % des Français déclarent qu'ils sont certains d'aller voter, contre seulement 42 % des jeunes de 18 à 24 ans. On observe de manière générale une progression de l’intention certaine d’aller voter en fonction de l’âge, 75 % des 70 ans et plus déclarant être certains d’aller voter aux élections européennes.

Voir le site

Les Européennes : les intentions de vote des jeunes - Opinionway pour Les Echos et Radio Classique.

Eurotrack Opinion Way - Vae Solis pour Les Echos et Radio Classique - Février 2024, 26 p.

Selon le sondage réalisé par Opinion Way, les jeunes âgés de 18 à 24 ans et ceux âgés de 25 à 34 ans déclarent vouloir voter respectivement à 35 % et 32 % pour le Rassemblement national pour les prochaines européennes.

Voir le site

Fonds d’aide aux jeunes : moins de bénéficiaires mais un montant moyen des aides en hausse de 2019 à 2022 - DREES

DREES - Études et Résultats, n° 1295 - LE CAIGNEC, Émilie - Février 2024, 4 p.

En 2022, le fonds d’aide aux jeunes (FAJ) a permis d’octroyer 82 900 aides individuelles, soit 20 % de moins qu’en 2019. Cette baisse s’inscrit dans une tendance plus longue. Ces aides reculent depuis une dizaine d’années, en partie par un effet de substitution : l’expérimentation de la Garantie jeunes (GJ) a débuté en 2013, puis a été généralisée à partir de 2017. L’aide alimentaire reste le premier besoin couvert par le FAJ (58 % en 2022), devant les aides à la mobilité, les aides à la formation et au logement. S’agissant du profil des jeunes bénéficiaires, 58 % ne sont ni scolarisés, ni en emploi, ni en stage en 2022, un chiffre en légère baisse par rapport à 2020 (60 %), au profit de jeunes qui travaillent.

Voir le site

Baromètre Héxopée sur l’activité et la situation économique et budgétaire des structures employeuses de l’Education populaire. Édition 2023 - Héxopée

Héxopée en partenariat avec Recherches et Solidarités - Janvier 2024, 23 p.

Les résultats de ce baromètre mettent en lumière une situation financière difficile, aggravée par l’inflation qui n’est pas compensée dans le soutien apporté par les financeurs. Les employeurs de l’Education populaire font ainsi face à des choix difficiles, sur le report de l’inflation dans la tarification des activités ou des choix en matière d’emploi. 29 % des répondants déclarent disposer de moins de 3 mois de couverture d’activité dans leur trésorerie, et seulement 27 % disposent d’une visibilité à plus de 6 mois. Tous les répondants notent une dégradation de l’état de leur trésorerie comparativement à l’année 2022, et ce alors même que 70 % d’entre-elles ne disposent pas d’emprunts en cours, et qu’ils ne représentent plus de 30 % de leur budget annuel que pour 3 % des structures.

Voir le site

Des stéréotypes de genre encore très ancrés, notamment chez les hommes - DREES

DREES - Études et Résultats, n° 1294 - DE CHAMPS, Clémentine ; PIRUS, Claudine - Février 2024, 8 p.

D’après le Baromètre d’opinion de la DREES, réalisé en France métropolitaine en 2020 et 2022, plus d’une personne sur deux rejette les stéréotypes de genre, une personne sur quatre y adhère et une sur quatre se situe dans une position ambivalente. Quel que soit le degré d’adhésion aux représentations stéréotypées, l’idée que les filles ont autant l’esprit scientifique que les garçons fait très largement consensus dans l’ensemble de la population. En parallèle, certains stéréotypes de genre sont très ancrés : une majorité de personnes adhèrent à l’idée que les mères savent mieux s’occuper des enfants que les pères. Le Baromètre met également en lumière la persistance d’une inégalité forte dans les couples, bien documentée par ailleurs : 54 % des femmes déclarent qu’elles prennent majoritairement elles-mêmes en charge les tâches ménagères contre 7 % des hommes. Stéréotypes et pratiques domestiques apparaissent corrélés : plus les personnes adhèrent aux stéréotypes de genre, moins elles déclarent un partage égalitaire dans leur couple.

Voir le site

Premiers résultats statistiques de l’Enquête harcèlement 2023 - DEPP

DEPP - GUILLERM, Marine ; MURAT, Fabrice ; SIMON, Catherine ; TRAORE, Boubou - Février 2024, 62 p. - (Document de travail n° 2024-E02 - Série : Etudes)

La direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, DEPP, publie les premiers résultats de l’'Enquête harcèlement" qui a été menée en novembre 2023 auprès d’un échantillon de 21 700 élèves du CE2 à la terminale. Elle réunit le ressenti d’écoliers du CE2 au CM2, 37 % des répondants, de collégiens, 23 % et de lycéens, 40 %. Ils témoignent de leur peur d'aller à l'école ou des atteintes subies dans le cadre scolaire. L’indice de victimation est défini en dénombrant le nombre d’atteintes déclarées subies de manière répétée : 3 % des écoliers se déclarent victimes de 8 atteintes ou plus, 5 % des collégiens victimes de 5 atteintes ou plus et 3 % des lycéens victimes de 5 atteintes ou plus.

Voir le site

En 2022, la forte hausse des hospitalisations pour geste auto-infligé chez les jeunes filles se confirme - DREES

DREES - Communiqué de presse du 5 février 2024

La DREES publie une actualisation des données sur les hospitalisations liées aux tentatives de suicide et automutilations, en forte augmentation chez les filles et les jeunes femmes. De brutales augmentations sont observées chez les filles et les jeunes femmes entre le nombre moyen de patientes des périodes 2015-2019 et 2021-2022 : + 63 % de filles de 10 à 14 ans concernées entre 2021 et 2022 et les cinq années d’avant la crise ; + 42 % d’adolescentes âgées de 15 à 19 ans et + 32 % de jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans.

Voir le site

Séparation des parents : quel impact sur le niveau de vie des enfants ? - France stratégie

France stratégie - MONTAIGNAC, Marine de ; INED : BONNET, Carole ; SOLAZ, Anne - Note d'analyse, n° 132 - Janvier 2024, 16 p.

La séparation parentale se traduit par une baisse de niveau de vie marquée et durable pour les enfants concernés : 19 % en moyenne l’année de la rupture et toujours 12 % cinq ans après. La baisse initiale est plus forte pour les enfants qui résident principalement avec leur mère, mais il n’y a plus d’écart avec ceux qui vivent avec leur père cinq ans après la séparation. La remise en couple du parent gardien fait disparaître la baisse de niveau de vie, mais elle ne concerne que 30 % des enfants six ans après la séparation. Le taux de pauvreté fait plus que doubler, pour atteindre 29 % l’année de la séparation. Il est toujours de 21 % cinq ans après. Les séparations se traduisent par un risque accru d’entrée en pauvreté, notamment pour les enfants de ménages au niveau de vie intermédiaire avant la séparation.

Voir le site

L'apprentissage en 2022 : une progression moins forte que les deux années précédentes - DARES

DARES - PLÉ, Athénaïs - Dares Résultats, N° 10 - Janvier 2023, 4 p.

829 600 contrats d’apprentissage débutent en 2022, soit 13 % de plus qu’en 2021. Bien qu’elle soit marquée, cette hausse est moins forte que les progressions des années 2020 et 2021.

Voir le site

Les reprises d'emploi de demandeurs d'emploi au 3e trimestre 2023 - France Travail

France Travail - Statistiques et Indicateurs n° 24.005 - Janvier 2024, 8 p.

Entre les troisièmes trimestres 2022 et 2023, les reprises d’emploi sont en baisse pour l’ensemble des catégories d’âge : cette baisse est moins marquée pour les demandeurs d’emplois de moins de 25 ans (-1,6 %) que pour les demandeurs d’emplois âgés de 50 ans et plus (-5,3 %) et de 25 à 49 ans (-7,2 %). Pour les demandeurs d’emploi âgés de 25 ans et plus, la baisse des reprises d’emploi résulte en partie de la baisse du nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A ou B (-1,6 % d’inscrits âgés de 25 à 49 ans et -3,9 % âgés de 50 ans et plus). A l’inverse, le nombre d’inscrits de moins de 25 ans augmente de 3,2 % au troisième trimestre 2023. Les taux mensuels moyens sont ainsi en baisse pour l’ensemble des catégories d’âge au troisième trimestre 2023 par rapport à ceux observés en 2022 avec -0,6 point respectivement pour les inscrits âgés de moins de 25 ans et ceux de 25 à 49 ans, et de -0,1 point pour ceux âgés de 50 ans et plus.

Voir le site

Les usages de substances psychoactives chez les collégiens et lycéens - Résultats EnCLASS 2022 - OFDT

OFDT - Série Notes de résultats - Janvier 2024? 17 p.

En 2022, les expérimentations de tabac et d’alcool, et dans une moindre mesure de cannabis, s’amorcent toujours au cours des premières années du collège, malgré le recul important des âges d’initiation. L’Enquête nationale en collèges et en lycées chez les adolescents sur la santé et les substances (EnCLASS) est une enquête en ligne qui se déroule en milieu scolaire, menée par l’association EnCLASS, l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) et l’École des hautes études en santé publique (EHESP), en partenariat avec l’Éducation Nationale. Entre mars et juin 2022, 9 566 collégiens et lycéens ont participé en France à la deuxième édition, permettant notamment de repérer les niveaux scolaires où les consommations d’alcool, de tabac et de cannabis s’initient.

Voir le site

Les enfants et petits-enfants, principaux bénéficiaires de la solidarité financière entre ménages - INSEE

INSEE - INSEE FOCUS, n°319 - MOREAU, Simon - Janvier 2024, 7 p.

Avant 30 ans, et en particulier avant 25 ans, la famille apporte un soutien financier notable lors de la prise d’autonomie. Parmi les ménages modestes, les plus jeunes sont le plus aidés, en particulier ceux poursuivant leurs études et ayant déjà un logement indépendant : les étudiants ou apprentis ont perçu en moyenne 701 euros par mois. L’aide bénéficie en second lieu aux jeunes ménages entrant sur le marché du travail (305 euros par mois pour les ménages dont la personne de référence de moins de 30 ans est en emploi et 161 euros lorsqu’elle est au chômage).

Voir le site

Fréquentation des accueils collectifs de mineurs (accueils de loisirs, colonies de vacances, scoutisme…) en 2022-2023 - INJEP

INJEP - Fiche repère n° 2024/01 - FOIRIEN, Renaud - Janvier 2024, 2 p.

Après la baisse historique liée à la crise sanitaire enregistrée durant l’année scolaire 2019-2020, la reprise de l’activité des accueils collectifs de mineurs (ACM) se poursuit en 2022-2023. Les accueils de loisirs proposent un nombre de places comparable à ce qu’il était avant la crise sanitaire en périscolaire (jusqu’à 1,8 million le soir après la classe) et supérieur en période de congés scolaires (jusqu’à 1,2 million en juillet). Ce n’est pas le cas pour les colonies de vacances et autres séjours avec hébergement : leur niveau de fréquentation se redresse depuis 2021 mais reste inférieur à ce qu’il était avant la crise. On dénombre ainsi 1,33 million de départs d’enfants ou d’adolescents en 2022-2023, contre seulement 670 000 en 2019-2020 mais 1,43 million en 2018-2019.

Voir le site

Eurostudent VII (2018-2021). Conditions de vie et d'études des étudiants en France et ailleurs en Europe avant la pandémie de COVID-19 - OVE

OVE infos n° 47- FERRY, Odile - Décembre 2023, 12 p.

Le programme EUROSTUDENT, mis en place dans les années 1990, offre l’opportunité de comparer les conditions de vie et d’études dans 26 pays européens. Sa dernière édition (2018-2021) permet de considérer la situation des étudiants en France par rapport à celle des inscrits dans les autres états membres avant période de la pandémie de la COVID-19.

Voir le site

Taille des classes du premier degré : une septième année de baisse consécutive - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 24.01 - EVAIN, Franck - Janvier 2023, 4 p.

À la rentrée 2023, la taille des classes du premier degré continue de diminuer dans les écoles publiques, que ce soit dans les classes de niveau préélémentaire ou élémentaire. Cette tendance est particulièrement marquée depuis 2017, à la suite de la mise en œuvre des dédoublements de classes en éducation prioritaire. Ces mesures, qui ont d’abord concerné les classes de CP-CE1, et depuis la rentrée 2020 les grandes sections de maternelle, n’ont pas retiré de moyens aux autres niveaux. Elles n’ont pas non plus été réalisées aux dépens des écoles rurales ou urbaines hors éducation prioritaire, dont le nombre d’élèves par classe diminue également. Par ailleurs, le plafonnement à 24 du nombre d’élèves par classe en grande section, CP et CE1 sur l’ensemble du territoire, amorcé en 2020, contribue aussi à alléger la taille des classes.

Voir le site

Dons et mécénat de 2011 à 2021 - DGFIP

DGFIP ANALYSES n°06 - CHARNACÉ, Nicolas ; LOISEAU, Romain - Janvier 2024, 15 p. (Direction générale des Finances publiques)

En 2021, 5,9 milliards d’euros de dons ont été déclarés à l’administration fiscale par les particuliers et les entreprises pour obtenir une réduction d’impôt. Depuis 2011, les dons déclarés à l’impôt sur le revenu par les particuliers ont augmenté de 50 % et s’élèvent à 3,3 milliards d’euros en 2021, tandis que ceux déclarés par les entreprises à l’impôt sur les sociétés au titre du mécénat ont plus que doublé dans le même temps pour atteindre 2,6 milliards d’euros. L’ensemble des réductions d’impôt correspondantes sont ainsi passées de 1,9 à 3,0 milliards d’euros en dix ans. Si l’effectif des donateurs particuliers est resté stable entre 5 et 6 millions de foyers fiscaux, le nombre d’entreprises mécènes a triplé et atteint près de 110 000 entreprises en 2021. Du côté des particuliers, les plus âgés ou les plus aisés accordent plus souvent des dons que les plus jeunes et pour un montant moyen plus élevé. Du côté des entreprises, la fréquence et le montant des dons augmentent avec la taille de celles-ci, les dons des grandes entreprises représentant chaque année la moitié des dons déclarés. En particulier, un tiers des dons d’entreprises transite par leurs fondations en 2020. Toutefois, ce sont les montants des dons des très petites entreprises qui ont le plus progressé depuis 2015.

Voir le site

Bilan démographique 2023. En 2023, la fécondité chute, l’espérance de vie se redresse - INSEE

INSEE - INSEE Première, n°1978 - PAPON, Sylvain - Janvier 2024, 4 p.

Au 1er janvier 2024, la France compte 68,4 millions d’habitants, soit 0,3 % de plus qu’un an auparavant. En 2023, 678 000 bébés sont nés en France. C’est 6,6 % de moins qu’en 2022 et près de 20 % de moins qu’en 2010, année du dernier pic des naissances. L’indicateur conjoncturel de fécondité s’établit à 1,68 enfant par femme en 2023, après 1,79 en 2022. Depuis la Seconde Guerre mondiale, cet indicateur n’a jamais été aussi bas hormis en 1993 et 1994. En 2023, l’âge moyen à la maternité s’élève, comme en 2022, à 31,0 ans, contre 29,5 ans vingt ans plus tôt.

Voir le site

La consultation étudiante : "Bouge ton CROUS" - La Fage

La Fage - Dossier de presse - Janvier 2024, 21 p.

Aujourd’hui, le réseau des œuvres et plus globalement les parties prenantes de l’enseignement supérieur assurent-ils suffisamment leurs missions pour garantir l'égalité des chances et le bien-être étudiant ? C’est pour répondre à cette question que le syndicat étudiant, la FAGE, et ses élus ont lancé la consultation étudiante "Bouge Ton CROUS" partout sur les territoires. Les résultats révèlent la précarité des étudiants dans leur vie quotidienne, précarité qui elle-même est le facteur d'échec académique.

Voir le site

Le chômage des jeunes de la zone euro - Eurostat

Eurostat - Euroindicateurs 004/2024 – 9 janvier 2024, 6 p.

En novembre 2023, 2,814 millions de jeunes (de moins de 25 ans) étaient au chômage dans l’UE, dont 2,321 millions dans la zone euro. En novembre 2023, le taux de chômage des jeunes s’est établi à 14,5 % tant dans l’UE que dans la zone euro, un taux en baisse par rapport à celui de 14,8 % enregistré dans ces deux zones en octobre 2023. Par rapport à octobre 2023, le chômage des jeunes a diminué de 60 000 dans l’UE et de 54 000 dans la zone euro. Par rapport à novembre 2022, le chômage des jeunes a augmenté de 36 000 dans l’UE et de 49 mille dans la zone euro.

Voir le site

Corse. Un marché du travail dynamique mais des jeunes en marge - INSEE

INSEE Conjoncture Corse - NICOLAÏ, Marie-Pierre ; CARUSO, Déborah - N° 47, janvier 2024, 2 p.

Au 3e trimestre 2023, l’activité économique régionale reste dynamique. L’emploi insulaire progresse de 0,3 % par rapport au trimestre précédent. Cependant, les plus jeunes restent à l’écart de cette embellie sur le marché du travail. Chez les moins de 25 ans, la hausse des demandeurs d’emploi en fin de mois, amorcée depuis le 1er trimestre sur l’île, s’accentue (+5,3 %). En catégorie A, les demandes d’emploi progressent de 9,3 % dans cette tranche d’âge.

Voir le site

Travailler dans le sport. Qu'en pensent les 16-25 ans ? UCPA association

UCPA association ; CREDOC - Décembre 2023

Le groupe associatif UCPA publie, en partenariat avec le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CRÉDOC), l’édition 2023-2024 du baromètre “Pratiques sportives des 16-25 ans”, qui révèle cette année la perception qu’ont les jeunes des métiers du sport. Des résultats exclusifs et utiles pour les organismes de formation ainsi que pour les acteurs du “sport pour tous”, dans un contexte où les jeunes sont prioritairement à la recherche de sens dans leur travail.

Voir le site

Le code de la justice pénale des mineurs, un premier bilan statistique à 15 mois - Infostat Justice

Ministère de la Justice - Infostat Justice n°194 - Octobre 2023, 6 p.

En 2022, 164 900 mineurs ont été mis en cause dans les affaires terminées par les parquets, soit 24 % de moins qu’en 2019. La baisse concerne tant les alternatives aux poursuites (- 34 %) que les poursuites engagées devant les juges et tribunaux pour enfants (- 31 %). Pour autant, la proportion des poursuites reste stable entre 2019 et 2022 et concerne 37 % des mineurs dans les affaires poursuivables. L’examen de la culpabilité du mineur et la prise en compte du préjudice des victimes interviennent bien plus rapidement que sous le régime de l’ordonnance du 2 février 1945, en moyenne 13 mois après les faits en 2022 contre 20 mois en 2019. Cette meilleure prise en compte des victimes, plus tôt dans la procédure, a probablement pour effet d’accroître le nombre de constitutions de partie civile : la part des affaires jugées avec constitution de partie civile est passée de 31 % en 2019 à 35 % en 2022.

Voir le site

5,657 millions d’élèves sont scolarisés dans le second degré à la rentrée 2023 - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 23.51 - DAUPHIN, Laurence ; DIEUSART, Pascal ; JUZDZEWSKI, Léa ; MICONNET, Nicolas - Décembre 2023, 4 p.

À la rentrée 2023, les établissements publics et privés sous contrat du second degré du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse (MENJ) accueillent 5,657 millions d’élèves, soit un effectif global légèrement supérieur à celui de la rentrée 2022 (+ 0,1 %).

Voir le site

La récidive des sortants de prisons en 2016 : un taux d’autant plus élevé que les détenus sont jeunes - Infos Rapides Justice

Ministère de la Justice - Sous-direction de la statistique et des études (SDSE) - Infos Rapide Justice, n° 10 - Décembre 2023, 5 p.

La récidive observée par la SDSE, ministère de la Justice, est d’autant plus fréquente que les détenus étaient jeunes au moment de leur libération. En effet, dans les quatre années suivant la libération, les détenus âgés de moins de 25 ans à leur sortie de prison récidivent nettement plus que les détenus âgés de 45 à 54 ans à la levée d’écrou (74,2 % contre 44,3 %, soit 1,7 fois plus). Cette plus forte propension à la récidive pour les plus jeunes s’observe quelle que soit la durée écoulée depuis la sortie de prison. L’écart entre les détenus les plus jeunes et ceux âgés de 45 à 54 ans tend à se creuser à 4 ans, passant de 25,9 points pour la récidive à un an à 29,9 points pour la récidive à quatre ans.

Voir le site

Les jeunes et l’entreprise - BVA Xsight pour la Fondation Jean Jaurès et la MACIF

BVA Xsight pour la Fondation Jean Jaurès et la MACIF - Décembre 2023

Pour la troisième année consécutive, la Fondation Jean-Jaurès et la Macif ont réalisé avec l’institut BVA Xsight une enquête sur « les jeunes et l’entreprise » auprès de 1000 jeunes Français âgés de 18 à 24 ans afin d’observer les aspirations de cette génération en matière de travail. Quels idéaux vis-à-vis de l’entreprise rêvée ? Comment se projettent-ils dans leur avenir professionnel ?

Voir le site

Concertation sur la vie étudiante : conditions de vie, conditions d’études, conditions de réussite - Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - JOLION, Jean-Michel, délégué ministériel - Juin 2023, publié en décembre 2023, 98 p.

Le 1er octobre 2022, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a confié une mission à Jean-Michel Jolion, consistant à organiser une concertation sur la vie étudiante. A l’issue de discussions tenues avec les parties prenantes, Jean-Michel Jolion a recueillie les principales propositions et positions des uns et des autres, sur l’ensemble des volets de l’accompagnement de la vie étudiante, notamment les aides sociales.

Voir le site

Le numérique ne détourne pas les jeunes de l'écriture - CREDOC

CREDOC - BERTHUET, Solen ; HOIBIAN, Sonia ; CROUTE, Patricia ; GRUBER, Nicole - Consommation & Modes de Vie N°CMV332 - Novembre 2023, 4 p.

Les outils numériques font, à intervalle régulier, l’objet de critiques sévères : pour les uns ils détourneraient les jeunes d’autres activités plus propices aux apprentissages scolaires, culturels, artistiques. Pour les autres, ils compromettraient la construction de leur sociabilité de visu. L’omniprésence des écrans menacerait également le rapport des jeunes à la lecture et à l’écriture, tant les images et les vidéos y sont dominantes. Dans le cadre de l’Observatoire de la lecture et de l’écriture des adolescents, l’association Lecture Jeunesse a sollicité le CRÉDOC pour évaluer la place que l’écrit occupe dans le quotidien des 14-18 ans, quels que soient les supports mobilisés (papier, numérique). L’interrogation porte également sur les fonctions et représentations de l’écrit auprès de cette classe d’âge.

Voir le site

À 24-25 ans, la situation des jeunes reste liée à leurs résultats au collège et à leur origine sociale - INSEE

INSEE FOCUS n° 294 - VUILLIER-DEVILLERS, Flora ; BARHOUMI, Meriam ; KLIPFEL, Justine - Novembre 2023, 4 p.

À 24-25 ans, 62 % des jeunes envisagent leur avenir professionnel avec optimisme. Cependant, les jeunes NEET et les jeunes en études sans emploi sont moins souvent optimistes, et déclarent davantage rencontrer des difficultés, en particulier financières

Voir le site

Pacea et Garantie jeunes : quel accompagnement pour quels jeunes dans les missions locales ? - DARES

DARES ANALYSES n° 63 - KASHI, Camilia ; REIST, Cindy ; SIGAL, Mathieu - Novembre 2023, 8 p.

Entre 2019 et 2021, près d’un million de jeunes sortent d’un Parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (Pacea), qui est le cadre contractuel de l’accompagnement des jeunes en missions locales. 30 % de ces parcours incluent une Garantie jeunes, un dispositif d’accompagnement plus intensif. Si tous les jeunes suivis bénéficient d’entretiens individuels avec leur conseiller, ceux-ci sont plus fréquents en Garantie jeunes et complétés par un accompagnement collectif en début de parcours (ateliers, informations collectives). L’accompagnement est aussi financier. 35 % des jeunes perçoivent au moins une allocation Pacea durant leur parcours et 98 % des bénéficiaires de Garantie jeunes perçoivent au moins une fois l’allocation associée à ce dispositif.

Voir le site

La jeunesse en France : perceptions, idées reçues et réalités - Odoxa

Odoxa pour Mascaret et Synopia - Novembre 2024, 18 p.

L'image de la jeunesse en France est mauvaise et se détériore selon ce sondage. Moins 13 points en 7 ans, soit 42 % des Français interrogés qui déclarent avoir une mauvaise image des jeunes et qualifiés de "tristes et pessimistes". Plus de 7 sur 10 les trouvent "coupés des réalités, "immatures" et surtout "individualistes".

Voir le site

Quelles sont les attentes des jeunes fréquentant les Missions Locales du Grand-Est ? - ARML

ARML (Association Régionale des Missions Locales) du Grand-Est - Novembre 2023, 4 p.

Dans le cadre de sa fonction d’observatoire régional des jeunes accompagnés en Mission Locale, l’Association Régionale des Missions Locales (ARML) du Grand-Est a initié une enquête relative aux aspirations de ces jeunes. Cette enquête a pour objectif de faire remonter des données de terrain à propos de ce public, de leurs rêves, de leurs envies, de leurs besoins… afin de mieux les comprendre, de déconstruire les a priori et représentations à leur encontre et, in fine, d’améliorer et diversifier l’offre de service des Missions Locales à leur destination.

Voir le site

ICCS 2022 : les résultats de la France en connaissances civiques et citoyennes dans la moyenne internationale - DEPP

Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse - DEPP - LEGER, Audrey ; LOI, Massimo ; PERSEM, Elodie ; ROGIE, Hugo - Note d'Information, n° 23.47 - Novembre 2023, 4 p.

Pour sa première participation à l’étude ICCS (internationale sur l'éducation civique et la citoyenneté) qui s’adresse aux élèves de quatrième, la France obtient des résultats en connaissances civiques et citoyennes dans la moyenne des pays participants.

Voir le site

La générosité des Français, 28e édition - Recherches et solidarités

Recherches & solidarités (R&S) - Collectif - Novembre 2023, 26 p.

L’édition 2023 s’appuie sur les données de la Direction générale des Finances publiques, relatives aux dons déclarés dans le cadre de l’impôt sur le revenu et à ceux déclarés dans le cadre de l’impôt sur la fortune immobilière. Elle se réfère également aux montants de collecte inscrits sur les comptes d’emploi des ressources de 155 associations et fondations (publiés au Journal officiel). Les auteurs relèvent trois points positifs à souligner dans une situation économique et sociale tendue en raison de la poussée inflationniste : le nombre de donateurs et le montant des dons sont à la hausse en 2022, la densité des donateurs est passée de 19,9 % en 2021 à 20,5 % en 2022 (une augmentation constatée dans la plupart des départements) et : en trois ans, l’effort des plus jeunes, moins de 30 ans, (rapport entre leurs dons et leurs revenus imposables) progresse et se situe désormais au même niveau que celui des 70 ans et plus, qui régresse un peu.

Voir le site

Jeune(s) en France - Le cabinet d’études Georges(s) pour The Conversation France

Le cabinet d’études Georges(s) pour The Conversation France - Novembre 2023, 41 p.

Face aux défis du monde de demain, quel est l’état d’esprit des jeunes ? Quelles sont les causes qui leur tiennent à cœur ? Comment s’engagent-ils et dans quel cadre ? C’est pour répondre à ces questions que The Conversation a décidé de mener une enquête auprès des 18-25 ans dans toute la France, réalisée par le cabinet d’études Georges(s). Et les résultats, montrent une jeunesse qui se dit optimiste à 71 % quand elle envisage son futur.

Voir le site

Usages de drogues et inégalités sociales de santé à la fin de l’adolescence - INSEE

INSEE - JANSSEN, Eric ; LE NEZET, Olivier ; PHILIPPON, Antoine ; SPILKA, Stanislas - Extrait de "France, portrait social 2023" - Novembre 2023, pp. 21-31

Les jeunes issus de milieux favorisés ont davantage tendance à expérimenter des substances psychoactives (alcool, tabac, cannabis), mais en sont moins souvent des consommateurs réguliers. Au sein des milieux défavorisés, les enfants de binôme parental à dominante ouvrière sont plus susceptibles de consommer de l’alcool, mais moins susceptibles de consommer des drogues illicites que les enfants d’inactifs.

Voir le site

Poids économique du sport en 2021 - INJEP

INJEP - Fiche repère n° 2023/07 - LOMBARDO, Philippe - Novembre 2023, 2 p.

Après un contrecoup en 2020 lié à la crise sanitaire, la dépense sportive des ménages a de nouveau augmenté en 2021 (+10,9 % en euros courants). Cette hausse est particulièrement marquée pour les biens sportifs (+13,6 %), mais moins forte pour les services liés au sport comme les inscriptions aux clubs de sport ou l’achat de billets pour les événements sportifs (+4,5 %). Les dépenses des administrations publiques en faveur du sport sont en légère hausse (+3,8 %), sous l’effet conjugué d’une hausse des dépenses des collectivités territoriales (+2,5 %) et de l’État (+5,0 %). Les exportations de biens sportifs augmentent davantage (+18,6 %) que les importations (+17,4 %), et le déficit du commerce extérieur sportif s’établit à 1,5 milliard d’euros. Au total, les dépenses sportives des ménages représentent 0,8 point de PIB, et les dépenses publiques en faveur du sport 0,6 point.

Voir le site

La cohabitation en fin d’études, révélatrice des inégalités sociales et territoriales - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n° 72 - JAUNEAU, Inès ; VENET, Thomas - Novembre 2023, 4 p.

Au cours de leur dernière année de formation, en 2017, 38 % des étudiants diplômés de l’enseignement supérieur court déclaraient vivre chez leurs parents ou un membre de leur famille, contre 20 % de ceux diplômés de l’enseignement supérieur long. Vivre chez ses parents est bien plus fréquent pour les étudiants originaires des milieux modestes ou des villes-centres et d’Île‑de‑France, traduisant un phénomène très différencié socialement et géographiquement. Les étudiants cohabitant avec leurs parents ont par ailleurs des trajets plus longs pour se rendre sur leur lieu d’études (plus d’une heure pour un quart de ceux diplômés du supérieur long par exemple). La cohabitation tend enfin à se prolonger au-delà des études pour les moins diplômés : la moitié des jeunes diplômés du supérieur court qui habitent chez leurs parents lors de leur dernière année d’études continuent à le faire au cours de leurs trois premières années de vie active.

Voir le site

Les apprentis sont-ils en emploi dans la branche où ils ont fait leur apprentissage ? - DARES

DARES FOCUS n°57 - FAUCHON, Alexandre - Octobre 2023, 2 p.

En 2021, 44 % des apprentis sortis d'un cycle d'études de niveau CAP à BTS, et couverts par une convention collective de branche pendant leur apprentissage exercent un emploi salarié privé dans la même branche ou une branche proche six mois après la fin de leurs études.

Voir le site

Harcèlement scolaire, harcèlement entre pairs, quelle est l’ampleur de ce phénomène ? - IFOP pour IFOP pour Marion La Main tendue et Head & shoulders

IFOP pour Marion La Main tendue et Head & shoulders - Novembre 2023, 78 p. (Présentation) + 14 p. (Analyse)

La multiplication des faits de harcèlement en cette rentrée 2023 interroge. Combien de collégiens et de lycéens en ont déjà été victimes ? Ce phénomène est-il en recrudescence ? Qui sont les élèves concernés ? Comment les cas de harcèlement sont gérés par les établissements scolaires ? Quelles sont les conséquences pour les victimes et leurs familles ? À ces questions, il existe peu de réponses basées sur des données scientifiques. Pour répondre à cet enjeu, l’association Marion Fraisse la main tendue et Head and Shoulders ont souhaité confier à l’IFOP la réalisation d’une grande étude. Un dispositif d’enquêtes a été mis en place avec l’interrogation de trois échantillons : 1000 collégiens et lycéens, 1000 parents et 200 enseignants.

Voir le site

Les jeux d'argent et de hasard à 17 ans. ESCAPAD 2022 - OFDT

OFDT - Tendances n° 157, OFDT, 4 p.

Pour la troisième fois après 2011 et 2017, l’OFDT a administré un module de questions dans l'enquête ESCAPAD sur les pratiques de jeux d'argent et de hasard (JAH) chez les adolescents de 17 ans.

Voir le site

Marché de l’emploi cadre dans l’ESS. Édition 2023 - APEC

APEC - LAMBLIN, Pierre (Dir.) - Octobre 2023, 15 p. (Collection Recrutement)

Ce document présente un état des lieux du marché de l'emploi cadre dans le secteur de l'économie sociale et solidaire (ESS) et des profils de cadres.

Voir le site

L’aide sociale à l’enfance. Édition 2023 - DREES

Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) - AMROUS, Nadia ; ABASSI, Élisa ; DIALLO, Cheikh-Tidiane ; VINCENEUX, Klara - Les Dossiers de la DREES n° 115, 48 p.

Au 31 décembre 2021, les mineurs et majeurs de moins de 21 ans bénéficient de 377 000 mesures d’aide sociale à l’enfance (ASE), composées pour 54 % de mesures d’accueil en dehors de leur milieu de vie habituel et pour 46 % d’actions éducatives exercées auprès du jeune ou de sa famille (intervention à domicile d’un travailleur social). Les mesures font majoritairement suite à des décisions judiciaires (70 % des mesures d’actions éducatives et 77 % des mesures d’accueil à l’ASE). Ce dossier mobilise, notamment, les données collectées annuellement par le biais de l’enquête Aide sociale auprès des départements. Il analyse les dernières statistiques diffusées au début de l’année 2023 sur les types de mesures et les caractéristiques des bénéficiaires fin 2021. Il présente également les caractéristiques des jeunes accueillis dans les établissements de l’ASE en s’appuyant sur les données issues de l’enquête nationale quadriennale auprès des établissements et services de la protection de l’enfance (ES-PE).

Voir le site

L'état de l'École 2023 - Ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse / DEPP

Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse - DEPP - Octobre 2023, 112 p.

L’état de l’École offre depuis 1990 un panorama statistique des évolutions et tendances du système éducatif français. Scolarité des élèves, investissements, climat scolaire, formation des personnels, acquis des élèves, parcours, orientation et insertion professionnelle… Toutes ces dimensions sont abordées à travers 36 fiches synthétiques illustrées par des graphiques, cartes ou tableaux. Des indicateurs internationaux permettent d’établir des comparaisons et de situer la France parmi d’autres pays. Certaines fiches rendent compte des inégalités sociales, des différences de genre et des disparités territoriales.

Voir le site

Les chiffres clés du sport 2023 - INJEP

INJEP - Octobre 2023, 66 p. (Chiffres clés)

Avec cette nouvelle édition des chiffres-clés du sport 2023, fruit d’une collaboration étroite avec les services du ministère chargé des sports, l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), qui pilote le service statistique ministériel chargé de la jeunesse, de la vie associative et du sport, rend accessible un ensemble d’indicateurs de référence sur le sport en France.

Voir le site

Les fiches régionales de la vie associative 2023 - INJEP

INJEP - Fiches régionales, n°7 - BAZIN, Cécile ; DUROS, Marie ; LIN, Christine ; FAURITTE, Jacques ; BONNEAU, Patrick ; MALET, Jacques - Octobre 2023, 577 p.

Cette 16ème édition annuelle est réalisée par l’association Recherches et Solidarités avec le soutien de l’Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire et en coopération avec Le Mouvement Associatif. Elle propose une entrée par régions et pour chacunes d'entre-elles : des repères et des chiffres clés sur la vie associative. Les données sont également accessibles sur le site de Recherches et Solidarités.

Voir le site

La France associative en mouvement. 21ème édition - Recherches & Solidarités

Recherches & solidarités (R&S) avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et d'Hexopée - Octobre 2023, 53 p.

Cette édition 2023 montre un retour progressif du bénévolat à la situation d’avant la crise : 23 % de Français bénévoles dans une association contre 24 % en 2019. Elle révèle un bénévolat en mutation : les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’engager, en recherche de sens, mais selon des formats qui leur correspondent mieux et les actions ponctuelles prennent le pas sur le bénévolat régulier. La progression du bénévolat des jeunes ne compense pas le repli de leurs aînés, notamment celui des « 65 ans et plus » qui font souvent bénéficier les associations de leur plus grande disponibilité.

Voir le site

Le périscolaire pour les primaires. État des lieux en 2023 - AMF

Association des maires de France - Octobre 2023, 10 p.

L'Association des maires de France a décidé de mener une nouvelle enquête pour dresser un état des lieux de l’offre d’activités pendant les temps périscolaires et extrascolaires, cinq ans après la dernière enquête dédiée à ce sujet et le choix massif des communes de privilégier un temps scolaire sur quatre jours. Les résultats de cette enquête dressent un panorama exhaustif des modalités d’organisation des temps périscolaires (les jours avec école et le mercredi) mais aussi pour la première fois de l’offre d’activités proposée pendant les vacances scolaires ou le weekend.

Voir le site

Baromètre de l’éducation Apprentis d’Auteuil 2023 - OpinionWay

Opinionway pour Les Apprentis d'Auteuil - Septembre 2023, 36 p.

Pour sa 4e édition, le Baromètre de l’éducation d’Apprentis d’Auteuil réalisé par l’institut de sondage OpinionWay se penche sur la vie affective, relationnelle et sexuelle des 16-20 ans partagés entre leurs aspirations profondes, leurs perceptions et leur réalité émaillée de violences sexistes et sexuelles. Parmi les résultats, il apparaît que 55 % des jeunes interrogés ont eu leur première relation sexuelle à 16 ans, 63 % des jeunes s’informent sur les relations sexuelles auprès de leur cercle proche, 60 % des jeunes ont été exposés pour la première fois à de la pornographie avant 15 ans, 37 % des jeunes ont subi au moins une violence sexuelle ou sexiste de la part d’autres jeunes (20 % des garçons - 55 % de filles) et que 57 % d’entre eux n’ont parlé à personne de ces violences subies, ou l’ont fait, mais ne se sont pas sentis soutenus.

Voir le site

Un tiers des personnes hébergées sont mineures - DREES

DREES - "200 000 personnes accueillies en centre d’hébergement début 2021" - Dossier de la DREES, n°113 - CARUSO, Anthony - Octobre 2023, 32 p.

Sur l’ensemble des places (temporaires ou permanentes), 32 % des personnes hébergées début 2021 ont moins de 18 ans. Les mineurs sont naturellement très présents dans les établissements d’accueil mère-enfant (55 % des personnes hébergées). Ils représentent aussi une part importante des personnes hébergées dans les établissements généralistes (31 % en CHRS et 34 % dans les autres centres d’accueil), ainsi que dans les Cada (40 %) et les CPH (29 %). Les jeunes adultes sont aussi surreprésentés, particulièrement dans le DNA : les 18-24 ans et les 25-34 ans y représentent respectivement 17 % et 32 % des personnes hébergées. À l’inverse, les personnes de 50 ans ou plus sont fortement sous-représentées : 9 % des personnes hébergées sont dans cette tranche d’âge, contre 40 % de l’ensemble de la population résidente en France

Voir le site

Les bénévoles des associations sportives : plus souvent des hommes, jeunes, et des parents - INJEP

INJEP Analyses & Synthèses n° 71 - LECORPS, Yann - Octobre 2023, 4 p.

En 2021, un Français sur dix déclare être bénévole dans une association sportive, selon la première Enquête nationale sur l’engagement associatif et les dons (ENEAD). Les bénévoles dans les associations sportives sont, plus que dans les autres secteurs associatifs, des personnes relativement jeunes et des hommes. Être parent et avoir des revenus relativement élevés augmente considérablement les chances de choisir le bénévolat sportif. La convivialité est la motivation la plus citée par les bénévoles du secteur du sport. Par ailleurs, ces derniers sont un peu plus souvent engagés dans plusieurs associations que les autres bénévoles. Ils déclarent également plus souvent que leur implication associative a augmenté au cours des cinq dernières années.

Voir le site

Pauvreté et territoires : davantage de jeunes et de locataires du parc social dans les grandes villes, plus de retraités parmi les pauvres dans le rural - INSEE

INSEE - INSEE Première, n°1968 - GERARDIN, Mathilde - Octobre 2023, 4 p.

Six profils de ménages pauvres rendent compte de la pluralité des situations de pauvreté. Ils se différencient selon la situation vis-à-vis de l’emploi, l’âge et le statut d’occupation du logement. Ils résident tous en majorité dans l’urbain, avec des répartitions géographiques différentes sur le territoire. Parmi ces six profils se trouvent des jeunes de moins de 30 ans (11 %). Il s'agit de personnes non insérées dans l’emploi qui résident en majorité seules. Elles sont relativement plus nombreuses au sein des grandes villes étudiantes.

Voir le site

Les licences annuelles des fédérations sportives en 2022 - INJEP

INJEP - Fiche repère n° 2023/05 - ANNE, Clément - Septembre 2023, 2 p.

Les 119 fédérations agréées par le ministère chargé des Sports ont délivré 15,4 millions de licences annuelles pour 2022, soit une augmentation de 19,4 % sur un an. Ce fort rebond, porté notamment par les enfants de 1 à 13 ans, n’a pas permis de retrouver les niveaux d’avant la crise sanitaire (-5,9 % sur 3 ans). Des estimations provisoires pour 2023, sur un champ restreint, suggèrent une augmentation de 9 % du nombre de licences annuelles par rapport à 2022. La plupart des fédérations retrouveraient ou dépasseraient alors leur niveau d’avant la crise sanitaire, mais les fédérations généralistes et celles liées aux activités d’expression, de la forme, et de la force semblent plus durablement impactées.

Voir le site

Les emplois francs incitent-ils à embaucher des personnes résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville ? - DARES

DARES ANALYSES N° 52 - BLASCO Julien ; DUBOST, Claire-Lise ; MAISONNAVE, Chloé - Septembre 2023, 31 p.

Selon les employeurs ayant eu recours aux emplois francs en 2022, dispositif qui donne accès à une aide en cas d’embauche d’un habitant d’un quartier prioritaire de la politique de la ville, 6 % des recrutements n’auraient pas eu lieu en l’absence de ce dispositif et 5 % auraient bénéficié à une autre personne. Dans 77 % des cas, l’embauche aurait été conclue avec la même personne, traduisant un fort effet d’aubaine. Pour 13 % des embauches en emploi franc, l’employeur déclare ne pas savoir s’il aurait recruté le même candidat, un autre candidat ou s’il n’aurait pas recruté en l’absence de cette aide financière. L’effet sur l’emploi de ce dispositif est un peu plus important dans les établissements de moins de 10 salariés, ainsi que dans les secteurs du commerce et de l’hébergement-restauration. Il varie peu selon les caractéristiques des salariés embauchés. Les emplois francs améliorent la qualité des emplois qui auraient été créés sans l’aide. D’après les employeurs, parmi les embauches n’étant pas associées à une création d’emploi, la part de CDI et celle des contrats à temps complet auraient été moins élevées en l’absence du dispositif.

Voir le site

L’orientation en fin de troisième reste marquée par de fortes disparités scolaires et sociales - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 23.40, septembre 2023, 4 p. - IAZONI, Enzo ; SCHNEIDER, Faustin

Entre la cohorte des élèves scolarisés en troisième en 2019 ou 2020 et celle des élèves scolarisés dans cette même classe en 2010 ou 2011, la part d’élèves qui reçoivent une décision d’orientation en seconde générale et technologique (GT) a sensiblement progressé : à l’issue de la troisième, 69 % des élèves obtiennent une orientation en seconde GT contre 61 % neuf ans auparavant. En parallèle, au sein de la voie professionnelle, l’orientation en seconde professionnelle progresse au détriment de celle en CAP. Ces évolutions s’expliquent principalement par celles des vœux d’orientation de l’élève et de sa famille. La manière dont les familles arbitrent entre voie GT et voie professionnelle en fin de troisième reste fortement liée au passé scolaire ainsi qu’à l’origine sociale des élèves. Les élèves s’orientant vers la voie professionnelle ont très majoritairement les résultats scolaires les plus faibles au collège.

Voir le site

Parcoursup 2022 : La mobilité géographique des néo-bacheliers à l’entrée du supérieur - SIES

Note flash du SIES n° 23.15 - Septembre 2023, 2 p. - Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

À la rentrée 2022, plus d’un bachelier sur cinq (22 %) change d’académie au moment de son entrée dans l’enseignement supérieur. Les néo-bacheliers mobiles sont plus fréquemment des femmes, des non-boursiers en terminale, d’origine sociale favorisée, ayant obtenu un baccalauréat général, avec mention, et poursuivant dans des formations sélectives. La mobilité à l’entrée du supérieur est liée à l’offre de formation locale.

Voir le site

Les diplômés 2021-2022 d’un brevet professionnel d’éducateur sportif ou d’animateur (BPJEPS) - INJEP

INJEP - Fiche repère n° 2023/04 - LOMBARDO, Philippe - Septembre 2023, 2 p.

Près de 12 700 personnes ont obtenu un brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) entre mai 2021 et avril 2022 (hors équivalence). Début 2023, au moins 9 mois après leur sortie de formation, huit diplômés sur dix sont en emploi, un niveau comparable à la situation avant la crise liée à la Covid-19. Parmi eux, 75 % déclarent que leur emploi principal est en relation directe avec leur formation BPJEPS : ils sont 73 % dans le sport et 82 % dans l’animation.

Voir le site

Les établissements scolaires, un regard sur la diversité des écoles, collèges et lycées en France - DEPP / CEE

Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) ; Conseil d'évaluation de l'école (CEE) - Juillet 2023, 69 p.

Cette publication rassemble toutes les informations statistiques disponibles sur les établissements scolaires en France. Elle vise à rendre compte de la grande diversité des situations des écoles, collèges et lycées et permettre à chacun de situer les établissements de sa commune, de son département ou de sa région dans le paysage national.

Voir le site

L’apprentissage dans l’enseignement supérieur en 2022 - SIES

Note Flash n°13 – BROUILLAUD, Aurélien - Septembre 2023, 2 p. - Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Au 31 décembre 2022, les centres de formation d’apprentis accueillent 576 000 étudiants préparant un diplôme de l’enseignement supérieur, soit une hausse de 20 % en un an et de 78 % en deux ans.

Voir le site

Les diplômés des brevets d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) et de directeur (BAFD) en 2022 - INJEP

INJEP - Fiche repère n° 2023/03 - FOIRIEN, Renaud - Septembre 2023, 2 p.

Le BAFA et le BAFD sont deux diplômes permettant d’encadrer à titre non professionnel des enfants et des adolescents en accueil collectif de mineurs (colonie de vacances, accueil de loisirs, accueil périscolaire). En 2022, 46 200 BAFA et 1 600 BAFD ont été délivrés. La proportion de titulaires du BAFA à 24 ans est estimée à 4,9 %, soit un niveau proche de 2018, avant la crise sanitaire. Au cours des cinq dernières années, près de 200 000 BAFA ont été délivrés. Les femmes sont très majoritaires parmi les diplômés du BAFA (69 %) et du BAFD (68 %). Si l’âge médian à la délivrance du BAFA se situe autour de 19 ans, il est plus élevé pour le BAFD (33 ans), les titulaires d’un BAFD ayant vocation à diriger des structures d’accueil.

Voir le site

Inflation et précarité : quelle réalité pour les étudiants en France ? IFOP pour l’association COP1

Ifop pour l’association COP1 - Septembre 2023, 39 p..

Les résultats de l’étude permettent de lever le voile sur un phénomène particulièrement alarmant : les renoncements des étudiants à l’achat de denrées alimentaires. Près d’un étudiant sur deux indique ainsi qu’il lui arrive de devoir limiter voire renoncer à des achats sur ce poste de dépense (49%), soit une proportion supérieure de 24 points à celle enregistrée dans l’ensemble de la population française (25%).

Voir le site

Regards sur l'éducation 2023. Les indicateurs de l'OCDE - OCDE

OCDE (2023) - Éditions OCDE - Septembre 2023

Il ressort de l’édition 2023 du rapport Regards sur l'éducation de l’OCDE que 44 % des élèves du deuxième cycle du secondaire sont inscrits dans une filière de l'enseignement et la formation professionnels (EFP) dans les pays de l’OCDE. Pourtant, les filières professionnelles restent considérées comme une orientation de dernier recours dans un trop grand nombre de pays. Selon les auteurs du rapport, la formation professionnelle peut contribuer à combler le fossé entre l’école et la vie active et améliorer les résultats de l’apprentissage en dispensant les compétences qui sont mieux acquises en milieu professionnel. L’une des priorités doit être d’impliquer davantage les entreprises dans l’EFP. Moins de la moitié des élèves du deuxième cycle du secondaire dans l’EFP suivent un cursus où une partie de l’apprentissage s’effectue en milieu professionnel. La version française complète du rapport sera publiée courant octobre 2023.

Voir le site

Le bilan 2023 de l'emploi associatif sanitaire et social - L’Uniopss / Recherches et Solidarités

L’Uniopss, en partenariat avec Recherches & Solidarités - Septembre 2023, 36 p. (Collection : Les bilans de l'emploi du CRDLA)

L’Uniopss présente pour la 15e année le bilan de l’emploi dans les associations et fondations du champ sanitaire et social, à travers son Centre de ressources DLA Solidarités – Santé et en partenariat avec Recherches & Solidarités. L’ensemble privé non lucratif sanitaire et social représente 1,16 million de salarié∙es et 37 700 établissements employeurs pour l'année 2022. Ce document en présente les chiffres et évolutions clés. Il montre qu'au cours de la période 2018-2022, les effectifs des associations et fondations sanitaires et sociales ont moins augmenté que d’autres secteurs non lucratifs et que l’ensemble de l’emploi privé en France.

Voir le site

L’enseignement supérieur en Espagne - Cabinet Paxter

Cabinet Paxter - BOUDJELLOUL, Samia - Juin 2023, 9 p.

L'Espagne enregistre un taux d’accès des jeunes à l’enseignement supérieur particulièrement élevé : en 2017, selon une étude Paxter parue en juin 2023, 86,7 % des 18-22 ans étaient inscrits dans le supérieur. Pourtant, seuls 42,6 % des 25-34 étaient, cette même année, titulaires d’un diplôme. Cet écart de 44 points, est l’un des plus élevés d’Europe.

Voir le site

Activité économique des jeunes - URSSAF

Urssaf (Union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d’allocations familiales) - Juillet 2023, 18 p.

Fin 2021, les moins de 30 ans représentent 6 % des travailleurs indépendants classiques et 20 % des auto-entrepreneurs. En 2022, ils comptent pour 25 % des effectifs salariés. L’étude met en avant la forte part de jeunes indépendants et autoentrepreneurs dans le secteur de poste et courrier (livraison à domicile). (Source : AEF info).

Voir le site

Associations culturelles. Bénévolat de responsabilité : le grand épuisement - 6e Baromètre de la COFAC

COFAC - Août 2023, 11 p.

Selon le baromètre annuel de la Coordination des fédérations et associations de culture et de communication (Cofac), depuis le printemps 2022, 43 % des associations culturelles ont perdu des bénévoles exerçant des responsabilités. Parmi ces associations, une association concernée sur deux n’a pas réussi à les remplacer. Par ailleurs, 36 % des associations culturelles répondantes ont vu leur nombre d'adhérents diminuer par rapport à la période d'avant crises (Covid, inflation, guerre en Ukraine).

Voir le site

Baromètre des enfants à la rue 2023 - Fédération des acteurs de la solidarité et UNICEF France

Fédération des acteurs de la solidarité ; UNICEF France - Août 2023, 20 p.

Le baromètre de la Fédération des acteurs de la solidarité et d'UNICEF France indique que le nombre d’enfants sans solution d’hébergement est en augmentation. Au moins 2 323 enfants sont sans solution d'hébergement au 28 août 2023 dont 578 ont moins de 3 ans soit + 20 % en 1 an, et 2,5 fois plus qu’il y a 18 mois.

Voir le site

Repères et références statistiques 2023 - DEPP

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) - Août 2023, 436 p.

Repères et références statistiques (RERS) fournit, en un seul volume et à travers 191 fiches, toute l’information statistique disponible sur le fonctionnement et les résultats du système éducatif français (élèves, apprentis et étudiants, résultats, diplômes, insertion, personnels de l'éducation, établissements scolaires, budget de l'éducation, enseignement en outre-mer).

Voir le site

Le service civique en chiffres 2023 - INJEP

INJEP - Fiches repères n° 2023/02- VENET, Thomas - Mise à jour : août 2023, 2 p.

Créé par la loi du 10 mars 2010, le service civique propose à des jeunes de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, de s’engager dans une mission d’intérêt général auprès d’associations ou d’institutions publiques.

Voir le site

Festival Olympique de la Jeunesse Européenne d'été 2023 : 24 médailles pour les Bleus ! - CNOSF

CNOSF - Juillet 2023

La 17e édition du Festival Olympique de la Jeunesse Européenne (FOJE) 2023 s’est officiellement clôturée ce samedi 29 juillet, à Maribor (Slovénie). La délégation française, composée de 101 athlètes engagés dans 10 sports (athlétisme, basketball, cyclisme, gymnastique, handball, judo, natation, skateboard, tennis et volleyball) et emmenée par la cheffe de mission, Betty Charlier, a remporté 24 médailles dont 9 en or, 6 en argent et 9 en bronze.

Voir le site

Baisse des effectifs inscrits dans l’enseignement supérieur en 2022-2023 - SIES

Note flash du SIES n° 23.12 - Juillet 2023, 2 p. - Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

En 2022-2023, 2,93 millions d’étudiants se sont inscrits dans l’enseignement supérieur. Après les fortes croissances liées à la démographie en 2018, puis à un taux de réussite exceptionnel au baccalauréat en 2020, les effectifs sont cette année en baisse (-1,5 %), pour la première fois depuis la rentrée 2007. La rentrée 2022 est marquée par une diminution du nombre de néo-bacheliers, et une baisse prononcée des effectifs en sections de technicien supérieur en parcours scolaire (-9,6 %), à l’université (-3,4 %) et en CPGE (-2,6 %). Le nombre d’étudiants formés dans les établissements d’enseignement privés progresse de 3,3 %. Ce secteur accueille 26,1 % des étudiants, soit 1,2 point de plus qu’en 2021.

Voir le site

Poursuite d’études et parcours des bacheliers précaires dans l’enseignement supérieur - SIES

Note d'Information du SIES n° 23.06 - KLIPFEL, Justine - Juillet 2023, 7 p. - Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Un bachelier 2014 sur six a déclaré avoir rencontré des difficultés financières au cours des neuf mois suivant l’obtention du baccalauréat. Huit ans après le baccalauréat, ces bacheliers précaires, quand ils ont poursuivi des études supérieures, ont obtenu, en moyenne, un niveau de diplôme moins élevé que les autres étudiants.

Voir le site

Évolution de la mixité sociale des collèges - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 23.37 - GUILLERM, Marine ; MONSO, Olivier - Juillet 2023, 4 p.

Les collèges ont des compositions sociales très différentes, ce qui est régulièrement décrit comme un facteur renforçant les inégalités scolaires. Le niveau et les composantes de la ségrégation sociale varient d’un département à l’autre, compte tenu notamment du degré de ségrégation entre communes et quartiers, du poids du secteur privé et des inégalités économiques. Au niveau national, la ségrégation sociale entre collèges est peu variable au cours du temps. La ségrégation parmi les collèges publics suit une tendance à la baisse et les écarts de composition sociale entre secteurs public et privé sont croissants, le secteur privé scolarisant de plus en plus d’élèves de milieu favorisé. Depuis 2014, la ségrégation sociale a sensiblement diminué dans une vingtaine de départements situés majoritairement dans le Nord et l’Ouest. La ségrégation entre collèges publics y a baissé, et les écarts entre secteurs public et privé n’y ont pas augmenté. Inversement, dans une trentaine de départements situés plutôt dans la moitié sud, la ségrégation a augmenté, avec une hausse marquée des écarts de composition sociale entre secteurs public et privé.

Voir le site

Inégalités de genre en début de vie active, un bilan décourageant - CEREQ

CEREQ Bref, n° 442 - DI PAOLA, Vanessa ; EPIPHANE, Dominique ; DEL AMO, Julio - Juillet 2023, 4 p.

Alors que les jeunes femmes sont toujours plus diplômées que les hommes, les inégalités entre les sexes sur le marché du travail ne se réduisent pas. De l'accès à l'emploi aux niveaux de salaires, ce numéro dresse un état des lieux de la situation des jeunes de la Génération 2017 après trois ans de vie active, comparée à celle de la Génération 2010. Si les conjonctures sont différentes, plafond de verre et plancher collant ne semblent pas prêts de vaciller.

Voir le site

Quel recours aux emplois francs en 2022 ? - DARES

DARES Focus N° 41 - MAISONNAVE, Chloé - Juillet 2023, 2 p.

En 2022, les entrées en emploi franc ralentissent légèrement pour la première fois depuis la mise en place du dispositif, avec 26 400 demandes acceptées pour des salariés résidant en quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Plus des trois quarts des entrées sont des contrats en CDI, des contrats à temps complet, ou dans le secteur tertiaire. Un tiers des contrats sont signés dans des établissements de moins de 10 salariés. La mesure bénéficie notamment aux jeunes de moins de 29 ans, qui représentent 40 % des entrées de l’année 2022. Les personnes entrées en emploi franc sont plus diplômées en moyenne que l'ensemble des chômeurs résidant en QPV.

Voir le site

L’apprentissage au 31 décembre 2022 - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 23.35 - DEMONGEOT, Aurélie ; LOMBART, Fabienne - Juillet 2023, 4 p.

Au 31 décembre 2022, les centres de formation d’apprentis accueillent 953 600 apprentis, soit une augmentation de 14,3 % par rapport à 2021, après deux années de hausse historique autour de 30 % en 2020 et 2021. Au total, ce sont 8,2 % des 16-29 ans qui sont en apprentissage. Les effectifs d’apprentis dans l’enseignement secondaire continuent d’augmenter (+ 6,5 % après + 15,7 % l’an dernier), et la croissance de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur est encore à un niveau élevé (+ 20,1 % après + 48,3 % en 2021). Après une troisième, moins d’un élève sur quinze s’oriente vers une formation professionnelle sous apprentissage. Près d’un apprenti sur quinze est accueilli dans un EPLE (établissement public local d’enseignement).

Voir le site

Le baccalauréat 2023. Session de juin - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 23.33 - THOMAS, Fanny - juillet 2023, 4 p.

À la session du baccalauréat de juin 2023, avec 90,9 % d’admis en France entière, le taux de réussite global est légèrement en baisse par rapport à celui de juin 2022 (91,1 %, soit - 0,2 point).

Voir le site

Regards croisés sur la jeunesse. Jeunes & associations : perceptions, besoins et attentes - FNCE

Fédération nationale des Caisses d’Epargne (FNCE), avec le soutien de l’institut Audirep - Juillet 2023, 36 p.

L’offre d’accompagnement est insuffisante pour faire face aux nouvelles difficultés exprimées par les jeunes. À cela s’ajoute le fait que les associations déclarent avoir plus de mal à les rencontrer. 55 % des associations signalent des difficultés croissantes à entrer en contact avec les jeunes nécessitant un accompagnement. Cette difficulté à se rencontrer est un point de vue également partagé par les associations. Une « rencontre » d’autant plus compliquée que, de l’aveu des jeunes eux-mêmes, ils ne pensent pas pouvoir obtenir un soutien adapté des associations sur leurs principales difficultés (psychologiques, scolaires, logement et mobilité).

Voir le site

Effectifs universitaires en 2022-2023 - SIES

Note d'Information du SIES n° 23.06 - MARLAT, Diane ; NAIT-IGHIL Lyès - Juin 2023, 2 p. - Sous-direction des systèmes d'information et des études statistiques (SIES), Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

En 2022-2023, 1 597 700 étudiants sont inscrits à l'université (hors autres établissements membres ou composantes des regroupements d’établissements). Cet effectif diminue de 3,4 % par rapport à 2021-2022, baisse plus prononcée en cursus licence (- 4,3 %) en lien avec celle des néo-bacheliers (- 4,9 %).

Voir le site

Conjoncture de l'emploi dans l’ESS en France, au 4ème trimestre 2022 - ESS France

Observatoire national de l’ESS ; Caisse d'Epargne - Juin 2023, 6 p.

L’analyse des derniers chiffres de l’emploi dans l’ESS et le reste de l’économie privée montre dans son ensemble, la bonne reprise des activités après la crise sanitaire. En 2021, l’emploi bondit de + 3,2 % dans l’ESS et de + 3,7 % dans le privé hors ESS (où on observe un effet de rattrapage plus important à la suite du fort repli de 2020). L’ESS a ainsi créé plus de 67 000 emplois en 2021, compensant largement la réduction observée en 2020 (- 0,9 %, soit 18 000 postes supprimés). Les derniers chiffres disponibles à fin 2022 confirment cette tendance (sans l’effet rattrapage) avec le maintien d’une bonne dynamique d’emplois dans l’ESS (+ 0,6 % sur un an) et dans le privé hors ESS (+ 1,4 %). Ces deux dernières années, les entreprises et organisations de l’ESS ont ainsi créé 81 000 emplois.

Voir le site

Le travail scolaire des jeunes en dehors de la classe : quelles pratiques et quelles disparités ? - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 23.32 - BARHOUMI, Meriam - Juin 2023, 4 p.

En dehors des heures de cours, les collégiens de 13 ou 14 ans travaillent de manière différente en termes de temps consacré à leurs devoirs, d’organisation, de méthodes de travail ou encore d’autonomie.

Voir le site

Les lycéens professionnels sortis d’études en 2019 : une insertion marquée par la crise sanitaire - DEPP

DEPP - Note d'Information n° 23.29 - ANTOINE, Robin - Juin 2023, 4 p.

Les jeunes lycéens professionnels de niveau CAP à BTS, sortant d’études en 2018 et 2019, ont été touchés à différents moments de leur entrée dans la vie active par la crise sanitaire et les confinements.

Voir le site

Insertion professionnelle des apprentis de niveau CAP à BTS deux ans après leur sortie d’études en 2020 - DARES

DARES - FAUCHON, Alexandre ; ANTOINE, Robin - DARES RESULTATS n° 39 - Juin 2023, 4 p.

Parmi les apprentis de niveau CAP à BTS sortant d’études en 2020, 73 % occupent un emploi salarié dans le secteur privé deux ans plus tard, en juillet 2022, un niveau proche de celui de la génération sortie d’études un an auparavant (72 %).

Voir le site

Les jeunes et les nouveaux modes de travail - Opinionway pour Sowen

Sondage OpinionWay pour Sowen, juin 2023, 49 p.

Le sondage d'OpinionWay pour Sowen sonde les jeunes et leur rapport au travail. Il s'intéresse notamment aux changements induits par la crise sanitaire et comment les jeunes se les ont appropriés ou non.

Voir le site